Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Café-Politique du Parti Chrétien Démocrate le 15 mai 2019 à Versailles (78)

Dans le cadre de son café-politique, le Parti Chrétien Démocrate Yvelines recevra
le mercredi 15 mai à 20h30 au Franco-Belge (salle du 1° étage), à Versailles
Philippe Desmoulins-Lebeault
Past Vice-Président de l’ONG Europe for Family,
enregistrée auprès du Parlement Européen pour l’actuelle mandature.
Sur le thème :
« Elections européennes, quels enjeux ? »
Inscription ICI

 

A la une #Articles #Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Catholiques et électeurs – Des repères pour voter

A la veille des élections européennes, nous vous proposons à nouveau notre sélection d’articles fondamentaux et de tribunes pour discerner et voter en conscience. En ayant en tête que dans la complexité actuelle, notre agir est plus que jamais dans l’ordre du mieux possible, qui n’est pas relativisme.

(Article paru à la veille de l’élection présidentielle, mais les principes sont par nature indémodables.)

Depuis des années les choix électoraux qui se présentent aux catholiques relèvent davantage du mieux possible que de l’adhésion franche et massive. Exceptés quelques partis ou candidats marginaux, le plus souvent, il faut se perdre dans un labyrinthe parfois savamment conçu pour nous conduire en eaux de plus en plus troubles.

Le chevalier blanc n’existe pas sur notre échiquier de présidentiables. Nous pouvons donc être dans l’objection de conscience et refuser de voter, nous pouvons aussi être dans le moindre mal ou le mieux possible. Une nuance de taille plus qu’il n’y parait. Le moindre mal vise à limiter la casse, là où le mieux possible envisage le choix comme une étape en vue du Bien à atteindre.

InfoCatho n’entend nullement se prononcer sur tel ou tel candidat. Nous vous proposons, une série (non exhaustive) de réflexions, de positions, tant du magistère, que de penseurs ou d’acteurs de la vie publique et politique. Ces articles sont parus, au fil du temps sur notre site (avant le premier tour) et leur but est donner matière au discernement, en conscience, avec la grâce de l’Esprit-Saint.

Notre édito – Un long dimanche, de Pâques à l’isoloir. 

Magistère – Eglise – Déclaration du Saint-Siège ou des évêques

Benoît XVI et les principes non négociables

Benoît XVI – Fondamentalisme religieux et laïcité

Benoit XVI- L’avenir de l’Europe et la conscience

Benoît XVI – Que signifie la liberté humaine ?

Benoît XVI – La justice

Benoît XVI – On ne peut séparer l’éthique de l’économie

Pie XI– Divini redemptoris – Le communisme athée

Paul VI – Le partage se fait en fonction des besoins

Pape François – Migrants – L’accueil n’est pas à sens unique

Pape François – Mettre un terme aux causes de la migration forcée

Pape François – Recentrer les entreprises sur la dignité humaine

Pape François  invite à la prudence dans l’accueil des réfugiés

Peut-on être chrétien et Franc-maçon ?

Note doctrinale de la congrégation pour la foi – La laïcité n’est pas indépendance de la morale.

ONU – Saint-Siège – Le « respect de la vie » doit « guider » les politiques

Populorum Progressio en quelques mots – Sur la dignité de tout homme

Conseils de Mgr Lebrun avant le vote

Mgr Rey – Conseils pour discerner avant de voter

Elections présidentielles, pour Mgr Scherrer il y a des critères décisifs que les catholiques ne peuvent ignorer

Mgr. Giampaolo Crepaldi, quatre critères pour orienter les politiques migratoires

Card. Turkson – Sans liberté religieuse, il ne peut y avoir de développement humain

Cardinal Turkson – « L’immigration c’est comme l’eau qui coule du robinet : il ne faut pas seulement essuyer, mais fermer le robinet »

Cardinal Tauran sur l’Islam

Tribunes libres

Principes fondamentaux

Bertrand Vergely – L’euthanasie

Gregor Puppinck – La question primordiale ne porte pas sur la liberté individuelle mais sur la valeur de chaque vie humaine

Gregor Puppinck – Trois clés pour comprendre l’objection de conscience

ECLJ- La charia est-elle compatible avec les droits de l’Homme ?

Guillaume de Prémare – Voter en conscience est-ce possible ?

Père Simon Noël – Miséricorde, mollesse et avortement

Cyril Brun – Le respect de la vie est-il un droit  ?

Cyril Brun – Le travail est fait pour l’homme et non l’inverse

Cyril Brun – La dignité de l’homme couvre tout l’homme

Cyril Brun – Solidarité ou charité ?

Cyril Brun – Liberté-égalité-fraternité, jamais l’un sans l’autre ?

Cyril Brun – Catho en politique gagner des âmes et non des voix

Cyril Brun – Catholiques et politique – les raisons de nos impasses

Cyril Brun – Les cocus du Trocadéro

Cyril Brun – La vie n’est pas un débat

Samuel Laffont – Le revenu universel

François-Xabier Bellamy – Le problème de l’école, une question de sens

Guillaume de Thieulloy – Catholique identitaire donc illégitime ?

Jean Guitton – NI progressiste, ni réactionnaire, juste catholique

 Euthanasie et athéisme, une régression sans précédent

Economie –

Considérer l’homme comme une personne dans l’entreprise est-ce possible ?

La destination Universelle des biens

Pierre de Lauzun – Un bon marché cela peut-il exister ?

Pierre de Lauzun – Nous avons les moyens de réformer l’économie

Cyril Brun – Le faux problème du travail dominical

Le revenu universel une utopie ?

Migrants –

Le statut de l’étranger dans la Bible

Immigration et charité chrétienne – En accueillir moins, pour accueillir mieux

Cyril Brun – Immigration versus identité

Réflexion d’un chrétien sur le devoir d’hospitalité des migrants

Des chrétiens opposés à l’installation des migrants s’expliquent

Droit à demeurer dans son propre pays

Brèves et points de vue politiques

Sens Commun au gouvernement Fillon ?

François-Xavier Bellamy – Fillon et la culture

Famille-jeunesse- éducation les grands absents de la présidentielle.

15 ans d’euthanasie en Belgique – Bilan et dommages collatéraux

Guillaume de Thieulloy – le populisme chrétien, clef de la victoire de Fillon ?

Cyril Brun – Je crains que l’élection de François Fillon ne nous rendorme

Denis Sureau – Anti-libéral, donc contre la sécu

Fillon, Chrétien décomplexé ?

Ludovine de la Rochère – Le programme de Fillon sur la famille n’est pas à a hauteur

Cyril Brun – Chrétiens de gauche, paresseux ?

Pour une nouvelle politique familiale

François Fillon publie douze mesures en faveur des chrétiens d’Orient

François Fillon favorable à la recherche sur l’embryon – Schizophrénie ou électoralisme ?

Georgina Dufoix « Prier pour François Fillon c’est lutter conte l’esprit du monde »

Délit d’entrave IVG – François Fillon confirme l’abrogation du délit d’entrave numérique s’il est élu

François Fillon est-il si clair sur les droits de l’enfant ?

Catholiques pour Fillon, juifs pour Sarkozy, musulmans pour Juppé

Quand le FN juge Fillon à l’opposé de la doctrine sociale de l’Eglise

Délit d’entrave numérique, l’absence remarquée de François Fillon

Que pensent Fillon et Juppé sur l’éducation ?

PMA-GPA-Adoption que pensent Fillon et Juppé exactement ?

Entre Juppé et Fillon il y aurait la Famille

Les autres réseaux cathos de Fillon

Fillon, Sens Commun et la théorie du genre

La primaire pour tous – Analyse des positions d’un candidat : François Fillon et l’Europe

Pour François Fillon, il n’y a pas de communautarisme catholique qui menace la république.

La France doit prendre la tête d’un combat européen contre la GPA pour François Fillon

Catho, l’indésirable de la campagne 2017

Emmanuel Macron et l’éducation, une synthèse difficile

Xavier Lemoine, un indice du poids catholique ?

Infographie religieuse du vote de la Primaire

Primaire, la Fondation de service politique note les candidats

2017, lancement du baromètre BIOpolitique d’Alliance Vita

Pour Marine Le Pen , l’IVG est secondaire et la loi Taubira doit devenir une union civile

 Que répondre aux jeunes soutiens de Mélanchon et Hamon qui se revendiquent catholiques ?

 Fondation Abbé Pierre – Zéro SDF en deux quinquennats c’est possible

 

 

 

A la une #NLH #Tribunes et entretiens

Politique, les catholiques n’ont pas le choix !

 

Les pontifes et le magistère ont maintes fois souligné que la politique était « la forme la plus haute de la charité » (Pie XI). J’ai envie de dire : alors qu’est-ce qu’on attend ? Il y a chez les catholiques de France un véritable « je t’aime moi non plus » avec la politique, voire un « va je ne te hais point ». La politique c’est sale, c’est corrompu, c’est l’espace pourri impraticable pour les chevaliers blancs du XXIème siècle, pour les Pilate aux mains propres d’un millénaire aseptisé et spiritualisé à outrance. La relation du catholique à la politique est devenue complexe, non du fait de la politique elle-même, mais de la vision de plus en plus désincarnée des fidèles de la religion incarnée par excellence. A se donner des airs d’anges, nous avons contraint le monde à faire la bête. L’homme, et le chrétien en particulier, vit entre terre et ciel. Il est l’un et l’autre, comme se sont échinés à le dire les Pères de l’Eglise. S’il n’est pas du monde, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas de la terre. Ne pas être du monde ne signifie pas se désincarner, mais refuser la logique que le prince des ténèbres veut imposer au monde. Il s’agit bien d’agir pour le monde afin d’y étendre le royaume de Dieu et non de créer des sas de télétransportation vers le ciel. Certes nous sommes exilés et notre patrie est dans le Ciel, mais le Christ s’est incarné pour partager la vie des hommes et l’assumer en toutes choses. Refuser notre part de terre, c’est refuser un pan colossal du don que Dieu nous a fait. Aujourd’hui, en France particulièrement, un excès de spiritualisation a fait des catholiques des antis terre fuyant la réalité qui les entourent, se réfugiant dans des oasis éthérées, devenues des bunkers menacés. Et le monde les pousse vers cette ghettoïsation qui lui permet de « vivre sa propre vie » sans ces empêcheurs de tourner en rond. La désertion des catholiques de la sphère politique est une des causes profondes de l’état du monde actuel et c’est une responsabilité morale lourde devant Dieu et devant les hommes. Ce n’est ni plus ni moins que de la non-assistance à personne en danger.  Lâcheté, égoïsme, défense de son pré carré, indifférence, renversement des priorités, il y a tant de bonnes raisons pour masquer cette réalité bien éloignée de la charité. La politique n’est pas la cuisine politicienne. Elle la dépasse largement. Elle est la responsabilité de chaque citoyen sur le bonheur de ces concitoyens et par ricochet du monde entier. Il est de bon ton chez bien des catholiques de regarder de haut, les mains propres de n’avoir pas servi, ces pourris qui nous gouvernent, sans oser regarder les complicités passives de nos désertions et les complicités moins passives dans notre quotidien professionnel aux mains moins blanches. La politique est un service rendu au monde, au peuple et ne nous y trompons pas à nos familles qui si souvent nous servent de prétexte pour ne pas nous engager. Un service et une responsabilité vis-à-vis du bien commun, lequel, à son ultime, est Dieu Lui-même.

La politique enfin ne se limite pas à l’engagement électoral ou dans un parti, mais celui-ci donne accès au gouvernement, aux décisions. La politique c’est aussi le lobbying, les médias, l’engagement associatif, caritatif… Mais pour être charité, cet engagement doit se faire dans et au service de la vérité. Pour aller de Rome à Paris, il y a plusieurs routes possibles. De même en est-il de la vérité et de la politique. S’il n’y a pas de parti chrétien unique, il n’y pas pas de non choix possible pour le catholique. Ne pas s’engager, sauf empêchement majeur, est une omission grave aux lourdes conséquences sur le monde et, nous le voyons chaque jour davantage, ces conséquences n’épargnent plus désormais nos propres bunkers.

Alors, en vérité, pourquoi si peu s’engagent ? La question mérite d’être posée par chacun. Le « à quoi bon » est un manque d’espérance et de confiance. Le « tous pourris » n’est un argument que pour celui qui se sent capable lui-même de pourriture. Croire ne pas avoir le charisme de la politique c’est oublier la multitude de formes d’engagements possibles et notre responsabilité de citoyen. La peur de la flétrissure, c’est confondre compromis et compromission sans comprendre la notion de mieux possible.

Mais au fond si la politique est la forme la plus haute de la charité, y a-t-il d’autres questions à se poser que celle de savoir comment y participer puisque partant de là, il semble difficile de s’en dispenser. Et peut-être plus encore aujourd’hui dans un monde en rejet du christianisme, il y a là non-assistance à personne en danger.

Amérique latine #Dans le Monde #NLQ

Colombie : l’Eglise appelle les citoyens aux urnes

A quelques jours d’une élection présidentielle qui s’annonce décisive pour la Colombie, l’Église appelle les citoyens à se rendre aux urnes.

Pourquoi voter ? Comment et pour qui ? Ce sont les trois questions auxquelles tente de répondre l’Église catholique de Colombie, en vue de l’élection présidentielle de dimanche 27 mai.

Une élection qui, qu’importe le résultat, transformera le pays. Deux candidats tirent leur épingle du jeu : du côté de la droite dure, Yvan Duque, héritier de l’ancien président Alvaro Uribe, qui prône une remise en question de l’accord de paix avec les FARC (anciennement Forces Armées Révolutionnaires de Colombie), signé en 2016, pour lequel le président Juan Manuel Santos s’est vu remettre le prix Nobel de la paix. De l’autre côté, l’ex guérillero du M-19 et ancien maire de Bogota de la gauche radicale, Gustavo Petro. Lui garantit le maintien de l’accord de paix qui a mis fin à 52 ans de guerre intestine en Colombie. Le président actuel Juan Manuel Santos, après deux mandats, ne peut se représenter.

Comment voter ?

« Le vote est un droit et un devoir moral qui a de grandes conséquences sur la vie de chacun », écrivent les évêques de Colombie dans un communiqué le 18 mai 2018. Les évêques invitent à voter « sans se laisser emporter par l’apathie, le doute ou le pessimisme, » et en « évitant les manoeuvres électorales telles que l’abstention, la vente et l’achat de vote (…) sans forme de pression quelconque pour un candidat ». Ils invitent aussi, évidemment, à confronter les programmes des candidats et à ne pas se laisser embrigader par la propagande.

Pour qui ?

Dans une neutralité coutumière, la Conférence épiscopale de Colombie incite la population à voter pour qui « manifeste le désir de servir le bien commun, plutôt que d’arriver au pouvoir et servir ses intérêts particuliers, pour qui a les capacités de répondre aux besoins les plus urgents qu’affrontent le pays ». Également pour le candidat qui cherche à « cimenter la construction du pays dans ses valeurs éthiques » et à promouvoir la dignité des citoyens, la protection de la famille et la défense de la vie à tout moment.

Source : Vatican News

Conférences/Formations #NLQ

Conférence : “Le clivage droite-gauche existe-t-il encore ?” avec Guillaume Bernard le 12 avril 2018 à Senlis (60)

A la une #En Afrique #Francophonie #NLQ

Le tweet du jour : quand l’AFP parle du combat de Mgr Monsengwo

Asie #NLQ

Inde – Elections – Les évêques exhortent à utiliser le Rosaire comme arme de protection

En Inde, l’État du Gujarat, dans l’ouest du pays, s’apprête à voter pour des élections législatives le 9 et 14 décembre 2017. À cette occasion, Mgr Thomas Ignatius Macwan, l’archevêque de Gandhinagar a transmis un message au nom de tous les évêques de l’État, pour inviter les fidèles à prier pour ce scrutin, selon l’agence Fides.

Dans cette lettre, le prélat insiste avant tout sur l’importance de ces élections « pour le tissu laïc et démocratique du pays » et de leur influence et leurs répercussions sur l’avenir de l’Inde. « Les résultats électoraux obtenus à l’occasion du renouvellement des membres de l’Assemblée de l’État du Gujarat pourraient faire la différence. » En effet, l’archevêque s’inquiète de la situation de son pays dans lequel « les droits fondamentaux sont violés et les droits constitutionnellement reconnus foulés aux pieds ». Il existe, explique-t-il, « des épisodes au cours desquels les églises sont attaquées, le personnel ecclésiastique, les fidèles ou des institutions touchés. Il existe également un sens croissant d’insécurité au sein des minorités. Les forces nationalistes sont sur le point de conquérir le pays ». Aujourd’hui, l’État du Gujarat est administré par le Bharatiya Janata Party (BJP), le parti du Premier ministre indien Narendra Modi originaire de cet État, qui gouverne actuellement 18 des 29 États de l’Union indienne.

Les évêques de l’État du Gujarat invitent donc les croyants « à organiser des liturgies de prière » dans les Paroisses et couvents, et à utiliser la prière du Rosaire comme arme de protection, pour que les personnes qui seront élues demeurent « fidèles à la Constitution indienne et respectent tout être humain, sans aucune discrimination ». Un appel à prier aussi lancé par le Secrétaire général de la Conférence épiscopale indienne, Mgr Theodore Mascarenhas.

 

Source Radio Vatican

Afrique non francophone #NLQ

Egypte – Des chefs d’Eglises favorables à un second mandat du président al-Sissi

Les prochaines élections présidentielles égyptiennes sont prévues pour 2018 mais des groupes d’intellectuels et de personnages publics égyptiens ont déjà commencé à promouvoir des campagnes de propagande dans la presse et sur les réseaux sociaux en faveur de la réélection du Président Abdel Fattah al Sisi pour un deuxième mandat. Les promoteurs de la campagne intitulée « Nous sommes tous avec vous pour l’Egypte » ont récemment cherché à recueillir des déclarations de soutien de la part de représentants des églises locales. Parmi les signataires de l’appel figure l’Evêque copte orthodoxe Jeremiah, responsable du Centre culturel copte, qui a fait l’éloge de l’initiative comme d’un instrument utile à mettre en évidence les réalisations et la contribution du Président al Sisi à la stabilisation du pays. Les organisateurs de la campagne ont contacté également l’Evêque copte catholique émérite de Gizeh, S.Exc. Mgr Antonios Aziz Mina, lequel a fait une déclaration dans laquelle il a rappelé entre autres choses qu’Abdel Fattah al Sisi a été le premier Président égyptien à visiter la Cathédrale copte orthodoxe à l’occasion des célébrations de Noël. Parmi les autres représentants des communautés ecclésiales impliqués dans la campagne en faveur de l’actuel Chef de l’Etat, se trouvent également le pasteur évangélique Sami Ayad, professeur de théologie, et Ikram Lamai, Président du Conseil de l’église évangélique.

Source Agence Fides

 

Dans le Monde #NLQ #Orient

Turquie – Interférences dans la désignation du patriarche arménien apostolique

L’archevêque Karekin Bekdjian qui assure en quelque sorte l’intérim de la fonction de patriarche arménien apostolique de Constantinople, a adressé une lettre aux éventuels candidats à la succession du patriarche Mesrob II Mutafyan, lequel est atteint d’une maladie incurable.

Qui est éligible au patriarcat arménien de Constantinople ? Les critères sont les suivants : les candidats doivent être nés en Turquie ou, à défaut, appartenir à une famille de nationalité turque. Cependant, il s’avère que seuls onze membres du clergé patriarcal répondent à ces critères. Quant aux autorités du pays, elles se livreraient à un boycott tacite de la procédure visant à désigner le patriarche.

En effet, ces autorités ne semblent guère enthousiastes à cette perspective dans laquelle l’archevêque Karekin Bekdjian gère cette désignation. L’archevêque a affirmé ne pas avoir subi de défiance de la part des autorités turques, mais des lettres officielles auraient été envouyées à ces dernières par le Patriarcat à la fin du mois d’août pour “solliciter la reprise des procédures visant à l’élection du nouveau Patriarche”. Ces lettres sont restées sans réponse.

Ni plus, ni moins, il s’agirait d’interférences de la part des pouvoirs publics turcs dans la désignation d’un pasteur de communauté chrétienne.

SOURCE – Agence Fides 17/10/2017

 

 

 

Afrique non francophone #NLQ

Kenya – Les catholiques peu convaincus par les responsables politiques

« Il existe de nombreuses choses qui vont mal actuellement dans ce pays alors que les moyens de communication semblent se focaliser seulement sur les hommes politiques » indique à l’Agence Fides Rose Achiego, laïque catholique engagée dans le secteur des communications. « Prenons par exemple – dit-elle – l’impact de la grève des infirmiers, qui a paralysé les activités du dispensaire d’Uthiru, où les enfants souffrent et meurent même suite à des maladies guérissables ».

« Les progrès qui ont été faits au fil des années semblent perdus » ajoute Rose Achiego, qui demande « aux responsables politiques de trouver une porte de sortie à l’impasse actuelle et d’unir le pays ».
Le Kenya connaît actuellement une crise politique dérivant de l’annulation du scrutin présidentiel du 8 août dernier de la part de la Cour Suprême et des polémiques relatives à la Commission électorale indépendante (IEBC) qui devra organiser et superviser la réitération des élections prévue pour le 26 octobre. Or l’un des principaux responsables de l’IEBC, Roselyn Akombe, a démissionné hier, 18 octobre, en affirmant que cet organisme n’était pas en mesure d’assurer un scrutin crédible.
La crise politique s’insère dans un climat déjà tendu à cause de la grève qui paralyse depuis des mois le secteur sanitaire et des tensions dans les écoles. « Malheureusement – se plaint Rose Achiego – les hommes politiques prononcent actuellement des discours qui, au lieu d’unir les kenyans, créent des fractures quotidiennes ».

« Attendu que nous sommes au mois d’octobre, les catholiques devraient dédier plus de temps à prier la Très Sainte Vierge Marie, Notre Mère, afin de trouver une solution à ce qui se passe. Nous ne savons pas bien où nous allons. Il existe une division flagrante entre les partisans de la NASA – la coalition d’opposition – et ceux du Jubilee – le parti du Président sortant, Uhuru Kenyatta ».

« Il s’agit d’une situation tendue mais de nombreux kenyans ont pris leur décision sur leur affiliation politique. Toutefois, je crois qu’il existe une population au Kenya qui ne se préoccupe pas de la personne du Président mais de son propre poste de travail et de la manière dont défendre les besoins des familles » affirme Magdalene Nafula, membre de l’association Jeunes Adultes de Sainte Joséphine Bakhita de la Paroisse Sainte Marie de Mukuru (Nairobi).

« Il existe une grande confusion dans notre pays et il n’est pas certain que les élections aient bien lieu le 26 » déclare à Fides Sœur Margaret Mutiso, qui coordonne l’Association des étudiants du Collège universitaire de Tangaza, à Nairobi. Elle ajoute : « L’état d’âme semble indiquer qu’il ne peut y avoir d’élections vues les dernières révélations faites par le Commissaire qui vient de démissionner et les pressions extérieures exercées sur l’IEBC. Le pays ne semble pas prêt pour la réitération des élections et ceci est préoccupant parce que nous ne savons vraiment pas ce qui se passera », sentiments qui sont partagés également par Sœur Béatrice Merceline, qui œuvre au sein du Diocèse de Bungoma.
Sœur Mutiso attribue l’incertitude présente dans le pays aux hommes politiques, déclarant, en se référant au Président Uhuru Kenyatta et à Raila Odinga, que « la confusion est accentuée par le manque de volonté des deux principaux responsables de s’asseoir et de dialoguer, chacun voulant remporter la victoire et ce sans chercher à créer une atmosphère permettant des élections libres et crédibles dont les résultats puissent être acceptés ».

 

Source agence Fides