Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Du 1er au 8 avril 2019, vénérez les reliques de sainte Bernadette en Mayenne (53)

La Mayenne accueillera les reliques de sainte Bernadette du 1er au 8 avril 2019. Elles arriveront dans les lieux ci-dessous, vers 17h et repartiront le lendemain à la même heure. Des veillées seront  organisées par les paroisses. Renseignez-vous directement.

Le reliquaire de sainte Bernadette est ordinairement présentée à la vénération des fidèles dans la chapelle Saint-Michel de la crypte du Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes. Depuis deux ans, il circule aussi en France et à l’étranger. Après la Mayenne, il sera ramené à Lourdes avec le pèlerinage diocésain.

En vermeil, richement décorée, 120 kg

La châsse-reliquaire de sainte Bernadette se présente sous la forme d’une chapelle de style néogothique. En vermeil et richement décorée d’émaux et de pierres, elle est ornée de quatre statuettes en ivoire, d’anges sous des arcs trilobés et des animaux fantastiques qui font office de pieds.

Le corps de Bernadette est conservé intact à Nevers

Bernadette Soubirous est née à Lourdes le 7 janvier 1844. Elle a vu la Vierge Marie à 18 reprises entre le 11 février et le 16 juillet 1858 à la Grotte de Massabielle, à Lourdes, où elle s’est présentée comme l’Immaculée Conception. Béatifiée en 1925, sainte Bernadette a été canonisée en 1933. Son corps est conservé intact au Couvent Saint-Gildard de Nevers, dans la chapelle des Sœurs de la Charité de Nevers.

La châsse-reliquaire comporte, à l’intérieur, un coffret reliquaire scellé contenant des fragments de peau, la 5e côte droite de sainte Bernadette, et des documents écrits liés par un ruban, le tout enveloppé d’un morceau de soie blanche.

 

Pourquoi le culte des reliques de saints ?

Reliques vient du mot latin  : ‘reliquiae’  qui signifie restes. Ce qui reste d’une personne honorée comme un saint, soit le corps entier, soit une partie du corps, soit même ce qui lui a appartenu, qui a été à son usage.

Ainsi nous avons d’abord les reliques du Christ : ce qui reste des instruments de la passion de Notre Seigneur, puis les reliques des saints. Ce culte remonte aux martyrs des premiers siècles, sur les tombeaux desquels on venait prier et célébrer la messe. Le culte, rendu aux reliques, qui s’adresse aux saints est un culte de respect et non d’adoration, réservé à Dieu seul et aux reliques du Christ.

Les reliques donc deviennent objet de dévotion. Celui qui a de l’affection pour quelqu’un vénère aussi les choses que cette personne a laissé d’elle après sa mort,  nous dit Saint Thomas-d’Aquin. Comme lorsque nous vénérons les icônes  qui portent la présence de la personne (ou des personnes) représenté(es), les reliques nous mettent en présence de la personne à qui elles appartiennent.

 

Une proximité vécue dans la foi

Ainsi, en venant vénérer les reliques de sainte Bernadette, nous nous trouvons en sa présence. Prier devant ses reliques, c’est s’adresser à celle qui a vu Marie dans la grotte de Massabielle. Nous lui demandons d’intercéder pour nous afin que Marie porte nos prières à son Fils et à notre Père du Ciel. L’esprit Saint nous accompagne dans cette démarche, lui qui a guidé les pas de celle qui disait «  obéir, c’est aimer, obéir pour plaire à Jésus » et avant de mourir, en regardant le crucifix : Celui-la me suffit.

Explications recueillies auprès du P. Didier Thirault, curé de la cathédrale.

 

Voici le programme avec les heures d’arrivée

 

Dimanche 31 mars 17h : Basilique de Pontmain (arrivée pour la messe) ;

Lundi 1er avril : Basilique d’Evron ;

Mardi 2 avril 18h  : Basilique de Mayenne ;

Mercredi 3 avril 18h  : Église St-Nicolas de Craon ;

Jeudi 4 avril 10h  : Eglise St-Pierre de Bierné ;

Jeudi 4 avril à 17h : Église prieurale de la Cotellerie ;

Samedi 6 et dimanche 7 avril  : Eglise des Cordeliers (journée du pardon) et cathédrale de Laval.

 

Bon à savoir

Bientôt, une poignante comédie musicale Bernadette de Lourdes.

A voir à Lourdes à partir du 1er juillet 2019.

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Le film “Le Pape François” à Evron (13, 15 & 16 octobre), Renazé (19 & 21 octobre) et Laval (15 novembre) (53)

Le film de Wim Wenders, “le Pape François, un homme de Parole” , projeté fin septembre à Château-Gontier, continue à Renazé en octobre et mi-novembre à Laval. Réservez vos dates.

 

Le film, écrit et réalisé par Wim Wenders, cinéaste maintes fois cité aux Oscars, a été sélectionné au festival de Cannes 2018. Cette étonnante biographie du Pape François nous montre le Pape dans sa vie d’homme et dans sa vie officielle. Co-produit par le Vatican, il s’articule autour de sujets aussi universels que la mort, la justice sociale, l’immigration, le rôle de la famille… en une symphonie de questions qui font le coeur du film.

Le Pape y répond, mais la caméra continue son chemin. Elle le suit dans ses nombreux voyages. C’est ainsi qu’on voit le souverain pontife, se recueillir avec la foule sur le mémorial du World Trade Center, en Terre sainte, en Palestine, en Asie…

Tout au long de ces scènes, le Pape François nous fait voir sa vision de l’Église, combien il est préoccupé par la pauvreté, la justice sociale, le problème de la Terre qui s’abîme, les conflits armés, les guerres de religion. En filigrane, le regard de saint François, le saint réformateur et écologiste, le prénom qu’a justement choisi le Pape.

 

Les dates

À Evron au cinéma Yves Robert


Samedi 13 à 18h30
Lundi 15 à 14h
Mardi 16 à 18h

À Renazé au cinéma Vox


vendredi 19 octobre à 21h
dimanche 21 ocotbre à 15h

À Laval au Cinéville


Jeudi 15 novembre à 19h. La soirée se prolongera par 30 minutes de questions et discussion dans la salle.

Le Pape François, un homme de Parole – Film de Wim Wenders, Sélection officielle Hors compétition au Festival de Cannes 2018 – Un film réalisé en partenariat avec le Vatican, soutenu par l’Eglise de France, Le Jour du Seigneur, la Croix, RCF, La Vie, L’1visible, Aleteia, Radio Notre Dame.

En France #NLH #NLQ

Vidéo – Découvrez le séminaire de la communauté Saint-Martin

Le séminaire de la Communauté Saint-Martin est le premier de France, avec 102 jeunes. Les prêtres de la Communauté sont ensuite envoyés par trois dans les paroisses. La vie communautaire est le fondement de cette Communauté. Leur vie intérieur est intense, ils affectionnent le latin, portent la soutane et dépendent de Rome. La Communauté Saint-Martin est « classique » mais nullement « traditionaliste ». Pourquoi la Communauté Saint-Martin attire-t-elle autant de jeunes ? Quel est son fonctionnement ? Quelles en sont les limites ? Une coproduction KTO / IMAGINE 2016. Réalisé par Jean-Baptiste Farran.

Agenda / Annonce

La communauté Saint-Martin fête ses 40 ans ! Le 11 novembre à Evron

  • 11H : MESSE À LA BASILIQUE NOTRE-DAME DE L’EPINE

    15 H 30 : SPECTACLE DES SÉMINARISTES À LA SALLE DES FÊTES “SAINT MARTIN LE MISÉRICORDIEUX” (entrée libre)

     

     

    “Prendre Dieu au sérieux, sans se prendre au sérieux”. Il y a quarante ans exactement, l’abbé Jean-François Guérin fondait une nouvelle communauté avec ce mot d’ordre qui définit assez exactement ce que l’on perçoit de la communauté Saint-Martin aujourd’hui.

    VIVRE SELON L’EXEMPLE DE SAINT MARTIN

    En 1976, l’abbé Jean-François Guérin créait cette communauté à Gênes sous l’impulsion du cardinal Siri : une communauté de prêtres et de diacres séculiers qui vivent en communauté en s’efforçant de suivre l’exemple de saint Martin dans les services pastoraux de leurs diocèses.

    En 1980 sont célébrées les premières ordinations sacerdotales qui ont rapidement poussé la communauté, dès 1993, a créer sa propre maison de formation à Candé, dans le diocèse de Blois. En 2014, les bâtiments sont devenus trop petits, les pères installent leur maison mère à Evron, en Mayenne, où ils sont actuellement.

    Concrètement, la communauté répond ensuite aux appels épiscopaux pour s’installer dans telle ou telle ville de France ou d’ailleurs. Le premier diocèse à faire appel à eux est celui de Toulon, en 1984. Quarante ans après sa création et dix ans après la mort de son fondateur, la communauté compte 104 prêtres et diacres, une centaine de séminaristes en formation et 16 jeunes en année de propédeutique, c’est-à-dire de discernement sur une éventuelle vocation religieuse. Elle sert 21 paroisses dans 18 diocèses de France, ainsi que deux autres en Italie et à Cuba. Et 35 diocèses français et une vingtaine étrangers ont aujourd’hui demandé à la communauté de s’installer chez eux.

    Ils interviennent dans les écoles, les camps d’été, les pèlerinages, et accueillent des centaines de jeunes venus se former, se ressourcer ou tout simplement demander de l’aide à ces gardiens de l’essentiel.

    Source : site du diocèse de Tours