Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Retraite “Passer de la malédiction à la bénédiction, chemin de conversion et de guérison” du 4 au 9 février 2019 à St-Denis-du-Maine (53)

La Cité de l’Immaculée de St-Denis-du-Maine vous propose de vivre une retraite en silence sur le thème “Passer de la malédiction à la bénédiction,chemin de conversion et de guérison”. Animée par le Père Timothée Longhi, prêtre exorciste adjoint pour le diocèse de Laval, celle-ci aura lieu du lundi 4 au samedi 9 février 2019.

L’Ecriture nous enseigne que le « Christ a payé pour nous libérer de la malédiction de la loi, en devenant lui-même malédiction pour nous » (Ga 3,13). Il est donc possible de passer de la malédiction à la bénédiction. C’est précisément ce chemin qu’il est proposé d’emprunter en ces quelques jours.

Le Père Timothée évoquera au cours de cette retraite les portes d’entrée de la malédiction (souffrances, péchés personnels ou familiaux, démarches ésotériques etc. …)  et le chemin pour en être libéré.

 

Pratique

Retraite en silence, pour tous, du lundi 4 février (accueil de 15h à 17h30) au samedi 9 février 2019 (14h).

La retraite commence à 17h30 par le Chapelet et l’Eucharistie

Articles #En France #NLH #NLQ

Les chapelles de la Mayenne dans vos galettes des rois

Pour la 5e année consécutive, Radio Fidélité réitère sa campagne de fèves à l’occasion de l’Epiphanie. Après les églises, les châteaux, les abbayes et les moulins de la Mayenne, ce sont douze chapelles de Mayenne (sur les quelque 1 200 que compte le département) qui sont ainsi mises à l’honneur. Au total 30 000 fèves.

Pas moins de 30.000 fèves ont été réparties chez 19 artisans boulangers partenaires de cette opération devenue désormais une tradition sur le diocèse de Laval.

Pour Samuel Pécot, de Radio Fidélité, la campagne des fèves mayennaises est notamment l’occasion de rappeler que l’Epiphanie est une fête chrétienne et que nous ne sommes pas condamnés à trouver uniquement des Mickeys dans nos galettes ! Elle est également l’occasion de valoriser le patrimoine religieux (ou non) du département. Ce que confirme François Delatouche, maire de Saint-Pierre-sur-Erve et en charge du patrimoine pour les Coévrons où une chapelle a été sélectionnée. C’est un moyen de communication très utile pour marquer l’ancrage chrétien de notre département et faire connaître notre patrimoine aux randonneurs.

Les collections de fèves mayennaises réalisées en porcelaine à Aubagne, dans le fief des santons de Provence, sont aujourd’hui très recherchées par les collectionneurs… et par les gourmands qui pourront les retrouver notamment dans les meilleures galettes à la frangipane ou briochées du département, primées en 2018 !

Plus d’informations

En France #NLQ

Laval : des nouvelles des Petites Soeurs de Marie Mère de Rédempteur

L’association de soutien nous communique :

Après ces mois d’été, il est temps de vous communiquer les dernières nouvelles sur la situation de nos Petites Sœurs, qui, comme vous pourrez le constater, n’ont pas bénéficié d’une trêve estivale… Bien au contraire, la pression s’est encore accentuée avec des Commissaires décidés, coûte que coûte, à mettre au pas cette petite Congrégation qui ose résister, en son âme et conscience, à l’autorité suprême.

Pour mieux vous éclairer, nous avons retenu les évènements marquants survenus depuis notre dernière communication du 13 juin dernier. Nous vous indiquions, alors, que le Dicastère pour les religieux avait imposé aux Petites Sœurs de Marie, d’accueillir les Commissaires, plusieurs jours, dans leurs communautés, sous “peine de renvoi de l’Institut”, en cas de refus.

Les visites se sont donc déroulées sous la contrainte, en forme d’entretien individuel avec les Petites Sœurs, seules face à deux Commissaires … Ces derniers, en fonction du profil des sœurs, tentaient de rassurer certaines, faisaient miroiter de “bonnes places” à d’autres dans l’organisation future de la Congrégation… Comme si l’objectif principal de cette opération avait été d’ouvrir une brèche dans l’unité des Petites Sœurs, en cherchant à les diviser, alors qu’il règne une belle communion entre elles. C’est le cas, notamment, entre les communautés du Midi, que même l’archevêque de Toulouse, acquis à la cause du Dicastère (disons, de Mgr
Scherrer), cherche à opposer par tous les moyens…

Les méthodes employées, mêlant intimidation, menace et manipulation, sont ressenties comme du harcèlement moral par de nombreuses Sœurs.

Lire la suite dans la lettre d’informations du 2 octobre 2018

Laval : Les Petites Soeurs de Marie Mère du Rédempteur confrontées à de graves difficultés

Les Petites Soeurs de Marie Mère de Rédempteur sous le coup d’une nouvelle visite canonique

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Nuit d’adoration du Saint Sacrement chez les Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur – Vendredi 1er juin 2018 à Saint-Aignan sur Roë (53)

Nuit d’adoration du Saint Sacrement – Vendredi 1er juin 2018
Chez les Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur.
Communauté Saint Jean
14, rue Pierre Boisramé 53390 Saint-Aignan sur Roë

 

Proposée et organisée par des amis des Petites Sœurs, en forme de soutien spirituel dans l’épreuve qu’elles traversent.

Animation : chants, prières, méditations de texte de l’Evangile et de Mère Marie de la Croix.

 

Vous êtes invités à venir participer à cette nuit d’adoration

ou à vous y associer par la prière.

Pour les aspects pratiques (réservation repas/chambre à la Maison d’accueil Saint Jean)

Contacter la sœur hôtelière : email : psm.st-aignan@wanadoo.fr / Tel : 02 43 06 58 84

 

Le Comité de soutien aux Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur

 

Ecce – Fiat – Magnificat !

NLQ #Sorties/Animations

“Après la pluie…”, une pièce de théâtre pour parler du mal-être – diocèse de Laval (53) – 12-19-26 novembre

Nous connaissons tous des personnes atteintes de mal-être. Beaucoup de nos familles sont marquées par le suicide d’un proche… Comment en parler ? Comment aider les personnes ? Comment soutenir les familles ?  Cette pièce peut aider à réfléchir et trouver des réponses.

 

“Après la pluie…” est une pièce de théâtre pour s’émouvoir, s’amuser et surtout réfléchir ensemble sur le mal-être, ce sujet si douloureux et si important, qui touche chacun de nous. Après la représentation, les participants seront invités à échanger. Cet événement est organisé par le collectif mayennais de la Prévention du mal-être et du suicide (six associations) et Solidarité Paysans 53. ELa pièce est interprétée par la Compagnie professionnelle “Les chercheurs d’art”.

Renseignements : 06 86 06 43 48   

Entrée : 3 €.

 

Les représentations :

Samedi 28 octobre à 20h30 au Théâtre de Mayenne.
Dimanche 12 novembre à 14h30 à la Salle des fêtes de Château-Gontier.
Dimanche 19 novembre à 14h30 au Théâtre de l’Avant-Scène à Laval.
Dimanche 26 novembre à 14h30 à la Salle Saint-Exupéry de Cossé-le-Vivien.

En France #NLQ

10 ans de la Roë : retour sur une expérience positive au sein du diocèse de Laval

La communauté paroissiale de La Roë fêtera le 24 septembre 2017 les dix ans de l’installation du groupe stable de fidèles catholiques en l’église abbatiale Notre-Dame de La Roë (XI ème siècle) pour l’application du Motu proprio Summorum Pontificum par l’évêque de Laval. Cette expérience est particulièrement positive et démontre l’insertion sans difficultés dans le diocèse de Laval d’une communauté de fidèles attachée à un rit traditionnel (le rit dominicain). Le dimanche 24 septembre 2017, aura donc lieu l’action de grâce des 10 ans de La Roë. À 10 h 30, une messe solennelle sera célébrée. Cette célébration sera suivie d’un banquet gaulois prévu à 12 h.

Le responsable communication de la communauté, Bertrand de Lamotte, a bien voulu répondre aux questions d’InfoCatho. Nous l’en remercions vivement.

Qu’est ce que cette expérience a d’original dans le diocèse de Laval ?

En pleine zone rurale au sud-ouest de la Mayenne, dans un village de 200 habitants, notre installation a permis de faire revivre une magnifique abbatiale avec 500 places assises. Cette église-abbatiale était tombée en désuétude depuis une vingtaine d’année. Elle est aujourd’hui une pierre vivante de l’Église soutenue par une jeunesse motivée, celle-là même que l’on croise sur les routes de chrétienté entre Notre-Dame-de-Paris et Notre-Dame-de-Chartres.

 Comment fonctionne cette communauté ?

Les dominicains de la Fraternité Saint Vincent Ferrier à Chémeré-le-Roi mandatés par l’évêque de Laval nous assurent une vie de quasi paroisse selon le rit dominicain traditionnel avec messes, sacrements et vie paroissiale (catéchisme, aumônerie scoute et conférences). Un lutrin de chantres très actif chante le propre de la messe avec des partitions d’avant la réforme grégorienne (cas sans doute unique en France). Une chorale polyphonique assure les autres chants offrant ainsi une grande variété de mélodies pendant la messe. Une association des amis de la Roë organise le financement de la restauration des objets liturgiques en lien avec les autorités compétentes. Enfin à la sortie de la messe un local à la porte de l’église accueille un lieu convivial “La grange St Michel” destiné à créer et renforcer les liens de la communauté autour d’une boisson chaude ou froide. Un espace don permet de profiter des produits du terroir (fruits, légumes, œufs, lait, gibier, services divers) contre une obole proportionnelle à ses moyens (celui qui n’a rien peut ainsi se servir dans la dignité). Les profits servent à couvrir les frais des dominicains ordre prêcheur.

Y a t il eu des événements ou faits marquants pendant ces 10 ans ?

Oui : une ordination en 2010 d’un dominicain par Mgr Brouwet actuel évêque de Lourdes (l’ordination en photos) et plusieurs cérémonies de confirmations avec l’évêque de Laval. On peut accéder à la revue de presse de 2007 à 2014 sur ce lien.

Un mot de conclusion ?

Les fidèles de La Roë ont a cœur de soutenir le projet d’église en cours à Chémeré-le-Roi qui a toujours besoin de dons

 

En France #NLQ

Diocèse de Laval – 1 million de déficit – On ne peut plus vivre d’amour et d’eau fraiche

Arnaud Trubert, économe du diocèse de Laval, fait les comptes, à l’issue de l’assemblée générale de l’association gestionnaire du diocèse, en déficit. Un temps, ce déficit était comblé par des dons importants notamment des legs. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Budget  global de 6 M d’€ pour 2016.

Les charges sont en diminution de 3 % par rapport à 2015 soit – 200 000€ intégrant une baisse de la masse salariale de 10 %.

Les produits de gestion courante, issus principalement  des ventes de la librairie et des cierges ainsi que des pèlerinages, du denier, des quêtes, de dons divers et du casuel, ont représenté un montant global de 4.255 millions d’€, en retrait de  3 % soit – 140 000€. »

En intégrant  le  résultat financier de + 173 000€, la cession des biens immobiliers de + 270 000€, les legs pour 297 000€ et les impôts et charges diverses pour  62 000€, l’exercice 2016 fait donc apparaître un déficit de  1 058 802€ quand l’exercice 2015 présentait  un résultat de  -164 547€.

Source

Le diocèse de Laval ne peut pas  « vivre que d’amour, de charité et d’eau fraîche » !

« Mener à bien toutes ses missions de pastorale, honorer ses engagements vis-à-vis des  tiers, payer ses prêtres et ses laïcs, intégrer ses dotations aux amortissements (investissements Maison diocésaine,  salles de Landivy et Ernée) cela représente un budget  global de 6 M d’€ pour 2016. Les charges sont en diminution de 3 % par rapport à 2015 soit – 200 000€ intégrant une baisse de la masse salariale de 10 %. Face à ce budget de charges, les produits de gestion courante, issus principalement  des ventes de la librairie et des cierges ainsi que des pèlerinages, du denier, des quêtes, de dons divers et du casuel, ont représenté un montant global de 4.255 millions d’€, en retrait de  3 % soit – 140 000€. »

 Arnaud Trubert

Brèves

Un synode pour le diocèse de Laval

Lors de la messe chrismale, le 10 avril dernier, l’évêque de Laval a annoncé la tenue d’un synode diocésain. Ce sera le tout premier synode en Mayenne. Premières explications.

Lorsque dans son homélie, Mgr Scherrer s’est exclamé : “Un baptisé ne saurait vivre comme un vieux garçon ou une vieille fille“, ce n’est pas contre le célibat que l’évêque s’en est pris ce soir-là, loin de là.  L’évêque a invité plutôt à “respirer à la hauteur de notre dignité” pour reprendre le mot St-Augustin, à nous tourner vers la dimension du témoignage. Car le fidèle laïc n’est pas une main d’oeuvre à bon marché pour la hiérarchie ecclésiale, mais “un formidable réservoir de charismes et de talents.

C’est pour activer ce formidable réservoir et pour “attiser les braises” de foi qui habitent encore le coeur de nombreux croyants que l’évêque Thierry souhaite faire vivre ce synode.

Celui-ci n’en est qu’à l’état d’ébauche. Une première rencontre aura lieu avec les responsables de services et mouvements du diocèse le 23 mai prochain. Et les premières rencontres vraiment synodales ne devraient commencer que l’année prochaine. En attendant, nous sommes appelés à préparer nos coeurs à recevoir ce synode comme une grande chance pour la foi de tous, une grande respiration.

Qu’est-ce qu’un synode diocésain ?

Le Synode est une institution très ancienne dans l’Église. Le Droit de l’Église le définit ainsi : « Le synode diocésain est la réunion des délégués des prêtres et des autres fidèles de l’Église particulière qui apportent leur concours à l’Évêque diocésain pour le bien de la communauté diocésaine tout entière ». Un synode comporte une ou plusieurs assemblées. Elles doivent refléter la diversité de la composition du Peuple de Dieu : prêtres, diacres, laïcs, religieux, religieuses. Elles doivent aboutir à la proposition de décisions et d’orientations pour tout le diocèse. Le terme « Synode » vient du grec « Sun-odos » qui veut dire « marcher ensemble ». C’est une véritable révision de vie de notre Église diocésaine, un temps de discernement, où chacun est invité à apporter sa pierre à l’édification de l’ensemble. Un synode est un beau lieu de coresponsabilité de tous les baptisés. Récemment le pape François soulignait combien notre Église devait être de plus en plus synodale : « Le monde dans lequel nous vivons, et que nous sommes appelés à aimer et à servir même dans ses contradictions, exige de l’Église le renforcement des synergies dans tous les domaines de sa mission. Le chemin de la « synodalité » est justement celui que Dieu attend de l’Église du troisième millénaire ».

Source

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Diocèse de Laval – Pèlerinage pour les familles à pied à Pontmain

36e pèlerinage familial à pied Laval-Pontmain du 26 au 28 mai.

Les inscriptions sont ouvertes pour le prochain pèlerinage familial à pied de Laval à Pontmain. Rendez-vous les 26, 27 et 28 mai pour les 60 km qui séparent le chef lieu mayennais du sanctuaire.

Au lendemain de l’année de la miséricorde, et pour répondre à l’appel de Pape François, c’est sur le chemin de l’amour fraternel que les pèlerins seront appelés à marcher à l’invitation de leurs accompagnateurs du Prieuré de la Cotellerie, frère Jean-François et Frère Ronan.

Envoyé par Mgr Thierry Scherrer le vendredi matin, la cérémonie du dimanche sera présidée Mgr Maurice de Germiny, évêque émérite de Blois.

Télécharger le bulletin d’inscription et l’envoyer à l’adresse indiquée avec votre participation.