Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Entreprise et Homme augmenté le 6 avril 2019 à Chambéry (73)

Les Assises régionales des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens le 6 avril 2019 à Chambéry (Centre des congrès Le Manège, 331 Rue de la République)vous propose de réfléchir sur « Entreprise et Homme augmenté, jusqu’où ? »

Venez nombreux pour réfléchir à ce thème et prier ensemble pour que nous trouvions collectivement une place de l’Homme dans ces évolutions technologiques.

Ce thème concerne tous les chefs d’entreprise dans leur quotidien. Il nous renvoie à des réalités qui peuvent nous paraitre encore lointaines, voire futuristes, et pourtant ;

– la performance technologique et humaine toujours plus pressante peut mener vers un stress accru, signe d’une pression toujours plus grande pour pousser l’homme vers toujours plus de performances !

– Les discussions en cours sur la révision des lois de bioéthique intègrent, des questions relatives à un homme qu’il pourra être tentant de vouloir « augmenter » dès son origine. Et ses visées futuristes marquent déjà nos débats de bioéthique.

Ces réalités nous rattrapent plus vite que nous l’imaginons, et un dirigeant averti en vaut deux. Il s’agit pour nous, dirigeants chrétiens, d’anticiper les enjeux philosophiques et spirituels auxquels nous allons être confrontés. Ne nous y trompons pas, aujourd’hui, c’est déjà demain !

Ces assises sont ouvertes à toutes et à tous, dirigeants et entrepreneurs ou non, membre des EDC ou non.

Inscrivez-vous en ligne

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

23 mars 2019 – Assises régionales des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens en Ile-de-France, à Paris

Les Assises Régionales d’Ile-de-France auront lieu le 23 mars prochain à l’Institut Catholique de Paris.

Le 23 mars 2019, de 8h à 18h
74 rue de Vaugirard Paris

Inscriptions

Programme

8h – Accueil

8h45 – Prière introductive

9h – accueil des présidents de région

9h15 – Intervention de nos deux invités spéciaux

10h – pause-café

10h30 – table-ronde

11h30 – Messe

12h30 – repas

14h15 – 1er atelier ou atelier de 2h

La Block Chain appliquée à mon entreprise…(ATTENTION : atelier unique à 14h30) Vous avez bien sûr entendu parler de la blockchain, cette technologie qui permet des échanges sécurisés entre personnes et entreprises partout dans le monde à l’origine des cryptomonnaies notamment.
Nous vous proposons dans cet atelier des applications concrètes que vont vous présenter nos participants entrepreneurs.
Au-delà des transformations que va induire la blockchain dans nos activités et dans nos entreprises, nous nous poserons la question en tant que dirigeant chrétien : Est-ce que tout cela sert l’intérêt général ? le bien commun ?

Ombres et lumières du Big Data : et l’Esprit Saint dans tout cela ? (1er atelier) Grâce aux plateformes de stockage de données d’Amazon, Pedro Lucas a donné une Dimension mondiale a son offre dans le domaine de la Santé. François Jeanne Beylot aide ses clients à lutter contre des campagnes de déstabilisation par les données menées sur Internet. Le Père d’Augustin, vu par certains aux Assises de Strasbourg, évoque le « Download » dans la prière de données décisives pour le Dirigeant Chrétien. Des repères pour laisser toute sa place à l’Homme et à sa dignité dans la valorisation des données.

Fragilités, les nouvelles ressources pour votre entreprise à l’ère du digital (ATTENTION : Atelier unique à 14h30) La révolution digitale « rebat des cartes ». Pour les plus fragiles, collaborateurs présents de nos entreprises ou à venir :
Nouvelles formes d’exclusion du monde professionnel ? Nouveaux métiers, nouveaux outils pour y trouver sa place ?

Le « sans contact », appauvrissement ou enrichissement de la relation ? (1er atelier) Chatbots, standards digitaux, cloud, réseaux sociaux… Toutes ces technologies remplacent le contact humain, totalement ou partiellement. Quel en est l’impact sur notre relation à l’autre ? Parler par écran interposé change-t-il notre comportement ? Robotiser l’accueil a-t-il un impact sur l’image et la culture d’entreprise ? Communiquer avec une machine, est-ce aliénant ou rassurant ?Comment accompagner en tant que chrétien cette transformation de la relation tout en restant fidèle à la Pensée Sociale Chrétienne (Subsidiarité, bien commun, dignité de l’homme) ?

Entrepreneur et Dirigeant chrétien : quel mode de gouvernance à l’heure du digital ? (1er atelier) Voulue ou subie,la révolution digitale s’impose à nous quotidiennement .Si nous voulons survivre il nous faut nous adapter.Dans l’entreprise l’irruption du numérique transforme notre modèle d’organisation ,notre mode de management,notre forme d’apprentissage ,nos circuits de communication.Comment en tant qu’entrepreneur et dirigeant chrétien vivons-nous cette transformation?quelles sont nos peurs ?En quoi,cela modifie-t-il notre rôle?Comment accompagner cette révolution ? A ces questions deux EDC viendront témoigner de leur expérience puis vous confronterez vos opinions pour nourrir votre réflexion et vous inciter à agir.

Nous transformer à la lumière de Laudato Si (ATTENTION : atelier unique à 14h30) A quelle conversion sommes-nous appelés personnellement et au sein de nos
entreprises pour répondre au pressant appel que le Pape François nous adresse dans
son encyclique Laudato Si ? Les évolutions technologiques les plus récentes peuvent-elles nous aider à relever ce défi ? Rencontre de témoins et d’acteurs qui sont déjà engagés sur cette voie

Artificielle, humaine, deux intelligences pour un bien commun (ATTENTION : atelier unique à 14h30) Les nombreux développements et l’omniprésence médiatique autour de l’intelligence artificielle et de son corollaire « physique », la robotique autonome, demandent quelques repères pour faire la différence entre les possibilités de ces technologies et leurs promesses aussi bien que leurs impacts sur nos sociétés. Nous prendrons le temps dans cet atelier de nommer les transformations en cours tant technologiques que culturelles, sociétales et morales, d’identifier les opportunités, les enjeux mais aussi les risques entrevus voire les menaces, et d’exprimer nos peurs. Nous repartirons, grâce aux échanges sous différents éclairages, avec des pistes sur la manière dont l’IA et la robotique nous pressent finalement de penser et agir toujours plus pour la dignité humaine et l’émergence du bien commun dans nos entreprises et organisations. Plus nous attendons de la techno, plus nous devons élever l’exigence sur la place que nous devons et voulons donner à l’humain !

À quel Saint me vouer quand mon entreprise est disruptée ? (ATTENTION : Atelier unique à 14h30) La révolution technologique est porteuse de multiples opportunités. Elle met aussi à mal de nombreux business models, dont la viabilité se trouve menacée, voire définitivement condamnée. Ce sont les fameuses destructions créatrices, prometteuses pour ceux qui en bénéficient, mais douloureuses pour les « détruits ». Comment réagir si mon entreprise est concernée ? Comment manager mes salariés et préparer leur évolution dans un tel environnement ? Comment garder l’Espérance et rebondir si le business model de mon entreprise a disparu ? Cet atelier ne s’adresse pas qu’aux « perdants » ! Les gagnants sont aussi concernés… Quelle est mon attitude quand je disrupte le business des autres ? Comment puis-je participer au bien commun en étant attentif à mon écosystème et en aidant les plus menacés ? Autant de questions auxquelles nous proposons de réfléchir ensemble et à la lumière des témoignages des participants à la table ronde

15h30 – 2nd atelier

Ombres et lumières du Big Data : et l’Esprit Saint dans tout cela ? (2nd atelier) Grâce aux plateformes de stockage de données d’Amazon, Pedro Lucas a donné une Dimension mondiale a son offre dans le domaine de l e Santé. François Jeanne Beylot aide ses clients à lutter contre des campagnes de déstabilisation par les données menées sur Internet. Le Père d’Augustin, vu par certains aux Assises de Strasbourg, évoque le « Download » dans la prière de données décisives pour le Dirigeant Chrétien. Des repères pour laisser toute sa place à l’Homme et à sa dignité dans la valorisation des données.

Le « sans contact », appauvrissement ou enrichissement de la relation ? (2nd atelier) Chatbots, standards digitaux, cloud, réseaux sociaux… Toutes ces technologies remplacent le contact humain, totalement ou partiellement. Quel en est l’impact sur notre relation à l’autre ? Parler par écran interposé change-t-il notre comportement ? Robotiser l’accueil a-t-il un impact sur l’image et la culture d’entreprise ? Communiquer avec une machine, est-ce aliénant ou rassurant ?Comment accompagner en tant que chrétien cette transformation de la relation tout en restant fidèle à la Pensée Sociale Chrétienne (Subsidiarité, bien commun, dignité de l’homme) ?

Entrepreneur et Dirigeant chrétien : quel mode de gouvernance à l’heure du digital ? (2nd atelier) Voulue ou subie,la révolution digitale s’impose à nous quotidiennement .Si nous voulons survivre il nous faut nous adapter.Dans l’entreprise l’irruption du numérique transforme notre modèle d’organisation ,notre mode de management,notre forme d’apprentissage ,nos circuits de communication.Comment en tant qu’entrepreneur et dirigeant chrétien vivons-nous cette transformation?quelles sont nos peurs ?En quoi,cela modifie-t-il notre rôle?Comment accompagner cette révolution ? A ces questions deux EDC viendront témoigner de leur expérience puis vous confronterez vos opinions pour nourrir votre réflexion et vous inciter à agir.

17h – cocktail de fin d’Assises

Plus d’informations

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Assises Régionales Alsace EDC : Dirigeant d’entreprise dans un monde digitalisé – le 23 mars 2019 à Haguenau (67)

François Bouchard, Président Régional et le Bureau Régional sont heureux de vous inviter aux Xèmes Assises Régionales des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens d’Alsace en présence de Cyril de Quéral, Vice-Président National des EDC

Les EDC Alsace organisent leurs assises régionales autour du thème

« Dirigeant Chretien : quel sens donner à mon entreprise dans un monde digitalisé »

le 23 mars 2019 à l’IUT d’Haguenau.(30 rue du maire .(30 rue du maire André Traband)

Programme

  • 8 h 00 : Accueil des participants – Café
  • 8 h 45 : Ouverture des Assises Régionales  » Maintenant, rien de ce qu’ils projettent de faire ne leur sera inaccessible !” (Genèse 11, 6(b))
  • 9 h 00 : Visions croisées du philosophe et du chercheur
    • • Eric LEMAIRE – Dirigeant fondateur Philologos
    • • Michel de MATHELIN – Directeur du Laboratoire I-cube et Vice-Président de l’Université de Strasbourg
  • 9 h 30 Témoignages de dirigeants / Services et négoce
    • • Philippe HELMSTETTER – Fondateur et dirigeant de TEMPEO
    • • Pierre LEGRIS – CIO Royal Canin
  • 10 h 00 Pause – Visite de la plateforme Smart-Prod/ Industrie du Futur de l’IUT
  • 11 h00 Témoignages de dirigeants / Industrie et entreprises technologiques
    • • Christophe CORNE – Président du Directoire, Systancia
    • • François DEMONGEOT – Dirigeant, Personal IT(é)
    • • Stéphane FAUTH – Président, NORCAN
  • 11 h 30 Vision spirituelle
    • • Michel DENEKEN, Président de l’Université de Strasbourg
  • 12 h 00 Débats et clôture
  • 12 h 30 Temps spirituel : « Votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais bien sur la puissance de Dieu” (I Corinthiens 2, 5)
  • 13 h 00 Déjeuner

Participation aux frais : 20 € – pour vous inscrire :

Tribunes et entretiens

L’Union européenne et la politique familiale

de Jacques Bichot dans les 4 vérités : 

Il serait possible de remonter à Jean Raspail et à son célèbre ouvrage d’immigration-fiction, « Le camp des saints » (Robert Laffont, 1973).

Concentrons-nous simplement sur l’avertissement que livra en février 1995 un excellent démographe, Jean-Claude Chesnais, dans un livre intitulé « Le crépuscule de l’Occident » (Robert Laffont). Sa quatrième de couverture comporte cet avertissement : « L’Europe devient sous nos yeux le premier continent d’immigration, et cela avec des implications très préoccupantes et parfois explosives. »

Il s’inquiète aussi du peu d’impact positif de la construction européenne : « L’avènement du marché commun, perçu comme un signe de la montée en puissance de l’Europe, n’a pas, jusqu’à présent, produit les effets escomptés. »

Il avertit enfin des conséquences économiques de l’hiver démographique européen : « Les deux récessions, économique et démographique, s’entraînent mutuellement et participent du même sentiment de pessimisme. »
Hélas, il ne semble pas que les responsables des institutions européennes aient, sauf exception, pris la mesure des conséquences du collapsus démographique européen.

Le « grand remplacement » ne suscite aucune réaction efficace. Il est soit nié, soit considéré comme une chance, soit subi, ce qui suscite naturellement des inquiétudes chez les autochtones – inquiétudes qui ne trouvent guère à s’exprimer politiquement que par l’essor de partis dits « populistes ».

L’Union européenne semble ne pas avoir de véritable stratégie démographique, ni pour la natalité, ni pour les mouvements migratoires.

Une note récente de la Fondation Robert Schuman intitulée « Europe 2050 : suicide démographique », due à Jean-Michel Boussemart et Michel Godet, le confirme : « Quel silence étourdissant face au suicide démographique de l’Europe à l’horizon 2050 ! » Et les auteurs de la note publiée par cette fondation – qui ne saurait être soupçonnée d’animosité de principe à l’égard de la construction européenne – ajoutent en commentant des projections démographiques de l’ONU à l’horizon 2050 : « Si 1 % du surcroît de la population africaine s’installait en France d’ici à 35 ans (ce qui est aussi proche de nous que 1980), cela ferait 13 millions d’habitants en plus dans l’hexagone d’ici à 2050, soit 20 % de plus ! Quand on songe que l’Union européenne a été fragilisée et ébranlée en 2015 par un million de réfugiés dont les trois-quarts politiques, on se rend compte que l’Europe devrait se préparer à de telles perspectives. »

Les conseils donnés par les deux auteurs cités ci-dessus sont très pertinents. Premièrement, s’inspirer du Canada, qui a une « politique de quotas en fonction des besoins du marché du travail ».

Et, parallèlement, « encourager la relance de la fécondité dans le vieux continent, car l’intégration se fait d’abord par le brassage des cultures dans les écoles. » La comparaison qu’ils utilisent est tout à fait juste : « Quand il y a trop de sable, le ciment ne prend pas. Pour accueillir le maximum de sable, il faut plus de ciment, c’est-à-dire d’enfants parlant la langue du pays. [ …] Pour rester ouvert au monde, il faudrait relancer la fécondité en Europe dès maintenant. » Hélas, le nombre de décès a dépassé celui des naissances pour la première fois en 2016, sans que les dirigeants réagissent.

Face à cette indifférence, il importe que les prochaines élections européennes se jouent pour une part importante sur les politiques qui exercent une influence notable sur l’immigration et sur la fécondité. Des candidats français pourraient par exemple inscrire dans leur programme l’instauration dans toute l’Europe d’une fiscalité et d’une protection sociale reconnaissant pleinement le rôle de la famille. Le quotient familial, débarrassé de l’absurde « plafond » dont l’ont attifé des pouvoirs publics français obnubilés par l’idée politiquement correcte, mais économiquement fausse, de « réduction d’impôt provoquée par le quotient familial », pourrait être promu au niveau européen.

De même faudrait-il faire comprendre à ce niveau le rôle de la famille en matière de retraites par répartition, et donc la nécessité en bonne justice et en bonne logique économique de baser l’attribution des droits à pension sur la participation fournie par chacun à l’investissement dans la jeunesse.

Les candidats français aux élections européennes qui se présenteraient sur un programme où ces deux points occuperaient une position de choix mériteraient bien, à la fois, de leur patrie et de l’UE.

L’article est en version longue.

Europe et politique démographique
Jacques Bichot, économiste, 21 mai 2018

Des avertissements anciens concernant l’immigration

Il serait possible de remonter à Jean Raspail et à son célèbre ouvrage d’immigration-fiction, Le camp des saints (Robert Laffont, 1973). Concentrons-nous simplement sur l’avertissement que livra en février 1995 un excellent démographe, Jean-Claude Chesnais, dans un livre intitulé Le crépuscule de l’Occident (éd. Robert Laffont, 1995). Sa quatrième de couverture comporte cet avertissement : après avoir souligné « les déséquilibres internationaux et la situation de l’Occident – de l’Europe en particulier – où la menace de dépopulation se précise d’année en année en se combinant à un vieillissement accéléré de la population », il estime que : « L’Europe devient sous nos yeux le premier continent d’immigration, et cela avec des implications très préoccupantes et parfois explosives ».

Il s’inquiète aussi du peu d’impact positif de la construction européenne : « L’avènement du marché commun, perçu comme un signe de la montée en puissance de l’Europe, n’a pas, jusqu’à présent, produit les effets escomptés ». Il avertit enfin des conséquences économiques de l’hiver démographique européen dont il observe l’installation : « L’Europe ne peut imaginer de reprise économique sans reprise démographique. Les deux récessions, économique et démographique, s’entraînent mutuellement et participent du même sentiment de pessimisme. »

Des responsables européens dépourvus de stratégie démographique

Hélas, il ne semble pas que les personnes ayant d’importantes responsabilités dans le fonctionnement des institutions européennes aient, sauf exception, pris la mesure des conséquences du collapsus démographique européen. Le « grand remplacement » (selon l’expression de Renaud Camus) qui est en cours ne suscite aucune réaction efficace ; il est purement et simplement soit nié, soit considéré comme une chance, ou à tout le moins comme un problème assez facile à régler, soit subi, ce qui suscite naturellement des inquiétudes chez les autochtones – inquiétudes qui ne trouvent guère à s’exprimer politiquement que par l’essor de partis dits « populistes ».

Des analystes plus soucieux de ménager la susceptibilité des tenants du « politiquement correct » emploient pour se faire entendre des formules plus douces, par exemple celle retenue par Julien Damon comme titre d’un article paru en 2016 dans la revue Commentaire : « Comment l’immigration change l’Occident ». Mais que les avertissements soient virulents ou policés, ils ne sont pas entendus au niveau européen : l’Union européenne semble ne pas avoir de véritable stratégie démographique, ni pour la natalité ni pour les mouvements migratoires.

Une note récente de la Fondation Robert Schuman intitulée Europe 2050 : suicide démographique, due à Jean-Michel Boussemart et Michel Godet, le confirme : « Quel silence étourdissant face au suicide démographique de l’Europe à l’horizon 2050 ! (…) De fait, personne n’en parle, surtout à Bruxelles où l’on préfère produire des rapports sur les révolutions technologiques, le développement durable ou la transition énergétique. » Et les auteurs de la note publiée par cette fondation – qui ne saurait être soupçonnée d’animosité de principe à l’égard de la construction européenne – ajoutent en commentant des projections démographiques de l’ONU à l’horizon 2050 : « Nous invitons nos interlocuteurs à imaginer quelques millions de réfugiés climatiques en provenance d’Asie ou encore plus de réfugiés politiques et économiques en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient. Si 1 % du surcroît de la population africaine s’installait en France d’ici à 35 ans (ce qui est aussi proche de nous que 1980), cela ferait 13 millions d’habitants en plus dans l’hexagone d’ici à 2050, soit 20 % de plus ! Quand on songe que l’Union européenne a été fragilisée et ébranlée en 2015 par un million de réfugiés dont les trois-quarts politiques, on se rend compte que l’Europe devrait se préparer à de telles perspectives. »

L’Union européenne devrait s’occuper de natalité et donc de politique familiale

Les conseils donnés par les deux auteurs cités ci-dessus sont très pertinents : premièrement, s’inspirer du Canada, qui a une « politique de quotas en fonction des besoins du marché du travail ». Et parallèlement « encourager la relance de la fécondité dans le vieux continent, car l’intégration se fait d’abord par le brassage des cultures dans les écoles. » La comparaison qu’ils utilisent est tout-à-fait juste : « Quand il y a trop de sable, le ciment ne prend pas. Pour accueillir le maximum de sable, il faut plus de ciment, c’est-à-dire d’enfants parlant la langue du pays. (…) Pour rester ouvert au monde, il faudrait relancer la fécondité en Europe dès maintenant. » Hélas, se demandent-ils, « mais qui parle de politique familiale en Europe ? » Le nombre de décès a dépassé celui des naissances pour la première fois en 2016 sans que les dirigeants européens réagissent.

Face à cette indifférence, il importe que les prochaines élections européennes se jouent pour une part importante sur les politiques qui exercent une influence notable sur l’immigration et sur la fécondité. Des candidats français pourraient par exemple inscrire dans leur programme l’instauration dans toute l’Europe d’une fiscalité et d’une protection sociale reconnaissant pleinement le rôle de la famille. Le quotient familial, débarrassé de l’absurde « plafond » dont l’ont attifés des pouvoirs publics français obnubilés par l’idée politiquement correcte mais économiquement fausse de « réduction d’impôt provoquée par le quotient familial », pourrait être promu au niveau européen.

De même faudrait-il faire comprendre à ce niveau le rôle de la famille en matière de retraites par répartition, et donc la nécessité en bonne justice et en bonne logique économique de baser l’attribution des droits à pension sur la participation fournie par chacun à l’investissement dans la jeunesse. Les candidats français aux élections européennes qui se présenteraient sur un programme où ces deux points occuperaient une position de choix mériteraient bien, à la fois, de leur patrie et de l’Union européenne.

 

Conférences/Formations #NLQ

Table-ronde “Le christianisme social dans la société d’aujourd’hui” le 17 mai 2018 à Rennes (35)

Table-ronde animée par Pascal Simon, journaliste à Ouest France :

  • Dominique Quinio, Présidente des Semaines sociales de France, ancienne Directrice de la rédaction du journal la Croix.
    > Qu’est devenu le christianisme social dans la société d’aujourd’hui ?
  • Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, Président du Groupe de travail sur la bioéthique
    > Quelles références éthiques et bioéthiques pour les Chrétiens ?
  • Stéphane Gardette, Président des EDC – Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens
    > La pensée sociale chrétienne en acte pour les entrepreneurs et dirigeants chrétiens

Avant la conférence, à 17h30, aura lieu l’assemblée générale de l’association et le retour sur les travaux réalisés sur l’Europe.

Accès libre dans la limite des places disponibles.

Rennes, Espace Ouest-France, 18h30

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Les Rencontres de Montligeon (61) – 4ème édition les 28 et 29 avril 2018 – « Un travail au service de tout homme et de tout l’homme »

La quatrième édition des Rencontres de Montligeon se déroulera les 28 et 29 avril prochains. Le Sanctuaire accueillera des invités de marque pour mener une réflexion autour du thème :  «  Un travail au service de tout homme et de tout l’homme ».

Pourquoi une telle initiative ?

Les Rencontres de Montligeon partent d’un constat : le travail, cette réalité si fondamentale de l’existence, fait rarement l’objet d’une authentique relecture personnelle. Dans cette optique, l’enseignement social de l’Église s’avère précieux pour réfléchir sur les joies mais aussi les souffrances et les questions que la vie professionnelle ne manque pas de susciter. Les Rencontres de Montligeon sont là pour aider tous ceux qui le souhaitent à donner sens à leur travail.

Un évènement ouvert à tous !

Dans un contexte de profondes mutations, syndicalistes, dirigeants, entrepreneurs, prêtres et philosophes proposent de porter un regard d’espérance sur l’avenir du travail. Journées de réflexion, d’échanges et de débats sur l’avenir du travail à la lumière de l’enseignement social de l’Église, les Rencontres de Montligeon est un évènement ouvert à tous. Nous vous attendons nombreux !

PROGRAMME

Samedi

09H45 – Accueil – café

10h00 – Ouverture – don Jacques VAUTHERIN, recteur

10h30 – Sylvain CHARETON, directeur adjoint de l’institut Philanthropos

◊ Travail et développement personnel

11h15 – Denis PLANCHE, médecin neurophysiologiste

◊ L’homme dans tous ses états face aux défis du transhumanisme et de l’intelligence artificielle

12h00 – Temps de questions

12h30 – Déjeuner dans la friche. Brève présentation des travaux par Yves de LAROMIGUIÈRE

14h15 – Joseph THOUVENEL, vice-président de la CFTC, membre du Conseil économique, social et environnemental

◊ Travail et doctrine sociale de l’église

15h00 – Philippe ROYER, président des EDC

◊ Entreprendre au service des hommes : est-ce devenu une utopie ?

15h45 – Pause

16h00 – Aurélie LAVAUD, fondatrice de BimBamJob

◊ Entreprendre socialement : l’exemple de BimBamJob

16h45-17h30 – Table ronde


Dimanche

10h00 – Atelier de don Paul DENIZOT

11h00 – Messe présidée par don Jacques VAUTHERIN

 

S’INSCRIRE