A la une #Articles #En France #NLQ

Notre-Dame de Paris : le Sénat apporte des modifications au projet de loi destiné à reconstruire la cathédrale

En prévision de la discussion en séance publique prévue la semaine prochaine, la commission de la Culture du Sénat a déjà apporté quelque modifications au projet de loi destiné à reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris. Des changements par rapport au texte de l’Assemblée nationale, que certains avaient jugé inquiétants. Parmi les dispositions les plus contestées, l’article 9 dudit projet. Il a été supprimé en commission. Motif de la suppression ? Cet article autorisait en effet le gouvernement – pouvant légiférer par ordonnance – à déroger à certaines règles d’urbanisme, de protection de l’environnement, de voirie et de transports, de la commande publique, ainsi qu’aux règles de l’archéologie préventive et de la préservation du patrimoine. Un danger ont jugé les sénateurs. Ainsi, pour le rapporteur du texte, Alain Schmitz (LR) :

Comment les autres propriétaires de monuments historiques pourraient-ils encore accepter de se soumettre aux dispositions de nos codes si l’État lui-même est autorisé à s’en affranchir pour lancer l’un des chantiers patrimoniaux les plus emblématiques ? Ce serait ouvrir une véritable boîte de Pandore

Le rapport sénatorial pose un diagnostic sévère sur les règles encadrant le chantier :

En revanche, la perspective d’introduire des dérogations aux règles
de droit commun pour faciliter la mise en œuvre du chantier de
Notre-Dame est absolument incompréhensible. Si l’objectif de cette
disposition est uniquement, comme l’a laissé entendre le ministre de la
culture lors de son audition par la commission, de gagner du temps sur les
démarches administratives, elle semble parfaitement inutile. Les délais
prévus par les codes sont des plafonds et les demandes d’autorisation
concernant Notre-Dame peuvent parfaitement être traitées de manière
prioritaire par les services de l’État moyennant des instructions en ce sens. Si
l’objectif est de permettre à l’État de s’affranchir de règles que les autres
propriétaires doivent mettre en œuvre lorsqu’ils conduisent des projets de
restauration, quand bien même leur ampleur en est différente, le risque de
jeter le discrédit sur l’ensemble de notre législation est énorme et il
constituerait, à coup sûr, un précédent désastreux pour l’avenir.

Les sénateurs ont également estimé « indispensable » l’inscription dans le projet de loi d’une mention des engagements pris par la France en matière de patrimoine et des textes internationaux.  De même, la commission de la Culture a confié la responsabilité de la restauration à un établissement public à caractère administratif qui serait ainsi sous la tutelle du ministère de la Culture.

Enfin, pour dissiper toute ambiguïté et assurer une certaine identité architecturale de la cathédrale reconstruite, la commission de la Culture a placé la maîtrise d’œuvre du chantier  sous la responsabilité de l’architecte en chef des monuments historiques. Des garanties efficaces pour ôter tout malaise ? Réponse dans l’hémicycle le lundi 27 mai 2019.

Sénat : Public Sénat

 

Annonces #NLH #NLQ #Récollections/Retraites

Retraite de Lectio Divina sur l’Évangile de saint Jean du 25 au 31 août 2019 à Puimisson (34)

Durant cette retraite de Lectio Divina intitulée “Le livre des signes”, le Père Joseph-Marie Verlinde nous aidera à plonger dans la lecture savoureuse du 4ème évangile.

Enseignements, offices monastiques avec la communauté des moines et moniales, adoration du saint Sacrement, temps de méditation personnelle, rencontre avec un moine, possibilité de confession, cette retraite en silence est une véritable oasis au coeur de l’été, avant de mettre cap sur la rentrée.

Plus d’informations

Présentation

La Famille de Saint Joseph rassemble en une même famille spirituelle une branche monastique – les « Moines et Moniales de Saint Joseph » – et une branche laïque. La fraternité monastique – fondée en 1990 par le P. Joseph-Marie Verlinde – a choisi de suivre la Règle de st Benoît, vécue dans l’esprit de la Sainte Famille. Désireux de grandir « en grâce et en sagesse sous le regard de Dieu et des hommes » (Lc 2, 52), les frères et sœurs se mettent, comme Jésus et Marie à Nazareth, sous l’autorité de st Joseph. Les membres laïcs et les oblats vivent cette même spiritualité au cœur du monde.

Annonces #NLQ #Récollections/Retraites

Récollection spéciale mariage du 30 mai au 2 juin 2019 à Puimisson (34)

3 jours pour redécouvrir les grâces du sacrement du mariage
Prédication : Père Joseph-Marie Verlinde

Pour qui ?
– Les fiancés qui se préparent à recevoir le sacrement du Mariage.
– Les couples mariés qui souhaitent se laisser renouveler dans la grâce de leur Sacrement de Mariage. (Mini-retraite pour vos enfants, animée par les Moines et Moniales de saint Joseph).

Inscription et infos complémentaires : mont-rouge@fsj.fr

A la une #Articles #Doctrine / Formation #Livres #NLH #NLQ

Pie XII, un pape pour la France

En 1939, Pie XII est élu grâce aux cardinaux français. La presse de l’Hexagone exulte. La France a son pape, un antinazi qui la soutiendra dans la lutte contre l’hydre brune. Depuis, la réputation du souverain pontife de la Seconde Guerre mondiale a été remise en cause et on a oublié qu’il était alors considéré comme le plus humaniste des prélats.

Fondé sur des archives inédites et exhumées en France, en Italie, en Belgique et au Vatican, ce livre démontre que, du rétablissement des relations diplomatiques entre Paris et le Saint-Siège en 1920 à l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933, l’Église et sa fille aînée ont fait front commun contre les totalitarismes. L’homme à la manoeuvre de cette alliance n’était autre que le jeune secrétaire d’État et futur pape Pacelli.Cet ouvrage détonant éclaire d’un nouveau jour le rôle fondamental de Pie XII, militant acharné de l’humanisme chrétien.

Une contribution majeure à l’histoire du xxe siècle.Docteur en histoire, Frédéric Le Moal est professeur au lycée militaire de Saint-Cyr et à l’Institut Albert-le-Grand. Son dernier livre, Histoire du fascisme, a reçu en 2018 le prix Ernest Lemonon par l’Académie des sciences morales et politiques.

En vente aux éditions du Cerf

A la une #Articles #NLQ #Points non négociables PNN

La cour d’appel de Paris ordonne la reprise des soins de Vincent Lambert

Revirement dans l’affaire Vincent Lambert. La cour d’appel de Paris a ordonné hier soir la reprise des soins. Cette décision intervient après l’action des avocats des parents de Vincent Lambert, Maîtres Jean Paillot et Jérôme Triomphe. L’alimentation et l’hydratation ont donc repris cette nuit.

Malgré les plaidoiries des avocats du CHU et du neveu de Vincent Lambert, la cour d’appel de Paris a demandé « à l’État français (…) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l’alimentation et l’hydratation » de Vincent Lambert.

Source Le Figaro

A la une #Articles #En France #NLH #NLQ

Conférence des évêques s’étonne de la “précipitation” à conduire “vers la mort” Vincent Lambert

Paris : La Conférence des évêques (CEF) s’est étonnée samedi de la “précipitation” à conduire “vers la mort” Vincent Lambert, dont les soins doivent être interrompus à partir de lundi sur décision médicale et contre l’avis de ses parents.

“Pourquoi cette précipitation pour le conduire vers la mort ?”, écrit dans un communiqué le groupe bioéthique de la CEF, déplorant que le gouvernement veuille passer outre l’avis du Comité international des droits des personnes handicapées (CIDPH) qui recommande la suspension de décision d’arrêt des soins – jugée légale par le Conseil d’Etat.

Dans un récent avis, ce comité de l’ONU a demandé que le traitement de ce patient en état végétatif depuis dix ans soit maintenu le temps de pouvoir examiner son dossier.

“Pourquoi ne pas attendre la réponse sur le fond de la part du Comité de l’ONU ?”, demande la CEF, rappelant que la France est signataire de la Convention relative aux droits des personnes handicapées dont cette instance est l’émanation.

“Pourquoi l’État français, qui met son honneur dans la promotion des droits de l’Homme, se dispenserait-il du respect de cette Convention pour M. Vincent Lambert ?”, poursuit le communiqué.

Samedi, les avocats des parents de Vincent Lambert ont eux aussi imploré Emmanuel Macron de faire “respecter les mesures provisoires réclamées” par le CIDPH.

Le 5 mai, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait toutefois assuré que la France n’était pas tenue “légalement” par l’avis de ce comité, qui va à l’encontre de plusieurs décisions de justice validant la décision médicale d’arrêter l’alimentation et l’hydratation de M. Lambert afin d’éviter un “acharnement thérapeutique”.

Dans son communiqué, la CEF questionne également le fondement même de cette décision en mettant en doute le raisonnement selon lequel le maintien des soins de Vincent Lambert s’apparenterait à une “obstination déraisonnable” telle que visée par la loi Claeys-Leonetti de 2016 sur la fin de vie.

“N’a-t-il pas le droit d’être nourri et hydraté par voie entérale puisque ce sont des soins de base auxquels tout être humain a droit ? À quels cas exceptionnels son hydratation et son alimentation actuelles correspondent-elles à une obstination déraisonnable ?”, demande la CEF.

 

A la une #Articles #Brèves #NLQ

Vincent Lambert : lancement du processus de mort sans préavis

Communiqué des avocats des parents de Vincent Lambert :

Le docteur Sanchez, en violation de tous ses devoirs et de ce qu’il avait laissé croire, vient d’annoncer à la famille qu’il avait initié le processus de mort sans préavis, sans tenir compte des recours, sans tenir compte des mesures provisoires et sans même permettre à la famille de lui dire au revoir avant le début de la sédation.

 

Le coup de force continue.

 

Il est encore temps d’arrêter cette folie.

 

 

Strasbourg et Paris, le 20 mai 2019

 

Jean PAILLOT Jérôme TRIOMPHE

Articles #En France #NLQ

Mgr Philippe Marsset nommé évêque auxiliaire de Paris

Ce samedi 19 mai 2019, un nouvel évêque auxiliaire a été nommé à Paris. Mgr Philippe, vicaire général et curé de Notre-Dame de Clignancourt, vient d’être nommé évêque auxiliaire de Mgr Michel Aupetit. Le Père Philippe Marsset a été ordonné prêtre le 25 juin 1988. Il a exercé différentes fonctions : curé successif de certaines paroisses parisiennes, il a aussi été aumônier diocésain puis régional des Scouts de France (1994-1998), mais aussi responsable du pèlerinage du Frat des lycéens à Lourdes (1998-2002), puis aumônier national du CLER Amour et Famille (2008-2017). En septembre 2018, il avait été nommé vicaire général du diocèse de Paris. C’est un prêtre parisien, bon connaisseur du diocèse, qui est donc nommé aux côtés de Mgr Michel Aupetit.

 

Articles #En France #NLQ

Des évêques de France rencontres des enfants de prêtres

Selon u article très orienté à charge et truffé de contre sens et d’incompréhension du milieu catholique, comme il se doit du Monde :

La rencontre, restée jusqu’ici confidentielle, s’est tenue le 4 février à Paris dans les locaux de la Conférence des évêques de France (CEF), qui rassemble l’ensemble des évêques et cardinaux du pays. Pendant une heure et demie, Olivier Ribadeau-Dumas, le secrétaire général de la CEF, a écouté leur témoignage sur ce sujet tabou. Une discussion « cordiale et constructive », explique l’intéressé, qui a entendu les « souffrances » de ces hommes et de ces femmes.

A la une #Articles #En France #NLQ

“Un mois après l’incendie de la cathédrale, où en sommes-nous ?” Communiqué de Mgr Michel Aupetit

Le diocèse de Paris s’est récemment exprimé sur la situation de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Dans ce communiqué daté du 15 mai 2019, Mgr Michel Aupetit rappelle que les promesses de don sont loin d’être avoir toutes été concrétisées et que le mouvement ne doit pas cesser. Enfin dès que possible, l’archevêque de Paris célébrera une messe dans la cathédrale.

La vague mondiale de soutiens après l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris à l’entrée de la semaine Sainte, le lundi 15 avril appartient désormais à l’histoire de cet édifice. Tant la collecte de fonds que les promesses de dons, de soutiens en nature et en compétence expriment un élan mondial suscité en si peu d’heures. Sans évoquer la ferveur spirituelle qui en résulte, que nul ne pourra jamais mesurer.

Deux points d’interrogation essentiels subsistent à ce jour et amènent à des commentaires importants :

Le budget nécessaire, dûment vérifié, demeure encore inconnu pour que fidèles et touristes puissent à nouveau y entrer pour se recueillir, admirer l’édifice, dans des conditions de sûreté et de sécurité pleinement satisfaisantes. Les expertises sont loin d’être achevées.

La collecte évoquée (le fameux « milliard ») n’est consolidée par aucune fondation, aucune autorité. S’il n’y aura probablement pas de remise en question des dons les plus importants promis par des mécènes de renom qui se sont publiquement engagés, il n’en demeure pas moins que la majeure partie de ces dons n’ont pas encore été concrétisés. La raison est simple, les discussions démarrent tout juste pour préparer des conventions de droit privé. Elles serviront aussi de cadre pour que s’exprime la volonté de ces grands donateurs.

Il en est de même pour les messages, fort nombreux, qui ont accompagné les dons plus modestes. Ils font l’objet d’un examen très attentif par la Fondation Notre Dame qui sera en mesure de rendre cette expression publique, mi-juin, soit deux mois après l’incendie.

C’est pourquoi, la collecte continue ! En effet, au fur et à mesure du travail d’avancement des expertises, les besoins apparaissent considérables. « Tout euro donné sera un euro qui servira à faire rebattre le cœur de la cathédrale. Il servira à financer un programme ambitieux mais nécessaire qui réponde aux attentes qui étaient satisfaites avant le 15 avril » tient à souligner l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, en réponse aux nombreuses questions qui continuent d’être posées par tous publics.

Pour ce qui la concerne, la Fondation Notre Dame a collecté 9.5 M€ auprès de 43.000 particuliers, français et étrangers (notamment 7.000 américains) et 4 M€ auprès de grands donateurs, soit 13.5 M€.

La restauration et la conservation de l’édifice sont l’objectif prioritaire et essentiel. Déjà un appel de fonds vient d’être adressé par le Ministère de la Culture de 3.6 M€ portant sur la sécurisation du site du chantier. Une part de la collecte déjà réalisée va donc servir à cet emploi indispensable.

La poursuite se fera avec les efforts de tous et notamment avec les soutiens de mécènes. MM François et François-Henri Pinault, M. Bernard Arnault et sa famille ainsi que le groupe LVMH ont bien voulu s’engager à apporter respectivement 100 et 200 M€ qui serviront à la restauration de l’édifice, qui s’inscrit dans le Programme Cathédrale.

D’autres mécènes vont se manifester dans les prochaines semaines.

Tous les apports feront l’objet de conventions avec la Fondation Notre Dame qui procédera par étapes successives aux reversements aux pouvoirs publics en fonction de l’avancement du chantier.

Outre la conservation et la restauration de Notre Dame, « le Programme Cathédrale » vise aussi à trouver des solutions innovantes pour :

– La rénovation de l’autel fendu et du mobilier et objets liturgiques (reliquaire couronne d’épines par exemple) pour partie détériorés ou détruits
– Un soutien d’urgence à l’Ecole Supérieure de Musique sacrée (formation diplômante ; concerts)
– Un nouvel accès à la visite du trésor de la cathédrale (une des seules ressources régulières de celle-ci avant l’incendie)
– Le matériel de retransmission par écran pour les fidèles, endommagé et détruit pour partie
– Les équipements de la chaîne de TV KTO (retransmission) endommagés et détruits pour partie
– Des études indispensables sur le circuit d’accueil dans la cathédrale et l’aménagement intérieur, au regard des besoins propres pour l’accueil des fidèles, touristes, pèlerins, visiteurs (13 millions d’entrées gratuites – et qui devront le rester – chaque année).
– La sûreté et la sécurité relevant de la responsabilité du diocèse de Paris.

Il inclura en outre, selon les possibilités d’implantation locale :

– Des projets destinés à des personnes en difficulté sociale, conformément à la tradition des bâtisseurs de cathédrale des siècles passés. C’est, pour l’Eglise, une priorité indissociable de l’histoire de l’édifice.

Dans une partie des surfaces inoccupées de l’Hôtel-Dieu, dépendant de l’AP/HP, pourraient se tenir plusieurs activités qui doivent se prolonger pendant les travaux. La cathédrale a besoin de se redéployer. Des travaux seront indispensables et les coûts à assumer aussi.

Les besoins s’étalant nécessairement sur plusieurs années, la Fondation Notre Dame devra être en mesure de pouvoir y répondre, la cathédrale n’ayant plus aucune ressource propre.
Le montant des travaux n’est pas encore chiffré mais les besoins sont considérables.

Dès que cela sera possible, Mgr Aupetit célébrera une messe dans la cathédrale. Pour des raisons de sécurité évidentes, le public ne pourra s’y associer qu’en intention. La chaîne KTO devrait pouvoir retransmettre l’office accessible à tous (en clair et sur le net).
Des offices célébrés à proximité sont espérés par beaucoup de personnes et le diocèse de Paris s’efforce de trouver des solutions qui garantissent recueillement et sécurité.

(…)

Source L’Église catholique à Paris