Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

Grande journée de mobilisation contre la PMA sans père et la GPA le 6 octobre 2019 à Paris

Un collectif d’associations, parmi lesquels La Manif Pour Tous, les AFC, Alliance Vita, les Veilleurs, etc., réunies sous le nom “Marchons Enfants”, donnent rendez-vous le dimanche 6 octobre 2019 à Paris à tous ceux qui souhaitent donner à chaque enfant la chance d’avoir un père et une mère, pour une grande journée de mobilisation contre la PMA sans père et la GPA.

Ce matin, le Conseil des ministres a pris connaissance du projet de révision de la loi bioéthique qui sera débattu à l’Assemblée Nationale fin septembre. Il prévoit l’extension de l’Assistance Médicale à la Procréation aux couples de femmes et aux femmes seules. L’autorisation de congélation des ovocytes et l’élargissement de la recherche sur l’embryon figurent également dans ce texte.

Aveuglés par le progrès technique, les promoteurs de la PMA n’en discernent aucune des lourdes conséquences qu’elle aura sur la filiation, la suppression de la figure paternelle, la famille, la construction psychique des enfants, la raréfaction des gamètes et donc de l’instauration d’un marché, avec les dérives eugéniques que l’on peut déjà prévoir.

Comment peut-on veiller aux équilibres délicats de la nature sur notre planète et, en même temps, ne pas voir que ces mêmes principes devraient aussi s’appliquer à l’humain ?

L’ensemble de ces évolutions laissent entrevoir un monde où le vivant et l’humain deviennent des enjeux technologiques et marchands. Nous sommes convaincus que l’altérité sexuelle est une chance, qu’un enfant aura toujours besoin d’un père, qu’un enfant n’est pas un droit mais un don. Nous avons le devoir de témoigner de ces convictions.

Chaque famille est invitée à se mobiliser.

Articles #NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

[VIDEO] Soutane et Gilets Jaunes – Le curé enragé

Que penser du mouvement des Gilets jaunes ? Que révèle-t-il ? Que peut proposer l’Eglise dans sa doctrine sociale ? Quelques éléments de réflexion.

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

[Gilets Jaunes] Message de Mgr Michel Aupetit – L’urgence de la fraternité – 5 décembre 2018

Les évènements récents montrent une souffrance importante d’une grande partie de nos concitoyens, qui génère la colère quand elle ne semble pas entendue et une frustration devant ce qui peut être pris pour de l’arrogance. Comme archevêque de Paris, je comprends la peine de ceux qui manifestent pacifiquement et luttent pour conserver une vie digne, je dénonce la violence scandaleuse de ceux qui en profitent pour saccager notre ville, je salue le courage des services de police et de gendarmerie et je m’unis au souci de nos gouvernants qui cherchent des réponses à la crise.

Notre pays souffre d’une incompréhension généralisée. L’individualisme devient la valeur absolue au détriment du bien commun qui se construit sur l’attention aux autres et en particulier aux plus faibles. Les valeurs de la République que sont la liberté et l’égalité sont parfois détournées par des réseaux d’influence qui réclament des droits nouveaux sans égard pour les plus vulnérables.

Où sont les véritables priorités ? Les urgences nationales, les « grandes causes » de notre pays ne peuvent légitimement être celles des revendications communautaristes ou catégorielles. Le devoir primordial de l’État est de garantir pour chacun les moyens d’entretenir sa famille et de vivre dans la paix sociale. Il nous faut reconstruire une société fraternelle. Or, pour être frères, encore faut-il une paternité commune. La conscience de Dieu le Père qui nous apprend à nous « aimer les uns les autres » a façonné l’âme de la France. L’oubli de Dieu nous laisse déboussolés et enfermés dans l’individualisme et le chacun pour soi.

La violence engendre la vengeance et la haine. Apprenons ensemble à nous écouter vraiment et à nous parler sans à priori méprisant pour ceux qui ne pensent pas comme nous. J’appelle modestement les protagonistes à un véritable dialogue où chacun accepte de sortir de ses certitudes pour établir un vrai diagnostic d’une situation délétère et trouver humblement les voies d’une reconstruction fraternelle de notre société. Je demande enfin aux chrétiens de prier et d’être ce qu’ils sont appelés à être au nom du Christ : des artisans de paix.

Je porterai notre pays dans la prière lors de la Messe de l’Immaculée Conception du vendredi 7 décembre prochain à 18h30 à Notre-Dame de Paris. En ces temps troubles que nous vivons, nous pourrons confier à la sainte Patronne de la France la paix de notre nation qui ne peut naître que de la justice.

+ Michel Aupetit,
archevêque de Paris

A la une #Articles #NLQ

L’édito – « Attirons le juste dans un piège, car il s’oppose à nos entreprises, il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu »… étonnante actualité

Les impies ont invité la Mort, du geste et de la voix ; la tenant pour amie, pour elle ils se consument ; ils ont fait un pacte avec elle : ils méritent bien de lui appartenir. Ils ne sont pas dans la vérité lorsqu’ils raisonnent ainsi en eux-mêmes : Écrasons le pauvre et sa justice, soyons sans ménagement pour la veuve, et sans égard pour le vieillard aux cheveux blancs. Que notre force soit la norme de la justice, car ce qui est faible s’avère inutile. Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie, il s’oppose à nos entreprises, il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu, et nous accuse d’infidélités à notre éducation. Il prétend posséder la connaissance de Dieu, et se nomme lui-même enfant du Seigneur. Il est un démenti pour nos idées, sa seule présence nous pèse ; car il mène une vie en dehors du commun, sa conduite est étrange. Il nous tient pour des gens douteux, se détourne de nos chemins comme de la boue. Il proclame heureux le sort final des justes et se vante d’avoir Dieu pour père. Voyons si ses paroles sont vraies, regardons comment il en sortira. Si le juste est fils de Dieu, Dieu l’assistera, et l’arrachera aux mains de ses adversaires. Soumettons-le à des outrages et à des tourments ; nous saurons ce que vaut sa douceur, nous éprouverons sa patience. Condamnons-le à une mort infâme, puisque, dit-il, quelqu’un interviendra pour lui. » C’est ainsi que raisonnent ces gens-là, mais ils s’égarent ; leur méchanceté les a rendus aveugles. Ils ne connaissent pas les secrets de Dieu, ils n’espèrent pas que la sainteté puisse être récompensée, ils n’estiment pas qu’une âme irréprochable puisse être glorifiée. Or, Dieu a créé l’homme pour l’incorruptibilité, il a fait de lui une image de sa propre identité. C’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde ; ils en font l’expérience, ceux qui prennent parti pour lui.

 

Livre de la Sagesse 1,16 – 2,1.10-24

N’est-ce pas une étonnante prophétie du tourment que représentent les catholiques pour ce monde et particulièrement ceux qui le gouvernement ?

Asie #NLH #NLQ

Destruction d’une église catholique en Chine

Le 17 juillet 2018 à midi, l’église de Liang Wang a été complètement détruite en seulement 15 minutes par 70 personnes, équipées d’engins de démolition, mandatées par le gouvernement chinois.

L’église catholique de Liang Wang était pourtant une église enregistrée depuis 2006. L’église de Xi’an, détruite en décembre dernier détenait également tous les permis nécessaires. En Chine, il ne serait pas rare que le gouvernement détruise les églises pour récupérer la terre et les réaffecter pour une autre utilisation. Le bâtiment étant proche de l’une des sorties de la route de Xi’an-Hanzhong, le gouvernement pourrait avoir eu l’intention de réduire la présence chrétienne.

Gina Goh, directrice régionale d’International Christian Concern s’est exprimé :

« La main-d’œuvre disproportionnée utilisée pour démolir cette église montre que la Chine a peur des chrétiens. Le gouvernement savait que la démolition au nom du zonage urbain rencontrerait de la résistance, alors il s’est assuré le succès en prenant des mesures extrêmes. Malgré leurs efforts pour intimider l’Église avec des actions comme celle-ci, le gouvernement ne peut pas détruire la foi et la résilience des chrétiens chinois. »

En savoir plus (source)

Asie #NLH #NLQ

Chine : L’église catholique Nantang fermée et ses prêtres arrêtés

Le vendredi 9 mars, l’église catholique Nantang a été fermée par les autorités chinoises qui ont ensuite procédé à l’arrestation des prêtres. La raison : la religion.

Les autorités chinoises ont fait une descente surprise dans le province du Henan, aboutissant à la fermeture de l’église catholique. L’approvisionnement en électricité du bâtiment a également été coupé. Le même jour, 4 croix ont été détruites. Lorsque les prêtres ont contacté la police, ils ont été arrêtés.

Cette église construite par des missionnaires espagnols en 1924, avait servi de base pour abriter ceux qui ne pouvaient pas se battre, et avait obtenu la protection de l’état par le gouvernement de Shangqiu.

Depuis février, suite aux nouvelles législations concernant les cultes et religions, les persécutions contre les églises se sont intensifiées. Dans la ville de Nanyang, les chrétiens n’ont le droit de fréquenter qu’une seule église, celle qui est officiellement enregistrée. Ceux qui accueillent des réunions chez eux et ceux qui y assistent encourent une amende de 4 700 $.

Lire la suite

NLH #Tribunes et entretiens

Etats Généraux de la Bioéthique : la mascarade organisée par le Gouvernement – J-F. Poisson

“Pour justifier son futur projet de loi, le Gouvernement avait assuré qu’un vrai débat public aurait lieu sur les enjeux bioéthiques. Pourtant, semaine après semaine, cette consultation nationale s’apparente à une manœuvre politicienne voire à une véritable mascarade dont nous ne devons pas être dupes. Partout en France, des faits et éléments nous sont remontés sur l’organisation insincère et manipulatoire de ces états généraux de la bioéthique.

Dernièrement, Olivier PIRRA, délégué du PCD dans le Rhône, nous a informé que lors d’un débat citoyen sur la PMA organisé à Lyon le 1ermars par l’Espace de Réflexion Ethique Région Auvergne-Rhône-Alpes (ERERRA), Jean-Louis Touraine était le seul homme politique invité, sans débatteur en face. Bien connu pour ses positions anti-famille, pro-PMA et pro-GPA, il a introduit et conclu les échanges sans tenir compte de ce que les citoyens présents ont dit. Où est le débat s’il n’y a aucun contradicteur ?

Pire encore, l’organisateur de cette réunion a fait la promotion d’une journée d’échanges organisée par la clinique GIREXX au Novotel de Lyon Confluence le samedi 24 mars, où la PMA sera proposée « aux femmes seules et aux couples de femmes ».Faut-il rappeler aux organisateurs que cette pratique est illégale en France ? La loi qui autorise ces pratiques est-elle donc écrite d’avance alors que les débats ne font que commencer ? La tenue scandaleuse et illégale d’une telle journée, en toute impunité, doit être sanctionnée.

Il ne s’agit malheureusement pas d’un cas isolé. Les exemples se multiplient de jours en jours. Je dénonce fermement l’imposture de ces Etats Généraux de la Bioéthique et maintient que nous devons continuer à nous mobiliser pour informer les Français sur ce débat biaisé, antidémocratique et manipulatoire. Le PCD a décidé d’agir concrètement pour défendre la dignité humaine en prenant l’initiative de coordonner la participation des Français intéressés par la tenue d’un débat réellement ouvert et équilibré.”

En France #NLH #NLQ

La Mont des Cats : quand un village affronte le gouvernement pour sauver une abbaye !

Un article proposé par Divine Box !

Ce mois-ci, petit coup de projecteur sur une anecdote peu connue de l’abbaye du Mont des Cats, en France ! Sa bière, l’unique bière trappiste française, sera dans la Divine Box de bières trappistes de mars !

L’abbaye du Mont des Cats date de 1826
/ Crédits photos : @patrickbL6749OW (Tripadvisor)

L’abbaye du Mont des Cats sauvée par les villageois

Fondée en 1826, et érigée en abbaye en 1846, l’abbaye du Mont des Cats vit surtout au début grâce à sa fromagerie et à son agriculture.

À la fin du XIXe siècle, les lois anticléricales françaises menacent l’abbaye du Mont des Cats. Mais lorsque le gouvernement français arrive sur place pour expulser les moines, il se retrouve face à plus de six cents villageois, répartis dans toute l’abbaye. Ne s’attendant pas à une résistance aussi farouche, le gouvernement finit donc par céder, et reconnaît la légitimité de l’abbaye. Mais officiellement, on ne trouve pas mention de ce rapport de force. Si les moines restent, c’est grâce à leurs « réalisations dans le domaine de l’agriculture et de production de fromages » qui profitent au patrimoine français. Serait-ce un tour de passe-passe du gouvernement ? On ne le saura probablement jamais, mais une chose est sûre : pour les moines, c’est opération réussie !

La bière Mont des Cats est brassée depuis 2011
 / Crédits photos : @bruggepub (Instagram)

Une bière signe de charité trappiste

La bière trappiste Mont des Cats est brassée pour subvenir aux besoins de l’abbaye. Mais l’abbaye n’a pas le matériel ni la main d’œuvre nécessaires, ayant déjà beaucoup à faire à la fromagerie. C’est pourquoi l’abbaye trappiste de Notre-Dame de Scourmont en Belgique (qui produit les célèbres bières de Chimay, comme la Chimay Dorée) a accepté avec enthousiasme de la brasser pour l’abbaye du Mont des Cats ! Grâce à cette collaboration, les moines du Mont des Cats ont même pu créer un fromage à la bière, fabriqué par les moines, et trempé dans leur bière pendant 48h ! L’entraide trappiste : c’est beau, non ?

Une bière trappiste sans logo

Pour décrocher le fameux logo « Authentic Trappist Product » et entrer dans le club très fermé des « bières trappistes », trois critères sont nécessaires : tout d’abord que la bière soit brassée au sein de l’abbaye, ensuite que la bière soit brassée par les moines ou sous leur contrôle, et enfin que les revenus soient reversés à l’abbaye, à la communauté, et à des œuvres sociales en cas de surplus.

En théorie, la bière Mont des Cats fait donc un sans-faute : elle est brassée sous le contrôle des moines de l’abbaye de Scourmont en Belgique, dans une abbaye trappiste et ses revenus sont reversés à l’abbaye du Mont des Cats en France. Mais en pratique, puisqu’elle n’est pas brassée sur place (dans l’abbaye du Mont des Cats), elle n’a pas le droit d’arborer le précieux logo !
Mais les moines le savent et n’ont même pas demandé le logo pour leur bière : elle est « trappiste » mais sans logo, c’est déjà bien assez !

La bière trappiste Mont des Cats révèle une robe ambrée et une mousse blanc cassée / Crédits photos : @beerisfun2017 (Instagram)

Et pour la goûter ?

La bière trappiste Mont des Cats présente au nez des saveurs de caramel et d’orange. Au palais, de belles notes de caramel, de pain grillé et de fruits noirs se dégagent. A savourer entre 6°C et 8°C, donc plutôt fraîche ! Profitez-en, elle est dans la box trappiste de Divine Box de mars. Mais ne tardez pas, il n’en reste que quelques-unes !

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Conférences de carême à Besançon (25) les 25 février, 4 et 11 mars 2018

Conférence de Carême par le Père Jean-François Baudoz à la Cathédrale - 25 fév. - 16 h 30

Des conférences de carême vous seront proposées à la cathédrale à 16h30 les dimanches 25 février (Père Jean-François BAUDOZ) , 4 mars (Mme Isabelle MOREL) et 11 mars (Mgr Jean-Luc BOUILLERET).

Ces conférences seront suivies de méditations musicales au grand orgue animées par Mr Jean BOURGEOIS, organiste titulaire, et Mme Marie-Josèphe PETITHUGUENIN, organiste habituelle.

Une exposition méditative sur le thème de « mort et Résurrection » avec des fusains et sanguines de Françoise COULON sera installée par l’association des amis de la cathédrale dans les chapelles latérales

Messe dominicale à 18h15

Lieu : Cathédrale St-Jean – Besançon

 

En Afrique #NLQ

RDC – Campagne de diffamation contre l’Eglise de la part du gouvernement

« On assiste à une campagne d’intoxication et de désinformation voire même de diffamation orchestrée par les responsables des institutions de la République démocratique du Congo à l’encontre de l’Eglise catholique et de sa hiérarchie » a dénoncé le Père Donatien Nshole, le Secrétaire général de la CENCO (Conférence épiscopale nationale congolaise) lors d’un conférence de presse tenue à Kinshasa. Cette campagne diffamatoire prend particulièrement pour cible S.Em. le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque de Kinshasa. « Cette campagne – a déclaré le Père Nshole – a pris pour cible l’autorité de S.Em. le Cardinal Laurent Monsengwo, considéré à tort comme l’instigateur des actions qui visent à déstabiliser les institutions existantes et à s’emparer du pouvoir. Nous exigeons les preuves des graves accusations portées contre sa personne ».

Dans une déclaration, la CENCO « réaffirme son soutien total et sa proximité au Cardinal Monsengwo », désapprouvant « la diabolisation volontairement distillée à l’endroit de Son Eminence le Cardinal Archevêque de Kinshasa et membre du Conseil de 9 cardinaux choisis par le Pape François pour le gouvernement de l’Eglise universelle ».

Hier, 12 janvier, le Cardinal Monsengwo a célébré une Messe en la Cathédrale Notre-Dame de Lingwala en suffrage des âmes des victimes de la répression de la marche du 31 décembre dernier organisée par le Comité Laïc de Coordination (CLC), afin de demander le respect des Accords de la Saint Sylvestre du 31 décembre 2016, outre celle des victimes des inondations des semaines passées (voir Fides 11/01/2018).
A la Messe, ont participé différents membres du corps diplomatique accrédité à Kinshasa, dont le Nonce apostolique, S.Exc. Mgr Luis Mariano Montemayor, l’Ambassadeur de France et le représentant de l’Union européenne, ainsi que les principaux responsables de l’opposition.

La police a lancé des grenades lacrymogènes contre les fidèles rassemblés hors de la Cathédrale. Les Evêques ont invité pour leur part le « peuple congolais de ne pas se laisser influencer par cette campagne dont les auteurs ignorent superbement sa souffrance. Nous l’invitons à demeurer débout et vigilant, à prendre son destin en mains et à barrer pacifiquement la route à toute tentative de confiscation ou de prise de pouvoir par des voies non démocratiques et anticonstitutionnelles ».
La RDC se débat dans une crise politique et institutionnelle depuis décembre 2016, lorsque est arrivé à échéance le second et dernier mandat du Président Joseph Kabila. Les élections présidentielles, prévues d’ici la fin de cette année-là, n’ont pas été organisées par la Commission électorale indépendante sous couvert de problèmes financiers et d’organisation et suite à l’absence de recensement des électeurs. Grâce à la médiation des Evêques, les parties étaient parvenues à l’Accord de la Saint Sylvestre devant porter aux urnes les électeurs d’ici la fin de l’année 2017. Cependant, cela n’a pas été le cas. Joseph Kabila demeure en fonction alors que les élections ont été fixées pour le 23 décembre 2018, alors même que nombre de personnes commencent à douter que cette échéance sera réellement respectée. C’est pourquoi se multiplient actuellement les manifestations visant à demander le respect des engagements pris et l’éloignement du Président Kabila.

 

Source Agence Fides