Articles #En France #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Vincent Lambert : une réaction du Saint-Siège

À Rome, le Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie et l’Académie pour la Vie ont publié un communiqué qui aborde à nouveau la situation de Vincent Lambert. En effet, le Saint-Siège prend à nouveau position pour la défense de la vie de Vincent Lambert.

Dans leur communiqué commun, Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la Vie, et  le cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie, rejoignent le texte publié par l’archevêque de Reims, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, et son évêque auxiliaire, Mgr Bruno Feillet, pour affirmer que l’interruption de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert  constitue « une grave violation de la dignité de la personne ».

« L’alimentation et l’hydratation constituent une forme de soin essentiel toujours proportionné au maintien en vie : alimenter un malade ne constitue jamais une forme d’obstination thérapeutique déraisonnable, tant que l’organisme de la personne est en capacité d’absorber nutrition et hydratation, à moins que cela ne provoque des souffrances intolérables ou ne se révèle nuisible pour le patient », affirment également les deux responsables romains.

La suspension de ces soins est « une forme d’abandon du malade ». La continuité de l’assistance est, en revanche, « un devoir incontournable ». Mgr Paglia et le cardinal Farrell prient pour que soient trouvées « des solutions efficaces pour protéger la vie » de Vincent Lambert.

Source : Radio Vatican

Articles #Europe non francophone #NLQ

Retrait de l’évêque de Coire : communiqué commun à Mgr Vitus Huonder et à l’abbé Davide Pagliarani

Mgr Huonder – désormais évêque émérite de Coire (Suisse) – avait prévu de prendre sa retraite dans une maison de la Fraternité Saint-Pie X. Cette décision, connue depuis plusieurs mois, est formalisée par un communiqué commun à l’intéressé et au supérieur de la FSSPX, l’abbé Davide Pagliarani. C’est un texte assez inédit car il annonce à la fois que le pape a relevé Mgr Huonder de sa charge épiscopale et que de ce dernier prendra sa retraite dans une maison de la FSSPX. Qui plus, il est cosigné par l’évêque émérite et par le supérieur général de la FSSPX.

Voici le texte de ce communiqué :

Ce lundi 20 mai 2019, le pape François a relevé Mgr Vitus HUONDER de sa charge d’évêque du diocèse de Coire, en nommant un administrateur en vue de l’élection de son successeur.

Selon une volonté exprimée depuis longtemps, Mgr Huonder se retire dans une maison de la Fraternité Saint-Pie X. Le seul et unique but de cette démarche est de se consacrer à la prière et au silence, de célébrer exclusivement la messe traditionnelle, et d’œuvrer pour la Tradition, unique moyen de renouveau de l’Eglise.

La Fraternité Saint-Pie X apprécie la décision courageuse de Mgr Huonder, et se réjouit de pouvoir lui fournir le cadre spirituel et sacerdotal qu’il désire si vivement. Puisse cet exemple être suivi par d’autres, afin de « tout restaurer dans le Christ ».

Le 20 mai 2019

Monseigneur Vitus HUONDER                                          Don Davide PAGLIARANI

Evêque émérite de Coire                                                   Supérieur général FSSPX

 

(Source : FSSPX-MG / FSSPX.Actualités – 20/05/2019)

Articles #En France #NLQ

Mgr Philippe Marsset nommé évêque auxiliaire de Paris

Ce samedi 19 mai 2019, un nouvel évêque auxiliaire a été nommé à Paris. Mgr Philippe, vicaire général et curé de Notre-Dame de Clignancourt, vient d’être nommé évêque auxiliaire de Mgr Michel Aupetit. Le Père Philippe Marsset a été ordonné prêtre le 25 juin 1988. Il a exercé différentes fonctions : curé successif de certaines paroisses parisiennes, il a aussi été aumônier diocésain puis régional des Scouts de France (1994-1998), mais aussi responsable du pèlerinage du Frat des lycéens à Lourdes (1998-2002), puis aumônier national du CLER Amour et Famille (2008-2017). En septembre 2018, il avait été nommé vicaire général du diocèse de Paris. C’est un prêtre parisien, bon connaisseur du diocèse, qui est donc nommé aux côtés de Mgr Michel Aupetit.

 

A la une #Articles #En France #NLQ

“Un mois après l’incendie de la cathédrale, où en sommes-nous ?” Communiqué de Mgr Michel Aupetit

Le diocèse de Paris s’est récemment exprimé sur la situation de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Dans ce communiqué daté du 15 mai 2019, Mgr Michel Aupetit rappelle que les promesses de don sont loin d’être avoir toutes été concrétisées et que le mouvement ne doit pas cesser. Enfin dès que possible, l’archevêque de Paris célébrera une messe dans la cathédrale.

La vague mondiale de soutiens après l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris à l’entrée de la semaine Sainte, le lundi 15 avril appartient désormais à l’histoire de cet édifice. Tant la collecte de fonds que les promesses de dons, de soutiens en nature et en compétence expriment un élan mondial suscité en si peu d’heures. Sans évoquer la ferveur spirituelle qui en résulte, que nul ne pourra jamais mesurer.

Deux points d’interrogation essentiels subsistent à ce jour et amènent à des commentaires importants :

Le budget nécessaire, dûment vérifié, demeure encore inconnu pour que fidèles et touristes puissent à nouveau y entrer pour se recueillir, admirer l’édifice, dans des conditions de sûreté et de sécurité pleinement satisfaisantes. Les expertises sont loin d’être achevées.

La collecte évoquée (le fameux « milliard ») n’est consolidée par aucune fondation, aucune autorité. S’il n’y aura probablement pas de remise en question des dons les plus importants promis par des mécènes de renom qui se sont publiquement engagés, il n’en demeure pas moins que la majeure partie de ces dons n’ont pas encore été concrétisés. La raison est simple, les discussions démarrent tout juste pour préparer des conventions de droit privé. Elles serviront aussi de cadre pour que s’exprime la volonté de ces grands donateurs.

Il en est de même pour les messages, fort nombreux, qui ont accompagné les dons plus modestes. Ils font l’objet d’un examen très attentif par la Fondation Notre Dame qui sera en mesure de rendre cette expression publique, mi-juin, soit deux mois après l’incendie.

C’est pourquoi, la collecte continue ! En effet, au fur et à mesure du travail d’avancement des expertises, les besoins apparaissent considérables. « Tout euro donné sera un euro qui servira à faire rebattre le cœur de la cathédrale. Il servira à financer un programme ambitieux mais nécessaire qui réponde aux attentes qui étaient satisfaites avant le 15 avril » tient à souligner l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, en réponse aux nombreuses questions qui continuent d’être posées par tous publics.

Pour ce qui la concerne, la Fondation Notre Dame a collecté 9.5 M€ auprès de 43.000 particuliers, français et étrangers (notamment 7.000 américains) et 4 M€ auprès de grands donateurs, soit 13.5 M€.

La restauration et la conservation de l’édifice sont l’objectif prioritaire et essentiel. Déjà un appel de fonds vient d’être adressé par le Ministère de la Culture de 3.6 M€ portant sur la sécurisation du site du chantier. Une part de la collecte déjà réalisée va donc servir à cet emploi indispensable.

La poursuite se fera avec les efforts de tous et notamment avec les soutiens de mécènes. MM François et François-Henri Pinault, M. Bernard Arnault et sa famille ainsi que le groupe LVMH ont bien voulu s’engager à apporter respectivement 100 et 200 M€ qui serviront à la restauration de l’édifice, qui s’inscrit dans le Programme Cathédrale.

D’autres mécènes vont se manifester dans les prochaines semaines.

Tous les apports feront l’objet de conventions avec la Fondation Notre Dame qui procédera par étapes successives aux reversements aux pouvoirs publics en fonction de l’avancement du chantier.

Outre la conservation et la restauration de Notre Dame, « le Programme Cathédrale » vise aussi à trouver des solutions innovantes pour :

– La rénovation de l’autel fendu et du mobilier et objets liturgiques (reliquaire couronne d’épines par exemple) pour partie détériorés ou détruits
– Un soutien d’urgence à l’Ecole Supérieure de Musique sacrée (formation diplômante ; concerts)
– Un nouvel accès à la visite du trésor de la cathédrale (une des seules ressources régulières de celle-ci avant l’incendie)
– Le matériel de retransmission par écran pour les fidèles, endommagé et détruit pour partie
– Les équipements de la chaîne de TV KTO (retransmission) endommagés et détruits pour partie
– Des études indispensables sur le circuit d’accueil dans la cathédrale et l’aménagement intérieur, au regard des besoins propres pour l’accueil des fidèles, touristes, pèlerins, visiteurs (13 millions d’entrées gratuites – et qui devront le rester – chaque année).
– La sûreté et la sécurité relevant de la responsabilité du diocèse de Paris.

Il inclura en outre, selon les possibilités d’implantation locale :

– Des projets destinés à des personnes en difficulté sociale, conformément à la tradition des bâtisseurs de cathédrale des siècles passés. C’est, pour l’Eglise, une priorité indissociable de l’histoire de l’édifice.

Dans une partie des surfaces inoccupées de l’Hôtel-Dieu, dépendant de l’AP/HP, pourraient se tenir plusieurs activités qui doivent se prolonger pendant les travaux. La cathédrale a besoin de se redéployer. Des travaux seront indispensables et les coûts à assumer aussi.

Les besoins s’étalant nécessairement sur plusieurs années, la Fondation Notre Dame devra être en mesure de pouvoir y répondre, la cathédrale n’ayant plus aucune ressource propre.
Le montant des travaux n’est pas encore chiffré mais les besoins sont considérables.

Dès que cela sera possible, Mgr Aupetit célébrera une messe dans la cathédrale. Pour des raisons de sécurité évidentes, le public ne pourra s’y associer qu’en intention. La chaîne KTO devrait pouvoir retransmettre l’office accessible à tous (en clair et sur le net).
Des offices célébrés à proximité sont espérés par beaucoup de personnes et le diocèse de Paris s’efforce de trouver des solutions qui garantissent recueillement et sécurité.

(…)

Source L’Église catholique à Paris

Articles #NLQ #Points non négociables PNN

Affaire Vincent Lambert : déclaration de Mgr de Moulins Beaufort et de Mgr Feillet

Communiqué de l’archevêque de Reims, Mgr de Moulins Beaufort, et de l’évêque auxiliaire de Reims, Mgr Bruno Feillet :

Le médecin du CHU de Reims a annoncé à la famille Lambert l’arrêt des soins la semaine du 20 mai 2019. Le Conseil d’Etat avait validé fin avril la décision médicale d’interrompre les traitements de M. Vincent Lambert, en état pauci-relationnel depuis dix ans. Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et Monseigneur Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims, ont réagit à cette annonce.

Il y a quelques semaines, déjà, le Conseil d’État a validé juridiquement la décision prise par l’équipe du secteur des soins palliatifs du CHU de Reims quant à M. Vincent Lambert. Cette équipe est donc confirmée dans sa responsabilité d’interrompre l’alimentation et l’hydratation de M. Lambert selon ce qu’elle jugera convenable. Le Dr Sanchez a annoncé à la famille son intention d’appliquer sa décision dans la semaine du 20 mai. La mort de M. Lambert est donc scellée, quoi qu’il en soit des recours tentés par ses parents.

Beaucoup s’inquiètent de la conclusion ainsi donnée à ce qui a été « l’affaire Lambert ».

Comme archevêque de Reims et comme évêque auxiliaire de Reims, avant tout nous prions pour M. Vincent Lambert, pour son épouse, pour sa fille, pour ses parents, ses frères et sœurs et pour tous ses amis. Nous prions aussi pour les médecins, le personnel infirmier et soignant du CHU de Reims qui, depuis des années, se sont occupés de lui. Nous prions également pour ceux qui ont eu et qui ont encore à décider de son sort. Nous remercions les membres de l’aumônerie qui lui ont rendu visite régulièrement tant que cela a été possible.

La situation médicale et humaine de M. Vincent Lambert est singulièrement complexe. Déterminer la prise en charge adaptée dans son cas n’est pas simple. Tout jugement à son propos est délicat. Ce qui a été vécu autour de M. Lambert est unique et ne devrait pas être transposé à d’autres cas. Face à de telles situations, aucune décision humaine ne peut être assurée d’être parfaite, ni même d’être la meilleure. Une société doit savoir faire confiance au corps médical et respecter la décision collégiale des médecins engageant leur responsabilité professionnelle et humaine ; les médecins, de leur côté, doivent accepter de prendre en compte les avis des proches et de nourrir leurs décisions d’une réflexion éthique sur la responsabilité des êtres humains les uns à l’égard des autres.

Les spécialistes semblaient s’accorder cependant sur le fait que M. Vincent Lambert, si dépendant soit-il depuis son accident, n’est pas en fin de vie.  Tout en saluant l’engagement des équipes du CHU de Reims, on peut s’étonner que M. Lambert n’ait pas été transféré dans une unité spécialisée dans l’accompagnement des patients en état végétatif ou pauci-relationnel.

Il appartient à la condition de l’homme et à sa grandeur d’avoir à mourir un jour. Il est bon de s’en souvenir en un temps où certains réclament le droit de mourir quand et comment ils le choisissent tandis que des prophètes du transhumanisme annoncent la fin de la mort.

Mais c’est l’honneur d’une société humaine que de ne pas laisser un de ses membres mourir de faim ou de soif et même de tout faire pour maintenir jusqu’au bout la prise en charge adaptée. Se permettre d’y renoncer parce qu’une telle prise en charge a un coût et parce qu’on jugerait inutile de laisser vivre la personne humaine concernée serait ruiner l’effort de notre civilisation. La grandeur de l’humanité consiste à considérer comme inaliénable et inviolable la dignité de ses membres, surtout des plus fragiles.

Nos sociétés bien équipées se sont organisées pour que les personnes en situation « végétative » ou pauci-relationnelle soient accompagnées jusqu’au bout par des structures hospitalières avec des personnels compétents. Leurs familles et leurs amis ont aussi vocation à accompagner l’un de leurs en une telle situation. La confiance mutuelle entre ces personnes diverses est le fondement nécessaire d’un bon accompagnement. Beaucoup font l’expérience que cet accompagnement, tout en étant éprouvant, contribue à les rendre plus humains. Le devoir de la société est de les aider.

Nous prions encore et nous invitons à prier pour que notre société française ne s’engage pas sur la voie de l’euthanasie. Nous rendons grâce à Dieu pour ceux et celles qui sont quotidiennement les témoins de la grandeur de tout être humain menant sa vie jusqu’à son terme.

  + Eric de     Moulins-Beaufort
archevêque de Reims

   + Bruno Feillet
évêque auxiliaire de Reims

Articles #NLQ #Orient

Décès du cardinal Sfeir

Le cardinal Nasrallah Pierre Sfeir, patriarche émérite maronite d’Antioche et de tout l’Orient, est décédé trois jours avant de fêter ses 99 ans. Né en 1920, il avait été élu patriarche par le synode de l’Église maronite en 1986. C’est aussi l’un des derniers pères conciliaires qui décède : il avait, en effet, participé, au concile Vatican II (il avait été nommé et ordonné évêque en 1961).

Il avait été créé cardinal par le pape Jean-Paul II en 1994. Il avait fait autorité dans les débats au Liban, critiquant la présence syrienne a cours des années 1990. C’est une voix reconnue de l’Orient chrétien qui s’éteint.

Quelques photos avec différentes personnalités internationales :

Articles #NLQ #Rome

Rome – Nouvelles normes pour lutter contre les abus sexuels

Par le le Motu proprio Vos estis lux mundi, le pape François a défini de nouvelles normes afin de lutter contre les abus sexuels. Ce texte s’applique à toute l’Église catholique, ce qui vise également les Églises orientales, que leur statut soit patriarcal ou archiépiscopal majeur.

Les prêtres, les évêques et les religieux devront tout d’abord signaler les abus. Une obligation de signalement est ainsi instituée. Évêques et supérieurs religieux devront rendre compte de leur travail.

Enfin, les diocèses devront mettre en place des dispositifs accessibles au public pour donner les signalements. En effet, selon les termes de l’art 2 § 1, « les diocèses ou les éparchies doivent mettre en place, individuellement ou ensemble, dans le délai d’un an à partir de l’entrée en vigueur des présentes normes, un ou plusieurs dispositifs stables et facilement accessibles au public pour permettre de présenter des signalements, notamment à travers l’institution d’un bureau ecclésiastique approprié. Les diocèses et les éparchies informeront le représentant pontifical de l’instauration desdits dispositifs. »

Source La Croix

Articles #En France #NLQ

L’archevêque de Tulle s’exprime sur l’affectation des églises

Interrogé par France 3 sur certaines musiques exclues des églises, l’archevêque de Tulle, Mgr  Francis Bestion, s’exprime. Il rappelle non seulement la loi, mais le respect du caractère sacré des lieux : certaines musiques ne sont pas appropriées dans des églises où l’on reçoit le corps du Christ. Un rappel qui peut être salutaire dans ces temps où un certain irénisme a pu souffler dans l’usage des églises. On notera que les journalistes essayent de “coincer” l’évêque sur l’implication de la communauté Saint-Martin. L’évêque tient bon et ne fléchit pas.

Source YouTube

Articles #NLQ #Points non négociables PNN

Vincent Lambert : Mgr Ginoux dénonce la décision du Conseil d’État

À la suite de la décision du Conseil d’État qui valide l’arrêt des soins de Vincent Lambert, l’évêque de Montauban, Mgr Bernard Ginoux, a réagi. Il s’est exprimé à travers plusieurs tweets. Il y dénonce notamment une “peine de mort rétablie en France pour Vincent Lambert”.

 

 

 

A la une #Articles #En France #NLQ

Message de Mgr Michel Aupetit aux fidèles parisiens

Mgr Michel Aupetit a publié un message aux fidèles du diocèse de Paris. Pour information, la messe chrismale aura lieu à l’église Saint-Sulpice de Paris – ce qui soulève au passage la question de l’église qui fera office à Paris de cathédrale dans les années à venir. L’archevêque de Paris propose également “à toutes les personnes de bonne volonté de mettre à leur fenêtre dans la nuit de Pâques, un lumignon, une bougie, comme nous le ferons dans toutes nos églises en commençant la Vigile Pascale par le rite du feu nouveau.”

Le message de Mgr Michel Aupetit :

« Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu » (Is 40,1). Ses paroles du prophète Isaïe raisonnent fortement en cette Semaine Sainte où nous accompagnons la Passion et la mort de notre Seigneur Jésus-Christ en préparant nos cœurs à la joie de sa Résurrection. Notre-Dame, notre chère cathédrale, témoin de tant d’événements majeurs de notre pays, a été détruite par un incendie effrayant après avoir résisté si longtemps aux péripéties de son histoire. La France pleure et avec elle tous ses amis du monde entier. Elle est touchée au cœur car ses pierres sont le témoignage d’une espérance invincible qui, par le talent, le courage, le génie et la foi des bâtisseurs, a élevé cette dentelle lumineuse de pierres, de bois et de verre. Cette foi demeure la nôtre. C’est elle qui déplace les montagnes et nous permettra de rebâtir ce chef-d’œuvre. Chers frères et sœurs, chers amis, merci de tous ces nombreux signes d’amitié, d’encouragement qui me proviennent de partout. Merci pour les élans de solidarité, merci pour la prière fervente qui console notre cœur. Profitons de cette émotion si grande pour vivre intensément cette semaine tellement décisive pour les chrétiens. Retrouvons ce don du Père qui nous a été fait à notre baptême pour que nous devenions ses enfants. Dieu reste fidèle et attendra toujours que nous revenions vers lui en nous tendant les bras.

 

Tous les fidèles parisiens sont invités demain à la messe chrismale qui aura lieu en l’église Saint-Sulpice. Ce sera l’occasion pour nous tous de manifester notre unité, notre ferveur et notre confiance en l’avenir. Nous sentons bien que nous n’aurons pas seulement à rebâtir notre cathédrale mais à reconstruire aussi notre Église dont le visage est si blessé. Je propose à toutes les personnes de bonne volonté de mettre à leur fenêtre dans la nuit de Pâques, un lumignon, une bougie, comme nous le ferons dans toutes nos églises en commençant la Vigile Pascale par le rite du feu nouveau. Il signifie que la lumière éclaire les ténèbres, que la vie triomphe définitivement de la mort. Chers frères et sœurs, chers amis, que ce drame permette à notre pays de retrouver une unité heureuse pour que nous puissions construire ensemble ce qui est écrit au fronton de nos édifices publics : la fraternité. Nous croyons qu’elle trouve son origine dans la paternité de Dieu source de tout amour.

Michel Aupetit,

Archevêque de Paris