En France #NLH #NLQ

Sortie du coffret DVD “M et le 3e secret” (version longue) le 15 décembre

Le 15 décembre sort le coffret DVD “M et le 3e secret”
avec 5 heures de films et des informations inédites. Coffret international, avec 6 voix off. En vente sur klistic.com (le coffret n’est pas encore sur le site, et ne le sera qu’à partir du 15 décembre) et dans toutes les bonnes librairies
Ce film documentaire a reçu le label « Art et Essai » tant convoité par les producteurs.

Sorti sans aucune publicité, le Film a fait 70 000 entrées, soit plus que 85 % des films qui sortent en salles.

Ce coffret spécial Fatima entend ainsi clore l’année du centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima.

NLQ #Sorties/Animations

Spectacle “Un Voyage à Fatima” à Puyoô (64) le 9 décembre

A l’occasion du centième anniversaire des apparitions de Notre Dame de Fatima, la paroisse Notre-Dame d’Abet organise avec l’Atelier Théâtre de Notre-Dame, à l’église Saint Jean-Baptiste de Puyoô, une représentation du spectacle musical “Un Voyage à Fatima”, samedi 9 décembre 2017 à 20h30.
Entrée libre.
Renseignements : 06 03 29 49 22

NLQ #Sorties/Animations

M et le 3ème secret – projection du film à Auxerre (89) le 8 décembre

Enquête de Pierre BARNÉRIAS sur le 3ème secret de Notre-Dame de Fatima
  • Quandle 08/12/2017 à 20h30
  • Cinéma CGR “Casino”, Boulevard du 11 Novembre à Auxerre

De quoi s’agit-il ? cliquez ici

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Avec Marie , écrasons la tête du serpent ! – chaîne de prière Hozana le 21 octobre

Octobre 2017 : nous célébrons la fin du centenaire de Fatima. Inspirons-nous de la Pologne et des États-Unis, créons et prions un Rosaire géant… et avec Marie, écrasons la tête du serpent !

Aujourd’hui, le mal a pris à l’échelle planétaire des proportions si importantes que nous en sommes comme hébétés. Il semble qu’il n’y a plus de solution humaine car tout est désormais lié, pour ne pas dire enchevêtré : sécularisation des sociétés, persécution des chrétiens, matérialisme outrancier, marchandisation de l’être humain, narcissisme pervers, propagande et abrutissement des masses généralisés, normalisation du péché, banalisation du crime, attaques permanentes contre la famille, raz-de-marée pornographique et hyper-sexualisation des sociétés, culture de mort sous toutes ses formes, nihilisme, inversion totale des valeurs où le bien devient le mal et le mal le bien, effacement de l’identité chrétienne de l’Occident, disparition du courage, guerres iniques incessantes aux quatre coins du globe servant les intérêts d’une oligarchie marchande…

Autant de signes qui ne trompent pas : le prince de ce monde règne. Mais il ne tient qu’à nous de précipiter sa chute ! ! !

En 1917, la Sainte Vierge est apparue à 3 enfants : François, Jacinthe et Lucie, et leur a dit, entre autres, que pour enrayer le mal et convertir les pécheurs, le Seigneur donnait deux derniers remèdes : la consécration au Cœur Immaculé de Marie et la prière du Rosaire.

Le samedi 07 octobre 2017, nous avons fêté le saint Rosaire. Précisément, ce jour-là, des centaines de milliers de Polonais (un million ?) ont prié un « Rosaire aux frontières » pour le salut de la Pologne, de l’Europe et du monde, pour la conversion des pécheurs et le salut des âmes. De nombreuses communautés de par le monde – ou de simples particuliers dont je fus – ont prié le Rosaire ce jour-là en union de prière avec les Polonais.

Le samedi 14 octobre 2017, des milliers de catholiques américains ont prié le Rosaire dans le même but, célébrant par ailleurs la dernière apparition de la Vierge Marie à Fatima, le 13 octobre 1917, et le miracle du soleil qui s’y déroula devant environ 70 000 témoins.

Les catholiques français resteront-ils bras croisés devant leur chapelet, en un moment où le mal est déchaîné, et où tant d’âmes sont en train de passer à côté du salut ?

Ce samedi 21 octobre, formons une grande chaîne du Rosaire sur Hozana : prions pour la France et le monde, la conversion et le salut de tous les pécheurs, et pour le triomphe du Cœur Immaculé de Marie !

Pourquoi le samedi 21 octobre 2017 ?

– Parce que le samedi est un jour marial.

– Parce que la Pologne a fait son Rosaire géant le 1er samedi du mois d’octobre, les États-Unis le 2ème samedi… Faire notre Rosaire le 3ème samedi s’inscrirait dans une logique où chaque samedi de ce mois d’octobre 2017, mois de clôture du centenaire des apparitions de la Vierge Marie à Fatima, un pays en particulier a honoré le Seigneur et la Vierge Marie en priant le Rosaire. En espérant qu’un autre pays prenne le relais le dernier samedi !…

– Parce que cette semaine, du 15 au 22 octobre, est la semaine mondiale missionnaire et que prier un Rosaire complet le samedi 21 octobre pour la conversion des pécheurs et le salut des âmes s’inscrit pleinement dans cet élan missionnaire.

– Parce que méditer et prier le Rosaire est pour nous un cadeau du Ciel, et pour le Seigneur, un magnifique acte d’amour pour Lui et pour celle qu’il nous a donnée pour Mère !

Le samedi 21 octobre, prions donc tous ensemble un Rosaire complet pour le salut de la France et du monde, la conversion de tous les pécheurs et le salut des âmes. Peu importe à quel moment vous décidez de prier votre chapelet, à partir du moment où vous le faites au cours de ce samedi, en union de prière avec notre communauté.

Je me propose d’envoyer durant trois jours d’affilée (probablement les 18, 19 et 20 octobre) des textes pouvant vous être utiles pour méditer chaque mystère du Rosaire (il n’y a, bien entendu, aucune obligation de les lire !). Cela pourrait être pour certains l’occasion de redécouvrir de grands saints, d’en découvrir des moins célèbres, de lire les pensées de mystiques ou de grands écrivains chrétiens, de France mais aussi d’ailleurs !… Le Seigneur a éclaté en vérité et en beauté dans notre religion, à travers tous les siècles et tous les pays du monde !

Chaque mystère sera l’occasion de demander pardon au Seigneur et à la Vierge Marie (et donc de faire acte de réparation), et de solliciter une grâce (pour la conversion des pécheurs, la protection de la famille, notre propre sanctification…).

Face à l’antique serpent, semeur de divisions, de confusion et de haine, utilisons le chapelet, cette fameuse « chaîne d’amour qui nous relie à Dieu » !

 

Plus d’informations et inscriptions

A la une #Doctrine / Formation #NLH

Spécial mois du rosaire – La communion réparatrice des premiers samedis du mois

Les demandes de Notre-Dame

C’est au cours de l’apparition du 13 juillet 1917 que Notre-Dame parla pour la première fois des premiers samedis du mois en révélant aux petits voyants : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. »
Notons que la Sainte Vierge parle des premiers samedis du mois de façon générale, sans en préciser le nombre. Ce n’est que le 10 décembre 1925 à Pontevedra qu’elle le fera. Voici les paroles de Notre-Dame que sœur Lucie entendit ce jour-là (tirées d’une lettre à son confesseur, le père Aparicio) :

Vois, ma fille, mon Cœur entouré des épines que les hommes m’enfoncent à chaque instant, par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui,
– pendant cinq mois, le premier samedi,
– se confesseront,
– recevront la sainte Communion,
– réciteront un chapelet
– et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant sur les quinze mystères du Rosaire
– en esprit de réparation,
je promets de les assister à l’heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme.

Les assouplissements de l’Enfant-Jésus

Deux mois plus tard, le 15 février 1926, l’Enfant Jésus apparut à sœur Lucie et assouplit les conditions posées par Notre-Dame. Voici un extrait du dialogue qui s’établit entre eux (tiré d’une lettre à Mgr Pereira Lopès, un de ces anciens confesseurs) :

— Mon confesseur disait dans sa lettre que cette dévotion ne faisait pas défaut dans le monde, parce qu’il y avait déjà beaucoup d’âmes qui Vous recevaient chaque premier samedi, en l’honneur de Notre-Dame et des quinze mystères du Rosaire.
— C’est vrai ma fille, que beaucoup d’âmes commencent, mais peu vont jusqu’au bout et celles qui persévèrent, le font pour recevoir les grâces qui y sont promises. Les âmes qui font les cinq premiers samedis avec ferveur et dans le but de faire réparation au Cœur de ta Mère du Ciel me plaisent davantage que celles qui en font quinze, tièdes et indifférents.
— Mon Jésus ! Bien des âmes ont de la difficulté à se confesser le samedi. Si vous permettiez que la confession dans les huit jours soit valide ?
— Oui. Elle peut être faite même au-delà, pourvu que les âmes soient en état de grâce le premier samedi lorsqu’elles me recevront, et que, dans cette confession antérieure, elles aient l’intention de faire ainsi réparation au Sacré-Cœur de Marie.
— Mon Jésus ! Et celles qui oublieront de formuler cette intention ?
— Elles pourront la formuler à la confession suivante, profitant de la première occasion qu’elles auront pour se confesser.

Les précisions de Notre-Seigneur

Quatre ans plus tard, le père Gonçalvès, qui avait remplacé le père Aparicio comme confesseur, demanda à sœur Lucie de répondre par écrit à cinq questions sur la dévotion des premiers samedis du mois. Voici ses réponses (extrait de la lettre envoyée au père Gonzalès) :

1. Quand ? Le 10 décembre 1925.


Comment ? Par une apparition de Notre-Seigneur et de la Très Sainte Vierge qui me montra son Cœur Immaculé entouré d’épines et demandant réparation.


Où ? À Pontevedra (Passage Isabelle II). La première apparition (eut lieu) dans ma chambre, la seconde près du portail du jardin où je travaillais.

2. Les conditions requises ?


Durant cinq mois, le premier samedi, recevoir la Sainte Communion, dire le chapelet, tenir compagnie quinze minutes à Notre-Dame en méditant les mystères du Rosaire, et se confesser avec la même intention. La confession peut se faire un autre jour, pourvu qu’on soit en état de grâce en recevant la Sainte Communion.

3. Avantages ou promesses.


« Aux âmes qui chercheront à me faire réparation de cette manière (dit Notre-Dame), je promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires au salut ».

4. Pourquoi cinq samedis et non neuf, ou sept en l’honneur des douleurs de Notre-Dame ?
Me trouvant dans la chapelle avec Notre-Seigneur une partie de la nuit du 29 au 30 de ce mois de mai 1930, et parlant à Notre-Seigneur des questions quatre et cinq, je me sentis soudain possédée plus intimement par la divine présence et, si je ne me trompe, voici ce qui m’a été révélé :
« Ma fille, le motif en est simple. Il y a cinq espèces d’offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie :


1) les blasphèmes contre l’Immaculée Conception,
2) les blasphèmes contre sa virginité,
3) les blasphèmes contre sa maternité divine, en refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes,
4) les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le cœur des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine à l’égard de cette Mère Immaculée,
5) les offenses de ceux qui l’outragent directement dans ses saintes images.


Voilà, ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m’a inspiré de demander cette petite réparation, et, en considération de celle-ci, d’émouvoir ma miséricorde pour pardonner aux âmes qui ont eu le malheur de l’offenser. Quant à toi, cherche sans cesse, par tes prières et tes sacrifices, à émouvoir ma miséricorde à l’égard de ces pauvres âmes ».

5. Ceux qui ne pourront accomplir les conditions le samedi, ne peuvent-ils y satisfaire le dimanche ?
« La pratique de cette dévotion sera également acceptée le dimanche qui suit le premier samedi, quand mes prêtres, pour de justes motifs, le permettront aux âmes ».

L’esprit de la dévotion

Pour bien comprendre le but des premiers samedis du mois, il est important de bien noter les points suivants.

Dans la réponse à la quatrième question, Notre-Seigneur dit à sœur Lucie que c’est Lui qui demande cette dévotion : « … le Cœur Immaculé de Marie M’a inspiré de demander cette petite réparation et, en considération de celle-ci, d’émouvoir Ma miséricorde  ».

Si la possibilité de choisir un autre jour que le premier samedi pour la confession est laissé au libre arbitre de chacun, la possibilité de communier le lendemain ne peut être accordée que par un prêtre. Toutefois, il est clair que ce ne sont que des exceptions : la règle générale fixée par le Ciel est de se confesser et de communier le samedi. Pour pouvoir le faire un autre jour, il faut un empêchement réel.

Le point le plus important, celui du quel cette dévotion tire toute son efficacité, c’est la volonté de réparer les outrages subis par Notre-Dame de la part des pécheurs. C’est l’un des points essentiels du message de Fatima : réparer les offenses commises envers les saints cœurs de Jésus et Marie. En octobre 1928, dans une lettre adressée à son évêque, Mgr da Silva, sœur Lucie écrivit :

Le bon Dieu, dans son infinie miséricorde, se plaint de ne pouvoir supporter plus longtemps les offenses qui se commettent contre l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge. Il dit qu’à cause de ce péché, un grand nombre d’âmes tombent en enfer, et il promet de les sauver, dans la mesure où l’on pratiquera la dévotion suivante [les premiers samedis du mois], avec l’intention de faire réparation au Cœur Immaculé de notre très Sainte Mère.

Sœur Lucie confia également au père Aparicio (lettre du 19 mars 1939) :

De la pratique de cette dévotion, unie à la consécration au Cœur Immaculé de Marie, dépendent pour le monde la paix ou la guerre. C’est pourquoi j’ai tant désiré sa propagation ; et puis, surtout parce que telle est la volonté de notre bon Dieu et de notre si chère Mère du Ciel.

Plus tard, sœur Lucie indiqua qu’il fallait pratiquer cette dévotion chaque premier samedi du mois, car à chaque fois, nous pouvions obtenir la conversion d’un plus grand nombre de pécheurs :

Voici ma façon de faire les méditations sur les mystères du rosaire, les premiers samedis. Premier mystère : l’annonciation de l’ange Gabriel à Notre-Dame. (…) [Ici, sœur Lucie donne sa méthode pour méditer sur un mystère.]


Le deuxième mois, je fais la méditation du deuxième mystère joyeux. Le troisième, du troisième et ainsi de suite, en suivant la même méthode pour méditer. Quand j’ai fini ces cinq premiers samedis, j’en recommence cinq autres et je médite les mystères douloureux, ensuite les glorieux et, quand je les ai terminés, je recommence les joyeux.

Cette précision de sœur Lucie indique bien qu’il faut accomplir cette dévotion chaque premier samedi du mois et non pas uniquement cinq fois, car cette pratique est avant tout pour sauver des âmes. C’est d’ailleurs le sens de la première demande de Notre-Dame le 13 juillet 1917 : « Je viendrai demander (…) la communion réparatrice des premiers samedis du mois ».

La pratique des cinq samedis successifs accorde une grâce supplémentaire, celle de l’assistance de Notre-Dame au moment de notre mort. Mais il ne faut pas confondre la pratique générale et la grâce supplémentaire accordée à ceux qui la font cinq premiers samedis de suite. Cette grâce si extraordinaire est avant tout la marque que le Ciel attache une très grande importance à cette dévotion.

 

Source Cap Fatima 2017

A la une #Culture #Doctrine / Formation #NLH

1917-2017 – Notre dossier spécial Fatima

C’est la sixième et dernière Apparition. Elles sont reconnues le 13 octobre 1930. Cf. les chroniques des 13 mai, 13 juin, 13 juillet, 19 aout et 13 septembre.

Malgré la pluie la Cova da Iria, la foule est entre 50 000 à 60 000 personnes, ce 13 octobre ! Certains étaient venus de très loin pour assister à l’Apparition annoncée. Elle a lieu c13 octobre 1917, soit 33 ans, jour pour jour, après la vision du pape Léon XIII. Lucie, Jacinta et François, avaient annoncé que non seulement un miracle allait avoir lieu mais que la Dame allait dévoiler qui elle était et ce qu’elle voulait.

Lucie demande aux fidèles de fermer leur parapluie afin de réciter tous ensemble le chapelet et de mieux observer l’arrivée de la Sainte Vierge. L’Immaculée Conception se présente à Lucie comme étant Notre Dame du Rosaire et lui demande de faire bâtir une chapelle en son honneur. Elle annonce que la guerre va se terminer.

« Je veux te dire que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur. Je suis Notre-Dame du Rosaire. Que l’on continue toujours à réciter le chapelet tous les jours. La guerre va finir et les militaires rentreront bientôt chez eux. »

C’est alors que la Vierge Marie s’élève vers le ciel.

Une bonne partie de la foule peut contempler la danse du soleil : la pluie a cessé soudainement et les nuages se sont dispersés brusquement, laissant apparaître un ciel clair. La foule peut alors regarder directement le soleil sans se brûler les yeux ni sans être aucunement incommodée. Il y avait un grand silence. L’astre se met à trembler avec des mouvements brusques, puis il tourne sur lui-même à une vitesse vertigineuse, en lançant des gerbes de lumière de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Il semble s’approcher de la terre, au point que la foule s’en inquiète. En effet, le soleil, conservant son mouvement rapide de rotation, paraît brusquement se détacher du ciel et avancer en zigzaguant sur la foule. À la stupéfaction générale, la foule constate que les vêtements, trempés par la pluie quelques minutes auparavant, sont complètement secs ! Cette danse du soleil a pu être observée jusqu’à plusieurs kilomètres de Fatima.

Le matin même du 13 octobre, le grand journal libre penseur de Lisbonne, « O Seculo », publiait sous la signature de son rédacteur en chef, Avelino d’Almeida, un article ironique sur les apparitions de Fatima, où il ne voyait que superstition et supercherie, tout en reconnaissant que le clergé y gardait une attitude correcte « au moins en apparence ».

Source LSB

 

Vous trouvez ci-dessous la recension de nos articles parus depuis un an pour préparer le centenaire des apparitions de Fatima 

 

 

Fatima – Une demande répétée de sacrifice pour les pêcheurs

Fatima, Le jour où le soleil dansa : la BD qui permet aux enfants de découvrir les apparitions de Fatima

“L’ange du Portugal à Fatima et l’ange Gabriel à l’Ile-Bouchard” : thème de la journée Oh le beau Ange à L’Ile-Bouchard

Fatima complète Paray-le-Monial

Fatima – 13 mai -13 octobre, le temps d’un rosaire

Fatima – Le troisième point du secret

Fatima – La beauté de la deuxième apparition

29 mai 1930 : date importante dans l’histoire de Fatima et de la dévotion des premiers samedis du mois

Thibaud Collin, la France à la lumière de Fatima

Fatima – Homélie de canonisation de Jacinthe et François

Centenaire des apparitions de Fatima : Dieu n’attend que notre réponse

Mais qu’est-ce que les apparitions de Fatima ont de si exceptionnel ?

“Le jour où le soleil dansa” : le miracle de Fatima

Pourquoi fêter l’anniversaire des apparitions de Fatima ?

On ne peut nier que Fatima est en connexion avec les grands évènements mondiaux de ces cent dernières années.

Le 3ème secret de Fatima incomplet ? Une nouvelle confirmation de la thèse

Prière à Sœur Lucie de Fatima

Fatima, quand Jacinthe invite à prier pour le pape

Centenaire des apparitions à Fatima : communion réparatrice des premiers samedis du mois

Fatima, pourquoi les papes ont consacré le monde et non la Russie ?

Fatima et la consécration de la Russie

99° anniversaire des apparitions à Fatima !

 

 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima à Annecy les 14-15 octobre

La paroisse Sainte-Thérèse d’Annecy célèbre ce deuxième week-end d’octobre le centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima au Portugal, avec samedi 14 à 18h une messe suivie d’une procession aux flambeaux et le dimanche 15, la messe à 10h avec procession, suivi d’un pot de l’amitié.

NLQ #Sorties/Animations

Spectacle musical “Un Voyage à Fatima” à la cathédrale de Bayonne le 13 octobre

A l’occasion du centenaire des apparitions de la Vierge de Fatima, une “Veillée des malades” aura lieu jeudi 12 octobre à 20h30 à la Cathédrale Sainte-Marie de Bayonne.
Le lendemain, vendredi 13 octobre, centième anniversaire de la dernière apparition de Notre-Dame de Fatima (et du miracle du “soleil dansant” auquel des milliers de personnes ont assisté le 13 octobre 1917 à la Cova da Iria) un beau spectacle musical mis en scène par Martine Conquéret, intitulé “Un voyage à Fatima”, est proposé à la cathédrale de Bayonne par l’Atelier Théâtre Notre Dame :
-à 14h
-puis à 20h30… suivi d’une procession aux flambeaux pour célébrer le dernier jour de la présence de la Vierge pèlerine Notre-Dame de Fatima dans notre diocèse.
Entrée libre.

En France #NLQ

Centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima

L’Eglise catholique de Paris vous propose une page destinée à honorer, réfléchir et prier en union à Notre Dame de Fatima.

Rappel sur la chronologie des faits :

En 1917, dans la région de Fatima, une “belle dame” apparaît à trois petits bergers, Lucie dos Santos et ses deux cousins, Francisco et Jacinthe Marto. Publié le 21 février 2017.

      Le déroulement des apparitions

 

Le 13 mai 1917, trois petits bergers, François Marto, 9 ans, sa sœur Jacinthe, 7 ans  et leur cousine Lucie dos Santos, 10 ans, rentrent le troupeau de moutons qu’ils ont gardé dans la journée. Ils disent à leurs parents incrédules qu’une belle dame leur est apparue lorsqu’ils gardaient le troupeau. Elle leur a demandé de réciter tous les jours le chapelet et de revenir le 13 de chaque mois.

Le 13 juin, les trois enfants retournent sur le lieu où ils ont vu « la belle dame ». Aux questions qu’on leur pose, les enfants répondent que la dame leur a demandé de réciter le chapelet chaque jour, qu’elle leur a confié un secret et les a priés de revenir à la même heure le 13 juillet.

Le 13 juillet, « la belle dame » demande de nouveau aux enfants de réciter le chapelet chaque jour en l’honneur de Notre Dame du Rosaire pour obtenir la paix du monde et la fin de la guerre Elle leur confie un secret, et leur dit que le 13 octobre elle leur dirait son nom et ferait un miracle afin que tous croient.

Le 13 août, les enfants ne peuvent pas venir car ils ont été arrêtés. Après avoir été soumis à de nombreux interrogatoires pour leur faire avouer leur mensonge, les enfants sont libérés le 16 août. Le 19 août, ils voient une nouvelle fois « la belle dame ». Elle continue à leur demander de réciter le chapelet chaque jour et de”prier et de faire des sacrifices pour les pécheurs car beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles”.

Le 13 septembre, accompagnés de près de 25 000 personnes, les enfants voient la dame qui leur recommande de poursuivre la récitation du Rosaire pour obtenir la fin de la guerre et leur promet de revenir le 13 octobre.

Le 13 octobre, entre 50 et 70 000 personnes sont venues pour voir le grand miracle annoncé par la dame le 13 juillet. A midi, Lucie crie à la foule”Regardez le soleil !”et les pèlerins présents, voient distinctement le soleil qui s’agite dans le ciel. Ce phénomène qui sera appelé« la danse du soleil»dure 10 minutes. C’est la dernière apparition aux trois enfants.

François et Jacinthe Marto, meurent de la grippe espagnole en 1919 et 1920. Ils sont béatifiés le13 mai 2000par le pape Jean-Paul II. Lucie Dos Santos décède en 2005 au Carmel de Coimbra.

Le message

Outre les secrets confiés aux enfants, le message de Marie aux enfants insiste sur la nécessité de de méditer sur les mystères de la vie du Christ (récitation du chapelet), de prier pour la paix dans le monde et pour les pécheurs.

Les secrets

Lors de la troisième apparition, la Vierge a révélé un message aux enfants et leur a demandé de ne pas le divulguer immédiatement. Ce message contient trois parties, il ne sera révélé que plusieurs années après les événements.

Les deux premiers secrets sont officiellement publiés en 1941. Le premier serait l’annonce de la seconde guerre mondiale au travers d’une vision de l’enfer. Le second concernerait la Russie et sa consécration au cœur Immaculée de Marie.
Le Pape Jean-Paul II a décidé de rendre public le 3e « secret de Fatima » lors du passage au troisième millénaire.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Paroisse Saint-Paul de Quevilly – Couronne (Rouen) : Soirée de prière en l’honneur de Notre Dame de Fatima le 13 octobre

Paroisse Saint-Paul de Quevilly – Couronne

13 octobre 20H- 22H15 soirée de prière en l’honneur de Notre Dame de Fatima
Lieu à déterminer

 Célébration à l’occasion du centenaire des apparitions

 Louange, témoignage, enseignement, procession au flambeaux  dans les rues de Grand Quevilly