A la une #NLQ #Rome

La défense de la famille constitue la “limite“ de l’obéissance à l’Etat – Pape François

« Une sorte de boussole pour comprendre notre temps présent et trouver une orientation solide pour l’avenir ». Cest ainsi que le Pape François défini ce volume de textes choisis par son prédécesseurs. Le Pape souligne que l’ouvrage, qui sera présenté le 11 mai prochain, est également « une véritable source d’inspiration pour une action politique qui, en plaçant la famille, la solidarité et l’équité au centre, regarde vraimment vers un avenir avec clairvoyance ».

La liberté à l’obeissance à Dieu

Un thème qui a toujours été au centre de l’attention du Pape émérite, écrit François, est celui qui l’a porté depuis sa jeunesse « à réfléchir sur les limites de l’obéissance à l’Etat au profit de la liberté de l’obéissance à Dieu ». En effet, rappelle le Pape, Joseph Ratzinger expérimenta en personne le nazisme qui, par son « mensonge totalitaire » de vouloir renfermer « toutes les espérances humaines » devint « démoniaque et tyrannique ».

L’attention préférentielle pour les pauvres

Dans le même temps, les textes choisis par le Pape émérite mettent en discussion la « prétention totalitaire de l’état marxiste et de l’idéologie sur laquelle il s’est fondée » souligne le pape actuel. L’authentique contraste entre le marxisme et le christianisme pour le pape Ratzinger « ne vient pas de la préférence du chrétien pour les pauvres, mais dérive plutôt de la source de la rédemption de l’homme » poursuit François dans la préface.

Le risque de la “colonisation des consciences”

Aujourd’hui, on tend à regarder seulement l’amour de l’homme pour son propre égo écrit encore le Pape argentin, cela porte à une “colonisation des consciences”, nie les différences entre masculin et féminin, planifie rationnellement la production d’êtres humains, et conduit à « tenir pour logique et licite l’élimination de ce qui ne se considère plus créé, donné, conçu et généré, mais fait par nous-même »

Apparaissent alors des “droits humains en apparence”, souligne le Pape, “tous orientés vers l’auto-destruction de l’homme” parce qu’ils nient que “l’homme est créature de Dieu, qui en protège la liberté et la dignité.

Défendre la famille pour le bien du monde et de l’Eglise

Le Pape explique ainsi qu’il est important de défendre l’homme “contre les réductions idéologiques”. Dans une époque de mutations comme celles qui vit le monde contemporain, conclut-il dans sa préface, cela signifie “défendre la famille parce que l’avenir de l’humanité passe à travers elle et son bien est décisif pour l’avenir du monde et de l’Eglise”.

 

Source Vatican News

Brèves

Fédération One of us : un second forum européen à Budapest

Budapest accueillera les 26 et 27 mai prochain le second forum européen organisé par la Fédération One of Us, sous le haut-patronage du premier ministre Hongrois, Viktor Orbán et de la ministre de la famille, Katalin Novák.  ». Il aura pour thème « Protéger la vie : le cœur du nouveau débat culturel » et accueillera des politiques européens et nationaux, des personnalités associatives, des experts de la santé et de l’éthique.

Ce forum a pour objectif :

• « d’alerter sur le dévoiement des notions de personne, de la famille et de la vie humaine, et de se mobiliser contre la déstabilisation de la société qui s’en suit,

• de faire émerger un débat en Europe, d’encourager le développement de l’Europe basé sur des valeurs fortes au premier rang desquelles la protection de la vie humaine vulnérable,

• d’encourager les pays qui cherchent à protéger la vie et la famille comme la Hongrie, la Pologne et la  République tchèque ».

Quels risques et quelles réalités en Europe, mais aussi quelles solutions et quelles alternatives en ce qui concerne la protection de la vie et la valeur de la famille ? Autant de questions auxquelles s’intéresseront les participants venus notamment d’Espagne, de Pologne, de Slovaquie, de Hongrie et de France.

Source

A la une #NLQ #Rome

Visite ad limina – Vie et famille – Les évêques du Guatemala dénoncent des « organisations » ayant un grand pouvoir économique, une grande capacité de pénétration dans les médias

Le pape François a reçu les évêques du Guatemala, à l’occasion leur visita ad limina, dans la matinée du 22 mai 2017, au Vatican. Au centre des échanges, a rapporté Radio Vatican en italien, les défis de l’Eglise guatémaltèque, une Eglise composée en grande partie d’indigènes et une Eglise de martyrs récents.

Le président de la Conférence épiscopale, Mgr Gonzalo De Villa y Vásquez, évêque de Sololá-Chimaltenango, a fait le point après la rencontre : « Nous sommes une Eglise qui a un passé récent de martyrs » avec « une grande persécution advenue dans le contexte d’un conflit armé interne » dans les années 70.

« Ces dernières années, ajoute-t-il, l’Eglise au Guatemala a eu en revanche diverses bénédictions : le nombre des vocations a augmenté, nous avons plus de séminaristes et d’ordinations sacerdotales que nous n’avons jamais eu dans l’histoire ». Mais « nous avons vu beaucoup de frères s’éloigner de l’Eglise catholique surtout pour entrer dans des groupes pentecôtistes et c’est l’un des problèmes de l’Eglise guatémaltèque aujourd’hui ».

Aujourd’hui, indique-t-il, l’Eglise se bat pour les droits humains et la défense de la vie : « La réponse de l’Etat aux besoins de la population dans le domaine de la santé, de l’éducation et du travail continue à être faible et insuffisante… nous faisons ce que nous pouvons mais nous sommes comme David contre Goliath ».

« Quand nous parlons de la défense de la vie, précise Mgr Gonzalo De Villa y Vásquez, nous ne faisons pas seulement référence à l’avortement… mais aussi à la dignité de la vie des personnes qui à leur naissance ont le droit de ne pas souffrir de dénutrition infantile et de vivre de façon décente ». Evoquant des projets de loi menaçant la vie et la famille, il dénonce des « organisations » ayant « un grand pouvoir économique, une grande capacité de pénétration dans les médias » et qui « jouissent du soutien des agences des Nations unies pour imposer à un petit pays avec un gouvernement faible un agenda politique orienté vers l’approbation de telles lois ».

Enfin, l’évêque s’arrête sur la défense des peuples indigènes et sur les « polarisations » qui sont nées à cause des industries extractives sur leurs terres : « Je suis évêque d’un diocèse où 93 % de la population est indigène et la très grande majorité du clergé et des séminaristes est indigène ». Tout en protégeant les droits des populations locales, estime-t-il, on ne peut s’opposer à tout ce qui encourage le développement.

 

Source Zenit

Conférences/Formations #NLQ

Paris – “Le parlement national a-t-il encore du poids dans la politique familiale ?” Conférence de Maria Hildingsson

Maria Hildingsson, secrétaire générale de la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE), sera à Saint Léon à l’initiative de l’AFC de Saint Léon, en partenariat avec la Fédération des AFC de Paris, pour répondre à la question :

« Le parlement national a-t-il encore du poids dans la politique familiale ? »

Maria Hildingsson est basée à Bruxelles depuis 2009, au titre de la FAFCE, pour y suivre les initiatives du Parlement Européen concernant la famille. Son expertise et son talent de conférencière sont appréciés partout en Europe. Elle pourra nous donner, de l’intérieur, une vue sur le combat pour la famille à Bruxelles et comment il faut le relayer pour ces prochaines élections législatives en France.

Cette conférence, ouverte à tous, aura lieu à 20h30 le jeudi 11 mai, dans la chapelle de la Paroisse Saint Léon (11 Place du Cardinal Amette, Paris 15ème).

Source

En France #NLH #NLQ

Mum, Dad and Kids : La collection de signatures se poursuivra jusqu’au 3 avril 2017

C’est une excellente nouvelle : l’initiative citoyenne européenne Mum, Dad & Kids se poursuivra jusqu’au 3 avril 2017 !

Nous reproduisons ici le communiqué de presse des porteurs de l’initiative :

ICE « Mum Dad & Kids » : La collection de Signatures se poursuivra jusqu’au 3 avril 2017

La collecte des signatures pour l’initiative citoyenne européenne pro-famille « Mum Dad & Kids » se poursuivra jusqu’au 3 avril 2017, soit un an après son lancement officiel. Cela a été confirmé par une lettre que la présidente de l’ICE, Edit Frivaldszky, a adressée au vice-président de la Commission, Frans Timmermans. Dans cette lettre, elle a également demandé à la Commission de supprimer de son site Web des informations inexactes selon lesquelles la collection de signatures devait prendre fin à une date antérieure.

L’article 5, paragraphe 5, du règlement 211/2011 dispose :

Toutes les déclarations de soutien sont recueillies après la date d’enregistrement de la proposition d’initiative citoyenne et dans un délai n’excédant pas douze mois.

Cette disposition stipule que les déclarations de soutien doivent être recueillies, d’une part,  après l’enregistrement de l’ICE et, de l’autre part, dans un délai de 12 mois ou moins. Il ne dit pas que cette période doit nécessairement commencer immédiatement le jour de l’enregistrement. En effet, il ne dit même pas qu’il appartienne à la Commission de décider des dates auxquelles cette période doit commencer ou se terminer.

La disposition stipule en outre :

À la fin de ce délai, le registre indique que le délai a expiré et, le cas échéant, que le nombre requis de déclarations de soutien n’a pas été collecté.

Cela signifie qu’à la fin de la période d’un an une mention doit être inscrite au registre que le délai a expiré. Par contre, cela ne veut pas dire que la Commission devrait, le jour même de l’enregistrement d’une nouvelle ICE,  décider et indiquer dans le registre la date à laquelle la collecte de signatures prendra fin.

Les organisateurs de l’ECI « Mum Dad & Kids » n’ont pas lancé la collection de signatures immédiatement après l’enregistrement de l’initiative, mais seulement le 4 avril 2016. Cela était dû aux difficultés liées à la mise en place d’un système de collecte des signatures qui devait se conformer aux exigences techniques énoncées dans le règlement 211/2011.

Il manque encore environ 40.000 signatures en France pour atteindre le seuil minimal de signataires, gageons que d’ici avril nous pourrons les réunir !