Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Exposition : le diocèse de Séez et la Grande Guerre – jusqu’au 14 décembre 2018 à Sées (61)

A l’occasion du centenaire de l’armistice commémoré en cette année 2018, Mgr Habert, le service diocésain des archives historique et le service de la Bibliothèque diocésaine vous invitent à une exposition sur la vie du diocèse durant le premier conflit mondial : l’implication de ses prêtres, l’accueil des blessés et réfugiés, la vie paroissiale, les dévotions spécifiques, l’organisation du souvenir…

Du 15 octobre au 14 décembre  aux heures d’ouverture (9h-12h et 14h-17h) de la Maison diocésaine (29 rue Conté, Sées), dans le hall d’accueil.

Tribunes et entretiens

En débat : le Sacré-Coeur de Jésus

Emission diffusée le jeudi 21 juin 2018 à 11h sur RCF.

Ringarde la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus ? L’abbé Edouard Marot et Alicia Beauvisage le croyait jusqu’à ce qu’ils y découvre l’amour intense du Christ pour chacun. Une aventure incroyable qui est le reflet parfait du proverbe « Le foi soulève les montages ».

Présentation : Jean-Jacques-Durré

Source : cathobel

NLQ #Théologie

Les promesses du Sacré Cœur

Les promesses de Notre-Seigneur à Sainte Marguerite-Marie

En 1675, Notre-Seigneur déclare à sainte Marguerite-Marie Alacoque, religieuse de l’ordre de la Visitation, à Paray-le-Monial :
« Voilà ce Coeur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné, jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour ; et pour reconnaissance, je ne reçois de la plus grande partie que des ingratitudes, par les mépris, irrévérences, sacrilèges et froideurs qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. Mais, ce qui est encore plus rebutant, c’est que ce sont des coeurs qui me sont consacrés. C’est pour cela que je te demande que le premier vendredi d’après l’octave du Saint Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Coeur, en lui faisant réparation d’honneur par une amende honorable, communiant ce jour-là pour réparer les indignités qu’il a reçues pendant le temps qu’il a été exposé sur les autels ; et je te promets que mon Coeur se dilatera pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui lui rendront cet honneur ».

Jésus lui apparaît de nombreuses fois, de 1673 à 1675. De ses entretiens avec Notre-Seigneur on extrait classiquement 12 promesses. Voici quelques extraits du message du Sacré-Coeur de Jésus à sainte Marguerite-Marie (cf. Vie et OEuvres de Sainte Marguerite-Marie, publication de la Visitation de Paray, 1920).

« Pour les personnes séculières, elles trouveront, par le moyen de cette aimable dévotion, tous les secours nécessaires à leur état, c’est-à-dire la paix dans leur famille, le soulagement dans leurs travaux, les bénédictions du ciel dans toutes leurs entreprises, la consolation dans leurs misères, et c’est proprement dans ce Sacré Coeur qu’elles trouveront un lieu de refuge pendant toute leur vie et principalement à l’heure de leur mort ».

« Mon divin Sauveur m’a fait entendre que ceux qui travaillent au salut des âmes auront l’art de toucher les coeurs les plus endurcis et travailleront avec un succès merveilleux, s’ils sont pénétrés eux-mêmes d’une tendre dévotion au divin Coeur ».

« M’assurant qu’Il prenait un plaisir singulier d’être honoré sous la figure de ce Coeur de chair, dont Il voulait que l’image fût exposée en public, afin, ajouta-t-Il, de toucher par cet objet le coeur insensible des hommes ; me promettant qu’il répandrait avec abondance dans le coeur de tous ceux qui l’honoreraient tous les dons dont Il est plein ; et que, partout où cette image serait exposée pour y être singulièrement honorée, elle y attirerait toutes sortes de bénédictions ».

« Je me sens comme toute abîmée dans ce divin Coeur ; (…) j’y suis comme dans un abîme sans fond où Il me découvre des trésors d’amour et de grâces pour les personnes qui se consacreront et sacrifieront à lui rendre et procurer tout l’honneur et l’amour et la gloire qui sera à leur pouvoir ».

« Il m’a confirmé que le plaisir qu’Il prend d’être aimé, connu et honoré des créatures est si grand qu’Il m’a promis que tous ceux qui lui seront dévoués et consacrés ne périront jamais ».

« Un jour de vendredi, pendant la sainte communion, Il dit ces paroles à son indigne esclave : “Je te promets, dans l’excessive miséricorde de mon Coeur, que son amour tout puissant accordera à tous ceux qui communieront neuf premiers vendredis des mois, de suite, la grâce de la pénitence finale, ne mourant point dans ma disgrâce et sans recevoir leurs sacrements, mon divi Coeur se rendant leur asile assuré au dernier moment” ».

« Ne crains rien, je régnerai malgré mes ennemis et tous ceux qui s’y voudront opposer ».
« Il régnera, cet aimable Coeur, malgré Satan. Ce mot me transporte de joie ». « Enfin il régnera, ce divin Coeur, malgré ceux qui s’y voudront opposer. Satan demeurera confus avec tous ses adhérents ».

Le pdf suivant présente les dévotions au Sacré-Coeur : Plaquette%20Sacre%20Coeur.pdf

Source : belgicatho

Doctrine / Formation #NLH

Les promesses du Sacré Cœur

Les promesses de Notre-Seigneur à Sainte Marguerite-Marie

En 1675, Notre-Seigneur déclare à sainte Marguerite-Marie Alacoque, religieuse de l’ordre de la Visitation, à Paray-le-Monial :
« Voilà ce Coeur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné, jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour ; et pour reconnaissance, je ne reçois de la plus grande partie que des ingratitudes, par les mépris, irrévérences, sacrilèges et froideurs qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. Mais, ce qui est encore plus rebutant, c’est que ce sont des coeurs qui me sont consacrés. C’est pour cela que je te demande que le premier vendredi d’après l’octave du Saint Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Coeur, en lui faisant réparation d’honneur par une amende honorable, communiant ce jour-là pour réparer les indignités qu’il a reçues pendant le temps qu’il a été exposé sur les autels ; et je te promets que mon Coeur se dilatera pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui lui rendront cet honneur ».

Jésus lui apparaît de nombreuses fois, de 1673 à 1675. De ses entretiens avec Notre-Seigneur on extrait classiquement 12 promesses. Voici quelques extraits du message du Sacré-Coeur de Jésus à sainte Marguerite-Marie (cf. Vie et OEuvres de Sainte Marguerite-Marie, publication de la Visitation de Paray, 1920).

« Pour les personnes séculières, elles trouveront, par le moyen de cette aimable dévotion, tous les secours nécessaires à leur état, c’est-à-dire la paix dans leur famille, le soulagement dans leurs travaux, les bénédictions du ciel dans toutes leurs entreprises, la consolation dans leurs misères, et c’est proprement dans ce Sacré Coeur qu’elles trouveront un lieu de refuge pendant toute leur vie et principalement à l’heure de leur mort ».

« Mon divin Sauveur m’a fait entendre que ceux qui travaillent au salut des âmes auront l’art de toucher les coeurs les plus endurcis et travailleront avec un succès merveilleux, s’ils sont pénétrés eux-mêmes d’une tendre dévotion au divin Coeur ».

« M’assurant qu’Il prenait un plaisir singulier d’être honoré sous la figure de ce Coeur de chair, dont Il voulait que l’image fût exposée en public, afin, ajouta-t-Il, de toucher par cet objet le coeur insensible des hommes ; me promettant qu’il répandrait avec abondance dans le coeur de tous ceux qui l’honoreraient tous les dons dont Il est plein ; et que, partout où cette image serait exposée pour y être singulièrement honorée, elle y attirerait toutes sortes de bénédictions ».

« Je me sens comme toute abîmée dans ce divin Coeur ; (…) j’y suis comme dans un abîme sans fond où Il me découvre des trésors d’amour et de grâces pour les personnes qui se consacreront et sacrifieront à lui rendre et procurer tout l’honneur et l’amour et la gloire qui sera à leur pouvoir ».

« Il m’a confirmé que le plaisir qu’Il prend d’être aimé, connu et honoré des créatures est si grand qu’Il m’a promis que tous ceux qui lui seront dévoués et consacrés ne périront jamais ».

« Un jour de vendredi, pendant la sainte communion, Il dit ces paroles à son indigne esclave : “Je te promets, dans l’excessive miséricorde de mon Coeur, que son amour tout puissant accordera à tous ceux qui communieront neuf premiers vendredis des mois, de suite, la grâce de la pénitence finale, ne mourant point dans ma disgrâce et sans recevoir leurs sacrements, mon divi Coeur se rendant leur asile assuré au dernier moment” ».

« Ne crains rien, je régnerai malgré mes ennemis et tous ceux qui s’y voudront opposer ».
« Il régnera, cet aimable Coeur, malgré Satan. Ce mot me transporte de joie ». « Enfin il régnera, ce divin Coeur, malgré ceux qui s’y voudront opposer. Satan demeurera confus avec tous ses adhérents ».

Le pdf suivant présente les dévotions au Sacré-Coeur : Plaquette%20Sacre%20Coeur.pdf

Source : belgicatho

A la une #NLH #NLQ #Rome

Pour le cardinal Piacenza, mépriser les dévotions de carême est une forme d’intellectualisme

Le cardinal Piacenza, Grand Pénitencier rappelle que « les dévotions du carême » qui sont souvent considérées comme quelque chose de « vieux » et de « formel » sont en effet « des signes, parfois simples, à travers lesquels vous pouvez nourrir la foi ». « Comme dans un grand amour, explique le cardinal, les proclamations ne suffisent jamais, mais ce sont les petits gestes quotidiens qui nourrissent la relation, c’est ce qui se produit aussi avec Dieu. »

Le Grand pénitencier met en garde contre « le mépris de soi-disant « dévotions » et contre « l’aristocratisme » religieux ». Il existe dans cette attitude, estime-t-il, « un risque très sérieux de réduire la foi à une simple question intellectuelle, impliquant un seul aspect de la vie de l’homme. »

« L’Église nous invite à faire des dévotions », affirme le cardinal. « Le jeûne, qui implique le corps, le Chemin de Croix, qui vous invite à marcher sur les traces du Seigneur, le silence, qui permet au cœur de vraiment écouter, sont tous les gestes possibles du Carême, qui soutiennent l’acte concret de la foi. »

« Les « pratiques pieuses de dévotion », conclut le cardinal Piacenza, sont des actes d’amour simples, possibles pour tous, mais ils disent pourtant beaucoup de choses sur notre foi. Et chaque grand amour se nourrit de petits gestes. Ce sont des caresses à Jésus crucifié. »

Source