Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Entretien avec le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine : « L’Évangile n’est pas un livre réservé à des initiés ! »

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Auteur de L’Évangile à cœur ouvert (Robert Laffont, 2018), le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine déplore la baisse du sentiment religieux et rappelle que le message du Christ est toujours d’actualité.


Le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine est prédicateur, écrivain, compositeur et chanteur. Il vient de publier L’Évangile à cœur ouvert (Robert Laffont, 2018) et donnera un récital de chanson au théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet le 19 janvier 2019.


FIGAROVOX.- Alors que la croyance religieuse recule dans notre pays, vous invitez au contraire le lecteur à (re)lire les Évangiles ?

Michel-Marie ZANOTTI-SORKINE.- Bien évidemment ! Car en France le laïcisme ambiant, prenant le pas sur la saine laïcité, devient une véritable religion d’État, imprégnant de plus en plus la société française, conduisant l’esprit humain à prendre ses distances avec le christianisme, le jugeant obsolète, ringard, tout juste bon pour des enfants sages. Qui connaît aujourd’hui en profondeur le Christ, les gestes qu’il a posés, les paroles qu’il a prononcées, les colères qu’il a éprouvées en présence des prétendus justes ; les corrections qu’il a données aux esprits étroits, sa conception de l’homme, sa vision de la vie et du bonheur humain ? Que d’a priori, de jugements péremptoires jaillissent aujourd’hui un peu partout au sujet de la foi chrétienne et de l’Église qui la transmet, fondés sur une méconnaissance du texte sacré et une sorte d’amnésie collective à l’égard de l’œuvre du Christ. De tous côtés, y compris chez les élites, c’est la méprise, et pire encore, l’indifférence. Mais quel dommage ! Il faut donc revenir à l’Évangile et se rappeler (sans honte !) qu’il structure encore la pensée et l’agir de plus d’un milliard d’hommes. Que cela plaise ou non, les paroles du Christ sont des joyaux destinés à embellir le cœur en le rendant infiniment humain !

Toutes les valeurs auxquelles les êtres sensés tiennent (amour, amitié, bonté, partage, joie, douceur, indulgence, don de soi, audace, courage, héroïsme…) sont issues de l’Évangile.

En outre, toutes les valeurs auxquelles les êtres sensés tiennent (amour, amitié, bonté, partage, joie, douceur, indulgence, don de soi, audace, courage, héroïsme…) sont issues de l’Évangile, et ô combien promues par le Christ. Ouvrons donc les yeux et mettons le feu aux préjugés stupides !

« Ce que je veux est plus important que ce qui est », faites-vous dire à l’homme contemporain. Sommes-nous de plus en plus capricieux ?

Il est en tout cas très certain que nous ne sommes plus guère patients ! Vouloir le meilleur est légitime, mais le poursuivre coûte que coûte, au risque d’abîmer le bien qui est déjà là, est souvent risqué. On voit toujours en nos vies ce qui manque, mais on ne voit plus ce qui déjà nous réjouit… Ce que nous désirons, nous le voulons… tout de suite ! Rien ne doit nous résister ; rien ne doit nous échapper. Volontiers nous proclamons haut et fort que nous avons des droits ici-bas qui désormais doivent se confondre avec nos soifs ! Il faut donc faire craquer le réel ; celui-ci, il n’a plus le droit de nous jouer de sales tours ! Nous sommes devenus les propriétaires, les détenteurs de la vie, et non plus ses serviteurs ! Heureusement que la mort est là et qu’on ne peut pas l’éloigner ! Et pourtant si vous saviez comme cela me fait mal de dire cela ! Je hais la mort, cependant elle demeure la seule et dernière réalité sur laquelle nous n’avons pas la main ! Et j’oserais dire : tant mieux… On peut certes la faire reculer, on peut se rebeller contre elle, mais elle nous commande encore… Et elle devrait nous faire comprendre que nous ne maîtrisons pas notre vie et qu’un grand mystère plane sur le vivant. En allant vers le Christ, en le regardant vivre et se mouvoir dans l’Évangile, en l’écoutant parler, on reçoit d’authentiques réponses aux énigmes de la vie. Mais croyez-moi, bon sang ! L’Évangile est un livre qui travaille à notre bonheur !

Lire la suite sur FigaroVox

Brèves #NLH

Après la Sorbonne, Le Figaro censure Liberté Politique

Il y a un mois le colloque organisé par la Fondation de service politique sur sa notation des candidats avait été interdit de séjour à la Sorbonne quelques jours avant sa tenue. Aujourd’hui c’est Le Figaro qui refuse de publier cette notation la veille même de sa parution prévue depuis plusieurs jours.

 

Mais que contiennent donc ces notations de si dangereux ?

Nous relayons ici le message du président de la Fondation de service politique François Billot de Lochner.

Comme vous le savez, notre baromètre sur les positions des candidats à la primaire de dimanche, quant aux 20 mesures de notre Manifeste, fait cette semaine l’objet d’une campagne de communication nationale d’envergure, afin d’éclairer les électeurs juste avant l’élection.

Ainsi, dans Valeurs Actuelles daté d’hier, une double page explique les notes obtenues par les candidats. Une pleine page était également réservée dans le Figaro, depuis plusieurs semaines, pour une parution prévue également hier.

Contre toute attente, et au dernier moment, Le Figaro nous a fait savoir qu’il refusait cette publication. 

Ce refus de dernière minute a évidemment rendu impossible toute solution de communication alternative pour Liberté politique. Nous en sommes profondément désolés.Notre baromètre dérange indiscutablement…

Notre avocat a fait déposé ce matin par huissier une mise en demeure, auprès de la direction générale du Figaro, pour que le journal procède à la publication immédiate de la page prévue. En cas de refus, nous poursuivrons le Figaro en justice.

Vous retrouverez, dans la première vidéo, toutes les explications concernant notre méthode de notation, que j’ai développée sur le plateau de TV Libertés à la mi-octobre.

En ouvrant le décryptage “La notation finale des candidats”, vous pourrez prendre connaissance, si vous ne l’avez déjà fait, des notes définitives attribuées à chaque candidat.

Enfin, les courtes vidéos suivantes, correspondant à des entretiens quotidiens chez TV Libertés, détaillent une à une les mesures et les positions correspondantes des candidats.

Jean-Frédéric Poisson reste, de loin, le mieux noté, avec une note de 14 sur 20, suivi par François Fillon qui n’a que 9 sur 20. Les candidats futurs doivent comprendre qu’il est indispensable qu’ils fassent évoluer leurs programmes : les Français le souhaitent, et le redressement de la France en dépend.

Merci de nous aider à diffuser vos idées, en relayant notre baromètre autour de vous, puisqu’un grand média dit « de droite » s’érige en censeur de nos travaux ! Pour la primaire, à chacun, désormais, d’agir en connaissance et en conscience !

Très cordialement,

François Billot de Lochner,

Président de la Fondation de Service politique,

de Liberté politique et de France Audace