A la une #Tribunes et entretiens

Notre quinzaine : Il faut cultiver l’esprit de sacrifice et l’honneur de servir – Philippe Maxence

Au lendemain du 11 novembre…

Comme au temps de l’Union sacrée, les églises de France ont donc sonné, le dimanche 11 novembre dernier, pour commémorer le centenaire de l’Armistice de 1918. Par un clin d’œil de la Providence, le ­cessez-le-feu avait eu lieu le jour de la fête de saint Martin, le grand apôtre des Gaules, confirmant en quelque sorte ce qu’Henri Pourrat écrira en 1951 dans son avant-propos à son livre Saints de France : « L’Histoire de France aurait pu faire l’économie de beaucoup de généraux, de rois, et de ministres : elle n’aurait pas pu se passer de ses saints. » (1)

Pourquoi revenir sur ce centenaire, alors que l’actualité nous a déjà entraînés ailleurs ? Tout simplement pour nous interroger sur son sens exact. Qu’avons-nous, en effet, célébré ce 11 novembre 2018 ? La victoire de la France sur l’Allemagne ? L’Histoire, toujours aussi tragique et peu encline aux sentiments, a déjà répondu en débobinant ses effets : Seconde Guerre mondiale, extension des totalitarismes, bombe atomique, etc. La paix ? Elle n’est jamais totalement acquise et demande constamment des sacrifices. La résurrection de la France ? L’état actuel de notre pays, soumis à un délabrement moral généralisé et confronté à une forte poussée migratoire, oblige malheureusement à se demander si nos grands-pères et nos arrière-grands-pères ne sont pas morts pour rien.

 

Un sacrifice vain ?

Passé le moment de l’émotion, la question mérite d’être posée. Car, au fond, la commémoration de l’Armistice de 1918 n’a de sens que si nous nous souvenons du sacrifice des soldats et des vertus qu’ils durent mettre en œuvre pour obtenir la victoire. Évoquant le soldat de la Grande Guerre, Michel De Jaeghere décrivait son courage, « mot tout simple, venu du fond des âges » et remarquait très justement que « son héroïsme nous éblouit parce que nous craignons d’en être devenus incapables ». (2) Oui, ce que nous admirons dans le soldat de la Grande Guerre se situe bien dans la mise en application quotidienne de ces vertus résumées par l’esprit de sacrifice et l’honneur de servir.

Seulement, ces vertus ne naquirent pas au front, comme par enchantement. Fruit d’une civilisation, elles furent patiemment et quotidiennement exercées au sein d’une société qui les conservait comme fondements. Pour être efficaces au moment des grands évènements, les vertus du dépassement de soi, du sacrifice, du sens du bien commun ont plus que d’autres besoin d’être cultivées.

 

D’un anniversaire l’autre

 

Lire la suite

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

« Le diocèse de Gap (05) dans la Grande Guerre » s’expose à la cathédrale jusqu’au 30 novembre 2018

À l’occasion du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre le 11 novembre 1918, une exposition est présentée au public à la cathédrale. Elle évoque la manière dont l’Église catholique dans les Hautes-Alpes a vécu le premier conflit mondial. Elle est intitulée Le diocèse de Gap dans la Grande Guerre.

Photographies, objets (dont la croix pectorale de Mgr Gabriel de Llobet (1915-1925) prêtée par l’archidiocèse d’Avignon), bannière de la Ligue patriotique des Françaises, chasuble, sont présentés au public, certains pour la première fois. Ils sont tous témoins de la guerre ou de l’immédiat après-guerre et de l’histoire riche des Haut-Alpins.

Cette exposition sera visible durant tout le mois de novembre à la cathédrale de Gap. Elle sera également présentée dans d’autres paroisses du diocèse dans les semaines suivantes.

Visite de groupes possibles sur réservation : 06 33 60 88 14 et archives@diocesedegap.com

Pour découvrir le catalogue numérique.

Brèves

14/18 -Laïcité, syncrétisme et interreligieux, le députe de La Roche sur Yon entre inculture et idéologie

Philippe Latombe, député de La Roche nord, a refusé de se rendre à une prière oecuménique en ce jour anniversaire de l’Armistice, car le curé a refusé d’y inviter, comme le député l’avait demandé, des représentants juifs et musulmans. Dans un courrier adressé au parlementaire, l’abbé Dominique Lubot et le pasteur Jacques Hostetter ont expliqué :

« Nous craignons que vous n’ayez pas saisi le sens de notre proposition de prière œcuménique. Il s’agit d’une prière chrétienne dont l’initiative revient aux Églises chrétiennes depuis de nombreuses années […] C’est bien vers Dieu révélé en Jésus Christ, mort et ressuscité pour nous sauver, que nous nous tournons. Nos frères juifs et musulmans n’ont pas la même conception de Dieu. »

« Nous n’avons jamais organisé de prière interreligieuse car le respect des différentes conceptions religieuses nous impose de ne pas tomber dans le syncrétisme. Nous sommes certains que dans un souci de respect de la laïcité vous respecterez notre choix. »

Le député a répondu :

« Je m’y attendais. Je suis tout de même étonné par la phrase sur la laïcité. Visiblement nous n’avons pas la même conception. »

« Je suis droit dans mes bottes. Je n’ai pas ma place, en tant que député, dans cette cérémonie. On ne célèbre pas le centenaire de la Grande Guerre qu’avec deux religions. »

Source

Tant que la notion de laïcité ne sera pas expliquée en vérité à la république idéologique, ces situations fondées sur l’inculture se multiplieront, sous couvert de beaux discours et de légitimité laïque.

 

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Une exposition évoque le diocèse de Rennes (35) dans la Grande Guerre – jusqu’au 30 novembre 2018

Durant le mois de novembre 2018 est visible à la Maison diocésaine de Rennes une exposition proposée par le Service des Archives historiques : « Lumière de mémoire : le diocèse de Rennes et la Grande Guerre ».

Elle présente des textes, des photos d’époque et des reproductions des documents qui retracent la vie du diocèse pendant la Grande Guerre. Trois thèmes sont successivement abordés : le clergé à la guerre, la vie du diocèse pendant le conflit, et la mémoire. Déjà exposée lors de l’ouverture du centenaire, en 2014, cette exposition a circulé dans le département et la revoilà sur Rennes.

Les vitraux patriotiques sont de formidables vecteurs de mémoire. Ils permettent de se souvenir des morts des conflits, de témoigner de la vie à l’arrière ou de célébrer une victoire. La Grande Guerre ne fait pas exception. En effet, bon nombre de nos églises conservent dans leurs murs ces témoignages de verre. Certains sont simplement porteurs des noms des disparus, d’autres utilisent de savantes allégories pour faire passer leurs messages.

En pratique :

29 octobre au 30 novembre 2018

Maison diocésaine, 45 rue de Brest à Rennes. Entrée libre.

  • 8h30-12h30 puis 13h30-19h15 en semaine
  • 8h30-12h puis 13h30-18h le samedi

A la une #Doctrine / Formation

1914-1918 : l’Eglise dans la Grande Guerre

Comment l’Église catholique, dans sa hiérarchie, comme dans ses fidèles a-t-elle réagi face à cette guerre meurtrière qui fait rage entre chrétiens, qu’ils soient allemands, protestants, catholiques, français, belges ou italiens ?

Josette Chaline, spécialiste de l’histoire religieuse, nous donne quelques éclairages.

Voir l’entretien mené avec Jacques Calu

l’Eglise et la Grande Guerre from Jacques CALU on Vimeo

À l’approche du Centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, nous nous sommes adressés à Mme Nadine-Josette Chaline, professeur émérite d’Histoire contemporaine à l’université d’Amiens, spécialiste de la Grande Guerre à laquelle elle a consacré de nombreux travaux (livres et articles), mais aussi à Rouen, dans la cadre de la Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre, plusieurs conférences et colloques, pour essayer de comprendre les derniers mois de la guerre.

Lire la suite sur Cyrano.net

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Le diocèse de Meaux (77) prie pour la paix le 8 décembre 2018

Dans le cadre des commémorations du centenaire de l’armistice, le diocèse de Meaux se rassemble pour faire mémoire du passé au cours d’une messe en l’honneur de la Vierge Marie le 8 décembre.

Mgr Jean-Yves Nahmias, fidèle au vœu fait à la Vierge Marie par Mgr Marbeau (évêque du diocèse de l’époque) pour demander la protection de la ville de Meaux, appelle ainsi, chaque 8 décembre, à l’occasion de la Fête de l’Immaculée-Conception (solennité de la Vierge Marie), les élèves des établissements catholiques à prier pour la paix dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux.

Samedi 8 décembre prochain, son excellence Mgr Michel Aupetit, Archevêque de Paris, présidera la célébration à laquelle toutes les familles et les jeunes sont invités.
Cette année le thème choisi est : « Les Familles acteurs de paix ».

Cette journée particulière à l’Église catholique en Seine-et-Marne permet de s’arrêter sur les enjeux de la paix aujourd’hui, sur les lieux où nous devons commencer à faire régner la paix et surtout le devoir de mémoire qui nous responsabilise pour l’avenir.
Cette année, Mgr Jean-Yves Nahmias invite particulièrement les familles à cette journée de prière à Marie, pour qu’elles puissent prendre le temps de réfléchir comment être des acteurs de paix chaque jour.

Programme :

- 10h : Messe de la Fête de l’Immaculée-Conception, présidée par son Excellence Mgr Michel AUPETIT, Archevêque de Paris, en la cathédrale Saint-Etienne de Meaux,
- 12h : Inauguration d’un mémorial de la paix en l’honneur de Mgr Marbeau, dans l’allée de l’église Saint-Nicolas (square Marbeau),
- 13h : Pique-nique tiré du sac avec boissons chaudes offertes au Lycée Bossuet à Meaux,
- 13h45 à 16h30 : Au lycée Bossuet, conférences sur « Mgr Marbeau », « le miracle de la Marne », spectacle « Jeunes dans la Grande Guerre », préparé par des jeunes et professeurs de l’enseignement catholique meldois.

Les années passées


8 décembre 2014 : Le cardinal André Vingt-Trois présidait la messe sur le thème de la foi et la guerre.
8 décembre 2015 : Mgr Renauld de Dinechin, évêque de Soissons, avait concélébré la messe. Cette année-là, le diocèse avait mis en avant les femmes dans la Grande Guerre.
8 décembre 2016 : Mgr Luc Ravel, évêque du diocèse aux Armées, présidait la messe. L’accent avait été mis sur les aumôniers militaires, prêtres et religieux dans la Grande Guerre.
8 décembre 2017 : Mgr Éric Aumonier, évêque de Versailles présidait la messe. Les Jeunes dans la Grande Guerre étaient mis à l’honneur

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Le ciboire martyr de Gerbéviller exposé du 11 au 30 novembre 2018 à Nancy (54)

À l’occasion de la commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale, la cathédrale de Nancy expose le ciboire martyr de Gerbéviller.

Cet objet a témoigné et témoigne encore des combats d’août 1914 qui détruisirent entièrement la commune de Gerbéviller.

Le 24 août 1914, alors que la ville est pilonnée par des tirs d’artillerie, cinq religieuses de la congrégation de Saint-Charles, sous la direction de leur supérieure Sœur Julie, s’illustrent en sauvant la vie de nombreux blessés. Quelques jours plus tard, dans l’église Saint-Pierre dévastée, elles retrouvent le ciboire, qui a miraculeusement échappé à l’ennemi, après que le socle a été touché par une vingtaine de balles.
Sœur Julie tient tête aux occupants après la retraite des défenseurs français et obtient que l’hospice ne soit pas brûlé, permettant ainsi de sauver de nombreux blessés des deux camps.
Le ciboire a été envoyé à Paris en 1916 pour être exposé au Palais des Beaux-Arts de la Ville de Paris à l’occasion de l’Exposition d’œuvres mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi.
Symbole du courage des religieuses et témoin de l’intensité des combats, le ciboire fusillé est considéré aujourd’hui comme un objet martyr.

Le ciboire sera exposé en la cathédrale de Nancy du 11 au 30 novembre.
On pourra aussi relire cette page tragique de l’histoire du Lunévillois relatée en la chapelle des évêques (troisième chapelle latérale sur la gauche).

Rappel
Plénum des cloches, dimanche 11 novembre 2018, à 11h durant 11 minutes maximum, pour marquer joyeusement le centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918.

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messes pour le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale les 8 et 11 novembre 2018 à Paris

L’église célèbre le centenaire de l’armistice

Programme complet

Jeudi 8 novembre

18h30 à l’Arc de triomphe, ravivage de la flamme, en hommage à tous les prêtres, religieux et religieuses engagés dans la Grande guerre.

19h30 à Saint-Honoré d’Eylau, messe présidée par Mgr de Romanet, évêque aux Armées françaises.

Dimanche 11 novembre

7h à la chapelle de l’École militaire, messe télévisée (Le Jour du Seigneur) présidée par Mgr de Romanet, évêque aux Armées françaises.

15h à Notre-Dame de Paris, célébration de commémoration à l’initiative de la Royal British Legion, avec le concours de l’ambassadeur de Grande-Bretagne avec les pays du Commonwealth.

18h30 à Notre-Dame de Paris, messe internationale présidée par Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris.

 

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Exposition : le diocèse de Séez et la Grande Guerre – jusqu’au 14 décembre 2018 à Sées (61)

A l’occasion du centenaire de l’armistice commémoré en cette année 2018, Mgr Habert, le service diocésain des archives historique et le service de la Bibliothèque diocésaine vous invitent à une exposition sur la vie du diocèse durant le premier conflit mondial : l’implication de ses prêtres, l’accueil des blessés et réfugiés, la vie paroissiale, les dévotions spécifiques, l’organisation du souvenir…

Du 15 octobre au 14 décembre  aux heures d’ouverture (9h-12h et 14h-17h) de la Maison diocésaine (29 rue Conté, Sées), dans le hall d’accueil.

Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

“Paix des hommes, paix de Dieu”, une exposition internationale d’Art Sacré Actuel, du 5 au 11 novembre 2018 à Reims (51)

En novembre 2016, 22 artistes peintres, sculpteurs ou photographes passionnés par leur art, originaires de Reims, de France et du reste du monde, avaient investi l’église Sainte-Geneviève de Reims à l’occasion de la première exposition internationale d’Art Sacré actuel, sur le thème de la “MISÉRICORDE”. Cette exposition était née de l’initiative de Michel Jeanroy, prêtre à Reims et d’artistes en recherche de lieux d’exposition tournés vers l’art sacré à Reims.

Après le succès de cette première édition, l’association des “Amis de Sainte Geneviève” organise sa 2ème exposition, sur le thème :

« La Paix des hommes, la Paix de Dieu : 1918/2018 »

L’exposition est organisée sur deux sites :

du vendredi 9 au dimanche 11 novembre 2018

à l’église Sainte Geneviève, 10 rue Cazin à Reims

du lundi 5 au dimanche 11 novembre 2018

dans le jardin de la chapelle Notre Dame de la Paix – 33 rue du Champ de Mars à Reims

 

Cet événement entre dans le cadre de la clôture des commémorations de la Grande Guerre. Il est labellisé par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.

L’exposition réunira 20 artistes venant de Reims, de la France mais aussi originaires de Hong Kong, d’Australie, du Congo …, la plupart ayant spécialement créé une œuvre sur le thème. Deux artistes seront à l’honneur : Frédéric Voisin, installé à Reims depuis 2000, connu pour ses gravures, et Gérard Rondeau, photographe marnais décédé en 2016, ayant exposé dans le monde entier.

PROGRAMME :

Lundi 5 novembre à 18 h 00 : lancement des expositions à La Chapelle Foujita. Inauguration des sculptures dans le jardin, concert sur un instrument de musique unique conçu par l’artiste Gilbert Schlewer « le campanile de la Paix ».

Vendredi 9 novembre de 18 h 00 à 20 h 00 : Vernissage de l’exposition à l’église Sainte Geneviève en présence de l’Archevêque de Reims.

Samedi 10 novembre de 10 h 00 à 22 h 00 : Présence des artistes à l’église Sainte Geneviève.
Samedi 10 novembre à 20 h 00 : Slam session sur le thème de la paix, animée par le collectif « Tam Tam des Âmes ».

Dimanche 11 novembre  de 10 h 00 à 17 h 30 : Présentation des œuvres par les artistes.

Le jardin de la chapelle Notre Dame de la Paix sera ouvert du 5 au 11 novembre de 14 h 00 à 17 h 00. Une permanence sera assurée par les artistes exposants. Visite de la chapelle Foujita sur inscription à 14 h 00 (payant – organisée par le Musée des Beaux-Arts), sauf le mardi 6 novembre. Visites de l’église Sainte Geneviève le samedi et dimanche à 16 h 00 sur inscription.

 

L’association des “Amis de Sainte-Geneviève” a pour objet de faire connaitre l’église Sainte Geneviève à Reims en y organisant des événements culturels, et de rechercher des fonds pour réaliser les travaux nécessaires à son entretien.

« LA PAIX DES HOMMES, LA PAIX DE DIEU »

 

Ce thème a été choisi pour  accompagner la clôture de la commémoration du centenaire de la guerre de 1914/1918, en proposant un parcours qui sort du « tourisme de mémoire » et de la commémoration de la guerre, résolument tourné vers la paix. L’exposition ASAR 2018 affiche un message de paix dans une approche d’art sacré actuel.

 

Télécharger le dossier de presse :

Dossier-de-presse-ASAR-2018