Articles #Culture #NLH #NLQ

Les moines ont-ils le droit de boire de la bière ?

Un article proposé par Divine Box.

En voilà une vraie question tient : les moines ont-ils le droit de boire de la bière ?  Petite anecdote : en 1814, les moines trappistes de l’abbaye de Westmalle, en Belgique, reviennent d’exil. Après des années d’absence, le retour est difficile, alors pour remonter le moral de ses frères, le prieur les autorise à̀ boire deux verres de bière par jour. Cela veut dire qu’ils peuvent, mais que c’était interdit auparavant … ? Et si le moral se trouvait au fond du verre ?

Allez, en exclusivité pour vous, Divine Box a mené l’enquête pour répondre à la question : “les moines ont-ils le droit de boire de la bière”. En avant !

Un moines brasseur surveille la cuve dans la brasserie de l’abbaye de Rochefort. – Divine Box

C’est bon pour la santé, on vous dit !

 

Dès le IXe siècle, les moines commencent à brasser de la bière, destinée en grande partie à leur consommation personnelle ! A l’époque, dans le but d’être autonomes, presque chaque abbaye à sa brasserie. Mais ne nous y méprenons pas, boire de la bière à cette époque n’était pas du tout synonyme d’orgie ou de fête. Cette habitude était simplement dictée par des raisons sanitaires. Suivez le guide…

 

A l’époque, la bière est une boisson “saine”

 

Jadis, l’eau était généralement de piètre qualité, souvent contaminée, et rendait souvent malade. Alors les moines ont eu l’idée ingénieuse de se mettre à boire de la bière ! Eh oui, cela permettait d’éviter d’attraper des infections :

  • En effet, pour faire de la bière, il faut faire bouillir l’eau. Et qui dit eau bouillie, dit adieu les bactéries !
  • Ensuite, sainte Hildegarde, moniale bénédictine du XIIe siècle, introduit le houblon dans la recette de la bière. Elle avait en effet remarqué que celui-ci, en plus de conférer de beaux arômes au breuvage, jouait un rôle d’antiseptique, limitant ainsi la présence et la croissance des virus et des bactéries.

Alors même pendant les périodes de jeûnes, la bière était autorisée et même encouragée à chaque repas ! Mais c’est pour la bonne cause on vous dit…

Sainte Hildegarde instruisant le brassage avec du houblon à un moine. – Manuscrit médiéval

A l’époque, la bière est presque considérée comme un médicament

 

Même s’il est entendu qu’aujourd’hui la bière n’a aucune vertu médicinale (et qu’il faut la consommer avec modération !), les moines à l’époque avaient une vision un peu moins tranchée. En voici deux exemples :

  • D’anciennes archives de l’abbaye de Westmalle stipulent que deux bières par jour réduisent le stress de 50 %.
  • La Chimay Rouge était surnommée au début de sa production au XIXe siècle la “bière de santé” ou “bière hygiénique” car on racontait que certains lui devaient leur guérison…

Alors vous voyez, la bière était vraiment considérée comme un remède miracle à l’époque !

Ancien sous-bock Orval, qui prône les bienfaits de la bière sur la santé. – catawiki.fr

La bière, comme nourriture, au même titre – ou presque – que le pain

 

Quand les moines ont commencé à brasser leur bière, celle-ci était faite selon une recette particulièrement nourrissante : elle comportait beaucoup de fer et de vitamines, était très épaisse et avait un faible degré d’alcool. Les frères la surnommaient d’ailleurs le “pain liquide”, elle permettait de compléter leur régime frugal.

Après la réforme trappiste surtout, au XVIIe siècle, le régime alimentaire des frères était très strict et la plupart d’entre eux étaient végétariens. La bière leur permettait donc de gagner un peu d’énergie.

Par exemple, l’abbaye du Mont des Cats se mit à brasser dès 1847, notamment pour nourrir les moines et les ouvriers qui construisaient l’abbaye à la force de leurs bras !

Vieux dessin d’un moine qui brasse de la bière au Moyen-Âge. – Divine Box

Que dit la règle monastique, exactement ?

 

Bon, il semble que les moines aient eu l’autorisation de boire de la bière, car cela pouvait être bon pour leur santé ou leur régime. Mais les règles monastiques initiales se sont-elles déjà prononcées sur ce sujet ?

 

Les origines, avec la règle de saint Benoît

 

Dans la règle de saint Benoît, le quarantième chapitre est consacré à l’usage de la boisson. Mais cette règle ayant été écrite en 529, c’est plutôt de vin qu’il s’agissait, la consommation de bière n’étant alors pas répandue. Dans ce quarantième chapitre donc, il est dit que :

“une hémine (≈0,27 litre) de vin suffit à chacun pour la journée. Quant à ceux auxquels Dieu donne la force de s’en passer, qu’ils soient assurés qu’ils en recevront une récompense spéciale. Si la situation du lieu, ou le travail, ou les chaleurs de l’été demandent davantage, la volonté du supérieur en décidera ; mais il veillera surtout à ne pas laisser s’introduire la satiété ou l’ivresse (…) car le vin fait apostasier même les sages.”

 

En fait, pour saint Benoît, l’alcool n’était pas en accord avec la vie monastique, mais il était bien conscient qu’imposer une interdiction totale aux moines aurait été difficile, si ce n’est impossible. Alors il y avait une tolérance. Sympa, saint Benoît !

 

Mais attention, il y existait tout de même un certain contrôle. Il était très mal vu dans les abbayes d’être ivre et certains critères permettaient de limiter la consommation des frères. Par exemple au VIe siècle, il fut décidé que si un moine était incapable de chanter le psaume du soir convenablement, alors il était privé de souper. Voilà qui lui apprendrait… Et être ivre dans le monastère était passible de quarante jours de pénitence. Autant vous dire qu’il valait mieux ne pas s’y risquer…

Saint Benoît transmettant sa règle à ses disciples. – British Library

Changement d’ambiance avec les trappistes

 

Au XVIIe siècle, l’abbé de Rancé, père abbé de l’abbaye de la Trappe de Soligny, lance une grande réforme, qui aboutira à ce qu’on appelle aujourd’hui l’“ordre cistercien de la stricte observance”, dont les membres sont surnommés trappistes ! (Trappiste, la Trappe, vous suivez ?)

 

L’idée à l’époque est de se recentrer sur la règle de saint Benoît (prière et travail) et à s’éloigner du luxe et de la richesse qui étaient parfois de mise dans certaines abbayes.

 

Au départ, bien que cette réforme impose un régime très strict aux frères et un retour à l’essentiel, la consommation de bière au repas y est prônée pour des raisons de salubrité (nous en avons déjà parlé)

 

Mais un peu plus tard, aux XVIIIe et XIXe siècles, Augustin de Lestrange est bien plus exigeant. Moine très influent à l’abbaye de la Trappe, il impose une nouvelle règle de vie encore plus contraignante, notamment au niveau de l’alimentation. Pour lui, en-dehors de l’eau pure, point de salut ! Il affirme en effet :

 

« L’on ne boira ni vin, ni bière ni cidre ni quelque boisson alcoolisée que ce soit, uniquement de l’eau pure. »

 

Ça ne rigole pas… Mais la discipline imposée par Augustin de Lestrange est si stricte qu’elle en devient parfois dangereuse pour les frères, qui finissent par s’en éloigner petit à petit (ou parfois même, à en mourir !). Malgré ces excès, il aura quand même contribué à la suite de l’abbé de Rancé, à la fondation de l’ordre trappiste. Alors merci abbé de Lestrange !

Dom Augustin de Lestrange, moine de l’abbaye de la Trappe aux XVIIIe et XIXe siècles – Divine Box

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, le Vatican n’a jamais approuvé les principes de l’abbé de Lestrange, et n’a pas exclu l’alcool des monastères. Au fur et à mesure, ceux-ci ont défini eux-mêmes leur discipline en termes de consommation de bières. Certains choisissent de l’exclure, d’autres la réservent pour les jours de fête, d’autres encore en consomment un peu plus régulièrement, mais toujours avec modération !

Par exemple, les frères d’Engelszell et ceux de Zundert peuvent boire la bière qu’ils brassent au déjeuner du dimanche. Et à Spencer, les moines disent souvent : “beer brigthens up sunday suppers”, autrement dit, la bière égaie le dîner du dimanche soir !

Les frères de l’abbaye de Zundert ont le droit de déguster la bière qu’ils brassent au déjeuner du dimanche. – spiritedmatters.com

Découvrir les bières des moines

Parlons peu parlons bien, si les moines brasseurs peuvent parfois s’accorder un petit verre de bière au repas, c’est avant tout pour vous et nous qu’ils la brassent ! Alors cliquez ici pour découvrir les meilleures bières d’abbayes (vous serez redirigé vers  la boutique monastique en ligne de Divine Box)

Vous pouvez aussi cliquer ici pour une réponse encore plus complète à la question « Les moines ont-ils le droit de boire de la bière ? » (vous y découvrirez notamment 2 anecdotes sur l’avis du Pape et les moines brasseurs de Saint-Wandrille)

 

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Parcours découverte de Sainte Hildegarde de Bingen à Orvault (44) – 9 rencontres du 23 novembre 2019 au 4 juillet 2020

« Dans notre monde si agité, venez découvrir, à l’école d’Hildegarde de Bingen, le sens de votre humanité »

La Maison Claire et François (56 bis rue des Verts Prés – 44700 Orvault) propose des ateliers avec une attention portée à la personne entière corps, âme et esprit. Chaque atelier composé d’une présentation et d’une démarche concrète (dessin, écriture) est accompagné de musique et d’une dégustation simple. A la fin, un temps de partage et de prière est proposé.

Ces ateliers “à la carte” auront lieu le samedi après-midi de novembre 2019 à juillet 2020 (de 14h à 17) à la Maison Claire et François (56 bis rue des Verts Prés – 44700 Orvault)

Contact : 06 81 25 89 56 – natte.gauthier@gmail.com

Programme détaillé

 

Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

Spectacle sur Hildegarde de Bingen le 15 novembre à 20h30 à Nevers (58)

La Compagnie du rêve présente :

Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

Festival Les Retournés du 13 au 27 novembre 2019 à Angers (49) & Saumur (49)

Après une première édition réussie à l’UCO d’Angers à l’automne 2018, le festival de théâtre Les Retournés revient en Maine-et-Loire.

Résolument signe de sens et d’espérance, la programmation de cette deuxième édition part à la rencontre de trois femmes : Hildegarde, géniale abbesse du XIIème siècle, femme d’autorité aux multiples talents, Louison, jeune parisienne d’aujourd’hui qui danse et se vernit les ongles, Teresa, icône vivante de la charité en acte au XXème siècle.

Trois spectacles, trois approches artistiques différentes, comme autant de chemins vers l’amour et la lumière, évoquent ces figures d’époques, de styles et d’itinéraires si différents, pourtant unies par l’essentiel : Dieu parle au coeur …

 

Hildegarde de Bingen, petites méditations très actuelles

Mercredi 13 nov 20h – Chapelle St-Thomas – Angers
Jeudi 14 nov 20h – Eglise St-Nicolas – Saumur
Mise en scène Marie-Cécile du Manoir, avec MC du Manoir, comédienne, Anne Bertin-Hugault, chanteuse, Nicole Bétend, danseuse. Vidéaste : Etienne Guiol

Un spectacle pour tous ceux qui cherchent…
Hildegarde se laisse découvrir au travers de son œuvre en un spectacle tissé de chant, de lecture, de danse et d’images projetées. Gestes et couleurs, le regard s’ouvre, texte et chant, l’oreille se dresse, et l’intelligence s’éveille aux conseils et méditations d’une telle actualité… tout droit venus du XIIème siècle ! Plus qu’un spectacle, une expérience à vivre.

Je danserai pour toi

Mercredi 20 novembre 20.00h ANGERS – amphi Bazin – UCO
De et avec Sophie Galitzine
Mise en scène Florence Savignat, chorégraphie Magali Duclos

Un spectacle qui joue et danse, comme Louison, en toute circonstance. Louison est tellement vivante qu’on la rejoindrait volontiers. Et quand tout bascule, quand viennent la peine et la détresse, on se sent tout près d’elle : la vie qu’elle raconte, ça pourrait être la nôtre, comme sa quête de paix et les grandes questions qui se posent quand elle l’a trouvée !

Mère Teresa, ombre et lumière

Mercredi 27 novembre 20.00h ANGERS – amphi Bazin – UCO
Avec Catherine Salviat, sociétaire honoraire de la Comédie française
Texte de Joëlle Fossier – Mise en scène Pascal Vitiello

Sur un fond d’images filmées de Calcutta, la comédienne, seule en scène, raconte la vie de Mère Teresa. Elle s’efface devant cette histoire à la fois simple et magnifique d’un destin exceptionnel mené jusqu’au bout. Malgré les obstacles qui se succèdent, malgré la nuit qui se lève, la volonté et l’amour triomphent.
Mère Teresa est là, sur le plateau. Magnifique hommage.

Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

Happy 1er may ! Journée diocésaine le 1er mai 2019 à Pontigny (89)

Une journée pour prendre soin

Toute une journée, ou quelques heures pour :

  • jouer en famille,

  • vivre l’aventure d’un escape game,

  • découvrir sainte Hildegarde de Bingen,

  • mettre en appétit sa gourmandise,

  • s’essayer au jardinage,

  • échanger avec des acteurs de solidarité engagés,

  • cultiver notre fibre artistique…

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Ateliers de cuisine avec sainte Hildegarde de Bingen le 7 février ou le 10 avril 2019 à Reims (51)

Vivez une journée inédite à la découverte de Sainte-Hildegarde, des bienfaits des aliments, et des piliers de la santé !

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Hildegarde de Bingen et le chant du premier Adam – Conférence à Marseille (13) le 25 janvier 2019

Conférence par Frédéric Rantières, Docteur en Histoire des religions et en anthropologie religieuse, directeur artistique et musical de l’ensemble médiéval Vox in Rama.

Vendredi 25 janvier 2019 à 19h30
Chapelle du Saint-Sacrement
Abbaye Saint-Victor de Marseille

Religieuse, compositrice, savante, femme de lettres, Hildegarde de Bingen a été l’une des premières femmes à s’imposer dans un monde de l’esprit dominé par les hommes.
On lui reconnaissait le « don d’intellection », autrement dit l’inspiration divine. Bénéficiant de la protection du pape et du concile, elle a bénéficié d’une audience internationale qu’elle continue à avoir aujourd’hui.

Venez à la rencontre de cet esprit unique !

Entrée libre

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Regards croisés sur Laudato Si, l’encyclique du pape François et sainte Hildegarde de Bingen – les 20 & 21 octobre 2018 à Vauhallan (91)

Du samedi 20, 10h, au dimanche 21 octobre, 17h – abbaye St Louis-du-Temple, Limon, Vauhallan. « Regards croisés sur Laudato Si, l’encyclique du pape François et sainte Hildegarde de Bingen ». Avec Sœur Claire-Elisabeth, moniale de l’abbaye, et Père Pierre Dumoulin, prêtre du diocèse de Monaco, docteur en théologie.

Programme


Inscription avant le 5 octobre. Tarifs et inscriptions sur le site de l’abbaye

NLQ #Sorties/Animations

Exposition sur Sainte Hildegarde de Bingen jusqu’au 30 septembre 2018 au Château de Fontaine-Henry (14) – Inauguration le 10 septembre

EXPOSITION EN IMAGES
« LES 920 ANS DE SAINTE HILDEGARDE DE BINGEN »

En 2012, Ste HILDEGARDE de BINGEN est canonisée par le Pape Benoît XVI, puis proclamée Docteur de l’Eglise et Prophète pour le 3è millénaire. Pourquoi ?
Cette religieuse bénédictine du XIIè siècle fut à la fois théologienne, auteur de livres et d’une  abondante correspondance encore conservée, musicienne et compositrice d’œuvres encore jouées. Elle est à l’origine d’une médecine surprenante dont la science commence à établir le bienfondé.
Ste HILDEGARDE a pour nous, au XXIè siècle, un aspect avant-gardiste, notamment en raison des réponses dont elle ouvre les pistes, à des questions concernant les grands problèmes de notre temps. Sa conception « holistique » de l’être humain, la relation homme-environnement, la terre et le cosmos en font une femme véritablement post-moderne.
HILDEGARDE a aussi eu des visions, dès l’âge de 3 ans ! Adulte, elle les a dictées à des miniaturistes qui en ont donc fait des peintures. Ces images sont surprenantes et méritent d’être regardées attentivement, car chaque détail y est chargé de sens.

Tarifs pour l’accès à l’exposition, chapelle, salles basses, parc, jeux anciens et labyrinthe : 5.5€ / adulte et 4€/enfant (7-15 ans).
Avec visite guidée du château : 8.50€/adulte et 5.5€/enfant (7-15 ans).

Le château de Fontaine Henry (Calvados) accueillera MONSEIGNEUR BOULANGER, évêque du diocèse de Bayeux-Lisieux, lundi 10 septembre à 14h30 pour inaugurer l’exposition « 920ème anniversaire Ste Hildegarde de Bingen.

Evènement Facebook

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Forum Bien-être Hildegarde de Bingen les 7, 8 & 9 septembre 2018 à Neuillé (49)

Pour votre bien-être, réservez aujourd’hui votre place au Forum Hildegarde de Saumur

 

Septembre 2018, 1er Forum Hildegarde de Bingen, au Château de Salvert.

 

Hildegarde devient abbesse en 1136 !

 

Femme de caractère qui ose sermonner Le pape et L’empereur Barberousse…

 

Les multiples écrits de cette femme hors du commun témoignent de ses connaissances approfondies en botanique, alimentation, et  médecine.

Compositrice, théologienne, critique et aussi prophète.

Hildegarde a plus d’une corde à son arc.

Une histoire, un univers à découvrir où approfondir sur le thème « culture et bien –être »

 

Infos et inscriptions www.hildegardesaumur.com

Contact Médias : Monica Le Pelletier 07 69 10 93 22