Tribunes et entretiens

“La lumière et les égarés”, sermon du 15 juillet, jour de finale de coupe du monde

d’un lecteur qui nous communique le sermon prononcé par l’abbé Bruno Martin le 15 juillet 2018 en la cathédrale de Saint-Etienne dans la Loire :

L’Evangile que nous venons d’entendre nous constitue porteurs de la bonne nouvelle du Royaume et nous invite à la proclamer avec assurance, sans craindre la contradiction ni les esprits mauvais. Et cet appel nous était déjà lancé par la belle prière d’ouverture de la messe de ce jour, qui nous invite à « rechercher ce qui fait honneur au nom de chrétiens » et à fuir ce qui en est indigne, sûrs que Dieu lui-même donne « aux égarés la lumière de la vérité » et les aide à prendre « le bon chemin ». Cette prière a quinze siècles. En 496, les chrétiens de Rome n’hésitaient pas à se fourvoyer dans des rites païens – la procession licencieuse des Lupercales – et le pape Gélase, qui était un homme énergique, avait convoqué le peuple chrétien pour le sermonner d’importance et l’inciter à avoir un comportement cohérent : faire honneur au nom de chrétiens.

Je ne veux pas comparer le Coupe du Monde avec les Lupercales. On peut toutefois se demander, dans les circonstances de ce jour, de quelle « lumière de vérité » il conviendrait d’éclairer les « égarés » – en tous cas les brebis sans berger qui seront parquées tout à l’heure dans la « Fan zone », juste en face de notre cathédrale. Je dis cela sans aucun mépris pour les amateurs de foot. Il est hypocrite de dire comme M. Mélenchon que c’est un plaisir coupable de regarder « des millionnaires courir après un ballon ». Même s’il est comme tant de choses pourri par l’argent, le foot est un sport, un art, un beau spectacle – le peintre Nicolas de Staël en a tiré de magnifiques tableaux – et même ceux qui comme moi en ignorent tout et ne savent pas ce que c’est qu’un pénalty sont forcé de la reconnaître. Mais comment y retrouver, ne serai-ce qu’un peu, la lumière de la vérité ?

Les sociologues montrent très bien en quoi le foot est devenu – à l’échelle mondiale – une sorte de religion civique de substitution – à l’image de ce qu’étaient les jeux olympiques de la Grèce antique. Le match et ses enjeux opèrent la catharsis des violences qui menacent sans cesse la cohérence de la cité. Les différences ethniques, les inégalités culturelles s’effacent : la communauté nationale reconstituée s’identifie à son équipe, à ses joueurs. L’existence monotone s’éclaire, les petites vies individuelles en proie dans leur pauvre et difficile quotidien à l’échec permanent vivent l’aventure par substitution, communient enfin à la même victoire : « on a gagné ! » Tout l’effort vers la victoire n’a consisté qu’à vider des verres de bière en hurlant d’enthousiasme ou d’effroi, mais c’est un fait. Le match et ses aléas constitue une montée en tension, jusqu’à l’apothéose – ou l’effondrement final. C’est une communion de substitution, c’est la religion au sens primitif du terme, ce qui « relie », ce qui empêche le groupe humain de se dissoudre dans ses violences internes.

Une fois posé ce constat, que dire ? Peut-on tirer de cette agitation collective un enseignement moral a minima ? Ne faisons déjà pas la fine bouche devant le plaisir des amateurs, de ceux qui savent disserter savamment des phases et des péripéties de la rencontre. « Un qui parle de son métier et qui y connaît », dit la Plaisante Sagesse, « les autres y-z-ont rien de dire ». Je vous ai souvent cité aussi, dans des circonstances semblables, le commentaire de mon cher Augustin : en son temps, ce sont les courses de char qui soulevaient les passions1 et cela faisait soupirer le saint évêque d’Hippone : « Voyez ces perdus qui aiment un cocher de cirque : quiconque est passionné par un cocher ou un gladiateur ne cesse de dire aux autres : aimez avec moi cette pantomime, aimez avec moi cette honte ! – Ce fou crie devant tout le peuple pour lui faire partager sa passion honteuse, et le chrétien ne crierait pas dans l’Eglise, pour que l’on aime avec lui la Vérité de Dieu ! »2

Le Seigneur ne nous envoie pas forcément en mission dans la fan zone – en tous cas, ce serait risqué de le faire à l’heure du match. Mais ce serait quand même faire honneur au nom de chrétien que de manifester lorsqu’il s’agit de notre foi un enthousiasme pour lequel les supporters des bleus pourraient nous en remontrer. Sans doute le scénario de la messe est-il moins fertile en rebondissements – et il n’y a pas de suspense, puisque la seule partie a été jouée il y a deux mille ans, et qu’elle est gagnée pour l’éternité. Sans doute n’avons-nous pas non plus à transformer la liturgie dominicale sur le modèle de la communion bruyante des tribunes de stade ; un peu plus de ferveur nous ferait pourtant peut-être du bien. « Vous qui portez la vérité, qu’avez-vous fait de la lumière ? » fait dire Paul Claudel à l’un de ses personnages. Si nous avions vraiment conscience d’être porteurs de la lumière du Christ, nous en serions les témoins toujours et partout – même un jour de finale de la Coupe du Monde.

1 Les équipes étaient classées par couleurs, jaunes, rouges, verts : ce qui a permis de retrouver une inscription – en grec – qui disait : Nika prasine, Ce qui se traduit à peu près par « Allez les Verts ! ». Et le pire c’est qu’on l’a retrouvée à Lyon !
2 Ennaratio in psalmum XXXIII, S.II, 6.

En France #NLQ

Après la Coupe du monde, les sacrilèges ?

C’était la joie et la bonne humeur, dit-on. La Coupe du monde a été fêtée dans une certaine allégresse. Mais quand on voit certains détournements, on peut se demander si ce n’est pas du sacrilège, comme on a pu le constater dans une station du métro parisien. En voulant rendre hommage à Didier Deschamps, on détourne le nom de la Sainte Vierge. On se doute que ceux qui l’ont fait en sont rarement conscients. Mais faut-il être muets et passifs ? Bref, un appel à une meilleure éducation religieuse : on peut quand même éviter l’humour sur le nom de Dieu ou sur celui de ses saints. Une victoire n’excuse pas tout.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Rosaire mensuel pour la France à Toulouse (31) – prochaine rencontre le 11 août 2018

Le Groupe de prière toulousain “Saint Louis de France” propose un rosaire mensuel pour la France, en écho à l’appel du pape Jean-Paul II au Bourget-Paris en 1980 : “France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ?”.

Le 11 août 2018 à 14h00

à la paroisse Notre-Dame de La Dalbade, Toulouse

Si vous souhaitez des infos : groupesaintlouisdefrance @ gmail.com

Site-web : www.prions-pour-la-france.com

En France #NLQ

François Fillon va lancer une fondation pour les chrétiens d’Orient

Il s’est mis en retrait du monde politique, mais il n’a pas oublié une cause qui lui était chère : les chrétiens d’Orient.

Cette fois-ci, ce n’est plus dans un cadre politique mouvementé que François Fillon s’y intéresse, mais dans celui d’une fondation qu’il a l’intention de mettre en place. Il l’avait déjà annoncé en novembre 2017.

Mais aujourd’hui, François Fillon se fait plus précis. Il a même écrit à ses amis pour dévoiler  cette création bientôt proche, comme on peut le voir dans la lettre reproduite en-dessous.

Pour Paris Match, l’ancien candidat à l’élection présidentielle est attaché à la cause des chrétiens d’Orient :

Retiré de la vie politique, l’ancien candidat à la présidentielle revient sur un autre terrain : celui des minorités d’Orient pour lesquelles il mobilise ses réseaux.

C’est une « belle cause » qui lui tient, selon ses mots, « fortement à cœur ». Une cause suffisante pour que François Fillon sorte du silence qu’il s’impose depuis sa défaite à l’élection présidentielle. Dans un courrier adressé à ses amis et soutiens, l’ancien Premier ministre reprend la parole pour la défense des chrétiens d’Orient. Un combat qu’il mène depuis 2014 et qui l’a conduit à se rendre, à plusieurs reprises, dans des camps de réfugiés en Irak.

La suite peut être lue sur le site de Paris   Match.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messe pour la France le 8 juillet 2018 à Strasbourg (67)

A l’occasion de la Fête Nationale, Mgr Luc Ravel, archevêque de Strasbourg, présidera le dimanche 8 juillet à 11h en la cathédrale de Strasbourg, la Messe pour la France.

Durant cette célébration, Mgr Ravel, au nom de l’Église en Alsace, priera pour les élus d’Alsace, les membres des administrations, les Forces Armées et tous les corps constitués.

Célébration ouverte à tous pour les responsables politiques et tous les membres des administrations, afin que le Seigneur les accompagne dans leur action au service du bien commun et de la France

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

3e pèlerinage des petits enfants pour la France le 14 juillet 2018 à L’Île-Bouchard (37)

« Demandez aux petits enfants
de prier pour la France. »

A la suite des enfants que la « Belle Dame » a encouragés à prier pour la France, que ce soit à Pontmain en 1871 où notre pays était sous la menace des Prussiens, ou à L’Ile-Bouchard, en 1947 où nous frôlions la guerre civile, aujourd’hui encore nous nous appuyons sur la prière des enfants.

Pour la troisième année de suite, nous continuons à répondre à cette invitation : le Sanctuaire de L’Ile-Bouchard propose aux enfants de faire un pèlerinage pour la France, le samedi 14 juillet 2018.

Les enfants pérégrineront par petits groupes, appelés chapitres, dans un grand parc clos. Par des circuits différents selon les âges, ils seront amenés à découvrir les différences et ressemblances entre les apparitions de Pontmain et celles de L’Ile-Bouchard, ainsi que l’importance de la prière.

Pendant ce temps, les parents pourront écouter le Père Renaud Saliba, Chapelain de Pontmain, qui nous éclairera, nous aussi, sur les rapprochements que l’on peut faire entre Pontmain et L’Ile Bouchard. Il sera ensuite disponible pour un temps de question-réponses ou échanges simples.

Le programme :

  • 10h30 : chapelet pour la France
  • 11h15 : Messe pour la France
  • 12h30, pique-nique tiré du sac.
  • 14h30, pour les enfants : lancement du pèlerinage des enfants pour la France, jusqu’à 17h30. Les enfants seront par petits groupes, encadrés par des adultes.
  • 15h, pour les adultes : conférence du Père Renaud Saliba : “Quand la guerre menace, la Vierge Marie fait prier les enfants”, à l’Eglise St Gilles, suivie d’un temps de questions-réponses.
  • 17h30 : Prière mariale des enfants pour la France.

Inscription obligatoire pour les enfants

Soit par la poste, soit par mail (secretariat@ilebouchard.com), ou sur place, mais il est vivement conseillé de les inscrire avant, en téléchargeant le coupon d’inscription :

bulletin d’inscription

A apporter

pique-nique pour toute la famille, chapeau soleil ou vêtement de pluie, un gouter par enfants (pas du chocolat qui fond !), bonne humeur et désir de prier pour la France !

Sécurité

Les enfants seront par chapitres, encadré par des adultes, chaque enfant aura un bracelet (fourni sur place) avec son nom et prénom et  le téléphone portable des parents.

2e pèlerinage

Retrouverez ici la journée 2017

Vidéos du 1er pélé en 2016 !

 

Merci les enfants pour votre appel à prier pour la France.




En France #NLQ

Pas d’incompatibilité entre la fonction de président d’université et l’exercice du sacerdoce

Dans un contentieux qui soulevait la question de la compatibilité entre la fonction de président d’université et l’état sacerdotal, le Conseil d’État a tranché : il a estimé que rien, juridiquement, n’empêchait la possibilité pour un prêtre de présider une université. Le principe de neutralité du service public n’interdit donc pas à un responsable public d’exercer le ministère sacerdotal. Le 13 décembre 2016, l’abbé Michel Deneken avait été désigné président de l’Université de Strasbourg par le conseil d’administration de ladite université. Cette décision avait entraîné certaines critiques qui avaient abouti à un recours devant le juge administratif.  Le tribunal administratif de Strasbourg avait rejeté, le 18 décembre 2017, la requête du Syndicat national de l’enseignement supérieur contre l’élection du Président de l’Université de Strasbourg. En effet, le juge administratif de première instance avait notamment souligné que “les dispositions de l’article L. 712-2 du code de l’éducation ne s’opposent pas à l’élection d’un ecclésiastique à la présidence d’une université”. Cette fois-ci, le Conseil d’État a estimé que cette situation ne mérite pas de faire l’objet d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) qu’il aurait transmise au Conseil constitutionnel. La législation sur cette question serait assez claire et ne laisserait pas planer une quelconque inconstitutionnalité. Sans illégalité, on peut donc être prêtre et président d’université.

Cette décision est aussi la fin d’un feuilleton où beaucoup de contresens ont été faits, prouvant que le milieu “laïcard” a perdu toute culture ecclésiale minimale. Certains syndicats avaient contesté cette situation au nom d’une ecclésiologie assez curieuse : un prêtre serait affilié au Vatican… Pourtant, dans une ordination sacerdotale, le prêtre ne prononce aucun serment de fidélité au pape, dont il n’est pas le collaborateur, sauf s’il est dans le diocèse de Rome. S’il est diocésain, il est seulement le collaborateur de l’évêque, membre du presbyterium de son diocèse.

NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

Les manants du Roi, le nouveau film de Patrick Buisson sur le génocide vendéen – Un nouvel éclairage politique

Photo : Les manants du Roi

Hier (28 juin 2018) se déroulait au Grand Rex l’avant-première du film Les manants du Roi, nouveau film de Patrick Buisson, réalisé par Guillaume Laidet et dont les textes sont écrits par Michel Chamard. Co-produit par la chaîne Histoire et la société Erealprod, ce docu-fiction inédit nous plonge en toute vérité historique entre 1793 et 1796, dans les guerres de Vendée et le génocide qui s’ensuivit, à travers les narrations de six personnages emblématiques et humains, tous servis par d’excellents comédiens ! Un chouan, le “gâs” Jean ; un prêtre réfractaire, l’Abbé Vincent Huguet ; un capitaine “bleu”, François Sauvage ; un bourgeois révolutionnaire nantais, Percier de Fontaine,  un député montagnard, Carré de Longwy (qui évoque directement Jean-Baptiste Carrier) ; une noble amazone insurgée, Céleste de Boismé (inspirée de Céleste Bulkeley), qui prouve que les femmes et leur courage n’étaient pas en reste, surtout face à la misogynie de la Révolution Française ainsi que l’évoque la peintre Elisabeth Vigée Le Brun dans ses Souvenirs :  “Les femmes régnaient alors, la Révolution les a détrônées.”.

Stanislas de La Tousche, magistral dans le rôle du “gâs” Jean

Cette fresque historique se structure autour de moments narratifs où chaque personnage partage ses opinions et son vécu au sein de cette tourmente, que viennent appuyer de nombreux éléments cinématographiques extraits de films sur la chouannerie, de la Cinéscénie du Puy du Fou, d’aperçus de vitraux et de chansons révolutionnaires et contre-révolutionnaires.

Discours préambule de Patrick Buisson, photo par Les manants du Roi

La projection, agrémentée avant et après de chants par le célèbre chœur Montjoie Saint-Denis a été ouverte par un fracassant discours de Patrick Buisson, vibrant hommage aux martyrs de Vendée, qui par leur courage et leurs sacrifices surent préserver la liberté de culte aux catholiques, contre le fanatisme sanglant et totalitaire de La Convention et de l’esprit Révolutionnaire. Buisson attaque le négationnisme qui nimbe la Révolution Française, révolution fondamentalement bourgeoise malgré ce que la propagande républicaine martèle depuis deux cent ans, et fondé sur un gigantesque holocauste fondateur : la Terreur et le génocide programmé de la Vendée (loi du 1er août 1793). La Révolution Française acheva de libérer les puissances d’Argent en détruisant le garde-fou du catholicisme : libéralisations (loi du 4 août 1789 sur l’abolition des privilèges, loi Le Chapelier du 14 juin 1791…), allongement du temps de travail et suppression du chôme du dimanche… La maltraitance des prêtres, la conscription forcée ne purent que mettre le feu aux poudres chez un peuple qui au départ accueillait la Révolution comme une réforme nécessaire, pour rapidement se rendre compte qu’elle n’était qu’un pas en avant vers son oppression.

Le Chœur Montjoie Saint Denis en grande forme !

Ce film, qui sera diffusé sur la chaîne Histoire le 4 juillet 2018 est un pendant à l’excellent travail réalisé par Daniel Rabourdin, dont le film La Rébellion cachée se structure davantage comme un docu-fiction à l’américaine : reconstitutions historiques, interviews d’historiens, documents à l’étude…

A voir absolument ! Le DVD est d’ailleurs disponible ici. Daniel Rabourdin a aussi publié un livre : Comment faire un film indépendant.

Ces deux films donnent raison à Joseph de Maistre lorsqu’il déclare, et Patrick Buisson l’a rappelé dans son discours, que “L’histoire est une conspiration permanente contre la vérité”. Complotisme ? rétorquerait-on… Non ! tout simplement intérêts bassement humains plus ou moins concordants. Le seul complot est celui de Satan.

Il est grand temps que la France se rende compte de cette part de son histoire, qui inspira toutes les révolutions et totalitarismes dans le monde ; qu’elle médite sur son régime républicain, qui montre de plus en plus ses déficiences et son manque de démocratie réelle (tout comme il n’y avait que très peu d’artisans et ouvriers parmi les premiers députés, il en est de même aujourd’hui), sans compter la trahison incessantes de nos “élites”, continuant de brader la France au Marché, que ce soit directement ou à travers l’emprisonnement de l’Union Européenne, véritable stratagème des chaînes comme l’explique François Asselineau.

Rappelons-nous aussi cette mémorable scène du film Le Président, par Henri Verneuil, où Jean Gabin, royal, propose une Europe fondée sur les souverainetés des nations plutôt que sur des trusts financiers qu’il dénonce avec panache :

Il ne s’agit pas de revenir en arrière, mais de redonner le pouvoir au tissu social et pourrait-on dire féodal (hiérarchie des services, prenant racines dans l’exemple du Christ qui lave les pieds des apôtres), à travers le respect du principe de subsidiarité, une économie humaine et sociale dotée de libertés ciselées de contraintes, telles que le christianisme, qui forgea la France, les a toujours prônées. Un roi ? L’élection de Macron, prétendu au dessus des partis (ce qui est vrai, mais son monarchisme est financier et international…) a montré que les français désiraient être gouverné par un monarque, mais encore faut-il restaurer tout d’abord ce tissu social fait de libertés réelles, sortir de la logique libérale-socialiste de l’Etat moderne, et retrouver un corps, dont on pourra ensuite choisir la tête, à la Grâce de Dieu !

A la une #NLQ

L’édito – Un mois d’actualité catholique en France

 

 

Après des mois de combat bioéthique, des nominations emblématiques, le mois de juin semble être retombé dans « la routine » pour les catholiques. Une routine qui n’est pas langueur, loin s’en faut et c’est l’occasion de mieux percevoir le temps « ordinaire » de l’Eglise qui est en France.

 

La vie de l’Eglise institutionnelle, ce sont bien entendu, les ordinations et les nominations.

 

Si les nominations épiscopales demeurent ratzingeriennes c’est parce que le pape s’en fiche….

France : 125 prêtres ordonnés cette année

France – Répartition des ordinations sacerdotales 2018

Quatre évêques français participeront au Synode des jeunes

Paris : nomination d’un nouvel évêque arménien catholique

Mgr Lebrun : de l’arbitre de foot à évêque catholique

Un document du ministère de l’économie pour expliquer le prélèvement à la source et les dons aux associations

Les comptes et les finances de l’archidiocèse de Paris

Bayeux-Lisieux : Rencontre avec Cyrille et Soeur Caroline, deux vies pour Dieu et le monde

Emmanuel Macron a rencontré l’archevêque de Mossoul

Les Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur sous le coup d’une nouvelle visite canonique

Mgr Michel Dubost à la tête des Oeuvres pontificales missionnaires de France

Un article sur la communauté Saint-Martin

Les évêques de l’Est se retrouvent pour réfléchir aux laïcs en mission ecclésiale

Nominations au Conseil Permanent de la CEF

Retour sur la nomination du Père Matthieu Rougé au diocèse de Nanterre

Mgr Boulanger fait le point sur l’état du diocèse de Bayeux-Lisieux

L’abbé Christian Delarbre, nouveau recteur de la Catho de Toulouse

 

 

Ce mois-ci Emmanuel Macron est parti faire un petit tour à Rome

 

Le sort des chrétiens d’Orient, un thème majeur de la rencontre entre Macron et le pape

Les présidents de la République au Vatican en photos

L’évêque de Coutances refuse d’ouvrir l’église du village pour un baptême

 

 

Où l’on se rend compte que l’ordinaire est tissé d’initiatives peu ordinaires.

 

Participez à la Nuit des églises du 30 juin au 7 juillet 2018

Talenthéo : un coaching au service de l’Eglise

Rennes : les enfants catéchisés invités à prier Léontine Dolivet

Rennes : une année étudiante pour devenir résident en aumônerie ou “missionnaire” ?

L’Institut Karol Wojtyla – Un centre de formation anthropologique est né en France !

Le Grand AIME de Marie, à vélo pour la France du 14 juillet au 15 août 2018 : une initiative à soutenir !

Découvrir les foyers étudiants de Versailles et Saint-Germain en Laye

Meaux : grève des professeurs du lycée Sainte-Marie pour empêcher un candidat proche de l’Opus Dei de diriger l’établissement

Le pèlerinage militaire international (PMI) fête ses 60 ans

Lyon (69) : placez vos immeubles sous la protection de Marie !

Gargilesse – Notre patrimoine religieux est un joyau

Mgr Souchu, êveque de Dax, célébrera chaque mois une messe pour la vie

 

Et puis il y a les « faits divers », pour beaucoup assez tristes ce mois-ci, mais pas que…

 

Ploërmel : bénédiction de la place Jean-Paul II

Vivre la coupe du monde FIFA en chrétiens

Un islamiste hurle “Allah Akbar” avant la messe dans l’église de Digoin, en Saône-et-Loire

La chapelle des Marins de Saint-Valery-sur-Somme vandalisée

Tentatives de vol dans la maison diocésaine de Chambéry

Lourdes sous les eaux – Un pic à 2m91- Vidéo

L’étonnant pèlerinage de lycéens bretons avant le bac

Vente de la chapelle du Sacré-Cœur à Rodez

Le Mont-Saint-Michel : pompe à fric ou appel de l’Archange ?

Lyon : 5 ans de prison pour l’agresseur du prêtre

Une statue de la Vierge décapitée à Diconne en Saône-et-Loire (71)

Paris : un terre-plein portera le nom de Soeur Emmanuel

Un vitrail en mémoire du Père Hamel béni par Mgr Giraud dans l’Yonne

Actualités de la christianophobie en France en mai

 

NLH #NLQ #Offres D'Emplois

L’Oeuvre d’Orient cherche deux jeunes pour services civiques à partir de septembre 2018

L’Oeuvre d’Orient cherche deux services civiques : pour le réseau France et pour Facebook.

Réseau France

Description du poste :

Le Réseau France de l’Œuvre d’Orient recherche un jeune pour une mission de service civique de 9 mois à partir du 17 septembre. Au sein de l’équipe Réseau France, le jeune participe à la mission de sensibilisation du grand public sur les chrétiens d’Orient : histoire et diversité des Églises orientales, actualité des chrétiens d’Orient. Il organise les expositions et conférences en France proposées par l’Œuvre d’Orient (contact avec les paroisses, organisation du transport des expositions, contact avec les conférenciers, communication sur ces événements…).

Profil :

  • Rigueur et sens de l’organisation
  • Dynamisme, bon relationnel
  • Connaissance du milieu ecclésial,

Conditions d’emploi : 

  • Limite d’âge : — 26 ans
  • Longue durée (9 mois)
  • à partir du 17 septembre

 Lieu de mission : siège de l’Œuvre d’Orient à Paris

 

Contact : aeradenac@oeuvre-orient.fr

Facebook

Description du poste :

Événementiel réseaux sociaux, pour l’année scolaire 2018-2019.

Animation des réseaux sociaux Facebook, Twitter, LinkedIn, Youtube, Instagram autour de deux événements phares :

  • Création et intégration de contenu (post, montage de vidéo) et animation
  • Réalisation de vidéos

Profil :

  • Expérience de community management
  • Curiosité, dynamisme et bon relationnel
  • Connaissance de l’Église, à l’aise sur le terrain

Conditions d’emploi : 

  • -26 ans (âge limite pour effectuer un service civique)
  • Longue durée (9 mois)
  • à partir du 15 septembre

Contact : amilcent@oeuvre-orient.fr