Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Colloque Ichtus Catholiques en Action les 12 & 13 octobre 2019 à Paris

Chers amis,
Le 6 octobre prochain est prévue une grande manifestation contre la PMA sans père. Vous êtes nombreux à vous préparer à la mobilisation. Et nous ne pouvons que vous encourager.
L’expérience du mouvement social de 2013 nous a montré que, si la mobilisation en nombre est capitale, elle ne doit pas faire oublier la responsabilité personnelle de chacun pour agir à la place qui est la sienne pour la famille, la culture, l’éducation, au travail ou auprès des solidarités plus locales.
 
Mais il est souvent difficile d’exercer ses responsabilités si l’on reste seul. Chacun a besoin des idées et des talents des autres alors que la déconstruction sociétale alimente la déconstruction sociale. Tout est lié.
Pour répondre à cette nécessité, ICHTUS vous invite à participer, le 12 et 13 octobre prochain, au colloque Catholiques en action sur le thème de l’action pour un nouveau catholicisme social. 
Comment les catholiques peuvent-ils agir dans la société à la lumière de la doctrine sociale de l’Église ? Les fondateurs de l’Appel pour un nouveau catholicisme social, Joseph Thouvenel, Mathieu Detchessahar et Guillaume de Prémare donneront des orientations pour le moment particulier qui vient.
 
Le but de ce colloque est de donner à tous ceux qui souhaitent s’engager des moyens d’action concrets dans la cité. 
Le colloque sera organisé autour de conférences, de rencontres et de quatre forums : entreprise, action locale, culture, éducation et famille. Autant de terrains sur lesquels il faut agir concrètement pour reconstruire des solidarités.
Nous voudrions que tous ceux qui sont touchés par l’injustice de la PMA et la souffrance sociale s’inscrivent pour une action continue en participant à ce colloque.
 
Nous vous invitons à vous inscrire dès maintenant et à inviter à l’événement autour de vous.
 
Amicalement,
Guillaume de Prémare 
Bruno de Saint-Chamas

Articles #En France #NLH #NLQ

Pourquoi organiser une Veillée pour la Vie, le 30 novembre 2019 ?

2010 – 2019 :

10ème éditions des Veillées pour la Vie !

Mobilisons-nous pour la renaissance de la culture de Vie dans notre société !

Qu’est-ce que c’est ? C’est un mouvement trinitaire désiré par St Jean-Paul II dans son encyclique Evangelium Vitae au n°95 et au n°100 il y a 25 ans, lancé par Benoît XVI en 2010, béni et encouragé par le pape François en 2013 et 2017 dont les trois pôles sont :

1)    La prière, cœur du mouvement  : « Par un témoignage ecclésial commun, nous demandons à Dieu sa grâce pour la conversion des cœurs et pour la renaissance de la culture de la Vie et de l’amour dans notre société… » .

2)    La formation en bioéthique, esprit du mouvement : former son esprit et son intelligence aux enjeux de la bioéthique ! Une neuvaine de formation, véritable cocktail spi & bioéthique durant les 9 jours qui précèdent l’entrée en avent, chaque année disponible sur notre site et d’autres méditations dans notre kit d’organisation…

3)    L’action sociale, corps du mouvement  : soutenir des maisons d’accueil de futures mères en détresse (Magnificat Accueillir la Vie, Marthe & Marie, Naissance&Vie64, etc.) par des dons financiers, de l’aide par notre réseau (recrutement d’éduc spé), de l’aide en communication comme la réalisation de photos et de vidéos-reportages

Où ? Dans votre paroisse, tout simplement. Cette année, 500 veillées sont attendues en France ! Nous essaimons également à l’étranger : en Europe, au Canada, en Amérique centrale et latine, en Afrique, au Moyen-Orient, dans l’Océan Indien, dans le Pacifique jusqu’au Japon… Vous pouvez les retrouver sur notre carte interactive de www.veilleespourlavie.org et rejoindre la veillée proche de chez vous. S’il n’y en a pas dans votre paroisse, à vous de la mettre en place !

Quand ? Avant la Toussaint ou dès que possible ! Nos curés sont très occupés et ils ont besoin de notre aide… Ainsi, il faut anticiper l’organisation des veillées si nous voulons qu’elles soient effectives pour l’Avent.

Comment ? C’est très simple ! Nous avons conçu pour vous un kit d’organisation disponible sur www.veilleespourlavie.org munie de trois trame de veillée pour la vie avec des textes de méditation, des prières, des textes de formation, etc. Tout est expliqué, il n’y a plus qu’à suivre le mode d’emploi et communiquer autour de vous.

A vous de jouer en organisant dès maintenant votre veillée pour la Vie dans votre paroisse afin de contribuer à la renaissance de la culture de Vie dans notre société !

Plus d’informations sur : www.veilleespourlavie.org

Le samedi 30 novembre,

et au début de l’Avent 2019,

nous veillerons et prierons tous ensemble pour la renaissance de la culture de Vie dans notre société !

Il y avait 300 veillées en 2018, mobilisons-nous pour atteindre 500 veillées pour les 10 ans !

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Forum de la Vie catholique du Sénonais le 21 septembre 2019 à Sens (89)

Découvrir, être accueilli, s’engager : L’Eglise souhaite faire fructifier vos talents !

Le 3e Forum de la Vie catholique vous accueille sur le parvis et dans la cathédrale de Sens : présentation des paroisses, catéchèse, liturgie, solidarité, culture… et autres services et mouvements ouverts à tous, sans oublier les animations et la convivialité !

Le 21 septembre 2019
de 11h à 18h
Cathédrale de Sens

La messe de rentrée pour les 3 paroisses de Sens, Paron et Saint-Clément – ainsi que la messe des jeunes – aura lieu ce même jour à 18h30, en la cathédrale.

Articles #En France #NLH #NLQ

Le monastère de Taulignan : des dominicaines entre plantes aromatiques et senteurs de la Drôme

Un article proposé par Divine Box.

Le monastère de la Clarté Notre-Dame de Taulignan fut fondé au XIXe en Provence, près de Montélimar. Différentes communautés se sont succédé sur place, et c’est aujourd’hui une communauté de dominicaines qui habite les lieux, depuis 1956. Si les soeurs ont une vie monastique surtout orientée vers la prière et la contemplation, elles sont aussi les reines de l’écologie grâce à leur jardin !

 

Divine Box vous raconte en 3 minutes tout ce qu’il faut savoir sur le monastère de Taulignan et sa communauté, c’est parti !

Les soeurs du monastère de Taulignan sélectionnent à la main les plantes de leur jardin pour réaliser des produits bio – Crédits Photo : Le Cèdre

Ça va de soie !

Notre histoire commence au XIXe siècle, en pleine Provence (**kss kss kss** – bruit de cigales)… En effet, des religieuses, dont on ne sait plus grand chose aujourd’hui, s’installent à Taulignan, village réputé pour son travail de la soie. L’objectif des soeurs est en effet de former à ce métier de jeunes orphelines de Lyon, pour les remettre sur de bons rails !

Pour l’anecdote, aujourd’hui encore devant la mairie de Taulignan, le musée de la soierie rappelle le savoir-faire des religieuses de l’époque…

Le musée de la soie à Taulignan permet de revivre l’activité des soeurs du monastère de Taulignan au XIXe siècle – Crédits Photo : Musée de la soie de Taulignan

 

La petite santé

Plus tard, au début du XXe siècle, les soeurs ferment leur atelier, et sont remplacées par des chanoines, qui partiront à leur tour dans les années 1940. Mais en 1956, une religieuse dominicaine redonne vie à Taulignan en créant une communauté contemplative spécialement adaptée aux soeurs en « petite santé ».

Ainsi, les soeurs suppriment les offices de nuits, et adaptent leur jeûne aux possibilités de chacune. Le succès est immédiat : quatre petites fondations naissent dans la foulée ! Par la suite, tout ce beau monde se rassemble à… Taulignan !

Sœur D. nous fait faire le tour d’un des champs de lavande du monastère. Le monastère de Taulignan, grâce à son cadre idyllique, fut dans les années 50 spécialement réservé aux soeurs à la santé fragile – Divine Box

C’est parti pour l’Afrique !

Rapidement, la communauté rayonne, et monte à cinquante soeurs dans les années 1970. Mais les bâtiments, trop étroits, les obligent à essaimer… avec succès encore une fois ! Une première fondation est ainsi créée au Burundi, puis une seconde au Bénin.

Quelques années après, une fois ces fondations bien implantées et autonomes, les soeurs fondatrices reviennent en France. Car à Taulignan, il y a du boulot…

Les sœurs nous font découvrir les plantes aromatiques qui poussent autour de leur monastère – Divine Box

La solidarité agricole

En effet, à l’époque, les soeurs peinent à trouver une activité manuelle rentable… Elles possèdent bien des vignes mais celles-ci ne sont pas vendangées et assez mal entretenues par leur agriculteur qui n’hésite pas parfois à utiliser des pesticides… Sans compter la crise viticole qui frappe toute la région !

En 2007, la communauté est même obligée de fermer son atelier de reliure, car les soeurs qui en avaient la charge sont parties dans une autre abbaye.

C’est finalement grâce à l’aide précieuse d’un pionnier en agro-écologie que les soeurs découvrent que leur terre est très propice à la culture de plantes. Super nouvelle !

Une grande solidarité s’organise alors autour des soeurs, avec notamment la Chambre d’Agriculture. Et un poil plus tard, c’est un gentil bienfaiteur qui leur vient en aide en les équipant d’une distillerie à plantes. C’est soeur Madeleine-Marie, ancienne ingénieure de formation, qui s’occupera de la transformation des plantes aromatiques. Et les voilà reparties de plus belle sur des nouveaux produits monastiques !

Aujourd’hui encore, les dominicaines du monastère de Taulignan distillent les plantes de leur propriété dans leur atelier artisanal – Divine Box

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, le monastère de la Clarté Notre-Dame de Taulignan compte onze dominicaines. Les soeurs vivent ainsi selon les écrits de saint Dominique, et suivent l’idéal de ce dernier : « louer, bénir, prêcher ». Mais si l’ordre dominicain est davantage connu pour son apostolat, les soeurs de Taulignan, elles, ont une vie bien plus contemplative.

En plus de leurs sept prières quotidiennes, elles travaillent ainsi de leurs mains, que ce soit dans les champs, à la distillerie ou à l’archivage !

Les soeurs du monastère de Taulignan sont des dominicaines, leur vie monastique se concentre donc principalement sur la prière et la contemplation de Dieu – Divine Box

Les reines de l’écologie

Avec les années, les soeurs de Taulignan sont devenues, pour l’artisanat monastique, une référence de la culture bio ! Mais leur expertise pratique se dote aussi d’une profonde base philosophique et théologique. Pendant un an, les soeurs ont en effet suivi des cours sur l’écologie, notamment par des pointures à la Chambre d’Agriculture.

Et pour transmettre tout ça, les soeurs animent régulièrement des formations avec Oeko-logia, une association d’agro-écologie fondée par Fabien Révol, enseignant chercheur. C’est pas beau, ça ?

La main verte

Et qui dit expertise, dit exemplarité ! Au monastère de Taulignan, pas question d’utiliser des produits chimiques, ou d’importer des plantes de l’extérieur. Les soeurs font tout à la main, et, plutôt que le tracteur, utilisent autant que possible les « grelinettes » (un petit mot rigolo qui désigne une bêche spéciale pour aérer la terre).

Les panneaux solaires chauffent l’eau de l’hôtellerie, et l’eau de javel est remplacée par leur hydrolat de romarin ! Elle est pas belle la vie provençale ?

 

Cependant, le soleil provençal peut parfois causer bien des dommages. En juin dernier, le monastère a ainsi subi un incendie… Un des champs de lavande ainsi que le hangar agricole ont pris feu : résultat, les sœurs ont perdu la récolte de romarin et de lavande qu’elles s’apprêtaient à distiller… Coup dur !

Une soeur du monastère de Taulignan cueille à la main des plantes dans son jardin, afin de réaliser des huiles essentielles et des tisanes bio — Divine Box

Et pour découvrir les produits du monastère de Taulignan ?

Les soeurs du monastère de Taulignan réalisent toute une gamme de produits naturels et artisanaux : plantes séchées, hydrolats, huiles essentielles, gelées…

 

Vous pouvez vous rendre à la boutique du monastère (980 chemin de l’Ecluze, 26770 TAULIGNAN) si vous habitez à proximité. Ou bien cliquez ici pour retrouver les tisanes des sœurs de Taulignan sur la boutique en ligne Divine Box !

 

Et cliquez ici pour en savoir plus sur le monastère de Taulignan  : leur rôle de conservatrices d’archives, leurs anecdotes sur leurs premières distillations etc…

 

 

 

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Visite guidée du Collège des Bernardins jusqu’au 26 juillet 2019 à Paris

Connaissez-vous ce joyau de l’architecture cistercienne ? Visite guidée tous les jours sauf dimanche et les jours fériés à 16h, jusqu’au 26 juillet (fermeture d’été du 27 juillet au 18 août 2019).

Tarifs : 6€ (plein) / 3€ (réduit : moins de 26 ans et demandeurs d’emploi) / Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Pour les groupes : sur réservation uniquement, au 01 53 10 74 40 ou par mail à visites@collegedesbernardins.fr

Ouvert à tous, ce joyau de l’architecture cistercienne invite à la rencontre et au dialogue. 150 000 visiteurs par an de tous horizons et de tous âges, familles, étudiants, enseignants chercheurs, acteurs du monde économique, social, politique… viennent apprendre, se fortifier et réfléchir aux questions contemporaines à la lumière de la sagesse chrétienne.

Le Collège des Bernardins propose un large éventail d’activités dans les domaines intellectuel, culturel et spirituel. Tout au long de l’année, formations, débats, séminaires de recherche et création artistique se répondent.

Informations pratiques

Articles #En France #NLH #NLQ

Connaissez-vous le baume du Pèlerin des moines de Ganagobie ?

Un article proposé par Divine Box.

Vous avez un pèlerinage prévu pour bientôt ? Une marche en montagne cet été ? Pour vos pieds, pensez au baume du Pèlerin des bénédictins de Ganagobie (en Provence).

C’est une crème de massage pour les pieds à base d’huiles essentielles, à l’action naturelle réparatrice, nourrissante et antiseptique. Cette pommade est parfaitement adaptée pour les pieds secs, endoloris, échauffés ou crevassés. Rapide présentation de ce baume miracle de 50 ml !

Le baume du Pèlerin, ainsi que toute une gamme de produits de soin, est issu de l’artisanat monastique des moines bénédictins du monastère de Ganagobie, en Provence – Divine Box

Quelles sont les propriétés du baume du Pèlerin ?

Le baume du Pèlerin est une crème de massage pour le soin et l’hygiène des pieds, qui utilise les vertus naturelles des plantes médicinales. Grâce au savant mélange des huiles essentielles rigoureusement sélectionnées, il possède une triple action désodorisante, nourrissante et réparatrice :

  • Action désodorisante : le baume du Pèlerin élimine les odeurs désagréables dues à la transpiration, grâce principalement à l’huile essentielle de sauge.
  • Action nourrissante : le baume du Pèlerin nourrit en profondeur et assouplit les tissus de la peau, et évite leur échauffement, grâce aux huiles essentielles de sauge, de camphre, d’eucalyptus, de gaulthérie, de romarin et de menthe.
  • Action réparatrice : le baume du Pèlerin supprime en douceur les crevasses des orteils et du talon, les peaux mortes, rugosités et callosités. Grâce aux huiles essentielles de lavandin, d’eucalyptus, de girofle et de romarin.

 

Qui peut utiliser le baume du Pèlerin ?

Le baume du Pèlerin convient à tout adulte souhaitant procurer à ses pieds une petite touche de fraîcheur et de détente, avant, pendant ou après une longue marche. Le baume du Pèlerin est particulièrement recommandé pour :

1/ Les marcheurs et les pèlerins

Massé sur le pied, le baume du Pèlerin est extraordinaire :

  • Avant la marche pour éviter les futures odeurs de transpiration et les mauvaises traces de sueur.
  • Pendant les différents jours de marche pour hydrater et détendre la peau du pied et ainsi éviter les échauffements.
  • Après la marche, pour éliminer les différentes irrégularités de la peau.

 

2/ Les patients de réflexothérapie

La réflexothérapie, médecine ancestrale pratiquée par les Chinois, les Égyptiens ou encore les Grecs, consiste à masser une zone déterminée du corps dans le but d’obtenir une réaction favorable de l’organe ou des systèmes correspondants en question, pour rétablir leur fonctionnement normal. Or la voûte plantaire est l’une des principales zones-réflexes du corps. Une pression prolongée ou un massage lent de la plante des pieds grâce au baume du Pèlerin réactive la circulation sanguine, élimine les déchets (dépôts de cristaux d’acide urique, toxines…) et rééquilibre les flux d’énergie en lien avec l’organe correspondant.

Chaque année, une multitude de randonneurs visitent le monastère de Ganagobie (Xe siècle), qui les accueille avec son baume du Pèlerin – Crédits Photo : Mon RoadTripenProvence

Comment utiliser le baume du Pèlerin ?

Le baume du Pèlerin s’applique par massage localisé. Voici nos recommandations pour son utilisation.

1/ Quand appliquer le baume du Pèlerin ?

  • Le matin, après la toilette, pour pouvoir davantage profiter de son action désodorisante.
  • En tout, 2 à 3 fois par semaine maximum, si l’on souhaite bénéficier au mieux de ses vertus nourrissantes et réparatrices.

 

 2/ Comment appliquer le baume du Pèlerin ?

Pour un massage optimal avec le baume du Pèlerin, voici comment procéder :

  • 1) Massez lentement l’ensemble de la plante du pied en remontant de la pointe des orteils vers le talon. [1mn]
  • 2) Effectuez des pressions sur la zone du plexus solaire puis de la thyroïde. [1mn]
  • 3) Effectuez des pressions sur le gros orteil, du sommet de l’ongle vers la base. [1mn]
  • 4) Effectuez des pressions sur les autres orteils, du sommet de l’ongle vers la base. [1mn]
  • 5) Effectuez des pression puis un massage sur la ligne externe et la ligne interne en descendant vers le talon. [1mn]
  • 6) Effectuez des pressions sur toutes les autres zones de la plante du pied, en descendant vers le talon. [1mn]
  • 7) Pour finir, massez lentement à nouveau l’ensemble de la plante du pied en remontant de la pointe des orteils vers le talon. [1mn]
  • 8) Veillez à bien laisser reposer vos pieds 15mn minimum après chaque séance de massage.

 

Pour chacun des point précédents, pensez à toujours bien appliquer une petite noisette de baume du Pèlerin sur la peau. Si besoin, n’hésitez pas à renouveler la quantité.

Ah, et pour les non-initiés, une pression se fait avec le pouce de la main, le massage avec la paume.

 

Bien utilisé, le baume du Pèlerin convient parfaitement pour nourrir et hydrater les pieds secs et endoloris – Divine Box

Précautions d’emploi

1/ Précautions d’utilisation

  • Le baume du Pèlerin est un produit monastique : il n’est pas un médicament.
  • Le baume du Pèlerin ne convient pas aux personnes allergiques au camphre, au menthol ou à l’eucalyptol.
  • Ne pas avaler.
  • Éviter tout contact avec les yeux et les muqueuses : en cas de contact avec les yeux, les rincer abondamment à l’eau claire.

 

2/ Contre-indications

Attention, à cause des huiles essentielles qui le composent, le baume du Pèlerin :

  • Ne convient pas à la femme enceinte ou allaitante.
  • Ne convient pas aux enfants de moins de 6 ans (inclus).

Ce sont sans doute les plantes qui entourent le monastère de Ganagobie (ici de la lavande dans le cloître) qui ont inspiré les moines pour proposer leur baume du Pèlerin, aux huiles essentielles de plantes – Divine Box

Où acheter le baume du Pèlerin ?

Sur place bien sûr, au Monastère de Ganagobie en Provence ! Ou sinon directement en ligne sur la boutique monastique de Divine Box ! Cliquez ici pour acheter le baume du Pèlerin, ou ici pour découvrir les produits du monastère de Ganagobie.

Et pour les plus curieux,  cliquez ici pour avoir plus de détails sur le baume du Pèlerin, sa composition, son tarif habituel, etc.

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Culture et foi : rencontre avec les artistes au Forum de Flers (61) le 18 mai 2019

“Que nous révèle la démarche artistique ? Un attrait irrésistible de vivre et d’être heureux, une soif jamais assouvie de comprendre l’énigme que nous sommes, une volonté d’interpréter le monde qui nous entoure, de l’embellir et souvent de le remettre en cause, la recherche profonde d’une beauté cachée ?..

A tous ceux qui vivent une démarche artistique et se sentent rejoints par ces questions, l’antenne « culture et foi » du diocèse de Sées vous convie à cette rencontre-dialogue. ” Mgr Gilbert Louis qui interviendra sur le thème : ” Démarche artistique, démarche spirituelle ?”

Mgr LouisPeindre, sculpter, composer de la musique, l’interpréter, chanter, danser, créer un spectacle, jouer un rôle, raconter, écrire des poèmes … la créativité humaine est étonnante par la grande diversité des moyens d’expression, inépuisable en son mouvement qui porte les artistes à pousser plus loin la recherche, à explorer des voies nouvelles, à surprendre, à faire surgir de l’inédit.

Variée et surprenante est la créativité humaine. Tout aussi variées et surprenantes sont les sources d’inspiration.

Fernand Léger, artiste bien connu du siècle dernier, originaire d’Argentan, faisait remarquer : « Je cherche à dire la réalité immédiate de la civilisation que nous faisons. Une seule chose m’intéresse : je descends dans la rue et je regarde : les maisons, les lampadaires, les roues de voitures, les enseignes lumineuses, les gens qui passent. Je récolte là ce dont j’ai besoin pour ma peinture. »

 

Mais, au fond, que nous révèle la démarche artistique ? Un attrait irrésistible de vivre et d’être heureux, une soif jamais assouvie de comprendre l’énigme que nous sommes, une volonté d’interpréter le monde qui nous entoure, de l’embellir et souvent de le remettre en cause, la recherche profonde d’une beauté cachée ?

 

A tous ceux qui vivent une démarche artistique et se sentent rejoints par ces questions, l’antenne « culture et foi » du diocèse de Séez vous convie à une rencontre-dialogue, le samedi 18 mai 2019, à Flers, entre 14h et 18h, au Forum de Flers (Salle 2/3 du FORUM, rue du collège à l’angle de la rue des Rochettes – 61100 FLERS )

Au cours de cette rencontre, quatre artistes de disciplines différentes (peinture, sculpture, théâtre, interprétation musicale) s’exprimeront sur leur démarche. Ils diront ce qui les a fait choisir tel mode d’expression – ce qu’ils tentent d’exprimer d’eux-mêmes, de l’homme en général, de notre monde, à travers leur art – en quoi leur démarche peut être qualifiée de spirituelle ?

Sur la base de ces interventions, un échange s’engagera entre les participants.

En guise d’invitation à poursuivre l’aventure, Mgr. Gilbert Louis, responsable de « culture et foi », interviendra sur le thème : « démarche artistique, démarche spirituelle ? » Il s’appuiera, en particulier, sur la lettre que Jean-Paul II adressait aux artistes, il y a tout juste 20 ans.

artistes Flers

Inscription souhaitée ici.

A la une #Articles #NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

Les catholiques déploient des stratégies de reconquête culturelle et politique.

Yann Raison du Cleuziou, les dessous d’une « contre-révolution »
Pour le politologue, à droite comme à gauche, les catholiques déploient des stratégies de reconquête culturelle et politique. Décryptage.
Propos recueillis par Jérôme Cordelier, Le Point

 

Dans son nouvel ouvrage, ” Une contre-révolution catholique ” (Seuil), le politologue décortique La Manif pour tous comme matrice de l’engagement des jeunes au nom de la perpétuation d’un ordre social.

Le Point : Les catholiques affrontent-ils l’une des plus graves crises de leur histoire ?

Yann Raison du Cleuziou : On l’a oublié, mais l’Eglise a traversé une crise très grave et très profonde durant les années 1960-1970. En France, plusieurs milliers de prêtres ont alors quitté leur sacerdoce. La pratique religieuse s’est effondrée et les fidèles se sont profondément divisés. Le pape Paul VI s’est inquiété des ” fumées de Satan ” qui entraient dans l’Eglise. La crise actuelle des abus sexuels est très différente. Sans doute les prêtres violeurs ou pédophiles représentent-ils peu de chose dans une religion qui comporte 1,3 milliard de fidèles, mais la portée mondiale de ces abus et surtout la compromission des sommets de l’institution ecclésiale dans une omerta coupable dévoilent un problème structurel que le pape François appelle le cléricalisme. Les catholiques de base sont doublement victimes de ces scandales sexuels : ils concernent leurs enfants, et leur foi se trouve discréditée à cause des agissements des abuseurs. Les quatre fondements de la ” nouvelle évangélisation ” entreprise par Jean-Paul II sont ébranlés : la morale sexuelle, la jeunesse, la centralisation du pouvoir à Rome, les communautés nouvelles.

Une immense perte de crédit pour l’Eglise, même auprès de ses plus fidèles ?

Certainement, mais, en même temps, le scandale des abus sexuels est la manifestation ecclésiale d’une dynamique qui traverse toutes les sociétés occidentales et se prolonge même au-delà : la remise en question de la domination masculine et des violences qu’elle facilite ou légitime. Cette question fait imploser toute une série d’institutions, avec les affaires DSK, Beaupin, MeeToo ou la Ligue du LOL. On retrouve partout des formes d’abus de pouvoir à des fins sexuelles, protégées et banalisées par une omerta. Mais ces abus sont encore plus insoutenables dans l’Eglise en raison de l’idéal évangélique revendiqué et parce que l’action de ces hommes engage Dieu lui-même. Le viol des corps se double d’un viol de la conscience spirituelle. C’est un grave degré de perversion. La mansuétude à l’égard d’une telle ” absolutisation ” du mensonge laisse pantois.

Le catholicisme a-t-il manqué son ancrage dans le monde contemporain ?

J’observe un paradoxe : à partir des années 1960, le catholicisme s’est tourné vers le monde, a affiché son désir de dialogue, et la fine fleur des militants catholiques s’est engagée dans tous les combats contre les injustices sans chercher à faire valoir sa foi en contrepartie. Or ce catholicisme marqué par Vatican II, tout en restant dominant, s’épuise. Ce que je montre dans mon livre, c’est que cette ligne conciliatrice s’est trouvée discréditée par l’évolution de la société : les lois bioéthiques, le mariage homosexuel, la remise en question de la valeur de l’héritage chrétien… La loi de la République a achevé de rompre avec la matrice qu’était la morale chrétienne. Cette sécularisation a validé le positionnement contre-culturel des courants les plus conservateurs.

Partagez-vous le diagnostic de Jérôme Fourquet, de l’Ifop, dans ” L’archipel français ” (Seuil), sur le fait que la société française serait entrée dans une ” ère post-chrétienne ” ?

Ce diagnostic, Danièle Hervieu-Léger l’avait déjà formulé en 2003. Oui, les courbes – baptêmes, mariages, obsèques religieuses… – continuent de chuter. Le séminaire de Lille a fermé la semaine dernière. Les paroisses ne cessent d’être fusionnées pour correspondre au nombre de prêtres résiduels. Et je ne parle pas des difficultés financières. Jérôme Fourquet envisage une ” disparition “, moi, je réfléchis sur ce qui va demeurer. Le devenir de l’Eglise dépend de ceux qui resteront. Or les courants conciliaires parviennent moins à se perpétuer que les courants conservateurs. Il suffit d’observer le profil des jeunes qui vont encore à la messe ou des vocations sacerdotales résiduelles pour le mesurer.

A vous lire, une ” contre-révolution catholique est en cours “. Mais contre qui et pour quoi ?

Je prends ce terme de ” contre-révolution ” dans l’acception très précise que lui a donné le penseur royaliste Joseph de Maistre en 1797 : ” La contre-révolution ne sera pas une révolution en sens contraire, mais le contraire d’une révolution. ” Il ne s’agit pas d’un retour au passé, mais de la perpétuation d’un ordre. Ce qui m’intéresse, c’est la capacité des catholiques conservateurs à transmettre au sein de leurs familles une conception de l’ordre social fondé sur le religieux. Ils résistent à la sécularisation et, tout spécialement depuis le pontificat de Jean-Paul II, ils ont fait de la morale sexuelle leur bastion à défendre contre le libéralisme sociétal. Leur combat se situe sur deux fronts : il s’agit à la fois de restaurer l’Eglise catholique, qu’ils estiment attiédie par une interprétation abusive de Vatican II, et de restaurer la France en lui redonnant son identité chrétienne. A partir des communautés nouvelles, ils déploient des stratégies de reconquête.

Vous dites que La Manif pour tous s’inscrit ” dans l’histoire de la reconstruction d’un catholicisme politique “. Mais, si ce mouvement mobilise dans la rue, son impact sur les décisions est bien moindre, non ?

Cette mobilisation de masse a montré que, désormais, au sein de l’Eglise les réseaux les plus dynamiques et jeunes sont du côté conservateur. Et aujourd’hui, politiquement, la captation de cette capacité de mobilisation est devenue un enjeu de la recomposition des droites. Une jeune génération de catholiques est née à la politique dans ces manifs, et j’ai constaté que cela a infléchi ses trajectoires. Tous ces jeunes n’ont pas rejoint un parti, certains ont choisi de devenir enseignants, mais ce qui est certain, c’est qu’ils ont désormais un rapport engagé vis-à-vis de la société.

Est-ce la base politique que Laurent Wauquiez tente de récupérer en plaçant François-Xavier Bellamy à la tête de la liste LR aux européennes ?

Attention, cet univers militant est divisé quant à la stratégie politique à adopter. Beaucoup de commentateurs ont écrasé toute la complexité du catholicisme conservateur. Sens commun n’a jamais fait l’unanimité parmi les militants de La Manif pour tous, et son choix de rallier François Fillon a été dénoncé par ceux qui pensaient que Jean-Frédéric Poisson ou Marion Maréchal, surtout, incarnaient de façon plus crédible leur projet. François-Xavier Bellamy ne fait pas non plus l’unanimité. Il n’utilise pas d’arguments confessionnels et a toujours refusé de penser son combat politique comme une défense des intérêts catholiques. Cela dit, il ne masque pas son ancrage personnel dans la foi. Les réseaux catholiques sont source de créativité politique à droite : si, pour l’instant, ils n’aboutissent guère, on peut penser qu’à long terme ils joueront un rôle dans le renouvellement des figures politiques. Voyez le dynamisme de revues comme L’Incorrect , proche de Marion Maréchal, ou encore, à gauche, Limite , qui agitent le débat intellectuel. Leurs combats sont d’abord culturels, mais ils préparent le terrain aux combats politiques futurs.

Sur quels fondements ?

J’observe que la référence aux ” racines chrétiennes de la France ” est désormais un topique des discours de droite. En tant que matrice de l’identité nationale, le catholicisme est instrumentalisé comme une frontière culturelle afin d’affirmer l’incompatibilité de l’islam avec la France. Embrigadé par la rhétorique populiste, ce catholicisme n’a plus rien de spirituel, il n’est plus qu’un patrimoine mobilisable à des fins identitaires. A ce titre, exposer une crèche dans une mairie est bien une démarche politique et non religieuse. Et c’est pourquoi les catholiques, y compris conservateurs, sont divisés quant à l’attitude à avoir à l’égard de ce regain tardif d’attachement à des symboles catholiques alors que les églises sont désertées.

Vous insistez sur le ” sentiment de déclassement ” des catholiques…

Aujourd’hui, les catholiques souffrent vraiment d’une absence de reconnaissance. Ils ont le sentiment d’être des citoyens exemplaires prenant à bras-le-corps les urgences sociales, en étant des partenaires très efficaces des services de l’Etat, comme l’est le Secours catholique. Mais, en même temps, ils sont les victimes de petites phrases d’élus qui ne peuvent pas s’empêcher de les caricaturer ou de les dénigrer gratuitement, comme si ces attaques étaient sans conséquences. Cette hostilité donne une fois encore raison aux plus conservateurs et marginalise ceux qui recherchent le compromis

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Nouveau cycle de 5 conférences sur l’Irak – du 26 mars au 19 septembre 2019 à Paris

La semaine prochaine, démarre à Paris avec une intervention de Charles Personnaz un nouveau cycle de conférences lancé par Fraternité en Irak : Irak, origines et perspectives d’une nation plurielle“. D’ici à l’automne 2019, elles nous feront découvrir l’Irak dans sa diversité.

Programme

 1) Protection des chrétiens et du patrimoine au Moyen-Orient

> Mardi 26 mars, 20h30, 20h30 – Eglise St Léon : 1 place du Cardinal Amette, 75015 Paris

Présentée par Charles Personnaz, cette première conférence rappellera le rôle de la France quant à la protection des communautés chrétiennes et du patrimoine au Moyen-Orient.

2) Le Moyen-Orient, au carrefour des religions

> Lundi 15 avril, Maison Magis : 12 rue d’Assas, 75006 Paris. Vous pouvez vous inscrire gratuitement ici

Deux spécialistes des religions (Mmes Masetti-Rouault et Briquel-Chatonnet), présenteront la diversité et la richesse confessionnelle au Moyen-Orient.

3) Irak antique, de la civilisation mésopotamienne aux chrétiens d’Orient : un patrimoine en danger

> Mercredi 22 mai.

Charles Personnaz, Cécile Michel (CNRS) et Aurélie Clémente-Ruiz (Institut du Monde Arabe) aborderont  l’enjeu de la sauvegarde du patrimoine architectural et archéologique irakien menacé par l’Etat islamique.

4) L’organisation Etat Islamique est-elle vaincue ? De la lutte armée à la bataille des idées

> Lundi 24 juin.

Myriam Benraad rappellera comment s’est développé l’Etat Islamique et comment un vivre-ensemble peut aujourd’hui se reconstruire.

5) Quel avenir pour une société irakienne pluriconfessionnelle et pluriethnique ? 

> Automne 2019.

Gérard-François Dumont, géographe, envisagera la préservation de la société irakienne.

Programme complet et inscriptions

Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

En chemin, 22e semaine du Marais Chrétien – du 8 au 17 mars 2019 à Paris

« En chemin » cette 22e édition du Festival du Marais Chrétien se déroule dans une vingtaine de lieux emblématiques des 3e et 4e arrondissements de Paris, cathédrale et églises, temples et synagogue, musées et mairies… Autant de lieux à découvrir.

Le quartier du Marais, haut lieu touristique, est célèbre pour son patrimoine artistique et religieux. S’appuyant sur la richesse des arts, la diversité des époques et des sensibilités artistiques et religieuses, le Marais Chrétien s’en fait la mémoire tout comme il s’inscrit dans la créativité contemporaine.

Programme et informations