Dans le Monde #NLQ

Ouganda – L’Eglise ouvre une école agroalimentaire

Un projet de développement du secteur agroalimentaire, grâce à une école de formation professionnelle dédiée aux jeunes exploitants agricoles – élevage compris – constitue l’initiative voulue à Alito, dans le Diocèse de Lira, au nord de l’Ouganda, par l’Ordinaire du lieu, S.Exc. Mgr Giuseppe Franzelli, et mise en place par l’ONG Africamission, coopération et développement qui œuvre depuis des années dans le pays en poursuivant l’œuvre de ses fondateurs, le Père Vittorio Pastori, missionnaire, et Mgr Enrico Manfredini. La structure qui sert désormais à la formation professionnelle des jeunes était jusqu’en 1986 un petit village léproserie géré par les religieuses comboniennes avec des médecins allemands. Maintenant, il a été reconverti et accueille des salles de cours, des laboratoires et une cuisine. L’école gratuite, destinée à la formation de jeunes agricultures et éleveurs, a été ouverte en octobre dernier et formera chaque semestre pendant trois ans quelques 50 jeunes d’âge compris entre 18 et 25 ans. « Le but – explique à l’Agence Fides Piergiorgio Lappo, qui suit le projet à Alito pour le compte de l’ONG- est d’aider les jeunes ayant un terrain cultivable mais ne réussissant pas à vivre de leur travail à cause de la faible productivité et des difficultés d’accès au marché ».

Dans un pays à vocation majoritairement agricole dans lequel les jeunes de moins de 30 ans représentent plus de la moitié de la population, fournir des instruments théoriques et techniques nécessaires à l’amélioration de la culture du terrain et à l’élevage du bétail représente une manière concrète de développer les potentialités humaines et naturelles du territoire. « Les étudiants de ce semestre, à 40 % des jeunes femmes – continue P. Lappo – sont des jeunes provenant des zones environnantes qui ont abandonné l’école et cultivent les champs de la famille. Chaque matin, ils arrivent au centre pour suivre d’abord de brèves leçons théoriques en classe puis mettre en pratique l’enseignement reçu en cultivant le champ. Tout ce qu’ils apprennent dans ce cours, ils le mettent en pratique sur la terre de leur famille ». Les enseignants sont tous des experts du cru et la didactique est presque entièrement en langue locale. Outre les matières techniques, est également fourni un enseignement de langue anglaise et d’éducation civique pour garantir une formation complète pouvant faire des jeunes des personnes en mesure de gérer leur propre entreprise familiale. Au terme du semestre de formation, les jeunes agriculteurs et éleveurs seront suivis par un groupe de facilitateurs qui les aidera dans la planification du travail et promouvra la création de petits réseaux afin qu’ils puissent échanger des expériences et des techniques. « Les difficultés les plus souvent rencontrées – indique le référant en Ouganda d’Africamission – consistent dans le fait que quelques 40 % du produit, une fois récolté, n’arrive pas sur les marchés. C’est pourquoi nous leur enseignons également comment stocker et conserver les fruits des champs jusqu’à leur vente ou leur consommation familiale. Le gouvernement fournit une aide en construisant de nouvelles routes qui facilitent l’accès des vendeurs et des acquéreurs aux zones de marché ».

L’agriculture en Ouganda représente l’une des principales composantes du PIB mais le secteur fait les frais d’une faible productivité. Selon les dernières données publiées à ce sujet par la Banque mondiale, au cours de ces cinq dernières années, des facteurs internes et externes ont ralenti la croissance économique du pays qui avait connu, au cours des décennies précédentes, de plus forts taux de croissance.

 

Source Agence Fides

A la une #En France #NLH #NLQ

Denier de l’Eglise – Un truc qui cloche même en chantant

Si, comme la rédaction d’Infocatho vous êtes abonnés à toutes les lettres d’info des diocèses de France, de Navarre et d’Outre-Mer, alors vous croulez sous les appels, bissés, trissés et bien plus encore, aux dons.

 

 

Les comptes diocésains sont dramatiques, les déséquilibres budgétaires légions et il est probable que la réforme fiscale n’arrangera rien. Certes, il y a eu des  années de mauvaise gestion par endroit, des calculs malheureux de néophytes, mais aussi de plus en plus des boycotts de la part de certains fidèles, à quoi il faut ajouter la baisse du nombre de fidèles.

N’empêche… comment se fait-il qu’une Eglise, dont le caryotype est le don, soit ainsi aux abois ? Il y a quelque chose qui pèche. Les jeunes (jusqu’à 45 ans) donnent peu, tandis que les plus âgés continuent de donner.

N’y aurait-il pas un problème d’éducation ? Education au don, éducation à la spontanéité, au sacrifice aussi ? Education à l’attention aux besoin de autres ? N’avons-nous pas manqué quelque chose dans notre formation aux plus jeunes depuis 50 ans ? Le consumérisme et l’égocentrisme ont balayé l’altruisme et l’ouverture à l’autre. Indépendamment des volontés de boycott, pour diverses raisons, que le denier l’Eglise ne soit pas une priorité pour les catholiques révèle un vice dans le lien même entre les fidèles et l’Eglise.  Un lien qui s’est distendu ou qui a changé ?

Si étonnant que cela puisse paraître, on donne pour les causes lointaines, ou pour sa paroisse proche. Mais l’intermédiaire qu’est le diocèse ne semble plus parler aux fidèles.

La question est pourquoi ? Les réponses sont probablement variées, mais seraient, à mon sens, très éclairantes.

 

En France #NLH #NLQ

France – L’Eglise à Matignon – La réforme des impôts va-t-elle ruiner l’Eglise ?

Mardi après-midi, les plus hautes autorités de l’Église de France étaient reçues par le premier ministre et le ministre de l’Intérieur. La réunion de cette « instance de dialogue » – qui fut créée par Lionel Jospin, premier ministre, en 2002 – a lieu en présence des plus hautes autorités de l’Église de France dont le nonce apostolique. Ils sont reçus par le premier ministre, Édouard Philippe, une première pour lui, et plusieurs ministres concernés par les affaires religieuses, notamment Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur chargé des cultes.

Après un tour d’horizon de l’actualité, trois sujets techniques sont sur la table :

  • réforme de l’imposition. En France, l’Église ne vit que des dons des fidèles. Le prélèvement à la source de l’impôt risque d’affaiblir les dons. Sans parler de la réforme sur l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune) qui sera remplacée par l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) qui pourrait aussi avoir de sérieuses conséquences financières en réduisant les affectations de dons. L’Église catholique craint pour son argent. Ce n’est pas la première fois. Qu’a proposé le gouvernement en échange ? Le silence de l’épiscopat sur la loi bioéthique ?…
  • la « loi Sapin II » qui envisageait d’enregistrer les religions sur le registre des « lobbys » en France… Ce à quoi l’Église catholique s’oppose formellement.
  • la question du diplôme universitaire (DU) en laïcité qui serait imposé comme passage obligé à tous les aumôniers exerçant dans des instances publiques (armées, prisons, hôpitaux). L’Église catholique convient que certains de ses aumôniers pourraient recevoir ou valider par équivalence cette formation et ce label de la laïcité mais elle ne comprend pas pourquoi une mesure qui concerne essentiellement les aumôniers musulmans devrait affecter les aumôniers des autres religions.

Sur ces trois dossiers litigieux, l’Église catholique a reçu l’assurance, toujours selon la même source ecclésiale, que « le gouvernement a l’intention de trouver des solutions ».

Plusieurs autres sujets ont été inscrits au programme de la deuxième partie, à la demande des responsables catholiques : « le mal-logement et les migrants », mais aussi « la méthode » retenue pour la prochaine révision des lois de bioéthique.

 

Source Riposte catholique

NLQ #Sorties/Animations

Une église, une crèche – diocèse de Tulle (19) du 3 décembre au 7 janvier

En ce jubilé le diocèse de Tulle encourage toutes ses églises à mettre en place une crèche pour le temps de Noël.

Chaque équipe d’animation pastorale recherche qui peut faire la crèche dans chaque église du secteur. Ils imagineront et fabriqueront une crèche à installer dans l’église, voir à l’extérieur selon les possibilités, ou installeront la crèche traditionnelle de leur paroisse qui est peut-être dans des cartons. Des personnes de la communauté pourront engager le dialogue avec les « visiteurs ».

Et si nous donnions des rendez-vous aux croyants de toutes générations pour prier devant la crèche de leur église la plus proche de chez eux ?  Faire une crèche dans une église habituellement fermée et sans communauté le dimanche sera l’occasion d’associer la population locale qui sera sans doute très contente de voir que quelque chose se passe dans « son » église.

 

2 façons de participer :

  • en initiant l’installation d’une crèche dans votre église Livret d’accompagnement à télécharger
  • en allant vous recueillir sur une des 303 crèches des 303 églises de Corrèze. Contactez votre paroisse pour connaître les heures d’ouverture de votre église.

 

album photo des crèches

Envoyez une photo et une description de votre crèche à communication@correze.catholique.fr pour figurer dans l’album.

 

 

NLQ #Sorties/Animations

Maromme : veillée « Eglise aux mille lumières – Soyons présents de Noël » le 13 décembre à Maromme (76)

18h30 – Eglise St-Martin de Maromme

Eglise aux mille lumières
Soyons Présents de Noël

Renseignements : Paroisse Ste-Thérèse de la vallée du Cailly
Tél. 02 35 74 18 35
Site : paroissemaromme.fr

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Journée « Grâce Falls » le 23 décembre à Avignon (84)

 

HORAIRE

15h : Louange et enseignement
16h : Envoi en mission

Les équipes :

  • Prière et adoration
  • Mission dans la rue – enquête de Noël
  • Accueil à l’église avec un chocolat chaud
  • Enfants missionnaires

17h : Eucharistie
18h30 : Projection du film de Noël : «  The Christmas Carol  »
20h : Dîner festif à l’Espace Saint Agricol

 

Eglise Saint Agricol
23 Rue Saint-Agricol, 84000 Avignon

Infos pratiques

Ecole de la mission Saint Paul
Tel. : 06.17.41.55.49
daniela.weddle@gmail.com

En France #NLQ

Nomination de Mgr Michel Aupetit : l’avis de Denis Sureau

Pour Denis Sureau, c’est bien “un évêque courageux pour Paris” qui vient d’être nommé. Dans  le blog de Chrétiens dans la Cité (le blog de sa lettre d’information), il considère que “le pape François a choisi une belle personnalité de médecin devenu évêque pour le diocèse de Paris.” On retiendra notamment ce passage dans lequel Denis Sureau rappelle les combats pour la vie francs et clairs de celui qui vient d’être nommé à Paris par le pape François :

C’est un pasteur courageux, avec une autorité naturelle, qui ne biaise pas avec la morale, mais son franc-parler est atténué par un sens de l’humour – parfois mordant – mêlé d’une sympathique bonhommie. Atout évident dans les combats pour la vie, c’est un expert reconnu des questions de bioéthique, auxquelles il a consacré plusieurs livres : Contraception – La réponse de l’Église (1999), L’Embryon, quels enjeux ? (2008), La Mort, et après ? (2009), L’Homme, le sexe et Dieu (2011), Construisons-nous une société humaine ou inhumaine ? (2016). Il a battu le pavé parisien lors des grandes mobilisations contre la loi Taubira, comme il a soutenu la Marche pour la vie. Quoiqu’intervenant peu dans les médias, il a participé à trois émissions de Radio Courtoisie (« la radio de toutes les droites… ») et est même venu longuement rencontrer les auditeurs et dédicacer ses ouvrages lors de la fête organisée par la station.

On pourra retrouver cette analyse ici.

A la une #Brèves #En France

Hommage à Notre-Dame de Paris pour Johnny Hallyday ?

Reagissant à la disparition du chanteur Français, le recteur de Notre-Dame de Paris, Mgr Patrick Chauvet, se déclare ouvert à la possibilité d’un hommage à la cathédrale parisienne. C’est qu’il affirme dans Famille chrétienne. « Johnny Hallyday mérite bien un rassemblement à Notre-Dame », indique le recteur de la cathédrale. Rien n’a été décidé pour le moment.

On peut lire cet entretien ici.

 

 

Dans le Monde #NLQ #Orient

Syrie – Inauguration de la cathédrale de la ville de Homs

La cathédrale melkite Notre-Dame de la Paix de la ville de Homs avait été en partie détruite lors des combats qui ont eu lieu ces dernières années. Les travaux de reconstruction ont pris fin et l’église a pu enfin être inaugurée. Le vendredi 1er décembre 2017, en présence du patriarche melkite, Sa Béatitude Joseph Absi, du nonce apostolique en Syrie, le cardinal Mario Zenari, de Mgr Jean-Abdo Arbach, archevêque melkite d’Homs, d’Hama et de Yabroud, de plusieurs évêques, d’un clergé nombreux, mais également du directeur de l’Œuvre d’Orient, Mgr Gollnisch, qui venait pour la première fois en Syrie depuis qu’il est à la tête de son association, une messe a pu être célébrée dans l’église ainsi reconstruite.

Cette rénovation qui porte ses fruits aurait été impossible sans le soutien de l’Œuvre d’Orient et de l’association SOS Chrétiens d’Orient, laquelle a financé les travaux à hauteur de 100 000 euros, tout en envoyant des volontaires sur le chantier de restauration de la cathédrale. Plusieurs de ces volontaires étaient par ailleurs présents à la messe. Ce sont donc de nombreux efforts qui ont été couronnés par une église désormais disponible pour l’exercice du culte.

On peut voir une vidéo de cette inauguration en cliquant sur ce lien.

 

NLQ #Sorties/Animations

Spectacle “Un Voyage à Fatima” à Puyoô (64) le 9 décembre

A l’occasion du centième anniversaire des apparitions de Notre Dame de Fatima, la paroisse Notre-Dame d’Abet organise avec l’Atelier Théâtre de Notre-Dame, à l’église Saint Jean-Baptiste de Puyoô, une représentation du spectacle musical “Un Voyage à Fatima”, samedi 9 décembre 2017 à 20h30.
Entrée libre.
Renseignements : 06 03 29 49 22