A la une #Articles #En France #NLQ

Notre-Dame de Paris : le Sénat apporte des modifications au projet de loi destiné à reconstruire la cathédrale

En prévision de la discussion en séance publique prévue la semaine prochaine, la commission de la Culture du Sénat a déjà apporté quelque modifications au projet de loi destiné à reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris. Des changements par rapport au texte de l’Assemblée nationale, que certains avaient jugé inquiétants. Parmi les dispositions les plus contestées, l’article 9 dudit projet. Il a été supprimé en commission. Motif de la suppression ? Cet article autorisait en effet le gouvernement – pouvant légiférer par ordonnance – à déroger à certaines règles d’urbanisme, de protection de l’environnement, de voirie et de transports, de la commande publique, ainsi qu’aux règles de l’archéologie préventive et de la préservation du patrimoine. Un danger ont jugé les sénateurs. Ainsi, pour le rapporteur du texte, Alain Schmitz (LR) :

Comment les autres propriétaires de monuments historiques pourraient-ils encore accepter de se soumettre aux dispositions de nos codes si l’État lui-même est autorisé à s’en affranchir pour lancer l’un des chantiers patrimoniaux les plus emblématiques ? Ce serait ouvrir une véritable boîte de Pandore

Le rapport sénatorial pose un diagnostic sévère sur les règles encadrant le chantier :

En revanche, la perspective d’introduire des dérogations aux règles
de droit commun pour faciliter la mise en œuvre du chantier de
Notre-Dame est absolument incompréhensible. Si l’objectif de cette
disposition est uniquement, comme l’a laissé entendre le ministre de la
culture lors de son audition par la commission, de gagner du temps sur les
démarches administratives, elle semble parfaitement inutile. Les délais
prévus par les codes sont des plafonds et les demandes d’autorisation
concernant Notre-Dame peuvent parfaitement être traitées de manière
prioritaire par les services de l’État moyennant des instructions en ce sens. Si
l’objectif est de permettre à l’État de s’affranchir de règles que les autres
propriétaires doivent mettre en œuvre lorsqu’ils conduisent des projets de
restauration, quand bien même leur ampleur en est différente, le risque de
jeter le discrédit sur l’ensemble de notre législation est énorme et il
constituerait, à coup sûr, un précédent désastreux pour l’avenir.

Les sénateurs ont également estimé « indispensable » l’inscription dans le projet de loi d’une mention des engagements pris par la France en matière de patrimoine et des textes internationaux.  De même, la commission de la Culture a confié la responsabilité de la restauration à un établissement public à caractère administratif qui serait ainsi sous la tutelle du ministère de la Culture.

Enfin, pour dissiper toute ambiguïté et assurer une certaine identité architecturale de la cathédrale reconstruite, la commission de la Culture a placé la maîtrise d’œuvre du chantier  sous la responsabilité de l’architecte en chef des monuments historiques. Des garanties efficaces pour ôter tout malaise ? Réponse dans l’hémicycle le lundi 27 mai 2019.

Sénat : Public Sénat

 

Articles #Europe non francophone #NLQ

La CEF propose un “regard de l’Eglise sur l’Europe

Que dit l’Église catholique sur l’Europe ? A l’approche des élections européennes, nous collectons les déclarations de l’Église catholique et des conférences épiscopales européennes sur certains thèmes communs : les migrants, l’économie, la défense, la construction européenne, l’aide au développement.

Voir le dossier sur le site de la CEF

Articles #Asie #Dans le Monde #NLH #NLQ

Philippines – L’Eglise s’oppose au retour de la peine de mort

L’Eglise aux Philippines s’oppose au retour de la peine de mort dans le système légal du pays. C’est ce qu’affirme dans un entretien accordé à l’Agence Fides le laïc catholique Rodolfo Diamante, membre de la Commission épiscopale pour la Pastorale des prisons, remarquant que « les législateurs ne devraient pas approuver les lois seulement pour faire plaisir au Président Rodrigo Duterte ». Le débat sur une possible réintroduction de la peine capitale est revenu sur le devant de la scène après que le Chef de l’Etat ait remporté les récentes élections de mi-mandat, les candidats alliés de l’actuel Président ayant obtenu 9 des 12 sièges du Sénat à renouveler, 3 ayant échu à des candidats indépendants. « Les Sénateurs sont élus par le peuple et ils doivent travailler pour le bien-être de l’ensemble de la nation, pas pour le Président. Nous les exhortons à étudier attentivement la situation pour relever les défis que présente notre pays » affirme Rodolfo Diamante.
Le Président du Sénat philippin, Vicente Sotto III, a affirmé que la réintroduction de la peine capitale pour certains crimes graves représente une « possibilité réelle » attendu que « plusieurs alliés de R. Duterte se préparent à faire leur entrée au Sénat ». Avec l’arrivée de neuf Sénateurs favorables au Chef de l’Etat, l’Assemblée, qui compte au total 24 membres, est désormais solidement sous le contrôle du Président Duterte.
L’une des propositions les plus controversées du Chef de l’Etat est justement la réintroduction de la peine de mort. Les Philippines l’ont aboli en 1987 pour la réintroduire six ans plus tard avant de l’abolir à nouveau en 2006. Deux nouveaux Sénateurs ont déjà exprimé publiquement leur soutien à la peine capitale. Il s’agit de Ramon Revilla et de Ronald de la Rosa, ancien cadre supérieur de la police, qui se sont déclarés favorables à la réintroduction de la peine de mort pour les crimes liés à la drogue.
Selon R. Diamante, « la peine de mort n’a jamais été et ne sera jamais une solution pas plus qu’une dissuasion contre la criminalité. En outre, il s’agit d’une mesure contre la vie, contre les pauvres qui ne disposent pas des moyens adéquats pour se défendre en tribunal. Elle ne fera qu’accroitre la diffusion de la culture de la violence qui prévaut actuellement dans notre pays ». « La population philippine mérite mieux que cela » conclut-il

 

Source Agence Fides

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 19 mai 2019 – “Au diable nos duretés de coeur !”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Jn VI, 31-33a.34-35 :

Version audio seule.

Articles #En France #NLQ

Mgr Philippe Marsset nommé évêque auxiliaire de Paris

Ce samedi 19 mai 2019, un nouvel évêque auxiliaire a été nommé à Paris. Mgr Philippe, vicaire général et curé de Notre-Dame de Clignancourt, vient d’être nommé évêque auxiliaire de Mgr Michel Aupetit. Le Père Philippe Marsset a été ordonné prêtre le 25 juin 1988. Il a exercé différentes fonctions : curé successif de certaines paroisses parisiennes, il a aussi été aumônier diocésain puis régional des Scouts de France (1994-1998), mais aussi responsable du pèlerinage du Frat des lycéens à Lourdes (1998-2002), puis aumônier national du CLER Amour et Famille (2008-2017). En septembre 2018, il avait été nommé vicaire général du diocèse de Paris. C’est un prêtre parisien, bon connaisseur du diocèse, qui est donc nommé aux côtés de Mgr Michel Aupetit.

 

A la une #Articles #En France #NLQ

“Un mois après l’incendie de la cathédrale, où en sommes-nous ?” Communiqué de Mgr Michel Aupetit

Le diocèse de Paris s’est récemment exprimé sur la situation de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Dans ce communiqué daté du 15 mai 2019, Mgr Michel Aupetit rappelle que les promesses de don sont loin d’être avoir toutes été concrétisées et que le mouvement ne doit pas cesser. Enfin dès que possible, l’archevêque de Paris célébrera une messe dans la cathédrale.

La vague mondiale de soutiens après l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris à l’entrée de la semaine Sainte, le lundi 15 avril appartient désormais à l’histoire de cet édifice. Tant la collecte de fonds que les promesses de dons, de soutiens en nature et en compétence expriment un élan mondial suscité en si peu d’heures. Sans évoquer la ferveur spirituelle qui en résulte, que nul ne pourra jamais mesurer.

Deux points d’interrogation essentiels subsistent à ce jour et amènent à des commentaires importants :

Le budget nécessaire, dûment vérifié, demeure encore inconnu pour que fidèles et touristes puissent à nouveau y entrer pour se recueillir, admirer l’édifice, dans des conditions de sûreté et de sécurité pleinement satisfaisantes. Les expertises sont loin d’être achevées.

La collecte évoquée (le fameux « milliard ») n’est consolidée par aucune fondation, aucune autorité. S’il n’y aura probablement pas de remise en question des dons les plus importants promis par des mécènes de renom qui se sont publiquement engagés, il n’en demeure pas moins que la majeure partie de ces dons n’ont pas encore été concrétisés. La raison est simple, les discussions démarrent tout juste pour préparer des conventions de droit privé. Elles serviront aussi de cadre pour que s’exprime la volonté de ces grands donateurs.

Il en est de même pour les messages, fort nombreux, qui ont accompagné les dons plus modestes. Ils font l’objet d’un examen très attentif par la Fondation Notre Dame qui sera en mesure de rendre cette expression publique, mi-juin, soit deux mois après l’incendie.

C’est pourquoi, la collecte continue ! En effet, au fur et à mesure du travail d’avancement des expertises, les besoins apparaissent considérables. « Tout euro donné sera un euro qui servira à faire rebattre le cœur de la cathédrale. Il servira à financer un programme ambitieux mais nécessaire qui réponde aux attentes qui étaient satisfaites avant le 15 avril » tient à souligner l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, en réponse aux nombreuses questions qui continuent d’être posées par tous publics.

Pour ce qui la concerne, la Fondation Notre Dame a collecté 9.5 M€ auprès de 43.000 particuliers, français et étrangers (notamment 7.000 américains) et 4 M€ auprès de grands donateurs, soit 13.5 M€.

La restauration et la conservation de l’édifice sont l’objectif prioritaire et essentiel. Déjà un appel de fonds vient d’être adressé par le Ministère de la Culture de 3.6 M€ portant sur la sécurisation du site du chantier. Une part de la collecte déjà réalisée va donc servir à cet emploi indispensable.

La poursuite se fera avec les efforts de tous et notamment avec les soutiens de mécènes. MM François et François-Henri Pinault, M. Bernard Arnault et sa famille ainsi que le groupe LVMH ont bien voulu s’engager à apporter respectivement 100 et 200 M€ qui serviront à la restauration de l’édifice, qui s’inscrit dans le Programme Cathédrale.

D’autres mécènes vont se manifester dans les prochaines semaines.

Tous les apports feront l’objet de conventions avec la Fondation Notre Dame qui procédera par étapes successives aux reversements aux pouvoirs publics en fonction de l’avancement du chantier.

Outre la conservation et la restauration de Notre Dame, « le Programme Cathédrale » vise aussi à trouver des solutions innovantes pour :

– La rénovation de l’autel fendu et du mobilier et objets liturgiques (reliquaire couronne d’épines par exemple) pour partie détériorés ou détruits
– Un soutien d’urgence à l’Ecole Supérieure de Musique sacrée (formation diplômante ; concerts)
– Un nouvel accès à la visite du trésor de la cathédrale (une des seules ressources régulières de celle-ci avant l’incendie)
– Le matériel de retransmission par écran pour les fidèles, endommagé et détruit pour partie
– Les équipements de la chaîne de TV KTO (retransmission) endommagés et détruits pour partie
– Des études indispensables sur le circuit d’accueil dans la cathédrale et l’aménagement intérieur, au regard des besoins propres pour l’accueil des fidèles, touristes, pèlerins, visiteurs (13 millions d’entrées gratuites – et qui devront le rester – chaque année).
– La sûreté et la sécurité relevant de la responsabilité du diocèse de Paris.

Il inclura en outre, selon les possibilités d’implantation locale :

– Des projets destinés à des personnes en difficulté sociale, conformément à la tradition des bâtisseurs de cathédrale des siècles passés. C’est, pour l’Eglise, une priorité indissociable de l’histoire de l’édifice.

Dans une partie des surfaces inoccupées de l’Hôtel-Dieu, dépendant de l’AP/HP, pourraient se tenir plusieurs activités qui doivent se prolonger pendant les travaux. La cathédrale a besoin de se redéployer. Des travaux seront indispensables et les coûts à assumer aussi.

Les besoins s’étalant nécessairement sur plusieurs années, la Fondation Notre Dame devra être en mesure de pouvoir y répondre, la cathédrale n’ayant plus aucune ressource propre.
Le montant des travaux n’est pas encore chiffré mais les besoins sont considérables.

Dès que cela sera possible, Mgr Aupetit célébrera une messe dans la cathédrale. Pour des raisons de sécurité évidentes, le public ne pourra s’y associer qu’en intention. La chaîne KTO devrait pouvoir retransmettre l’office accessible à tous (en clair et sur le net).
Des offices célébrés à proximité sont espérés par beaucoup de personnes et le diocèse de Paris s’efforce de trouver des solutions qui garantissent recueillement et sécurité.

(…)

Source L’Église catholique à Paris

A la une #Articles #En France #NLQ

Le Pèlerinage de Pentecôte partira de Saint-Sulpice

Le Pèlerinage de Pentecôte Paris-Chartres organisé par Notre-Dame de Chrétienté partira de l’église Saint-Sulpice. La situation de la cathédrale Notre-Dame de Paris, rendue indisponible à cause de l’incendie, a conduit à la définition d’un nouveau point de départ. Le rendez-vous sera donc prévu le samedi 8 juin 2019 à 5h30 du matin. La messe d’envoi sera célébrée à 7h à l’église Saint-Sulpice qui fait ainsi office de cathédrale de substitution. Les pèlerins  partiront donc du parvis de la cathédrale Saint-Sulpice de Paris. Le Pèlerinage de Chrétienté réunit chaque année environ 10 000 fidèles.

Source Notre-Dame de Chrétienté 

Agenda / Annonce #Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Dimanche 26 mai : Journée des chrétiens d’Orient

Le dimanche 26 mai 2019 aura lieu à Paris la journée des chrétiens d’Orient et du patrimoine oriental. Plusieurs églises catholiques des différents rites orientaux accueilleront tous ceux qui veulent mieux connaître ces communautés. Cette journée est organisée chaque année par l’Oeuvre  d’Orient.

Outre la visite de chaque église, deux parcours – l’un dans le 5ème arrondissement, l’autre dans le 16ème arrondissement – seront prévus le dimanche 26 mai afin de pouvoir rencontrer les différentes communautés.

Le programme de cette journée figure sur le site de l’Oeuvre d’Orient.

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 11 mai 2019 – Sur l’Eucharistie

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Jn VI, 60-69 :

Version audio seule.

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #56 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – « Pourquoi l’Église encourage-t-elle la prière du chapelet alors que le Christ nous dit de ne pas rabâcher en priant ? »

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

Pourquoi l’Église encourage-t-elle la prière du chapelet alors que le Christ nous dit de ne pas rabâcher en priant ?


Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.