Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Nuit de la charité le 19 octobre 2019 à Petite-Rosselle (57)

Programme

16h : accueil sous l’auvent de l’église. Les différentes associations partenaires tiendront des stands pour permettre aux passants de découvrir les actions.

16h30 : présentation de Caritas Moselle et témoignage de Mme Bernadette Marchand (présente depuis plus de 40 ans au Brésil et qui œuvre pour l’association « Enfants, espérance du Brésil »).

17h : conférence de l’abbé Fabien Faul sur la charité et sa spécificité chrétienne.

18h30 : messe d’archiprêtré présidée par l’abbé Sébastien Klam, vicaire général, et animée par les chorales de l’archiprêtré.

19h30 : soupe aux pois cassés préparée par la communauté « Emmaüs ».

20h30 : démarrage de la nuit de prière. Les différents groupes de prière et caritatifs se relaient toute la nuit.

8h : laudes puis petit déjeuner préparé par la communauté « Emmaüs ».

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

“Du chemin d’Emmaüs à l’Eucharistie : La liturgie comme chemin de conversion” le 30 mars 2019 à Myans (73)

“Du chemin d’Emmaüs à l’Eucharistie : La liturgie comme chemin de conversion”

Par le père Bruno Mary, recteur de la cathédrale de Lille, directeur (jusqu’en août 2018) du Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle.

Rendez-vous le samedi 30 mars de 9h  à 16h à la maison de rencontre de Myans (Sanctuaire Notre-Dame de Myans)

. Inscriptions : formperm@dioceses-savoie.org/ 04 79 33 63 66

Plus d’informations

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Conférences de carême à Notre-Dame de Paris – Du 10 mars au 14 avril 2019

Depuis 1835, les conférences de Carême à Notre-Dame de Paris constituent un grand rendez-vous de réflexion sur l’actualité de la foi chrétienne. Cette année, elles seront données par le père Guillaume de Menthière et auront pour thème “Allons-nous quelque part ? – Avec le Ressuscité, faire route vers Emmaüs…”

NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du Père René-Luc du 15 avril 2018 – La Victoire de l’Amour

Hier, un autre prêtre de chez nous, le célèbre Père René-Luc, prédicateur, cofondateur de l’école d’évangélisation CapMissio et auteur du bestseller Dieu en plein cœur, passait sur les ondes du Québec afin de prêcher sur l’Evangile selon saint Luc XXIV, 35-48 :

Vous pouvez (re)découvrir le Père René-Luc à travers son très beau témoignage :


En France #NLH

10 ans après sa mort, la mémoire de l’Abbé Pierre reste vivante

On se souvient de sa silhouette : cape noire, béret basque, longue barbe blanche. Dix ans après sa mort, la haute figure de l’Abbé Pierre est encore bien présente dans les mémoires.

On a peut-être un peu oublié son charisme, ses messages d’amour et de solidarité, son action service des pauvres, des marginalisés, des cabossés de la vie. Témoin et prophète, l’Abbé Pierre a dérangé, crié et fustigé pour rappeler au monde que la lutte contre la misère est un combat de longue haleine.

L’Abbé Pierre a fait tant de choses qu’il semble avoir vécu dix vies, ou qu’il y ait dix hommes en lui”, rappelait un jour un compagnon d’Emmaüs. Né en 1912, Henri Grouès de son vrai nom, aura traversé la quasi-totalité du XXe siècle si chargé de violences et de misères. D’abord moine capucin, il fut ensuite prêtre, résistant, député au parlement français, fondateur d’Emmaüs, globe-trotter infatigable, auteur de nombreux livres.

Il a organisé le passage de juifs vers la Suisse pendant la 2e Guerre mondiale, créé des maquis, débattu avec Albert Einstein, défendu l’objection de conscience, obtenu que soient construits 12.000 logements d’urgence pour les victimes de la faim et du froid, défendu bien avant les autres l’écologie, le commerce équitable et le développement durable… L’Abbé Pierre a rencontré les grands et les puissants et leur a parlé des petits, des marginalisés et des exclus. Loin devant les stars du show-business et les hommes politiques, il a figuré pendant presque vingt ans en tête de liste dans le cœur des Français.

Jusqu’à plus de 90 ans, l’Abbé Pierre a continué de voyager dans le monde entier pour y défendre la cause des plus démunis. Il est mort le 22 janvier 2007, à l’hôpital du Val de Grâce, à Paris. Il est inhumé dans le cimetière du village d’Esteville, près de Rouen, aux côtés de nombreux compagnons d’Emmaüs.

C’est là que se trouve aujourd’hui Mgr Lebrun, qui évoquait la figure de l’abbé Pierre il y a quelques jours, dans une interview accordée à Famille chrétienne :

“Cette année, le jour de la Marche pour la vie, je célébrerai les 10 ans de la mort de l’abbé Pierre à Esteville où il s’était retiré. L’abbé Pierre est emblématique du cri lancé pour les plus démunis. Or, y a-t-il plus démuni que l’embryon menacé, l’enfant à naître dont on peut décider qu’il ne naîtra pas ? « Tout est lié » dit le Pape François : « Un chemin éducatif pour accueillir les personnes faibles de notre entourage, qui parfois dérangent et sont inopportunes, ne semble pas praticable si l’on ne protège pas l’embryon humain, même si sa venue cause de la gêne et des difficultés » (Laudato si’ n° 120). »

Et de rappeler que l’abbé Pierre a été “un vagabond de l’amour”, “un géant de la charité”.

Source