Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messe pour la libération de Paris le 26 août 2018

Messe présidée par Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris.

Conformément à la convention signée le 26 juin 2002 entre la Fondation Charles de Gaulle, la Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque et l’archevêché de Paris, une messe anniversaire de la Libération de Paris est célébrée chaque année.

Dans le chœur de Notre-Dame, une plaque commémorative fait mémoire du 26 août 1944 et de la signature de cette convention.

Paris garde ainsi la mémoire religieuse de sa libération. Le 26 août 1944 en effet, après avoir triomphalement descendu l’avenue des Champs-Elysées, le Général de Gaulle avait tenu à se rendre à la cathédrale Notre-Dame, accompagné du Général Leclerc, libérateur de Paris à la tête de la 2ème Division blindée, et des chefs de la Résistance française. Dans une atmosphère chargée d’émotion, et alors que des coups de feu se font encore entendre, le chant du Magnificat avait retenti dans la cathédrale.

Ce grand moment de ferveur est, depuis lors, commémoré par la célébration d’une messe annuelle en la cathédrale Notre-Dame de Paris, à l’initiative de la famille du Maréchal Leclerc et des mouvements de résistance. La messe pendant laquelle est chanté le Magnificat, est célébrée à l’intention explicite du Général de Gaulle, du Maréchal Leclerc, de tous les résistants, victimes civiles et militaires de la guerre de 1939-1945, ainsi que pour la paix.

26 août à 11h30

6 parvis Notre-Dame – Place Jean-Paul II, 75004 Paris 75004 Paris

En France #NLQ

“Prospérité et gloire à notre Eglise catholique” La laïcité selon de Gaulle

“Nous avons, en France, un respect particulier pour Sa Sainteté. Nous déposons, au nom de la France, nos respects à ses pieds. Et nous lui demandons, tout son bienveillant appui. Je tiens à adresser mes vœux de prospérité et de gloire à notre Église Catholique.”

1959 -Charles de Gaulle

Brèves

De Gaulle, Pie XII et la France

“La mission vient de m’être donnée de diriger à nouveau la France. Au moment où j’assume cette lourde responsabilité, ma pensée se porte vers Votre Sainteté. En toute piété, j’appelle son soutien spirituel sur mon action en lui demandant de bénir la France.”

 

Charles de Gaulle à Pie XII

A la une #En France #NLQ

Chrétien une maladie honteuse ?

La valse des petites phrases continue son ballet médiatico-politique. Nous relevions, hier, le “je suis gaulliste et de surcroît chrétien” de François Fillon, saluant au passage la non-réaction de la bobosphère. Mais pas du tout, les vierges effarouchées sont toujours bien vivantes, quoique peu crédibles avec leur cri d’orfraie.

Il y aurait contradiction entre un gaullisme, dont les fondements seraient laïcs (Seigneur, voilà à quoi conduisent nos cours d’histoire !), et le fait d’être chrétien (sic). Heureusement que Christian Jacob était là pour voler au secours du chrétien engagé dans la campagne : François Fillon a juste voulu exprimer qu’il était quelqu’un de solidaire. Bref, on oublie la dignité humaine pour se rabattre sur la solidarité, tâchant de gommer que l’un ne va pas sans l’autre et qu’il n’y a de vraie solidarité que si elle repose sur une dignité humaine véritable.

christian-jacob

 

Les indignations des contradicteurs de Christian Jacob montrent que pourtant, eux, ne s’y trompent pas. Et ils ont bien entendu derrière “dignité humaine”, le combat pro-vie ou la lutte contre la loi Taubira. Il n’est pas certain que François Fillon, lui, entendait s’engager sur ce terrain là, même si la phrase avait de forte chance d’être à l’intention de tel électorat.

Mais ce qui inquiète, c’est que “c’est le premier à faire ça”. S’il faisait école, ce serait un raz-de-marée contre l’idéologie au pouvoir. Comme quoi, être chrétien, ça rassure ou ça fait peur.

Toutefois, tout le monde, même la peur au ventre, convient quand même du fait qu’“être chrétien n’est pas une maladie honteuse”.

Cependant, nous savons que la gauche et une large part de la droite craignent beaucoup plus les chrétiens que les musulmans. Car, pour eux, le terrorisme est un danger marginal (pensent-ils), tandis que les chrétiens se battent contre eux frontalement sur le même terrain. Ce qu’ils veulent détruire est précisément ce que les catholiques entendent défendre. Et il se trouve que, pour l’heure, l’islam est un allié.