Annonces #NLQ #Récollections/Retraites

(Jeunes Femmes) Vivre une retraite au rythme de la vie monastique à l’abbaye Sainte Cécile de Solesmes (72) : 12 au 16 août 2019

Contact : Soeur Cécile
02.43.95.45.02
stececile.solesmes@free.fr

Articles #En France #NLH #NLQ

Découverte de l’abbaye Saint-Michel de Kergonan (56)

Aujourd’hui, direction Plouharmel, dans le Morbihan ! Nous rencontrons les soeurs de l’abbaye Saint-Michel de Kergonan (à ne pas confondre avec l’abbaye voisine de Sainte-Anne de Kergonan, et qui regroupe des moines). Située à 800 mètres de la mer, l’abbaye bénédictine fondée en 1898 regroupe de nos jours 25 soeurs. Nous vous proposons de découvrir leur agriculture 100 % biologique, grâce à laquelle elles réalisent de délicieuses confitures !

Des chants grégoriens et du travail manuel

Les soeurs bénédictines de Kergonan sont célèbres pour leurs chants grégoriens. Ce n’est pas un hasard, puisque l’abbaye a été fondée par l’abbaye de Solesmes, dans la Sarthe, spécialiste du chant grégorien.

Les soeurs de l’abbaye de Kergonan prient 8 offices par jour (7 le jour, 1 la nuit), entièrement chantés en latin. Elles suivent en effet la règle de saint Benoît (VIe siècle), le fondateur du monachisme occidental actuel, et qui enjoint les religieuses à partager leur journée entre temps de prière et de travail.

Pour assurer leur subsistance, les soeurs travaillent donc environ 4 heures par jour. Les charges sont distribuées par la mère abbesse, et changent tous les 3 ans environ. Les soeurs effectuent évidemment leurs différentes tâches dans le silence, pour favoriser la méditation et la prière.

Un jardin cultivé biologiquement

Parmi les activités de l’abbaye, il y a tout d’abord l’entretien de leur grand jardin de 25 hectares. Grâce à leur verger et à leur potager, les soeurs sont devenues autonomes pour leur consommation personnelle.

Dans un souci de préserver la création, elles ont décidé de n’utiliser aucun pesticide pour leur domaine, mais seulement des engrais et des fertilisants biologiques. Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas les créer soi-même ?

Soeur Catherine, l’économe du monastère, a donc inventé avec l’aide d’un ingénieur agronome, le propre engrais bio de l’abbaye ! Dix-huit ans d’essais et d’élaborations ont été nécessaires. Les soeurs voulaient utiliser à leur avantage leur proximité avec la mer, pour exploiter les bienfaits des algues et des plantes de la région.

Elles élaborent donc un purin à base d’orties, d’algues, de lithothamne (une sorte d’algue rouge), et de prêle, qu’elles brassent et laissent macérer quelques jours, selon le climat et sa température. Leur création est tellement artisanale qu’elles ont créé leur tank de purin sur-mesure ! Pour cela, elles ont récupéré l’ancien tank à lait de leur ferme, et ont modifié la forme de son hélice pour que le brassage soit plus délicat et plus homogène.

Le jardin demande donc beaucoup d’entretien, et les soeurs disposent d’un jardinier pour les seconder, seul homme à pouvoir pénétrer dans l’enceinte de la clôture. Fortes de leur succès, les soeurs proposent aujourd’hui dans leur boutique une gamme de cinq engrais adaptés aux petits jardins !

Des confitures 100 % naturelles et « fait-maison »

Grâce aux fruits de leur jardin cultivés biologiquement, les soeurs élaborent aussi artisanalement des confitures «  100 % naturelles  ». Sans colorant ni conservateur, cela va de soi. C’est une seule soeur bénédictine de l’abbaye qui transforme les fruits et les légumes du domaine dans la cuisine de l’abbaye. Elle cuit les ingrédients en petite quantité afin de préserver leur goût naturel. Heureusement, les « anciennes  » du monastère lui donnent aussi un coup de main pour la mise en pot et l’étiquetage !

De tels produits naturels et « fait-maison », forcément cela forge une réputation locale ! Les soeurs confient fièrement que certains clients les mangent à la petite cuillère, et que d’autres viennent chaque année leur acheter des dizaines de pots !

Les best-sellers de l’abbaye sont notamment la confiture dorange, et celle de cassis. Les confitures de rhubarbe et de rhubarbe-poire ont aussi un certain succès Pour les amateurs de découverte et d’originalité, les bénédictines proposent aussi des confitures de potiron-orange et de courgette-citron !

Article écrit en collaboration avec Divine Box, le spécialiste des produits monastiques et des bières trappistes.

(source : Breizh-info)

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Journée grégorienne aux Hauts-Buttés (08) le 21 octobre 2018

Le Sanctuaire des Hauts-Buttés vous convie à sa journée grégorienne qui aura lieu le :

dimanche 21 octobre 2018 à partir de 10 h 30

à l’Église des Hauts-Buttés

 

10 h 30 : Messe en Grégorien animée par la chorale “Saint-Irénée” originaire de Bruxelles.

15 h 30 : Vêpres

ENTRÉE LIBRE – VENEZ NOMBREUX !

Sanctuaire saint Antoine des Hauts-Buttés

 

La Chorale Saint-Irénée a vu le jour en 1972. Son objectif est de faire vivre la liturgie à travers le chant grégorien. Elle chante régulièrement à l’église Saint Jacques-sur-Coudenberg à Bruxelles.

Qu’est-ce que le chant grégorien ?

“L’Église reconnaît dans le chant grégorien le chant propre de la liturgie romaine ; c’est donc lui qui, dans les actions liturgiques, toutes choses égales d’ailleurs, doit occuper la première place”. (Concile Vatican II, SC 116).

Son origine remonte aux premiers siècles de l’ère chrétienne. Les mélodies se développeront rapidement entre le Vème et le VIIème siècle, mais c’est au VIIIème siècle que le chant grégorien arrive à son apogée. Diverses traditions locales du chant liturgique étaient apparues en Europe (chant gallican, chant romain, chant hispanique, chant Ambroisien etc.), mais c’est au huitième siècle qu’apparaît le chant grégorien proprement dit qui résulte d’une “hybridation” entre le chant gallican (chant de Gaule) et le chant de Rome lorsque le roi Pépin le Bref décide d’introduire la liturgie romaine dans son royaume. Les textes romains ont été importés en Gaule, mais les musiques qui les accompagnaient ont été quelque peu transformées par les chants gallicans.

Le chant grégorien est par essence un chant pour la liturgie. Le répertoire se divise en deux grandes catégories : le chant de l’office et le chant de la messe. Dans les abbayes, l’office est célébré plusieurs fois par jour. Il comporte le chant des psaumes, des hymnes, des répons et des cantiques. C’est un répertoire très riche. À côté de cela, un autre répertoire a été développé pour l’eucharistie. Les chants de l’eucharistie comportent ce qu’on appelle l’ordinaire (Kyrie, Gloria, Sanctus et Agnus Dei) et le “propre” qui est différent chaque jour. Tous les textes du chant grégorien authentique sont issus de la Bible.

Source chorale-irenee.be

Conférences/Formations #NLQ

Formation au chant grégorien – 8 rencontres et 1ère rencontre le 29 septembre 2018 à Saint-Cloud (92)

Une formation au chant grégorien est proposée par le diocèse de Nanterre.

Animée par Claire Balanant, elle s’adresse à tous ceux qui veulent découvrir et mettre en œuvre la richesse de ce corpus musical.

Le cycle de 8 rencontres se déroule le samedi matin de 10h à 12h à l’église Saint-Joseph-Artisan de Saint-Cloud.

La première a lieu samedi 29 septembre 2018.

Renseignements et inscription en cliquant sur le lien ou 01 41 38 12 54

Plus d’infos : http://diocese92.fr/formation-au-ch…

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Stage de chant Grégorien du 21 au 28 juillet 2018 à La Chapelle-Montligeon (61)

Un stage organisé par la Schola saint Grégoire, 80 ans au service de la prière chantée de l’Eglise

 

Stage de chant Grégorien pour TOUS

Du 21 au 28 juillet 2018
La Chapelle-Montligeon (61)

 

Plus de renseignements au 02 43 28 08 76

Plus d’informations 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messe de rite saint Pie V le 19 août 2018 à Angoulême (16)

La messe sera célébrée dans la forme extraordinaire du rite Romain à Notre Dame d’Obezine (Angoulême), le 19 août 2018 à 10h.

Orgue et chants grégoriens
Chants traditionnels Français

A noter que ces dimanches là, le Sanctuaire Marial de Notre-Dame d’Obezine est ouvert à partir de 9h.
Confessions à partir de 9h.
Les Servants d’autel sont attendus à la crypte de Notre-Dame d’Obezine à partir de 9 h 30, accompagnés de leurs parents.
Répétition des chants à la crypte à partir de 9h15

Pour libéraliser la célébration de la messe traditionnelle, dite de St-Pie V, dont le rite liturgique était en vigueur avant la réforme liturgique de 1969, le SOUVERAIN PONTIFE BENOÎT XVI donnait le 7 juillet 2007, la Lettre apostolique en forme de Motu Proprio : Summorum Pontificum.

Un bref rappel historique est toutefois utile pour éviter d’oublier qu’au cours des siècles et jusqu’à nos jours la célébration de la messe a connu des réformes pour des raisons principalement culturelles.

En 1563, le concile de Trente confia au pape Pie V la révision du missel « grégorien » du nom du pape Grégoire Ier (590-604) rendu célèbre par la réforme de la liturgie. Elu pape en 590, Grégoire Ier fixera définitivement les textes de la Messe.
Cependant, plus près de nous dans le temps, à la suite du Concile Vatican II, et dans la ligne de la Constitution sur la Sainte Liturgie « Sacrosanctum concilium », un nouveau Missel Romain sera promulgué en 1969 par le Pape Paul VI. Ce Missel est l’expression ordinaire de la lex orandi de l’Église catholique de rite latin. Quant au Missel de saint Pie V réédité par Jean XXIII, il « doit être considéré comme expression extraordinaire de la même lex orandi de l’Église et être honoré en raison de son usage vénérable et antique. Ces deux expressions de la lex orandi de l’Église n’induisent aucune division de la lex credendi de l’Église ; ce sont en effet deux mises en œuvre de l’unique rite romain. » (Art. 1 Motu proprio)
L’expression, « lex orandi » « lex credendi » signifie en gros que l’on croit de la même manière que l’on prie.

La Messe selon la “ Forme extraordinaire du rite romain” a comme particularité, que la célébration liturgique soit « orientée ». « Il s’agit de se tourner ensemble vers l’abside qui symbolise l’Orient où trône la croix du Seigneur ressuscité. » (cf. Cal Robert Sarah) : il s’en suit que le prêtre rend présent le Sacrifice du Christ, « dos au peuple ». D’autre part, elle est codifiée : elle obéit à des « rubriques » précises. Enfin, la langue de la messe, dans la « Forme extraordinaire », est le Latin ; c’est la langue universelle de l’Eglise. Toutefois, on pourra employer la langue du peuple pour les lectures bibliques.

« Les lectures peuvent être proclamées en langue vernaculaire, en utilisant des éditions reconnues par le Siège apostolique. » (Art. 6 Motu proprio)
Cette présentation de la Messe « d’autrefois » est loin d’être exhaustive. Nous l’avons voulu ainsi. Surtout, retenons le numéro 24 de l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium du Pape François :

« L’Église évangélise et s’évangélise elle-même par la beauté de la liturgie, laquelle est aussi célébration de l’activité évangélisatrice et source d’une impulsion renouvelée à se donner. »

En savoir plus

Contact : Père Jean-Baptiste Texier

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Nuit des cathédrales 2018 le 12 mai à Metz (57)

La cathédrale de Metz participe à la Nuit des cathédrales 2018 !

Programme

19h30 : trompes de chasse « Débuché du Val de Metz » et déambulation historique et musicale dans la cathédrale

21h : « Misatango de M.Palmeri » par la Maîtrise de la cathédrale de Metz et orchestre

21h30 : sermon de Bossuet avec intermède musical

22h : orgue du triforium et chant grégorien

22h30 : conférence sur les stalles

23h : lectures avec improvisation musicale

23h30 : office des vigiles

 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Vendredi 4 mai : ouverture de l’édition 2018 du Festival international de Chant Grégorien de Watou (Belgique)

Le vendredi 4 mai prochain, l’édition 2018 du Festival International de Chant Grégorien de Watou débutera par une pré-ouverture, avec la participation de 4 ensembles, à Houtkerque en Flandre française à 3 km à peine de Watou.

L’église possède quelques très beaux retables et un orgue entièrement restauré. Didier Hennuyer, organiste titulaire de la cathédrale et de l’église Saint-François-de-Sales de Boulogne-sur-Mer, professeur d’orgue, viendra faire résonner ce magnifique instrument. C’est une belle façon de découvrir ainsi le petit village de Houtkerque. Après le concert, une rencontre est prévue dans la salle communale.

Ensuite, le Festival continue à Grimbergen, Poperinghe, Coxyde, Anvers, Bruxelles, Dunkerque, Wervik et Haringe pour déboucher pleinement à Watou dès le 10 mai.

Ces dix jours promettent d’être passionnants.

Comme vous le savez, le Festival est un événement qui se déroule tous les trois ans. Veillez donc à être bien présent en 2018.

Il est souhaitable de réserver ses places à l’avance.

Le concert du soir à l’église abbatiale de Grimbergen affiche déjà complet, 450 places ayant été réservées.

Signalons que pour le concert du 8 mai à la cathédrale de Bruxelles des places sont encore disponibles.

Le Festival offre une programmation particulièrement variée aussi bien pour les concerts que pour le déroulement de la liturgie.

Tant les compositions grégoriennes que les compositions qui ont été inspirées par le grégorien y seront programmées.

La psalmodie, chant de l’office monastique, occupe une place importante dans le  programme de Watou.

La psalmodie n’est pas la partie la plus facile du repertoire, mais bien la plus mystique.

Les laudes seront chantées quotidiennement à partir du jeudi 10 mai jusqu’au dimanche 13 mai.

Les vêpres seront aussi chantées à plusieurs reprises.

Le “Psalterium Project” sera  présenté en primeur pendant le Festival. Il s’agit de l’enregistrement par l’ensemble néerlandais ‘’ Hartkeriana”  des 150 psaumes,  réunis dans une boîte de 12 CDs.

À Watou, nous accueillerons le 10 mai, jour de l’Ascension, une délégation de 30 prêtres de Chine.

Le samedi 12 mai, Mgr Lode Aerts, évêque de Bruges, présidera la messe à 9h30. Elle sera chantée par non moins de 12 ensembles.

Il y aura tant de choses à vivre, mais comme dernier point, je voudrais attirer votre attention sur un événement unique, à savoir un drame liturgique du Moyen Âge, avec des dialogues chantés par 10 jeunes filles âgées de 12 à 18 ans, membres de l’ensemble vocal ‘’ Cantamare”  de La Haye. Il s’agit du jeu pascal “Visitatio sepulchri – La visite du tombeau “ , selon les manuscrits de l’abbaye féminine Sinte Marie à Rijnsburg (Pays-Bas) . On pourra assister à cette présentation soit à Wervik le jeudi 10 mai à 20h, soit à Watou le vendredi 11 mai à 16h30.

Vous trouverez plus d’informations sur le programme complet du Festival en consultant le  site www.festivalwatou.be

JPSC

(source)

NLH #NLQ #Sorties/Animations

La Nuit des Cathédrales 2018 à Besançon (25) le 5 mai

La Nuit des Cathédrales aura lieu le 5 mai 2018.
Lieu : Cathédrale St-Jean – Besançon

NLH #NLQ #Récollections/Retraites

Retraite monastique à l’abbaye sainte Cécile de Solesmes (72) – du 9 au 13 mai, du 13 au 17 août et du 28 octobre au 1er novembre 2018

Inscription

02 43 95 45 02 / stececile.solesmes@free.fr

Plus d’informations