A la une #NLQ #Points non négociables PNN

Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) favorable à l’ouverture de la PMA pour les couples de femmes et les femmes célibataires

La nouvelle vient de tomber : le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) vient de se déclarer favorable à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et les femmes célibataires. Son avis était attendu depuis plusieurs jours.

Le CCNE admet donc que la PMA puisse être étendue à des situations qui vont au-delà de l’infertilité.  En effet, il considère que “l’ouverture de la PMA à des personnes sans stérilité pathologique peut se concevoir pour pallier une souffrance induite par une infécondité résultant d’orientations personnelles”, même s’il redoute les “conséquences pour l’enfant, du risque de marchandisation accrue et des conditions de faisabilité”.

Si l’avis n’a qu’une valeur consultative, on peut se douter qu’une mobilisation est à prévoir. InfoCatho vous tiendra au courant de toutes les suites. Dans la liste des points non-négociables, c’est un nouveau combat qui s’annonce.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Pèlerinage des enfants à Notre-Dame du Laus

« Venez rencontrer Jésus ! »

Pèlerinage des enfants au sanctuaire Notre-Dame du Laus

Programme de la journée

9h30 : Accueil avec chants et louange à la grande salle

Film des enfants pour tous à la grande salle

Grand pèlerinage-catéchèse

Halte catéchèse à la chapelle du Précieux-Sang

Halte catéchèse à Pindreau

12h30 : Pique-nique au sanctuaire

13h30 : Célébration de la Parole à la grande salle par Mgr di Falco Léandri

Grand jeu

Bénédiction finale

16h30 : Goûter et fin du pèlerinage

Les enfants restent sous la responsabilité de leurs accompagnateurs à tout moment.

Les groupes, sont invités à bien porter un signe distinctif (casquette, foulard, Tee-shirt…).

Offrande recommandée de 1 à 2 €/personne.

Inscriptions au 04 92 50 94 00familles@notre-dame-du-laus.com

Asie #NLH #NLQ

Philippines – Siège de Marawi : des enfants utilisés comme boucliers humains et combattants

« Nous prions pour le Père Teresito Suganob dit Chito afin qu’il ait la persévérance dans la foi et que le Seigneur lui donne la grâce de la force, à lui et à ses compagnons, enlevés par les terroristes. Les otages ne peuvent jamais être considérés comme des dommages collatéraux. Nous espérons donc que les forces armées feront leur possible pour les sauver. Ce sont nos frères et nous prions pour eux ». Ce sont les mots  de l’évêque de Marawi, Mgr Edwin de la Pena, alors que le siège de la ville de Marawi, sise dans l’île philippine de Minadao, se poursuit. Les forces philippines ont repris presque l’ensemble de la ville qui avait été occupée par les djihadistes et seuls quelques 50 à 100 militants demeurent barricadés dans les dernières maisons qu’ils contrôlent, où se trouvent également plus de 200 otages dont des femmes, des enfants, un prêtre et une quinzaine de fidèles catholiques. Les militants du groupe terroriste Maute, lié au prétendu « Etat islamique », se servent de femmes et d’enfants comme boucliers humains et entendent les utiliser pour s’enfuir.
Selon des données officielles, les victimes du conflit en cours depuis le 23 mai à Marawi sont au nombre d’au moins 174 alors que dans l’île de Mindanao demeure encore en vigueur la loi martiale, proclamée par le Président, Rodrigo Duterte.
Entre temps, la crise humanitaire s’aggrave elle aussi. Selon l’UNICEF, au moins 50.000 enfants ont été impliqués dans le conflit et certains d’entre eux ont été utilisés comme combattants par les terroristes. «  Nous sommes profondément préoccupés par toute action qui pourrait mettre en danger la vie et la sécurité des enfants et troubler leur développement général ou l’accès à des services sociaux de base tels que l’instruction et la santé » a déclaré Lotta Sylwander, responsable de l’UNICEF aux Philippines. Le conflit pourrait avoir un grave impact à long terme sur la santé psychosociale des enfants.

Dans le cadre des affrontements, deux écoles primaires de Marawi ont par ailleurs été détruites.

Source : Agence Fides

Afrique non francophone #NLH #NLQ

Afrique du Sud – 1 enfant sur 5 abusé sexuellement s’alarment les évêques

Les évêques sud-africains condamnent fermement les crimes et abus commis sur des femmes et des enfants. Dans un communiqué, Mgr Stephen Brislin, archevêque du Cap et président de la SABC, la conférence épiscopale sud-africaine, dénonce des faits qui causent des dommages importants au « tissu délicat de la société » du pays.

Le communiqué fait état de données alarmantes : selon une récente étude, en Afrique du Sud, 1 enfant sur 5 est abusé sexuellement, et 75 % des garçons sont victimes de harcèlement à l’école. « La récente vague de violence contre les femmes et les enfants a bouleversé le pays », assure l’archevêque, d’autant plus que la plupart des victimes connaissent leurs agresseurs, « une situation qui soulève plus de questions que de réponses ».

Les violences domestiques sont monnaie courante ; l’intégrité physique des femmes et des enfants n’est pas respectée, déplore Mgr Brislin, qui pointe du doigt les ravages de l’alcool et de la drogue chez les jeunes. « L’appartenance à des bandes est une chose commune, et peut donner lieu à des violences collectives ». Toutefois, la solution ne peut résider uniquement dans une répression policière ou l’emprisonnement, affirme le président de la SABC : « nous devons regarder la manière dont nos enfants socialisent, si nous voulons réduire la violence ».

Au lieu d’investir des sommes d’argent importantes dans le système judiciaire pénal et les établissements de correction, il conviendrait d’augmenter les fonds aux programmes de soutien aux parents, suggère le communiqué aux autorités, avant d’insister sur l’importance de lutter contre la banalisation de la violence à l’école, à l’église et dans les communautés.

 

Source Radio Vatican

En France #NLQ

Avec Marie, portons la joie au monde ! Redécouvrez avec vos enfants l’évangile de la Visitation

Le mois de mai est le mois de Marie ! Découvrez avec les petits l’Evangile de la Visitation, qui relate la rencontre joyeuse de Marie, qui attend le Sauveur, et d’Élisabeth, sa cousine, qui attend Jean-Baptiste.

L’Église célèbre la fête de la Visitation le 31 mai, qui clôt le « mois de Marie ».
L’Évangile de Luc relate la rencontre joyeuse de Marie, qui attend le Sauveur de monde, et Élisabeth, sa cousine, qui attend Jean-Baptiste.
Le service de la catéchèse du diocèse de Paris vous propose quelques pistes pour préparer une rencontre pour des petits, des enfants, des familles, une assemblée paroissiale… Coloriages, décors, livrets, prières enluminées, prières gestuées : de nombreux et précieux outils pour comprendre et transmettre le sens de cette fête. Un site à découvrir !

A la une #NLQ #Rome

« Comment puis-je aider Jésus à sauver le monde ? », dialogue du pape avec des enfants

« Comment puis-je aider Jésus à sauver le monde ? ». Le pape François a échangé sur cette question avec des enfants, au cours de sa visite dans la paroisse de San Pier Damiani, dans la périphérie de Rome, le 21 mai 2017.

Le pape leur a recommandé spécialement le respect de tous : « même celui qui ne m’aime pas doit être respecté ». Et la « joie » aussi, qui « aide Jésus à sauver le monde ». Il a également évoqué les vocations, soulignant la beauté de chaque état de vie.

 

Retrouvez l’intégralité de cet échange sur Zenit

NLQ #Récollections/Retraites

Retraite des enfants au sanctuaire Notre-Dame de Pellevoisin

Retraite pour enfants de 7 à 10 ans du 26 au 28 mai

Retraite pour enfants, garçons et filles âgés de 7 à 10 ans, du vendredi 26 mai (10h) au dimanche 28 mai (12h) à Pellevoisin. Entre Ascension et Pentecôte, au coeur du temps du Cénacle, nous préparer à la venue de l’Esprit Saint dans nos coeurs !
Un temps fort de vie chrétienne, afin de permettre aux enfants de grandir dans leur vie théologale et dans leur amitié avec le Christ.
Organisés par une équipe de frères et soeurs de Saint Jean et de bénévoles, ces deux jours et demie seront marqués par des enseignements spirituels, des temps d’initiation à l’oraison devant le Saint Sacrement exposé, un pèlerinage à la grotte de Montbel, et également par des temps de détente, de jeux et de veillées joyeuses. Durant la retraite chaque enfant est inséré dans une équipe de vie sous la responsabilité d’un jeune animateur.
La retraite se terminera par la messe dimanche 28 mai à 11h. Pour  les familles qui le désirent, nous pourrons partager tous ensemble un pique nique tiré du sac, dans le parc du Sanctuaire à l’issue de la messe.
Renseignements et inscription : retraitedesenfants.pellevoisin@yahoo.fr

Source

Doctrine / Formation #Livres #NLH

Fatima : le livre à ne pas manquer

«  Je souhaite donc que ce beau livre soit lu dans les familles pour que le soleil de Fatima brille toujours plus dans les cœurs des enfants et de leurs parents.” (Cardinal Sarah)

 

En cette année où nous fêtons le centenaire des apparitions à Fatima, nous sommes heureux de vous présenter ce très beau livre, qui présente le message de Fatima de manière éminemment pédagogique. Il s’adresse particulièrement aux enfants et jeunes adolescents (9 à 12 ans).

En effet, préfacé par le cardinal Sarah, ce livre raconte les neuf apparitions de Fatima, en reprenant les neuf étapes de la pédagogie céleste adaptée à tous les enfants. Chaque apparition est ainsi présentée en trois volets :

• « J’écoute » : l’enseignement de l’Ange ou de Marie à travers le récit des apparitions.
• « Je comprends » : explications sur le sens de ce qui est révélé.
• « Moi aussi » : invitation à mettre en pratique les demandes du Ciel et à prendre des résolutions.

Le but de ces pages est d’introduire les enfants dans la dévotion au Coeur Immaculé de Marie, « ultime moyen », selon les paroles de Lucie, donné par Dieu pour obtenir de Lui le salut des âmes et la paix dans le monde.

 

Un très beau livre à offrir, à s’offrir : pour simplement faire grandir nos enfants, pour les éducateurs, les enseignants, les prêtres … Un cadeau de Profession de Foi, de première Communion, un prix de fin d’année pour les écoles, un cadeau de mariage…

 

Élisabeth Tollet et Jeanne-Marie Storez, Fatima : Marie te confie les secrets de son cœur, Ed. Traditions Monastiques, 2016 (préf. du Cal Sarah)

 

 

Le site de l’Evangile de la Vie publie une interview de Stanislas Muel, à l’origine du livre :

 

– Comment est venue cette idée de publier ce livre sur Marie comme éducatrice, à travers les apparitions de Fatima ?

L’idée est venue lors d’un pèlerinage en famille à Fatima. Le message marial a touché le cœur de nos jeunes enfants de 4 et 5 ans à tel point que je me suis demandé pourquoi. Pourquoi ? La réponse est simple. Marie est venue enseigner à trois enfants : Jacinthe, Lucie et François. A Fatima, Marie est donc éducatrice. Ce postulat a excité ma curiosité et je n’avais plus qu’une idée en tête : mettre en lumière cette pédagogie.


– Personne n’y avait pensé avant, pourquoi ?

Il y a eu de nombreux ouvrages sur Fatima ; beaucoup portent sur l’histoire des apparitions et des trois enfants mais aussi sur l’aspect prophétique des apparitions, sur Fatima face à l’histoire du XXème siècle, sur le 3ème secret… Mon idée a été de redécouvrir le cœur même du message. Le texte des apparitions est un véritable diamant ; il faut le désencombrer de tout ce qui l’entoure et le faire briller à la lumière. C’est objet de ce livre.


– Que nous confie Marie à Fatima ?

Marie est venue nous confier un secret : elle nous révèle comment obtenir de Dieu le salut des âmes et la paix dans le monde. La mission confiée est enthousiasmante, et tous les membres de l’Eglise sont sollicités ; en échange de notre dévouement, Marie promet une place extraordinaire au Ciel : sur le trône de Dieu Lui-même.


– Comment ce livre a-t-il été réalisé ?

J’ai souhaité un livre pédagogique et accessible aux enfants. Il a donc été rédigé avec la participation très active de deux mamans Mmes TOLLET et STOREZ. Chaque page est illustrée avec grande finesse, des couleurs chaudes et lumineuses, car Fatima c’est la lumière, la lumière de Dieu.


– Permettez-moi cette question plus personnelle. Dans votre vie de couple, vie de famille, qu’est-ce que cela a changé ?

Fatima a donné du sens à notre vie et défini notre place dans l’Eglise. Oui Marie donne une mission à chaque foyer chrétien et les moyens pour y parvenir ! Quelle sécurité et sérénité pour nous, parents ! La générosité des enfants est émouvante. En imitant Jacinthe, Lucie et François, tous les enfants peuvent suivre avec confiance le chemin tracé par la Vierge Marie et balisé dans ce livre.

 

 

 

NLQ #Tribunes et entretiens

Entretien – “Même les enfants peuvent être canonisés”

L’abbé Hubert Lelièvre, délégué épiscopal à la famille du diocèse d’Avignon publie ces jours-ci un livre : « Osez le Bonheur pour vos enfants  » (éd. du Peuple Libre), encourageant les familles à la sainteté. Il réagit ici à la probable prochaine canonisation des pastoureaux de Fatima par le pape François en mai 2017, lors de son pèlerinage pour le Centenaire des apparitions. Son frère, l’abbé Thierry Lelièvre, aujourd’hui décédé, avait publié chez Téqui sa thèse : « Même les enfants peuvent être canonisés ».

Votre regretté frère l’abbé Thierrey Lelièvre avait travaillé dans sa thèse de droit canon sur la possibilité que des enfants soient proclamés saints …

Oui, mon frère, prêtre au Ciel depuis le 30 mars 2010,  avait réalisé des travaux importants répondant comme à un appel intérieur et il avait publié une thèse en droit canon.  A l’époque, au début des années 80, le titre était : « Les enfants peuvent-ils être canonisés ?  » (éd Téqui). Puis, 20 ans plus tard, il a réédité sa thèse avec ce titre : « Même les enfants peuvent être canonisés  ».

En quoi consistait son travail ?

En lisant la vie des enfants non-martyrs et n’ayant pas encore atteint l’âge de la majorité (21 ans à l’époque), mon frère était habité par cette conviction que la sainteté était possible. Au fond,  il surprenait Dieu, à travers ces vies d’enfants, c’est-à-dire que la grâce était à l’œuvre dans les âmes et que ces enfants étaient capables non seulement d’actes héroïques ponctuels, mais d’une vie héroïque pendant un certain temps de leur toute jeune vie. La vie de foi, d’espérance et de charité, vécue de manière héroïque. De telle sorte aussi que ces toutes jeunes vies puissent être données en exemple aux enfants, aux familles, aux éducateurs.

Quel était le principal obstacle – même canonique – à la canonisation d’enfants ? On ne les considérait pas adultes dans la foi ?

On hésitait pour savoir si à 5 ans, 8 ans ou 15, les jeunes pouvaient avoir vécu une ou les vertus d’une façon « héroïque ». Thierry a cherché à démontrer que oui et il apporte un certain nombre d’éléments pour faire tomber ce doute ou cette question et ouvrir ainsi la voie vers la béatification, la canonisation d’enfants.

Ils sont nombreux ces visages de sainteté d’enfants ?

Depuis  saint Dominique Savio, mort à 14 ans et demi, canonisé en 1954, et Jeanne d’Arc, morte à 19 ans et canonisée en 1920, aucune canonisation d’enfant, de jeune de moins de 21 ans. Mon frère a établi une liste des causes de canonisation en cours. Avec le point où en était le procès. En 2005, il y avait 31 causes ouvertes de jeunes « confesseurs » de la foi. Cette thèse de droit canon, qui fait référence, a permis vraiment que l’Eglise s’engage à donner des exemples de sainteté vécue dans l’enfance, l’adolescence. Ainsi, saint Jean-Paul II a par exemple béatifié Laura Vicuña (morte à 12 ans et demi, béatifiée le 3 septembre 1988) et Ceferino Namuncurá Burgos (d’Argentine, mort à 18 ans et demi ; béatifié en 2011). Et puis bien sûr, François et Jacinthe, béatifiés le 13 mai 2000, par saint Jean-Paul II aussi, à Fatima.

Plus récents encore ?

De nombreux procès sont ouverts. Dans les diocèses. Ou bien après clôture du procès diocésain, à Rome. Ainsi, il y a Silvio Disegna mort d’un cancer à l’âge de 12 ans, en 1979, vénérable depuis le 7 novembre 2014. Puis Carlo Acutis, mort en 2006 à l’âge de 15 ans,  serviteur de Dieu, dont la cause diocésaine (Milan) s’est terminée en novembre 2016. Le 24 avril prochain se clôturera le procès diocésain (Brindisi) d’un jeune italien mort le 24 avril 2009 à l’âge de 19 ans, Matteo Farina. Et puis, comment ne pas parler du serviteur de Dieu, Giuseppe Italico, mort à l’âge de 13 ans le 4 février 1941 offrant sa vie pour que guérisse la femme qui l’avait adopté ; ou Antonietta Meo, morte à l’âge de 6 ans et demi, vénérable depuis le 17 décembre 2007.  Il faudrait plusieurs pages pour parler de tous ces visages de sainteté d’enfants, d’adolescents, de jeunes. Le Père Daniel Ange en a écrit des ouvrages.

Qu’est-ce que cela veut dire pour nous, aujourd’hui ?

Il me souvient avoir parlé de la sainteté chez les enfants avec saint Jean-Paul II lorsqu’il est venu consacrer l’église où j’étais vicaire. Nous parlions avec mes frères prêtres de l’âge de la Première Communion des enfants. Jean-Paul II nous parlait de ce qu’avait dit saint Pie X qui demandait que l’enfant fasse tôt sa Première communion : « Il y aura des saints chez les enfants », ou de saint Jean Bosco. Et quelques mois plus tard, il en fit une catéchèse, un mercredi de juillet 1994.

Ne nous voilons pas la face : nous traversons un moment particulièrement difficile de l’Histoire. Mais, il y a d’innombrables saints dans nos familles, aujourd’hui encore. Aujourd’hui surtout. Je suis témoin de la sainteté dans les âmes d’enfants, d’adolescents, de jeunes, fidèles à leur Baptême. Sûrement, elle est favorisée par la prière en famille, par la Messe vécue en famille le dimanche.

François et Jacinthe seront probablement canonisés à Fatima par le pape François, au moment du centenaire des apparitions…

« Celui qui penserait que le message prophétique de Fatima serait terminé, se tromperait », disait Benoît XVI dans son homélie à Fatima le 13 mai 2010. La canonisation de François et Jacinthe, sont un immense cadeau pour chaque famille, pour chaque enfant, pour chaque paroisse, chaque école, chaque diocèse. D’abord par la place qu’ils ont acceptés que la Vierge Marie prenne dans leur vie personnelle et familiale, pour les conduire à Jésus. Nous est montrée avec insistance la puissance de la prière du chapelet en famille ! La puissance transformatrice du sacrifice. L’extraordinaire fécondité de la prière des enfants ! Si nous voulons que les choses changent dans notre société, je dois d’abord accepter de me laisser conduire par la Vierge Marie, vers Jésus. Par la prière du chapelet en premier lieu.

Quel est pour le baptisé aujourd’hui l’héritage le plus important transmis par François et Jacinthe ?

Tenons, tenons notre chapelet dans nos mains. Donnons des chapelets autour de nous ! Et prions-le ! Il a la puissance de changer le cours de l’Histoire… si nous le voulons. Quelle responsabilité personnelle, familiale ! La Sainte Vierge aurait pu nous demander quelque chose de compliqué, de dur pour changer le monde. Nous l’aurions fait ! Elle nous demande quelque chose de tout simple qui touche le cœur : de prier le chapelet, chaque jour.  Pourquoi tant de réticence, de résistance, d’indifférence, de doute quant à son pouvoir de toucher les âmes et d’écrire des pages d’espérance en notre temps, en sortant du fatalisme dans lequel trop de catholiques se trouvent. Ne le quittons pas des mains, à l’exemple de saint Jean-Paul II ou de Mère Teresa. Ave après Ave, c’est la Vierge Marie qui nous donne la main pour avancer sur le chemin de la sainteté. C’est moi qui donne la main à ma Mère du Ciel pour rester fidèle à Jésus.

Entretien à lire en intégralité sur Zenit

Livres #NLQ

Pour permettre à vos enfants de vivre le centenaire des apparitions à Fatima

«  Je souhaite donc que ce beau livre soit lu dans les familles pour que le soleil de Fatima brille toujours plus dans les cœurs des enfants et de leurs parents.” (Cardinal Sarah)

 

En cette année où nous fêtons le centenaire des apparitions à Fatima, nous sommes heureux de vous présenter ce très beau livre, qui présente le message de Fatima de manière éminemment pédagogique. Il s’adresse particulièrement aux enfants et jeunes adolescents (9 à 12 ans).

En effet, préfacé par le cardinal Sarah, ce livre raconte les neuf apparitions de Fatima, en reprenant les neuf étapes de la pédagogie céleste adaptée à tous les enfants. Chaque apparition est ainsi présentée en trois volets :

• « J’écoute » : l’enseignement de l’Ange ou de Marie à travers le récit des apparitions.
• « Je comprends » : explications sur le sens de ce qui est révélé.
• « Moi aussi » : invitation à mettre en pratique les demandes du Ciel et à prendre des résolutions.

Le but de ces pages est d’introduire les enfants dans la dévotion au Coeur Immaculé de Marie, « ultime moyen », selon les paroles de Lucie, donné par Dieu pour obtenir de Lui le salut des âmes et la paix dans le monde.

 

Un très beau livre à offrir, à s’offrir : pour simplement faire grandir nos enfants, pour les éducateurs, les enseignants, les prêtres … Un cadeau de Profession de Foi, de première Communion, un prix de fin d’année pour les écoles, un cadeau de mariage…

 

Élisabeth Tollet et Jeanne-Marie Storez, Fatima : Marie te confie les secrets de son cœur, Ed. Traditions Monastiques, 2016 (préf. du Cal Sarah)

 

 

Le site de l’Evangile de la Vie publie une interview de Stanislas Muel, à l’origine du livre :

 

– Comment est venue cette idée de publier ce livre sur Marie comme éducatrice, à travers les apparitions de Fatima ?

L’idée est venue lors d’un pèlerinage en famille à Fatima. Le message marial a touché le cœur de nos jeunes enfants de 4 et 5 ans à tel point que je me suis demandé pourquoi. Pourquoi ? La réponse est simple. Marie est venue enseigner à trois enfants : Jacinthe, Lucie et François. A Fatima, Marie est donc éducatrice. Ce postulat a excité ma curiosité et je n’avais plus qu’une idée en tête : mettre en lumière cette pédagogie.


– Personne n’y avait pensé avant, pourquoi ?

Il y a eu de nombreux ouvrages sur Fatima ; beaucoup portent sur l’histoire des apparitions et des trois enfants mais aussi sur l’aspect prophétique des apparitions, sur Fatima face à l’histoire du XXème siècle, sur le 3ème secret… Mon idée a été de redécouvrir le cœur même du message. Le texte des apparitions est un véritable diamant ; il faut le désencombrer de tout ce qui l’entoure et le faire briller à la lumière. C’est objet de ce livre.


– Que nous confie Marie à Fatima ?

Marie est venue nous confier un secret : elle nous révèle comment obtenir de Dieu le salut des âmes et la paix dans le monde. La mission confiée est enthousiasmante, et tous les membres de l’Eglise sont sollicités ; en échange de notre dévouement, Marie promet une place extraordinaire au Ciel : sur le trône de Dieu Lui-même.


– Comment ce livre a-t-il été réalisé ?

J’ai souhaité un livre pédagogique et accessible aux enfants. Il a donc été rédigé avec la participation très active de deux mamans Mmes TOLLET et STOREZ. Chaque page est illustrée avec grande finesse, des couleurs chaudes et lumineuses, car Fatima c’est la lumière, la lumière de Dieu.


– Permettez-moi cette question plus personnelle. Dans votre vie de couple, vie de famille, qu’est-ce que cela a changé ?

Fatima a donné du sens à notre vie et défini notre place dans l’Eglise. Oui Marie donne une mission à chaque foyer chrétien et les moyens pour y parvenir ! Quelle sécurité et sérénité pour nous, parents ! La générosité des enfants est émouvante. En imitant Jacinthe, Lucie et François, tous les enfants peuvent suivre avec confiance le chemin tracé par la Vierge Marie et balisé dans ce livre.