Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #65 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – « Comment peut-on arriver, quand on a la foi, à mieux gérer la perte d’un être cher ? »

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

Comment peut-on arriver, quand on a la foi, à mieux gérer la perte d’un être cher ?

Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Journée grands parents « Comment transmettre la foi ? » – 18 juin 2019 au Mans (72)

Jésus compte sur vous !

Mardi 18 juin 2019
10h-16h30
Maison saint Julien (26 Rue Albert Maignan, 72000 Le Mans)

Au programme :

Temps de partage – Messe – pique-nique partagé enseignement et réflexion – temps de prière ateliers – convivialité

Nous prévoyons les assiettes, les verres et les couverts ainsi que l’apéritif et le café
Pour faciliter l’organisation, merci de vous inscrire par mail, par téléphone

INSCRIPTIONS : catechese72@sarthecatholique.fr / 02.43.54.50.13

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Pèlerinage pour les vocations le 1er mai 2019 à Saint Laurent-sur-Sèvre (85)

C’est une première édition ! Un pèlerinage interdiocésain pour les vocations dans l’Eglise se déroulera le mercredi 1er mai, à Saint-Laurent-sur-Sèvre. Une journée festive, avec marche, temps de partage, prière et enseignements, à laquelle tous les fidèles Vendéens sont conviés !

Programme

Matin : pèlerinage en diocèse

Le départ pour le diocèse de Luçon est à 9h45 devant l’église de Treize-Vents. C’est le parcours le plus adapté pour les poussettes, fauteuil roulant.

Pour les personnes qui ne marchent pas, rendez-vous à 10h15 chez les Frères de Saint Gabriel (à droite du lycée Saint Gab’), pour un temps de prière, conférence…

Après-midi : tous les diocèses ensemble

13h30 – 15h45
• Pour les enfants, jeunes : programmes spécifiques.
• Pour les adultes : ateliers, adorations, visite des lieux Montfortains, conférence de Mgr le Saux, évêque du Mans
16h00
• Célébration eucharistique dans la basilique

L’inscription se fait en ligne, elle est gratuite et recommandée.

Infos pour les 5 diocèses

Présentation

“Qu’on me fasse un chemin nouveau pour aller à Jésus-Christ ». Cette phrase de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort sert de thème à ce pèlerinage du 1er mai. Une belle initiative, soutenue par les évêques et préparée conjointement par les services des vocations et de la pastorale familiale des cinq diocèses des Pays de la Loire (Luçon, Nantes, Angers, Laval et Le Mans). Les organisateurs se sont inspirés du pèlerinage interdiocésain qui se déroule chaque 1er mai à Ars, sur les pas de Saint Jean-Marie Vianney, saint patron des prêtres. Un pèlerinage accessible à tous, jeunes, étudiants, familles, grands-parents, ou paroissiens, pour prier ensemble dans un lieu empreint de la spiritualité de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, et de la bienheureuse Marie-Louise Trichet : Saint-Laurent-sur-Sèvre.

Avec cette journée, l’objectif est triple pour les organisateurs : « D’abord, remercier les prêtres pour ce qu’ils sont, pour leur “oui” donné au Christ, en ces temps troublés pour eux et pour l’Eglise. Ensuite, prier le Seigneur, comme nous y invite l’Evangile, pour qu’Il envoie des ouvriers pour la moisson. Enfin, confier et prier pour qu’il y ait toujours plus de saints couples, qui seront le terreau pour faire éclore des vocations ».

Le programme est varié et adapté à tous les âges : le rendez-vous est donné à tous les Vendéens à 10 heures pour le début de la marche (accessible aux personnes à mobilité réduite et aux poussettes), avec une animation spirituelle tout au long du parcours. L’arrivée est prévue à midi à Saint Gab, avec un apéritif festif et musical. Après le pique-nique, à partir de 13 h 30, différents temps sont prévus : garderie pour les enfants jusqu’à 4 ans, activités adaptées à chaque tranche d’âge et pour les adultes, plusieurs carrefours sont proposés sur des thèmes liés à la famille. Pour tous, il est aussi possible de prendre un temps d’adoration ou de recevoir le sacrement de réconciliation. A 15 heures, Mgr Le Saux, évêque du Mans, donnera une conférence, avant la messe solennelle à la basilique à 16 heures.

 

 

Tous les bénévoles qui souhaitent aider pour l’organisation et l’accueil
sont invités à contacter Alix de Beaufort à l’adresse : alix.debeaufort@catho85.org.

 

Les informations et les inscriptions seront bien mises en ligne.

 

Il est aussi possible de rejoindre le pèlerinage en cours de journée.

NLQ #Sorties/Animations

“Nous, nos petits-enfants … et Dieu dans tout ça ?” Journée des grands-parents à Besançon (25) le 11 octobre 2018

Le service diocésain de la pastorale des familles et le service de la catéchèse et du catéchuménat organisent la « journée de grands-parents » pour se rencontrer et échanger sur son rôle de grand-parent chrétien et sur la façon de partager sa foi avec ses petits-enfants.

La journée se déroulera au Centre diocésain, 20 rue Mégevand à Besançon, de 9 h à 16 h 30.

Le repas sera pris sur place.

Le prix de la journée est de 15 € par personne, 25 € pour un couple.

Si vous êtes intéressé, retenez dès à présent cette date.

Les inscriptions sont ouvertes !

Flyer ici

Lieu : Centre diocésain – 20 rue Mégevand – Besançon

NLQ #Sorties/Animations

8 décembre 2017 : Journée des grands-parents à Nantes (44)

Les grands-parents chrétiens : « Nos paroles en écho à la parole »

Journée des grands-parentsLa Journée des Grands-Parents 2 est annoncée ! Après le succès de la 1ère proposition du 3 février dernier (plus de 170 personnes), nous  lançons aujourd’hui une nouvelle invitation pour permettre à ceux qui n’ont pas pu venir à la première journée de se joindre à ceux qui souhaitent poursuivre la réflexion.

Cette nouvelle journée d’échanges et d’ateliers organisée par les services de Pastorale Catéchétique et de la Pastorale des Familles du diocèse aura lieu le vendredi 8 décembre 2017, de 9h15 à 16h30, Maison diocésaine Saint-Clair à Nantes.

Ces journées ont été pensées pour rejoindre les familles, plus particulièrement les grands parents chrétiens qui ont le souhait d’éveiller à la foi leurs petits-enfants et se posent des questions.

Le thème de cette 2ème invitation est : « Nos paroles en écho à la Parole », nous présenterons plusieurs pédagogies autour de la proposition de textes bibliques aux enfants.

Le matin nous entendrons des témoignages de grands-parents ayant été questionnés par leurs petits-enfants, dans des situations particulières, sur différents sujets :

  • Comment y répondre ?
  • Comment moi-même aurais-je réagi ?
  • Que mettre en place ?
  • De quelles ressources je dispose ?

Nous y réfléchirons ensemble lors de carrefours en groupes suivis d’échanges. L’après-midi sera consacrée à des expériences diverses de pédagogies autour de la Parole de Dieu :

  • Atelier « conte biblique » avec une conteuse
  • Démarche catéchétique dans l’oratoire de la Maison St Clair par le père Gérard Naslin
  • Atelier « prière gestuée »
  • Atelier « lecture d’une œuvre, comment parler de l’art et du sacré avec les enfants » ?
  • Atelier « Danse méditative »

Nous clôturerons cette journée par une célébration de la Parole, avec le père Gérard Naslin.

Les inscriptions sont ouvertes auprès du service de catéchèse !

L’équipe du Service de Pastorale Catéchétique
La Pastorale des Familles

En savoir +

Télécharger (PDF, 1.55MB)

NLQ #Sorties/Animations

Fête des grands-parents et associés avec le MCR le 1er octobre

Le Mouvement Chrétien des Retraités (MCR) du Béarn, du Pays basque et des Landes propose une journée festive et fraternelle ouverte à tous les grands-parents et leurs familles, dimanche 1er octobre 2017 à Aïcirits (Saint-Palais), pour témoigner de la foi chrétienne des retraités et ce durant la semaine bleue qui se tient cette année du 1er au 7 octobre, et en référence au thème d’année du MCR : témoigner de l’Espérance.

Conférences/Formations #NLQ

“La transmission de la Foi au travers des générations” : conférence du père Bernard Theraud à Quimper

Les AFC de Cornouaille vous invitent à une conférence du Père Bernard Theraud, co-fondateur de l’association Anne et Joachim : La transmission de la Foi au travers des générations.
Dimanche 10 septembre 2017 à 15h00 en la cathédrale de Quimper (Chapelle Neuve)
Les enfants sont pris en charge pendant le temps de l’intervention. Un goûter leur sera proposé pour clôturer cet après-midi.
Entrée libre.

Contact :contact@afcdecornouaille.org – www.afcdecornouaille.org

« Anne et Joachim » est un mouvement de grands-parents de tous âges qui se retrouvent pour se dire la joie d’être grands-parents, évoquer les difficultés et leurs satisfactions dans leur mission de grands-parents chrétiens, se ressourcer lors de récollections et d’enseignements, prier ensemble.

En France #NLH #NLQ

“Les parents de la Vierge Marie ont eu un rôle important dans l’histoire du Salut” : retrouvez l’homélie de Mgr Dognin à l’occasion de Pardon de sainte Anne

Alors que les acteurs du son et lumière retraçant l’histoire de sainte Anne et d’Auray peaufinent leur spectacle, nous relayons l’homélie que Mgr Dognin a donnée à l’occasion du grand Pardon de Sainte Anne d’Auray le 26 juillet dernier.

Chers Amis,

Nous n’avons aucun doute sur le fait que les parents de la Vierge Marie, Sainte Anne et Saint Joachim, ont eu un rôle important dans l’histoire du Salut puisque, par l’éducation qu’ils ont donnée à leur fille, ils l’ont préparée à répondre à sa vocation de devenir la Mère du Sauveur. Ils ont bien accompli la mission d’éducateurs que le Seigneur leur avait confiée.

A partir des textes de la Liturgie que nous venons d’entendre, j’aimerais méditer avec vous sur l’importance de l’éducation que nous pouvons donner aux enfants d’aujourd’hui comme contribution essentielle au dessein de Salut que Jésus est venu apporter au monde et qu’il continue de réaliser par son Esprit.

Quand nous parlons de la transmission de la foi, de quoi parlons-nous ? Dans la première lecture du livre de Ben Sirac le Sage, l’auteur évoque « les gens dont le souvenir s’est perdu », c’est à dire qu’ils n’ont rien transmis de marquant à leur descendance. Leur vie apparaît comme stérile. En revanche, il évoque ce qui est mémorable dans la vie de ceux dont le souvenir ne s’est pas perdu et qui a porté du fruit auprès de leurs enfants. Et il cite trois choses : la miséricorde et les œuvres de justice, la persévérance dans les lois de l’Alliance et la sagesse.

Dans la miséricorde et les œuvres de justice, nous pouvons comprendre l’engagement auprès des plus pauvres, les œuvres sociales. Autrement dit, une charité active.

La persévérance dans les lois de l’Alliance, c’est la fidélité à lire la Parole de Dieu, à la méditer, à la mettre au plus profond de son cœur, à la faire connaître, à l’enseigner, mais aussi à la mettre en œuvre dans sa vie. Ce qui est magnifiquement représenté par la statue de Sainte Anne montrant et expliquant les Saintes Écritures à sa fille.

Enfin la sagesse. « Les peuples raconteront leur sagesse… ». Mais de quelle sagesse s’agit-il ? Comme le dit Saint Paul : « …c’est bien de sagesse que nous parlons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dirigent ce monde et qui vont à leur destruction. Au contraire, ce dont nous parlons, c’est de la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, établie par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire » (1 Co 2, 6-7). La Sagesse du croyant, c’est de se laisser conduire par l’Esprit de Dieu dont Saint Paul dit que les fruits sont : « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. » (Ga 5, 22-23)

Nous voyons bien que ce qui sera vraiment transmis aux générations futures, ce que nous pouvons leur laisser, ce n’est pas seulement un savoir, une morale, des valeurs, même si tout cela fait aussi partie de l’éducation, mais un témoignage authentique de vie et de foi.

La transmission de la foi est sans doute plus difficile aujourd’hui qu’il y a quelques décennies car le contexte a beaucoup changé. La Vérité avec un grand V, celle dont Jésus dit qu’il est, Lui, « le Chemin, la Vérité et la Vie », n’est plus acceptée d’emblée par les jeunes générations. Tout est remis en cause et chacun se forge sa vérité à partir de ce qu’il entend dans les média, ce qu’il trouve sur Internet, ce qui circule dans les réseaux sociaux. Pour beaucoup de gens il n’y a plus de vérité objective reconnue. Il y a, de fait, un décalage de plus en plus important entre les opinions multiples qui sont ainsi véhiculées et la parole du Magistère qui se fonde sur l’Évangile, notamment à propos des questions morales, éthiques. Ce n’est pas nouveau puisque Saint Paul avait déjà mis en garde les fidèles : « Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait ».(Rm 12, 2)

Beaucoup de parents sont bien à la peine pour transmettre leur foi à leurs enfants. Ils ont le sentiment de toujours aller à contre-courant ! J’entends des parents qui perdent courage en voyant que, malgré l’éducation chrétienne qu’ils ont donnée à leurs enfants, ces derniers ont abandonné la foi et ont choisi des modes de vie assez éloignés de l’Évangile. Nous ne devons pas nous décourager pour autant car l’Esprit de Dieu travaille dans le cœur de tous les hommes. Ce que le Seigneur attend de nous en revanche, et l’auteur du livre de Ben Sirac nous l’a rappelé, c’est un témoignage de vie et de foi qui traversera les siècles car c’est l’œuvre de Dieu qui s’accomplit en nous et par nous. C’est notre contribution à son dessein de salut. Soyons des croyants authentiques et faisons confiance au Seigneur. Cette difficulté à transmettre la foi aujourd’hui, n’est-elle pas aussi une grâce pour nous, car elle nous oblige à approfondir notre propre foi, à nous laisser vraiment conduire par l’Esprit. C’est la persécution qui a poussé les chrétiens au cours des siècles à être des témoins crédibles.

Comme Jésus nous le dit dans l’Évangile de ce jour : « A vous il est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux. Heureux vos yeux car ils voient, et vos oreilles car elles entendent ! ». Et ce mystère du Royaume, c’est que Jésus est venu pour nous sauver, c’est à dire nous libérer du mal et nous faire entrer dans la vie de Dieu pour toujours. Comme le rappelait le Pape dans La Joie de l’Évangile : « Sur la bouche du catéchiste revient toujours la première annonce : “Jésus Christ t’aime, il a donné sa vie pour te sauver, et maintenant il est vivant à tes côtés chaque jour pour t’éclairer, pour te fortifier, pour te libérer” » (Evangelii Gaudium 164).

Il me semble que, ces dernières années, nous n’avons pas suffisamment insisté dans notre prédication, notre catéchèse ou dans la transmission de la foi en famille, sur le fait que Jésus nous sauve, nous guérit. Montrer que le message Évangélique n’est pas seulement un beau témoignage que Jésus nous donne par son attitude vis-à-vis des pauvres, des malades, des exclus, ou même que ses paroles sont édifiantes pour notre cœur et notre intelligence. Comme on l’entend souvent : « Le message de l’Évangile, c’est de s’aimer les uns les autres ». Mais c’est beaucoup plus que cela ! Jésus a donné sa vie pour nous. Par sa mort et sa Résurrection, il nous ouvre le chemin de la Vie. Il agit aussi en nous si nous le voulons bien et cela change beaucoup de choses dans notre existence. Comme le rappelle le Pape François : « On ne peut persévérer dans une évangélisation fervente, si on n’est pas convaincu, en vertu de sa propre expérience, qu’avoir connu Jésus n’est pas la même chose que de ne pas le connaître…  » (Evangelii Gaudium 266)

Chaque année, nous lisons dans les lettres des catéchumènes adultes, des magnifiques témoignages de foi. Certains venant de milieux totalement athées, et n’ayant donc reçu aucune transmission de la foi de la part de leurs parents, mais qui ont rencontré Jésus de façon souvent étonnante parce qu’ils ont rencontré des témoins de la foi, et ils ont fait l’expérience que Jésus avait vraiment changé quelque chose dans leur vie. Ils se sont sentis libérés du mal et remplis de joie spirituelle. Leur vie de couple, leur vie de famille et même leurs relations professionnelles en ont été illuminées. Nous aussi, nous faisons cette expérience salutaire quand nous nous tournons avec foi vers Jésus.

La transmission de la foi passe par le témoignage du salut que Dieu accomplit en nous, dans notre vie de prière, notre méditation de la Parole de Dieu et par les sacrements qui accomplissent en nous ce qu’ils signifient. Par nos paroles et nos actes, faisons expérimenter à nos enfants que Jésus est vraiment le Sauveur des hommes et que cela change tout dans notre vie de mettre sa foi en Lui.

Comme le dit Jésus : « beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu ».

Sainte Anne, venez en aide à tous les parents, les éducateurs, les jeunes. Priez pour nous. Priez pour toutes les familles de notre Bretagne et d’ailleurs.

AMEN

Laurent DOGNIN

Évêque de Quimper et Léon

Source

 

A la une #NLH #NLQ #Rome

Sainte Anne – L’hommage du pape aux grands-parents

« Combien sont importants les grands-parents dans la vie de la famille, pour communiquer le patrimoine d’humanité et de foi essentiel pour toute société ! » Avec ce tweet publié en neuf langues sur son compte @pontifex, le Pape François rappelle au monde entier le rôle central des plus anciens, gardiens et rempart de notre société aussi liquide qu’incertaine. Aujourd’hui, l’occasion de ce rappel est la mémoire liturgique des saints Anne et Joachim, parents de Marie et grands-parents de Jésus. Mais pour François, les “abuelos”, comme il le dit dans sa langue natale, sont une pensée constante.

En rencontrant 7000 adhérents d’une organisation italienne en Salle Paul VI le 15 octobre 2015, dans le cadre de la Fête des grands-parents, le Pape avait rappelé que « l’Église regarde les personnes âgées avec affection, reconnaissance et une grande estime. Vous êtes une présence importante parce que votre expérience constitue un trésor précieux, indispensable pour regarder le futur avec espérance et responsabilité. Votre maturité et sagesse, accumulée au fil des ans, peuvent aider les plus jeunes. Les anciens, en effet, témoignent que, même dans les épreuves les plus difficiles, il ne faut jamais perdre la confiance en Dieu et en un futur meilleur. Ils sont comme des arbres qui continuent à porter du fruit : malgré le poids des années, ils peuvent donner leur contribution originale pour une société riche de valeurs et pour l’affirmation de la culture de la vie. »

 

Source Radio Vatican

Voir aussi : Le Saint-Siège alerte sur la vulnérabilité des personnes âgées

A la une #NLH #NLQ #Rome

Pape François – Méditation sur la vieillesse

Le Pape François a concélébré ce mardi 27 juin 2017 au matin une messe avec les cardinaux présents à Rome, à l’occasion du 25e anniversaire de son ordination épiscopale. C’est en effet le 27 juin 1992 que Jorge Mario Bergoglio avait été ordonné évêque auxiliaire de Buenos Aires par le cardinal Quarracino, qui avait demandé à Jean-Paul II de nommer ce jésuite pour l’assister dans son ministère d’archevêque de la capitale argentine. Il lui succèdera après sa mort, en 1998.

Ce matin donc, lors d’une messe en la chapelle Pauline, là même où il avait célébré ses 80 ans le 17 décembre dernier, le Pape a délivré une méditation sur la vieillesse, montrant que l’appel du Seigneur doit être entendu jusqu’au bout, et qu’il faut se mettre en chemin même quand les forces physiques déclinent.

« Va t’en. Quitte ta terre. Lève-toi ! Regarde ! Espère ! » C’est sur ces interpellations lancées par Dieu à Abram, dans la première lecture de ce jour, tirée du Livre de la Genèse, que le Pape a déroulé son homélie, devant la cinquantaine de cardinaux réunis pour l’occasion.

« Lève-toi, chemine, ne reste pas immobile. Tu as un devoir, tu as une mission, et tu dois l’accomplir en chemin. Il ne faut pas rester assis : lève-toi, debout ! » Le Pape a rappelé que malgré son âge avancé, Abram n’avait pas de maison, mais une simple tente. Cependant, il avait construit un autel, « pour adorer Celui qui lui avait demandé de se lever, d’être en chemin ». Abram avait « plus ou moins notre âge, il s’apprêtait à prendre sa retraite, pour se reposer », mais il s’est levé, « comme un jeune homme »« comme s’il était un scout » a précisé le Pape avec humour. Alors aujourd’hui aussi le Seigneur nous dit que « notre histoire est ouverte »« jusqu’à la fin, avec une mission ».

Invitation au rêve

Face à ceux qui critiquent « la gérontocratie de l’Église », le Pape a invité les cardinaux à répondre en devenant « des grands-parents » qui peuvent donner aux jeunes un sens à la vie, avec une expérience qui ne doit pas amener à s’enfermer dans la mélancolie, mais au contraire à s’ouvrir, à « rêver », comme Anne et Syméon qui dans leur vieillesse, au Temple de Jérusalem, avaient su identifier Jésus comme le Sauveur, et avaient transmis leur joie à Joseph, à Marie et aux autres témoins. Aujourd’hui aussi, les jeunes ont besoin de « nos rêves » a insisté le Pape François.

Au terme de la célébration, le Pape a repris la parole, en déclarant aux cardinaux : « Je vous remercie pour cette prière commune en cet anniversaire, en demandant le pardon pour mes péchés, et la persévérance dans la foi, dans l’espérance, dans la charité. Je vous remercie beaucoup pour cette compagnie fraternelle et je demande au Seigneur qu’il vous bénisse et vous accompagne sur la route du service de l’Église. »

 

Source Radio Vatican