Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Ateliers de cuisine avec sainte Hildegarde de Bingen le 7 février ou le 10 avril 2019 à Reims (51)

Vivez une journée inédite à la découverte de Sainte-Hildegarde, des bienfaits des aliments, et des piliers de la santé !

Brèves

La recette estivale du frère Laurent : soupe de courgettes et camembert pané

En cette période estivale, frère Laurent, prémontré de l'abbaye de Mondaye, nous présente la soupe froide de courgette et le camembert pané !➡️ https://bit.ly/2AgHRJJ

Publiée par KTO Télévision Catholique sur Dimanche 29 juillet 2018

Comment ne pas contempler les dorures délicatement déposées par frère Laurent ? Pas question d´icône, dans les cuisines de l´abbaye de Mondaye, mais d´appétissants feuilletés aux lardons, oignons et camembert, qui agrémenteront nos repas d´été, composé d´une soupe froide de courgettes, rehaussée de menthe, et d´un vrai fromage normand trois fois plongé dans la panure et revenu dans le beurre. Le frère prémontré fait honneur aux deux grands-mères qui lui ont transmis le goût de réjouir l´oeil, l´âme et les papilles.

Source : Kto.tv

Brèves

La cuisine des monastères : soupe froide de courgettes, feuilletés et camembert pané

Les ingrédients :

Soupe froide de courgettes : 

– 2 K de courgettes
– 3-4 feuilles de menthe fraîche
– 2 c. à s. de crème fraîche épaisse
– Croûtons de pain
– 1 cube de bouillon de volaille

 

Feuilletés au camembert, lardons et oignons :

– 1 rouleau de pâte feuilletée
– 1 oignon
– 100g de lardons
– 1/2 Camembert de Normandie
– 1 jaune d’oeuf
– 1 c. à s. de lait.

Camembert pané : 

– 1 Camembert de Normandie
– 2 oeufs battus
– Un peu de chapelure
– 50g de beurre

La recette

Soupe froide de courgettes :

– Eplucher les courgettes, et couper en dés.
– Les cuire 20mn dans 1 litre d’eau, avec un cube de bouillon de volaille.
– Ajouter 2 bonnes c. à s. de crème fraîche épaisse, Mixer.
– Mettre au froid pendant 3h.
– Servir en ajoutant les croûtons, et quelques brins de menthe hachée.

 

Feuilletés au camembert, lardons et oignons :

– Pour commencer, découper des rondelles dans la pâte, avec un verre.
– Faire revenir lardons et oignons, dans une poêle.
– Pour faire la dorure, mélanger un jaune d’oeuf, une pincée de sel, et une cuillère à soupe de lait.
– Etaler cette dorure sur le bord des feuilletés.
– Garnir le centre des feuilletés de lardons, oignons et dés de camembert.
– Badigeonner de dorure l’intérieur des disques restants, et en recouvrir les feuilletés garnis.
– Fermer les feuilletés en pinçant les bords avec une fourchette, puis recouvrir de dorure.
– Cuire 15mn à 180°.

Camembert pané : 

– Commencer par tremper le camembert entier dans les oeufs battus, puis le rouler dans la chapelure.
– Recommencer l’opération 3 fois, jusqu’à ce que le camembert soit bien enrobé de panure.
– Faire revenir au beurre, dans une poêle, à feu moyen.
– Retourner plusieurs fois sur toutes les faces, en ajoutant du beurre, jusqu’à ce que la croute soit bien dure, et le coeur fondant.
– Servir sur un lit de salade.

Source : Kto.tv

En France #NLH #NLQ

Divine Box rachète la Box de Séraphin

Un an après son lancement, Divine Box rachète son concurrent « La Box de Séraphin ». Une manière de continuer à soutenir les abbayes en poursuivant sa belle croissance.

Encore du nouveau dans la « ChurchTech », cet écosystème de startups qui veulent participer à ancrer l’Eglise dans le digital. Divine Box, vainqueur du concours « Pitch My Church » et spécialiste des box mensuelles de produits d’abbayes d’épicerie fine, rachète son concurrent historique direct « La Box de Séraphin », installé sur le marché depuis bientôt trois ans. L’opération devrait permettre au site divinebox.fr de poursuivre sa belle croissance et surtout « de continuer à soutenir encore plus les abbayes », selon son co-fondateur, Côme Besse, qui vise 2000 abonnés d’ici quelques mois.

Un soutien multiple aux abbayes

Financièrement bien sûr, Divine Box est une aide précieuse aux monastères. Les situations économiques des communautés ne sont en effet pas toujours simples, car il faut y assurer toute la vie communautaire, en plus de l’entretien des bâtiments souvent centenaires. « Nous nous fournissons en direct auprès des abbayes, et à un prix juste, fixé par elles » précise Astrid, co-fondatrice de Divine Box. Un moyen de s’assurer que tout le monde s’y retrouve, économiquement parlant. Mais au-delà de l’aspect financier, Divine Box soutien aussi les abbayes en terme de communication. Dans chaque box de produits monastiques, un petit livret présente chaque produit et chaque abbaye (date de fondation, nombre de moines etc…) avec force photos et dessins graphiques au ton résolument jeune et léger. « Autour de nous, les gens avaient parfois une image vieillotte et triste des abbayes, alors que c’est tout le contraire ! Et c’est ce que nous voulions montrer » rajoute Côme. Et manifestement, ce ton et cette communication cartonnent : déjà plus de 1200 abonnés pour la jeune pousse qui fête son premier anniversaire ce mois-ci. Et, cerise sur le gâteau, Divine Box se targue même de soutenir spirituellement ces communautés. En effet, dans chaque box se trouve une carte postale de remerciement que chaque abonné peut envoyer à l’abbaye de son choix pour la remercier. « Chaque abbaye reçoit une dizaine de cartes chaque mois, sinon plus, et cela les touche beaucoup ! » rapport Côme. Le rachat de « La Box de Séraphin », qui accélère la croissance de Divine Box, ne contribuera donc qu’à intensifier cette aide aux abbayes.

Des nouveautés pour leurs « box »

En sillonnant les monastères (déjà 47 visités sur place !), Astrid et Côme ont découvert l’immensité du panel des produits monastiques. Pour les faire découvrir de manière cohérente, ils ont préféré la box mensuelle thématique, au nom bien trouvé chaque mois : « pour la beauté du zeste » (thème des agrumes) ou encore « les abbayes vous font crackers » (thème de l’apéro). Mais pour sortir du canal restreint de l’épicerie fine, Divine Box a su se diversifier pour englober toute la variété des produits monastiques. En octobre dernier, ils lançaient en effet une nouvelle box mensuelle de bières trappistes, authentiquement brassées dans les abbayes. Leur dernière nouveauté : une « box beauté » 100 % issue du travail des monastères en édition limitée, qui  sera disponible d’ici quelques jours, et uniquement pour la Fête des Mères. On nous annoncerait aussi une box unique 100 % fromages d’abbayes dans les prochains mois… Affaire à suivre !

CONTACT PRESSE
Côme Besse
come@divinebox.fr
07  52  62  11  46

NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

Interview de Côme, co-fondateur de Divine Box

Vous connaissez Divine Box ? Nous vous en parlons souvent sur Infocatho car nous aimons beaucoup ce projet dynamique, qui remet sur le devant de la scène (et sur nos tables ;) ) l’artisanat monastique culinaire, trop souvent oublié, même par les gourmets les plus avertis !

Côme, co-fondateur de Divine Box, a bien voulu répondre à nos questions :

 

Bonjour Côme, merci tout d’abord d’avoir accepté de répondre à nos questions ! Chez Infocatho, on aime follement votre concept ! Pouvez-vous nous raconter en quelques mots la genèse de Divine Box ? Comment vous est venue cette belle idée ? Comment avez-vous fait pour la concrétiser ? 

 

Héhé, oui ! L’histoire est assez rigolote … On est une famille de 4 enfants et le numéro 3 habite à Barcelone et est le grand franchouillard de la bande ! Son bonheur est (quasi) exclusivement composé de pâté, vin rouge et fromage ! Alors la tradition est que, quand il rentre à Noël, maman lui offre un gros panier avec tous les bons petits plats français qu’il adore … Et l’année dernière, il y avait un pâté de l’abbaye de Bricquebec. Il l’a trouvé très bon, et avec ma soeur on a trouvé le concept assez amusant : on ne savait pas que les abbayes vendaient du pâté ! Et on s’est dit qu’en combinant ce pâté avec de la bière et du fromage (qui sont des produits emblématiques des monastères), on pouvait faire un apéro des abbayes ! Alors ni une ni deux, on contacte toutes les abbayes en France par téléphone et mail courant janvier, et leur retour est unanimement encourageant ! Petite levée de fonds ensuite courant février sur credofunding.fr, et lancement du site début mars !

 

Divine Box nous fait découvrir des produits inconnus ou tout simplement oubliés, or aujourd’hui nous pouvons constater un nouveau goût pour les produits pittoresques et de qualité, dont la production est bien souvent malheureusement très limitée et locale. Les monastères arrivent-ils à satisfaire la demande croissante ?

 

 
Cela dépend. Chaque abbaye a un style de fonctionnement différent, mais grosso modo leur production est effectivement artisanale et limitée, mais quand même compatible avec Divine Box ! D’abord, nous visitons chaque abbaye avec qui nous travaillons pour que la communauté puisse mettre un visage sur l’équipe, et pour que nous puissions voir leurs ateliers, comprendre leur manière de produire etc… Donc tout se fait en toute transparence ! Ensuite, nous respectons à 100 % leur vie monastique : nous les appelons dans un premier temps pour « sonder » et voir si leurs produits monastiques seraient disponibles pour telle ou telle box. Pour être certain de ne pas troubler leur vie de prière et de travail. Et enfin, là où notre fonctionnement leur convient, est que nous fonctionnons pas thème / édition limitée : ainsi, même si le volume est important, les abbayes sont prêtes à redoubler d’efforts pendant quelques jours pour honorer la commande, si elles savent qu’à long terme il n’y aura pas de re-commandes similaires pour le même produit. Dans tous les cas, elles nous disent très simplement et avec toujours beaucoup de gentillesse si tel ou tel projet leur semble viable !
 

 

Comment votre projet, qui prend une belle ampleur, est-il reçu ? Avez-vous des retours de personnes non catholiques ? 

 

 

Pour l’instant, et c’est assez incroyable, nous n’avons eu que des retours positifs ! Tout le monde est ravi : d’abord car les produits sont excellents, et ensuite car nous leur proposons un petit voyage (grâce à notre livret mensuel) dans les abbayes en leur montrant ce que vivent les moines/moniales, depuis quand ils sont installés sur place, le rythme de leur vie, les anecdotes de l’abbaye, leur artisanat monastique etc… Les catholiques font bien sûr partie de notre cible, mais cela ne se limite pas à la religion. Nous sommes d’ailleurs très neutres par apport à la foi dans nos box : il n’y aura jamais un psaume ou une Bible, l’idée étant de pouvoir toucher aussi ceux qui a priori seraient loin des abbayes. Nous observons aussi un grand attrait par un public qui est attaché à l’architecture et au patrimoine français, ainsi que pour un public amateur d’alimentation bio/saine/éthique. Donc cela ne se limite pas du tout à l’aspect religieux ! Et d’ailleurs, nous ne sommes pas une box caritative, mais bien une box gourmet avec de bons produits que l’on achète au juste prix, et non des échantillons comme dans d’autres type de box …

 

 

Grâce à vous, l’art monastique retrouve une place de choix dans notre quotidien, ce qui permet de relier plus concrètement la société aux monastères, lieux de prière et de recueillement. Cela fait-il davantage fréquenter les abbayes par des personnes qui cherchent à faire une pause au milieu de leur vie active ?

 

 

On se le souhaite ! On n’a pas encore suffisamment de recul pour estimer le nombre de personnes ayant visité telle ou telle abbaye grâce à nos box des monastères mais l’idée est vraiment là. D’ailleurs, chaque mois, nous glissons dans notre petit livret une carte postale sur laquelle vous pouvez remercier une abbaye en particulier pour les bons produits de la box, et nous vous donnons l’adresse où l’envoyer ! Donc notre volonté est vraiment là : promouvoir le travail monastique et rapprocher nos abonnés de ces communautés religieuses qui sont toutes hyper gentilles, super accueillantes et très touchantes !

Notre volonté est vraiment là : promouvoir le travail monastique et rapprocher nos abonnés de ces communautés religieuses qui sont toutes hyper gentilles, super accueillantes et très touchantes !

 

Votre concept semble faire l’unanimité dans la presse, mais du côté de l’Eglise, avez-vous trouvé quelques soutiens en dehors des monastères dont vous promouvez l’artisanat ?

 

Bien sur ! Le concept fait l’unanimité dans la presse, dans les abbayes, mais aussi plus largement autour de nous, c’est assez inespéré, mais c’est chouette ! Notamment du côté de l’Eglise, nous avons de plus en plus d’abonnés qui sont des prêtres ou des diacres (qui s’abonnent eux-mêmes ou qui offrent des abonnements). Quelques évêques s’y mettent même doucement, c’est assez amusant ! Mais encore une fois, le succès est « général » et ne se limite pas à la sphère catho ;-)
 


 


Souvent il est reproché aux catholiques d’être coupés du monde et de ses joies en raison d’une certaine “rigidité” et d’austérité de vie, or vous prouvez qu’il est possible d’aller au-delà de ces conceptions, en rayonnant tout simplement par une estime et un amour de la table et du partage  :), d’être à la fois audacieux et créatif tout en vous appuyant sur la tradition et le savoir-faire artisanal. À y voir de plus près, il s’agit d’une démarche authentiquement catholique : joie, partage, soutien des œuvres de charité des monastères, hommage à la Création… L’art (surtout culinaire !) est le meilleur moyen d’apaiser les tensions quotidiennes que notre monde subit. Comment vivez-vous votre foi en rapport avec votre activité ?

 

Oh, on n’ambitionne pas de sauver le monde avec Divine Box, mais si on peut contribuer à notre échelle à soutenir un poil les abbayes, ce sera déjà un bon début ! Sur le plan de la foi, cela nous anime et donne tout son sens à notre projet, car nous soutenons les abbayes, « poumons » de l’Eglise selon certains ! En revanche, cela reste « en interne », car notre communication se veut, encore une fois, très neutre par rapport à la foi justement pour pouvoir toucher tout le monde et ne pas se limiter à ceux qui connaissent parfois déjà bien les abbayes ! 



Votre dynamisme et votre joie sont impressionnants ! Que pourriez-vous conseiller à des jeunes voulant comme vous valoriser le patrimoine, la culture française, s’impliquer d’une façon innovante et faire rayonner leur foi ?

 


Oh, a mon avis ce n’est pas bien compliqué ! Dans son travail quotidien, qu’il soit ou non directement lié avec la foi, les abbayes ou l’Eglise, on peut déjà rayonner par notre manière d’être : talentueux et exigeants, mais aussi et surtout bienveillants ! C’est en tout cas comme ça qu’on essaye de vivre l’aventure chez Divine Box. Ensuite, si un projet en lien direct avec la foi vous botte, foncez ! Vous y apprendrez forcément ! Prenez simplement le temps de vous entourer de 2 ou 3 personnes qui vous donneront de bons conseils. Par exemple, chez Divine Box, nous sommes en dialogue permanent avec un moine que l’on connait bien maintenant, et qui nous aider à mieux dialoguer avec les abbayes, à mieux les mettre en valeur et à trouver les bonnes formulations, et c’est très précieux …

 

Espérons donc que votre exemple donnera des idées ! :) Quels sont vos projets pour la suite ?

 

 

Développer à fond notre nouvelle box de bières trappistes : elle permet 1) de découvrir les meilleures bières du monde, 2) de tout savoir et tout comprendre sur le monde passionnant de la bière trappiste et 3) de soutenir financièrement les abbayes. Les premiers retours sont au moins aussi encourageants que ceux que nous avons régulièrement pour notre box de produits monastiques. Alors n’hésitez pas à vous abonner à notre box trappiste !

Le site de Divine Box

La page Facebook