Articles #En France #NLH #NLQ

70 Croix vandalisées dans le Gard

J’ai signalé le 22 avril dernier la profanation du cimetière de Saint-Julien-de-Cassagnas, dans le Gard. France 2, qui en a fait un sujet de son journal régional, qualifie cela de « mauvaise blague ». Si vous ne me croyez pas voyez et écoutez. L’expression est, à tout le moins, maladroite et déplacée. Je n’en dirai pas plus.

Daniel Hamiche, Source Observatoire de la christianopohobie

Articles #En France #NLQ

Deux crèches exceptionnelles à découvrir à Saint-Gilles (30) et Comps (30)

Vous pourrez découvrir deux crèches exceptionnelles dans le Gard : la crèche vivante de Saint Gilles et la grande crèche provençale de Comps.

  • La crèche vivante de St Gilles est organisée le 22 décembre par l’école Li Cigalou en lien avec la paroisse.
    Un défilé se lance à 17h00 de l’école pour rejoindre le parvis de l’abbatiale où se déroule la pastorale de 18h00 à 20h00.

Venez prendre part au cortège et assister à cette belle pastorale !

  • L’église St Etienne de Comps accueille une grande crèche provençale imaginée, conçue et réalisée par Romain Rodriguez, natif du village. Cette crèche de 100m² avec ses 200 santons est l’une des plus grandes à visiter dans le Gard.

 

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Exposition sur la Grande Guerre cet été à la cathédrale de Nîmes (30) jusqu’au 31 août 2018

L’exposition « La Grande Guerre 1914-1918 – L’engagement de l’Eglise catholique du Gard » créée par la Société d’Histoire du diocèse de Nîmes s’installe cet été dans la cathédrale de Nîmes jusqu’au 30 août. Elle sera inaugurée ce jeudi 5 juillet à 18h45.

► L’exposition est visible à la cathédrale de Nîmes tous les jours de 11h à 18h sauf le mardi.

« A l’image des autres forces religieuses, sociales et politiques départementales, le diocèse de Nîmes fut un des acteurs fortement engagés dès la mobilisation et durant toute la durée de la guerre « pour la défense de la patrie. »  Les prêtres soldats morts pour la Nation et que l’on appelait les “prêtres sac-à-dos” ne sont pas tombés à la marge des morts pour la France. Dans le Gard, ils furent 41, mais sans famille directe, le temps et l’oubli ont recouvert leur souvenir. Cette exposition leur offre une seconde vie, éternelle comme leur choix de combattre au côté des Français de toutes les religions pour le bien collectif. »

 

En France #NLH #NLQ

Divine Box à la rencontre du monastère de Cabanoule

Allez hop, ce mois-ci, cap vers le monastère de la Paix-Dieu de Cabanoule dans les Cévennes. Divine Box vous raconte tout : son histoire, ses évolutions et bien sûr la situation actuelle ! 

 

Le monastère de la Paix-Dieu de Cabanoule, en plein coeur des Cévennes – Divine Box

 

En plein coeur des Cévennes

Ah, les Cévennes Les montagnes, les forêts, les criquets (**kss kss kss**)Cette région a ici une importance toute particulière ! Le Monastère de la Paix-Dieu, plus souvent appelé “Cabanoule, du nom du lieu-dit, est situé dans le Gard, sur la commune dAnduze. Cest cette commune qui est surnommée la porte des Cévennes”, délimitant ainsi la frontière entre la garrigue méditerranéenne et le relief plus abrupt. Bref, un monastère situé dans les Cévennes. Mais encore ?

 

un territoire Protestant !

Pendant plus d’un siècle, entre 1685 (révocation de l’édit de Nantes qui mettait fin aux guerres de religion) et 1787 (édit de tolérance), c’est en plein coeur des Cévennes que se sont déchirés protestants et catholiques. À l’époque et aujourdhui encore dailleurs, cette région est majoritairement protestante. Mais que sont donc allées faire des trappistines là-bas … ?

 

 

Les Cévennes, région dans laquelle se trouve le monastère de la Paix-Dieu de Cabanoule, est une région très protestante – Divine Box

 

Feu vert pour la paix

En 1968, la communauté de la Trappe des Gardes (entre Nantes et Angers) rayonne ! Très sensible à l’oecuménisme, elle prie alors beaucoup pour la paix entre chrétiens. L’idée d’une fondation implantée dans la région même des déchirements entre chrétiens fait donc son chemin petit à petit. Vu le dynamisme des soeurs (une soixantaine sur place !), le projet tient la route. Ni une ni deux, la communauté sollicite alors les autorités ecclésiales qui donnent vite leur feu vert ! Reste maintenant à convaincre la communauté protestante

 

On ne peut pas attendre” !

Les premières réactions du pasteur et du curé du coin sont catégoriques : cest beaucoup trop risqué  ! La Mère abbesse accepte et se dit prête à attendre deux ou trois ans pour éviter des tensions dans cette région protestante Mais la situation se débloque de manière inattendue : cest le pasteur lui-même qui va revenir sur sa décision et encourager la fondation. On ne peut pas attendre, lEsprit saint est là, et veut cette fondation !. Les rencontres senchaînent alors avec les autorités protestantes pour préciser les modalités. Et en novembre 1968, tout est bon, le projet est accepté  !

 

Malgré les réticences du début, les soeurs du monastère de la Paix-Dieu de Cabanoule ont finalement réussi à s’installer sur place, en plein coeur des Cévennes – Divine Box

Un début difficile

Les trois premières soeurs arrivent de la Trappe des Gardes en septembre 1969, et le monastère de la Paix-Dieu de Cabanoule est inauguré en avril 1970, avec du beau monde : évêque, pasteurs, protestants, et même un père orthodoxe ! Mais pour les sept soeurs sur place, les débuts sont compliqués. Lambiance combinée de mai 68 et du Concile Vatican II apporte aux novices un souffle parfois pénible pour la communauté. Et avec le passage dune communauté établie de soixante moniales à une nouvelle et peu structurée de sept, le quotidien était plus éprouvant pour les soeurs !

 

Conduire un tracteur !

Pour autant, la communauté tient bon et suit le rythme monastique trappiste ! Et rapidement, les relations avec le voisinage s’améliorent : “c’est parce quon les a vues travailler, conduire le tracteur et faire leurs fromages de chèvre” dit-on alors. Que voulez-vous, des moniales en bleu de travail qui font des produits monastiques, ça marqueAvec les sept offices quotidiens, les soeurs travaillent, fidèles à la règle de saint Benoît. Elles sont alors au rucher, au poulailler, avec leurs chèvres ou encore à l’atelier dhuile essentielle de lavande ! Quand on vous dit que lartisanat monastique touche à tout Au fond, une vie bien simple et sans prosélytisme, contrairement à certaines craintes.

 

Et aujourdhui ?

Aujourdhui, les douze trappistines de Cabanoule vivent ainsi paisiblement sur place, au rythme de leur vie monastique, toujours marquée par les dialogues et les retraites oecuméniques. Le travail manuel a évidemment bien évolué depuis les débuts, mais reste très présent. Les soeurs cultivent en effet des oliviers pour en faire de lhuile dolive, confectionnent des bougies à la cire dabeille, cultivent leurs légumes dans le potager, remplissent des petits sachets de graines de lavandin et, bien sûr, produisent les délicieuses rocamandines ! On vous dit tout juste en dessous.

 

Les rocamandines du monastère de la Paix-Dieu de Cabanoule sont des rochers de pâte d’amande enrobés d’éclats damandes grillées. Un délice ! – Divine Box

 

Les rocamandines

Recette unique de pâte d’amande, enrobage artisanal de chocolat, saupoudrage manuel damandes concassées Charmant programme pour ces rocamandines que Divine Box avait glissées dans leur box des monastères de novembre ! Absentes des ateliers de production au début, elles ont remplacé la production de fromages de chèvre, abandonnée à cause de son rythme effréné et des normes draconiennes d’hygiène. Pour la petite histoire, malgré le nom déposé de rocamandine, les soeurs entendent parfois à la boutique un autre surnom pour leurs rochers : les cabanoulettes ! Nom non officiel, mais terriblement mignon

 

LE PETIT PLUS DE DIVINE BOX

Chez Divine Box, ils adorent ce qui est fait par les moines ou moniales. Leurs box des monastères fonctionnent très bien, mais pour éviter de solliciter certaines abbayes au-delà de leurs possibilités de production, ils se sont ainsi diversifiés autour des bières trappistes  ! Chaque mois chez vous : 6 bières trappistes et 3 sous-bocks. Et dans la première box de bières trappistes, un vrai guide sur tout le monde de la bière trappiste pour tout comprendre et tout savoir ! N’hésitez donc pas y faire un tour en cliquant ici.

Conférences/Formations #NLQ

Anduze – Conférence organisée par SOS Chrétiens d’Orient : “Etre chrétien en Orient aujourd’hui”

A Anduze (département du Gard), l’association SOS Chrétiens d’Orient organise une conférence le samedi 1er avril 2017, à 15 h. Cette conférence a pour intitulé : “Etre chrétien en Orient aujourd’hui”. Elle aura lieu à la Maison Saint-Etienne, située au 7, boulevard Jean Jaurès.

Adresse : Maison Saint-Etienne, 7 boulevard Jean Jaurès – 30 140 Anduze.

En France #NLQ

Synode des jeunes du Gard

Le diocèse de Nîmes organise cette année son synode des jeunes. A dire vrai il s’agit plus exactement d’une vaste consultation de la jeunesse du Gard puisque catholiques et non catholiques sont invités à répondre à un questionnaire et à participer à diverses célébrations émaillant l’année depuis le 17 septembre 2016.

Cette consultation s’intéresse aux jeunes, à leur perception de l’Eglise, leur rapport à la foi. Croisant le sondage, la consultation et un esprit JMJ étalé sur l’année, ce “synode” est plus exactement une vaste dynamique du diocèse pour évangéliser les jeunes.

De ce que rapporte le questionnaire, le contenu de la foi ou la discipline de l’Eglise ne sont pas abordés comme points de discussion synodaux.

 

Agenda / Annonce

Exposition « La Grande Guerre. L’engagement de l’Eglise Catholique du Gard »

Dans le cadre de la commémoration de l’engagement de l’Eglise catholique du Gard dans la Grande Guerre, la Société d’Histoire du Diocèse de Nîmes poursuit le cycle des manifestations initié il y a quelques mois, avec, au programme, notamment, une exposition qui se déroulera du 29 octobre au 27 novembre 2016 :

« La Grande Guerre.
L’engagement de l’Eglise Catholique du Gard. »

Avec le concours des Archives du Diocèse, de l’Académie de Nîmes, du Conseil départemental du Gard, du musée du Vieux-Nîmes, de l’Institut Saint Stanislas et de collectionneurs privés.

Maison diocésaine
6 rue Salomon Reinach
30000 Nîmes
Le calendrier complet de toutes les manifestations est disponible sur le site du diocèse de Nîmes.