Conférences/Formations #NLH #NLQ

Bilan Ephata – Révélez vos talents ! Du 28 mai au 1er juin 2018 à l’abbaye de Fontgombault (36)

Trouvez un nouveau souffle dans votre vie professionnelle 

Depuis quelques années, un groupe de consultants en ressources humaines propose une formule innovante :

  • Un bilan de compétence personnalisé et conçu comme une retraite.
  • Un moment privilégié pour faire le point et repartir gonflé à bloc.
  • Plus d’informations
Dans une vision chrétienne du travail, un consultant en ressources humaines vous accompagne tout au long de votre bilan (2 à 4 mois) :

  • Un entretien préparatoire
  • Une session de 5 jours dans une abbaye avec entretiens et ateliers méthodologiques  
  • Trois à neuf entretiens post-session
Consultez le site Bilan Ephata
A qui s’adressent ces bilans ?
Etudiant, jeune professionnel, mère au foyer, actif confirmé, militaire en reconversion, futur retraité, ancien religieux…
Session de mai-juin 
du 28 mai au 1er juin 2018 à l’abbaye Notre-Dame de Fontgombault,
L’Abbaye, 36220 Fontgombault, France
Différents financements sont possibles, consultez-nous.

Renseignements et inscriptions
01 44 34 61 21
contact@bilan-ephata.fr
Suivez l’actualité de Bilan Ephata : likez la page Facebook

Bénévolats/Caritatifs #NLQ

Devenir bénévole à Notre-Dame de l’Ouÿe (91) pendant 1 an à compter du 1er juillet 2018

Notre-Dame de l’Ouÿe recherche un couple de bénévoles permanents. Témoignage de Régis et Béatrice qui viennent de consacrer deux ans à Notre-Dame de l’Ouÿe, maison d’accueil du diocèse de Paris, à Dourdan (91). Une aventure particulière et pleine de sens.

Vous souhaitez donner un bon élan et du sens à votre nouvelle vie de retraités…

La maison d’accueil du diocèse de Paris, Notre-Dame de l’Ouÿe, située à Dourdan (91) a pour vocation de recevoir des groupes de jeunes de l’Enseignement catholique, groupes communautaires de jeunes ou d’adultes, paroisses pour un temps de ressourcement spirituel dans l’environnement très porteur d’une ancienne abbaye et des locaux confortables (Hôtellerie et restaurant de plus de 200 places, ouverts en janvier 2017, nombreuses salles à disposition, chapelle du XIIe siècle).

À cet effet, elle recherche un couple de bénévoles permanents, jeunes retraités, acceptant de consacrer une année à compter du 1er juillet 2018 à la mission pastorale de la fraternité Notre-Dame de l’Ouÿe, moyennant logement confortable assuré sur place, pour participer à l’accueil des groupes, la sécurité du site, et, selon les goûts et aptitudes de chacun, assurer des travaux de maintenance du parc, entretien du potager, le développement de l’offre d’animations proposées aux groupes, ainsi que celui des relations avec les communes environnantes.

https://notredamedelouye.fr

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Dialogues des carmélites – journée d’étude au théâtre de Caen (14) le 22 février 2018

contact : maud.pouradier@unicaen.fr

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Université d’été 2018 du diocèse de Tours (37) du 2 au 5 juillet 2018

La prochaine Université d’été du diocèse aura lieu, cette année, à Tours, du 2 au 5 juillet, et portera sur la Création. Entretien avec Bernard Sauveur, l’un des organisateurs…

Pourquoi, tout d’abord, avez-vous changé de lieu ?

Voilà maintenant 7 ans que l’Université d’été était organisée en Bretagne et chacun reconnaissait que le site de St-Jacut-de-la-Mer était parfaitement adapté à ce type de rencontre. Ce ne sont donc pas des critiques liées au site qui nous ont conduits à nous interroger, mais bien le fait que, malgré l’attrait du lieu, le nombre de participants s’érodait au fil des années. Sans doute pour la double raison du temps nécessaire au trajet et du coût inévitable de l’hôtellerie. Nous avons donc décidé de ramener l’Université à Tours et comptons sur les tourangeaux pour nous prouver, par leur participation, que nous avons fait le bon choix !

Vous vous adressez, en revanche, toujours au même public…

Oui et non ! Oui, parce que le profil attendu des participants reste le même, à savoir celui de personnes désireuses d’approfondir une question d’actualité à travers des approches complémentaires (théologique, sociologique, pastorale …), assurées de façon accessible par des conférenciers reconnus. Et Non, en ce sens que nous espérons fortement que le changement de lieu opéré va permettre d’élargir le public, notamment en accueillant des personnes ou des couples qui ne pouvaient laisser leurs enfants seuls pendant une semaine, ou d’autres qui étaient freinées par les déplacements.

Et toujours à partir d’un thème et un seul…

Oui, il y a un thème central, mais toujours d’une portée si large qu’il permet d’englober des réflexions bien diversifiées. Regardez les thèmes abordés lors de certaines sessions antérieures : qu’il s’agisse de la dignité humaine (2011), de la responsabilité politique des chrétiens (2013), de l’identité familiale (2015) ou, l’an passé, des “forces de l’esprit”, tous, me semble-t-il, interrogent largement différents aspects de la foi et de la vie en société.

Pourquoi le thème de la Création a-t-il été choisi en 2018 ?

Voilà plusieurs années que nous souhaitions aborder ce thème de la Création, à la fois sous l’angle de la protection de cette terre confiée en gestion à l’humanité et pour rechercher ce que peut être une vision chrétienne de la création face aux défis soulevés par le développement de certaines techniques, du “tout économique”, de la démographie, etc. Enfin, la création ne se réfère pas seulement au passé mais constitue le quotidien de femmes et d’hommes qui s’expriment à travers ses diverses formes.

De quelle façon va-t-il être décliné ? et avec qui ?

Comme à l’habitude, nous mêlerons les approches théologiques et sociétales. Le cadre de l’encyclique Laudato si’ sera présenté par Elena Lasida et le père Damien Stampers (exégète) nous aidera à comprendre comment, et dans quel sens, la Bible parle de Création. Le père Jean-Michel Maldamé o.p. “décortiquera” les sens du mot création et les rapports, pas toujours faciles en ce domaine, entre science et foi. Il reviendra au père André Talbot de conduire la réflexion nécessaire à l’appropriation dans la foi des enjeux contemporains identifiés. Pararallèlement à ces conférences, deux témoignages plus courts traduiront les interrogations (et l’admiration) soulevées par les origines de l’univers et l’apparition de l’homme sur terre ; deux autres évoqueront la création en architecture et en musique.

Faut-il avoir des connaissances particulières pour l’aborder ?

Certainement pas, même si, bien sûr, les interventions sont plus du niveau du bac que de l’école primaire ! Les seules vraies exigences sont la curiosité, la volonté d’approfondir un sujet sans a priori et l’acceptation de discussions ouvertes où chacun a droit à un temps de parole … dans le respect du temps de l’autre.

D’un point de vue pratique, est-il toujours nécessaire de s’inscrire ?

Oui, le plus tôt possible ! Le bulletin d’inscription est disponible ci-dessous

B.V.

INFOS pratiques

La participation financière demandée est de 190 € par personne, dont 50 € à joindre à l’inscription (350 € par couple, dont 100 à l’inscription) : elle couvre les frais pédagogiques et les quatre déjeuners pris sur place. Les personnes extérieures à Tours souhaitant un hébergement pourront être accueillies au foyer de la basilique Saint-Martin (02 47 05 63 87) auxquelles elles régleront directement leur pension.

Renseignements et INSCRIPTIONS

Bibliothèque diocésaine
Mme Ghislaine CWIDAK
Tél. 02 47 31 14 45
Courriel : bibliodioc@catholique37.fr

Bulletin d’inscription : cliquez ici

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Bilan Ephata – Révélez vos talents ! Du 26 février au 2 mars 2018 à l’abbaye Saint-Wandrille (76)

Trouvez un nouveau souffle dans votre vie professionnelle 

Depuis quelques années, un groupe de consultants en ressources humaines propose une formule innovante :

  • Un bilan de compétence personnalisé et conçu comme une retraite.
  • Un moment privilégié pour faire le point et repartir gonflé à bloc.
Dans une vision chrétienne du travail, un consultant en ressources humaines vous accompagne tout au long de votre bilan (2 à 4 mois) :

  • Un entretien préparatoire
  • Une session de 5 jours dans une abbaye avec entretiens et ateliers méthodologiques  
  • Trois à neuf entretiens post-session
Consultez le site Bilan Ephata
A qui s’adressent ces bilans ?
Etudiant, jeune professionnel, mère au foyer, actif confirmé, militaire en reconversion, futur retraité, ancien religieux…
Session de février-mars 
du 26 février au 2 mars à l’abbaye Saint-Wandrille,
2 Rue Saint-Jacques, 76490 Saint-Wandrille-Rançon

Une session a lieu aussi en janvier.

Différents financements sont possibles, consultez-nous.

Renseignements et inscriptions
01 44 34 61 21
contact@bilan-ephata.fr
Suivez l’actualité de Bilan Ephata : likez la page Facebook

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Bilan Ephata – Révélez vos talents ! Prochaines dates : 8 au 12 janvier à l’abbaye Saint-Martin de Mondaye (14)

Trouvez un nouveau souffle dans votre vie professionnelle 

Depuis quelques années, un groupe de consultants en ressources humaines propose une formule innovante :

  • Un bilan de compétence personnalisé et conçu comme une retraite.
  • Un moment privilégié pour faire le point et repartir gonflé à bloc.
Dans une vision chrétienne du travail, un consultant en ressources humaines vous accompagne tout au long de votre bilan (2 à 4 mois) :

  • Un entretien préparatoire
  • Une session de 5 jours dans une abbaye avec entretiens et ateliers méthodologiques  
  • Trois à neuf entretiens post-session
Consultez le site Bilan Ephata
A qui s’adressent ces bilans ?
Etudiant, jeune professionnel, mère au foyer, actif confirmé, militaire en reconversion, futur retraité, ancien religieux…
Prochaine date de session
du 8 au 12 janvier à l’abbaye Saint-Martin de Mondaye
Différents financements sont possibles, consultez-nous.

Renseignements et inscriptions
01 44 34 61 21
contact@bilan-ephata.fr
Suivez l’actualité de Bilan Ephata : likez la page Facebook

A la une #NLQ #Tribunes et entretiens

Entretien – Mgr Lebrun évoque l’ouverture du procès de béatification du père Hamel

Monseigneur Lebrun, archevêque de Rouen a reçu en exclusivité les équipes d’InfoCatho et TVNC à l’issue de la messe chrismale du jeudi 13 avril 2017.
Il a évoqué l’ouverture et la démarche du procès de béatification du P. Hamel ; les vêpres des “divorcés remariés” et la question des élections à venir.

Orient

Jordanie : entretien avec Charles de Meyer, président de SOS Chrétiens d’Orient

  Comment l’association SOS Chrétiens d’Orient s’est-elle impliquée en Jordanie ? Et pour quelles raisons ?

La mission Jordanie est ouverte depuis août 2015 pour deux raisons principales. Il y a une forte implantation chrétienne en Jordanie, notamment latine, depuis des centaines d’années. Le pays est touché par un léger abandon de la communauté internationale dans sa gestion du cas des réfugiés irakiens ou syriens.

Médiatiquement, la Jordanie est connue comme le pays où les réfugiés viennent essayer de fuir le martyr qu’ils subissent chez eux. Pays dans lequel ils sont confrontés à une situation difficile, notamment à cause de l’interdiction de travail qui les frappe, et en même temps par le fait que la communauté internationale donne peu d’agent pour traiter du cas des réfugiés chrétiens.

C’est donc une double blessure que nous avons à traiter ici : la blessure de l’abandon de la communauté internationale, qui est un cas important pour l’ensemble des chrétiens d’Orient, et en même temps la question de la souffrance liée à l’émigration.

« SOS Chrétiens d’Orient » fait tout pour que les chrétiens puissent rester et vivre chez eux. On voit bien que, même dans ces pays de transit, l’adaptation de cette communauté chrétienne est difficile : explosion de la cellule familiale, désertion du rôle du père car il ne ramène plus d’argent au foyer… et puis des problèmes qui commencent à venir, des problèmes de prostitution notamment.

Aujourd’hui, nous voyons que l’abandon et la participation de pays occidentaux à une politique qui a déraciné les chrétiens d’Orient, créent non seulement des drames humains, mais des drames communautaires.

  Quelles sont les ambitions à long terme de SOS Chrétiens d’Orient en Jordanie ?

L’ambition à long terme est triple, c’est la même que dans les autres missions.

La gestion de l’urgence, c’est à dire le fait d’aider les chrétiens dans leur quotidien : panser les blessures directes sans se soucier d’autre chose que d’aider notre prochain.

Notre deuxième type d’action, c’est la stabilité de la vie économique, la restauration de la vie communautaire.

Ce que nous voulons faire en troisième lieu, c’est montrer, par notre présence permanente, que nous sommes au cœur de la chrétienté en Jordanie, qu’elle soit latine, orthodoxe, autochtone ou déplacée. L’idée est de vraiment montrer que la France se réinvestit dans la région. Nous ne les oublions pas, pas uniquement par la prière mais aussi par la présence physique d’une jeunesse volontaire.

  La Jordanie est jusqu’ici épargnée par les conflits qui ensanglantent deux Etats voisins, Syrie et Irak, avec de nombreux réfugiés de ces deux pays sur son territoire ; quel regard portez-vous sur la situation de ce pays et comment pensez-vous que celle-ci pourrait évoluer ?

D’abord la Jordanie a eu à gérer une question de frontière assez importante. On sait qu’une partie de la rébellion syrienne islamiste a essayé de passer au sud de la Syrie, donc la frontière jordanienne. Il est à espérer que ce problème finisse par disparaître.

Concernant la frontière irakienne, elle est tributaire de l’évolution de la situation notamment à Anbar, mais aussi à Mossoul et Tal Afar. A ce titre, on peut espérer que l’armée irakienne, qui perd beaucoup d’hommes, avance le plus vite possible pour contenir le départ des islamistes, et notamment des islamistes français (on en compte entre 300 et 400 à Mossoul).

Pour la question du traitement des réfugiés, évidemment la stabilisation de ces pays ne pourra aller qu’avec une amélioration de la situation, à la fois sécuritaire et économique, en Jordanie. Nous pouvons espérer que l’ensemble de la communauté internationale considère la spécificité des migrations chrétiennes dans ces conflits, et la nécessité de restaurer leur place, toute leur place, dans l’architecture institutionnelle des pays d’origine, et dans la reconstruction qui va s’en suivre.

Il faut alerter sur la nécessité qu’il reste un havre chrétien au Sud de l’Irak, et qu’on puisse retrouver, notamment à Suwayda, dans le Sud de la Syrie, une stabilité régionale qui se fera par le règlement des conflits, et l’arrêt de cette guerre par milices interposées entre des puissances régionales.

Source : Le Salon Beige

En France #NLQ

Délit d’entrave numérique : le cardinal Vingt-Trois critique fermement la volonté du gouvernement

Vendredi 25 novembre, dans son entretien hebdomadaire à Radio Notre-Dame, le cardinal Vingt-Trois a fermement critiqué le projet de loi du gouvernement.

C’est un projet qui me paraît très grave, d’abord en raison de son objet, qui est de rendre accessible à des femmes en détresse des possibilités de réfléchir et d’être accompagnées dans leur réflexion par rapport à l’avenir de leur grossesse (…) Il est visible que l’objectif est de faire la promotion de l’avortement comme d’une issue normale d’une grossesse“.

Si la loi se met à faire la police sur les sites, il va falloir embaucher plus de 10.000 fonctionnaires, parce que s’il y a un terrain où règne l’anarchie la plus complète, c’est bien celui-là“, a ironisé l’archevêque, en ajoutant “Quelle est l’obsession qui pousse le gouvernement à choisir le point précis de l’avortement comme point d’intervention plutôt que les sites de radicalisation terroriste, ça, je ne sais pas.” Et de conclure sur ce sujet : “Il faut que les élus prennent leurs responsabilités, ils savent très bien quel est l’enjeux“.

 

Interrogé également à propos des affiches de la campagne de prévention du sida mettant en scène des homosexuels, et que des municipalités de droite avaient fait retirer, le cardinal a dénoncé “un mauvais coup supplémentaire porté à l’éducation affective des jeunes. Le mauvais coup, c’est de laisser croire aux jeunes que la protection contre le sida et les maladies sexuellement transmissibles est une question purement mécanique qui ne suppose pas une éducation de leur responsabilité. Ce qui me choque dans l’affiche, ce n’est pas que ce soit des homosexuels qui soient mis en scène, c’est la vision de la sexualité complètement vagabonde qui est exprimée par le slogan ‘Un ami, Un amant, Un soir‘, c’est-à-dire une sexualité complètement vagabonde que l’on considère comme la norme par rapport à laquelle il faut se situer. Je pense que ce n’est pas éducatif de montrer que la sexualité humaine est un vagabondage permanent. Il s’agit de se poser la question qui est : quel est l’idéal de relation humaine qui sous-tend l’amour entre deux partenaires ?”

Entretien à écouter dans son intégralité sur le site du diocèse de Paris.

NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

Nouveau livre de Charlotte d’Ornellas – “Ne nous laissez pas disparaître”

Charlotte d’Ornellas est une journaliste engagée pour la cause des chrétiens d’Orient, elle a publié le 04 novembre 2016 son premier livre, un entretien avec Sa Béatitude Grégoire III Laham, patriarche grec-melkite catholique d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem. Elle répond aux questions de SOS Chrétiens d’Orient :

Pourquoi avoir écrit ce livre d’entretiens avec le Patriarche Laham ?

Cela fait maintenant des années que je me rends dans la région, et pas particulièrement dans cette Syrie en guerre depuis 2013, date de création de l’association SOS Chrétiens d’Orient que je suis attentivement depuis. Le Patriarche Grégoire III Laham est une figure du pays et de la chrétienté orientale, qui a montré en maintes occasions sa volonté inépuisable d’oeuvrer pour enraciner la présence chrétienne dans son pays natal qu’est la Syrie comme ailleurs dans la région.

Il a tout de suite accompagné le projet de SOS Chrétiens d’Orient pour cette raison, et n’a cessé de transmettre aux volontaires son enthousiasme dans l’accomplissement des différentes missions.

Il m’a semblé assez naturel de lui donner la parole après ces cinq années de guerre, pour qu’il puisse avoir le temps d’expliquer ce que souffrent réellement ces chrétiens d’Orient. Il m’a également semblé intéressant de revenir sur son parcours assez incroyable dans l’Eglise melkite.

Nous entendons beaucoup parler des chrétiens d’Orient depuis quelques temps, qu’y a-t-il de nouveau ?

La dernière phrase du Patriarche, dans ce livre, s’adresse justement aux Occidentaux : « quand je prie pour les Occidentaux, je demande parfois au Seigneur qu’ils ne se contentent pas de parler de nous mais qu’ils nous écoutent aussi. » Il est vrai que nous entendons beaucoup parler de ces chrétiens tant éprouvés, mais les écoutons-nous vraiment ? Cet entretien a été l’occasion pour moi de rassembler de nombreuses questions, et de livrer des réponses claires, courtes et sans équivoque.

Nous abordons bien sûr les problématiques orientales mais également les nôtres et sa parole est précieuse sur l’Europe, l’islam ou le christianisme…

Quel est le message essentiel qu’a voulu faire passer le Patriarche ?

C’est indéniablement le sens d’une présence chrétienne en Orient, et finalement partout dans le monde. Nous sommes tous d’accord pour dire que les chrétiens – comme toutes les minorités – sont légitimes chez elles, d’abord parce qu’elles y sont nées justement.

Mais le Patriarche insiste : il est inutile de vouloir une présence chrétienne pour elle-même, sa seule raison d’être est la vocation qu’elle porte là ou elle est. Les chrétiens sont porteurs de la Lumière dans les ténèbres, et c’est la raison pour laquelle nous devons nous battre pour que le levain reste dans la pâte !

Source

 

Vous pouvez le commander ici