A la une #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Un texte peu connu et inédit en Français de saint Jean-Paul II sur la contraception et Humanae vitae

Le discours de Jean-Paul II date du 5 juin 1987 ; il s’adressait aux participants à une rencontre d’études sur la procréation responsable. Et il dit l’exact contraire de ce que prétendent les nouveaux moralistes.

Inédit en anglais, il ne semble pas non plus avoir été traduit en français – et mérite en tout cas d’être connu. Nous vous en proposons ici la traduction par Jeanne Smits

Un discours de Jean-Paul II sur la contraception et “Humanae vitae”

Chers frères et sœurs,

1. Je vous salue chaleureusement et vous remercie de votre présence, et je suis heureux que le Centre d’études et de recherches sur la régulation naturelle de la fertilité de la faculté de médecine de l’université catholique du Sacré-Cœur ait organisé cette année une étude sur les questions relatives à la procréation responsable.

2. Votre engagement s’inscrit dans la mission de l’Eglise et y participe, en raison d’un souci pastoral qui est des plus urgent et important. Il s’agit d’assurer que les époux vivent leur mariage de manière sainte. Vous proposez de les aider dans leur voyage vers la sainteté, en vue de la pleine réalisation de leur vocation conjugale.

Il est bien connu que souvent – ainsi que l’a également relevé le concile Vatican II (cf. Gaudium et spes, 51,1) – l’une des principales inquiétudes auxquelles sont exposés les époux est constituée par la difficulté à réaliser dans leur vie conjugale la valeur éthique de la procréation responsable. Ce même concile fonde une juste solution à ce problème sur cette vérité : il ne peut y avoir de contradiction entre la loi divine concernant la transmission de la vie humaine et le véritable amour conjugal (cf. Gaudium et spes, 2). Parler d’un « conflit de valeurs ou de biens » et de la nécessité qui en découlerait de les « équilibrer », en choisissant l’un et en rejetant l’autre, n’est pas moralement correct et ne fait qu’engendrer la confusion dans la conscience des époux. La grâce du Christ donne aux époux la vraie capacité à accomplir la « vérité » entière de leur amour conjugal. Vous désirez témoigner concrètement de cette possibilité et ce faisant donner aux couples mariés une aide précieuse : celle de vivre dans la plénitude de leur communion conjugale. Nonobstant les difficultés que vous pouvez rencontrer, il est nécessaire de continuer avec un dévouement généreux.

Un enseignement vigoureusement affirmé par “Humanae vitae”

2. Les difficultés que vous rencontrez sont de diverses natures. La première, et en un certain sens, la plus grave, est que même dans la communauté chrétienne, on a entendu des voix – et on continue de les entendre – qui remettent en question la véracité de l’enseignement de l’Eglise. Cet enseignement a été vigoureusement affirmé par Vatican II, par l’encyclique Humanae vitae, par l’exhortation apostolique Familiaris consortio, et par la récente instruction Donum vitae. A cet égard, une grave responsabilité se fait jour : ceux qui se placent en contradiction ouverte par rapport à la loi de Dieu, authentiquement enseignée par l’Eglise, entraînent les époux sur un mauvais chemin. Rien de ce qu’enseigne l’Eglise sur la contraception n’appartient à une matière susceptible de libre discussion de la part des théologiens. Enseigner le contraire revient à induire en erreur la conscience morale des époux.

La deuxième difficulté est constituée par le fait que de nombreuses personnes pensent que l’enseignement chrétien, quoique vrai, serait cependant impossible à mettre en œuvre, au moins dans certaines circonstances. Comme la tradition de l’Eglise l’a constamment enseigné, Dieu ne commande pas l’impossible, mais tout commandement comporte aussi un don de grâce qui aide la liberté humaine à l’accomplir. Mais sont cependant nécessaires la prière constante, le recours fréquent aux sacrements et l’exercice de la chasteté conjugale. Vos efforts ne doivent donc pas se limiter au seul enseignement d’une méthode pour le contrôle de la fertilité humaine. Cette information devra s’insérer dans le contexte d’une proposition éducative complète, qui s’adresse aux personnes des époux, prises dans leur intégralité. Sans ce contexte anthropologique, votre proposition risquerait d’être mal comprise. De cela, vous êtes bien convaincus, puisque vous avez toujours placé à la base de vos formations une réflexion anthropologique et éthique correcte.

Contraception, régulation des naissances : « L’homme recommence à ressentir le besoin de vérité et de raison droite » (Jean-Paul II)

Lire la suite ici

A la une #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Peut-on remettre en cause Humane vitae ?

Cinquante ans après sa publication, l’encyclique de Paul VI « Humanae vitae » contre la contraception artificielle est désormais en plein chantier de refonte, comme l’a expliqué Settimo Cielo dans un article précédent.

De toute évidence, l’intention du Pape François est de faire volte-face – c’est-à-dire en pratique de légitimer les contraceptifs – de la manière la plus tranquillisante qui soit, comme s’il s’agissait d’une évolution naturelle et nécessaire, sans rupture, en parfaite continuité avec le magistère précédent de l’Eglise et avec la même « véritable » dynamique profonde de l’encyclique.

Mais dès qu’on regarde un peu en arrière, cet artifice ne semble nullement facile à réaliser. Certaines déclarations des prédécesseurs de François s’érigent en montagne contre un changement de la doctrine de « Humanae vitae ».

Ces déclarations, les promoteurs du changement se gardent bien de les citer. Mais elles sont pourtant là, immuables.

Il y a en particulier ce discours de Jean-Paul II du 12 novembre 1988 qui suffirait à lui seul à barrer cette route.

A l’occasion des vingt ans de la publication de « Humanae vitae », le Pape Karol Wojtyla avait saisi l’occasion pour la défendre comme jamais en gravant les paroles suivants dans le roc :

« Il ne s’agit pas d’une doctrine inventée par l’homme : elle a été inscrite par la main créatrice de Dieu dans la nature même de la personne humaine et a été confirmée par lui dans la révélation. La remettre en question revient donc à refuser à Dieu lui-même l’obéissance de notre intelligence.  Cela revient à préférer les lumières de notre raison à l’éclat de la sagesse divine et à tomber dans l’obscurité de l’erreur pour finir par porter atteinte à d’autres piliers fondamentaux de la doctrine chrétienne ».

Devant lui se trouvaient des évêques et des théologiens du monde entier, rassemblés à Rome pour un grand congrès qui portait justement sur « Humanae vitae ».

Et Jean-Paul II avait précisément voulu pointer du doigt et réfuter les raisons qui avaient mené tant de théologiens et de pasteurs à refuser ce qui avait été enseigné par Paul VI dans cette encyclique.

Lire la suite

 

Sandro Magister

A la une #Tribunes et entretiens

Humanae vitae vivrait-elle ses dernières heures ?

Depuis un peu plus d’un an les changements vont bons train, à Rome autour des questions bioéthiques et familiales. Nous avons annoncé, le remaniement de feu l’Institut Jean-Paul II, les nouvelles personnalités, parfois favorables aux “progrès” qui ont fait leur entrée dans le nouvel institut. Et voici les conclusions désormais publiques qui, si elles sont confirmées par le pape, risquent bien d’enterrer en catimini Humanae vitae.

Adieu « Humanae vitae ». A plus d’un demi-siècle de distance, l’encyclique contre les méthodes artificielles de régulation des naissances qui a constitué le moment le plus dramatique du pontificat de Paul VI, rejetée par des épiscopats entiers, contestée par d’innombrables théologiens, ignorée par des myriades de fidèles, cède désormais le pas à une réinterprétation radicale, à un « changement de paradigme » sans aucun doute souhaité et encouragé par le Pape François en personne.

Paradoxalement, Paul VI est le pape que Jorge Mario Bergoglio admire et loue le plus. Et précisément à cause – et ce sont ses propres mots – de la « génialité prophétique » avec laquelle il a écrit cette encyclique et aussi pour son « courage de se dresser contre la majorité, de défendre la discipline morale, de faire jouer un frein culturel, de s’opposer au néo-malthusianisme présent et futur. »

Mais précisément, « tout dépend de la manière dont on interprète ‘Humanae vitae’ », ne manque pas de préciser systématiquement le Pape François, parce que « la question n’est pas celle d’un changement de doctrine mais d’un travail en profondeur qui fasse en sorte que la pastorale tienne compte des situations et de ce que les gens sont en mesure de faire. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Et celui qui vint de donner explicitement le feu vert à l’utilisation de contraceptifs artificiels, c’est l’un des théologiens qui a le plus de crédit auprès du pape actuel, Maurizio Chiodi, professeur de théologie morale à la Faculté théologique d’Italie septentrionale et membre tout juste nommé à l’Académie pontificale pour la vie et auteur en 2006 d’un livre intitulé « Ethique de la vie » qui soutient la licéité de la procréation artificielle.

L’autorité de sa prise de position est renforcée par l’enchaînement de deux facteurs.

Le premier c’est le contexte dans lequel Chiodi a donné cette nouvelle interprétation d’ « Humanae vitae » : une conférence à l’Université pontificale grégorienne qui s’est déroulée le 14 décembre dans le cadre d’un cycle de rencontres entièrement consacré à cette encyclique à l’occasion du cinquantenaire de sa publication, sous le patronage de la Faculté de théologie morale de l’université dirigée par le jésuite argentin Humberto Miguel Yáñez, pupille de Bergoglio.

La journaliste américaine Diane Montagna a fourni le 8 janvier sur LifeSiteNews un compte-rendu de cette conférence qui n’a d’ailleurs pas manqué de susciter de vives réactions de la part des défenseurs de l’encyclique controversée.

> New Academy for Life member uses « Amoris » to say some circumstances « require » contraception

Mais il y a plus. Dimanche 28 janvier, la conférence de Chiodi a été republiée bien en évidence dans le quotidien de la Conférence épiscopale italienne « Avvenire » dans le supplément mensuel « Noi, Famiglia & Vita » sous le titre : « Du pape Montini à François, développement dans la fidélité », dans lequel on peut lire :

« Cette position [de Chiodi] s’insère avec autorité dans le débat en cours et il ne faudrait pas la comprendre comme un dépassement ou une critique de ‘Humanae vitae’, il s’agit d’un texte qui est et qui demeure le fruit d’un choix prophétique et courageux pour l’époque et au vu de la situation historique dans laquelle le Pape Montini l’a élaborée, non sans tourments et non sans avoir clarifié qu’il s’agissait d’un magistère qui n’était ni infaillible ni irréformable. Dans cette perspective, il faut comprendre la réflexion de ce théologien comme une proposition qui entend représenter le développement d’une tradition.  Et une tradition, pour être vivante et continuer à parler aux femmes et aux hommes de notre temps, de doit pas être sclérosée mais dynamisée, c’est-à-dire rendue cohérente avec une société qui est en pleine mutation.  Don Chiodi a le courage de définir le problème qui se pose depuis des décennies aux théologiens et aux experts en pastorale.  Les méthodes naturelles sont-elles vraiment la seule voie possible de planification des naissances ? ».

Comme on peut le voir, l’article se termine par un point d’interrogation. Il est cependant uniquement rhétorique.  Les thèses mises en avant par Chiodi dans sa conférence ne sont en fait nullement hypothétiques mais assertives.  Certaines circonstances – selon lui –non seulement autorisent mais « exigent » d’autres méthodes, non naturelles, pour la régulation des naissances.

On trouvera le texte intégral de la conférence de Chiodi relayé sur « Avvenire » – avec quelques coupures sans importance par rapport à celle prononcée à la Grégorienne – sur cette autre page de Settimo Cielo :

> Rileggere « Humanae vitae » alla luce di « Amoris laetitia »

Après avoir rediscuté de « la responsabilité subjective de la conscience et du rapport constitutif entre norme et discernement » dans le sillage de l’exhortation post-synodale du Pape François, Chiodi pose « la question de savoir si les méthodes naturelles peuvent / doivent être l’unique forme de procréation responsable ».

Et voici les conclusions auxquelles il aboutit :

« Ce dont la pratique des ‘méthodes naturelles de fécondité’ atteste, c’est du caractère responsorial de la procréation : elles aussi nous disent que procréer n’est pas créer. La méthode atteste cependant de plus que ce qu’elle ne peut garantir par elle-même.  Elle révèle un sens qui la transcende.  Si la responsabilité de procréer est bien ce à quoi renvoient ces ‘méthodes’, alors on peut comprendre comment dans les situations où celles-ci sont impossibles ou impraticables, il faut trouver d’autres formes de responsabilité : ces ‘circonstances’, pour être responsable, exigent d’autres méthodes de régulation des naissances.  Dans ces cas-là, l’intervention ‘technique’ ne nie pas la responsabilité du rapport générateur, tout comme, du reste, un rapport conjugal qui observe les méthodes naturelles n’est pas automatiquement responsable.

L’insistance du magistère sur les méthodes naturelles ne peut dont être interprété comme une norme en soi ni comme une simple conformité aux lois biologiques puisque la norme renvoie au bien de la responsabilité conjugale et que les lois physiques (physis) de l’infécondité s’inscrivent dans un corps de chair et dans des relations humaines qu’on ne peut réduire à des lois biologiques.

La technique, dans des circonstances déterminées, peut permettre de préserver la qualité responsable de l’acte sexuel. Elle ne peut donc pas être rejetée à priori lorsque la naissance d’un enfant est en jeu parce qu’il s’agit également d’une forme d’agir et qu’en tant que telle, elle exige un discernement sur base de critères moraux qu’on ne peut réduire à une application sillogistico-déductive de la norme ».

Pour ses lecteurs, « Avvenire » résume ainsi, au centre de la page, la réinterprétation d’ « Humanae vitae » faite par Chiodi :

« S’il y a des situations dans lesquelles les méthodes naturelles sont impossibles ou impraticables, il faut trouver d’autres moyens, parce qu’une paternité responsable ne peut ignorer les possibilités offertes par la techniques ».

Il convient d’ajouter que le 27 janvier, la veille de la republication de cette conférence de Chiodi, Mgr Vincenzo Paglia lui-même, le Président de l’Académie pontificale pour la vie et Grand Chancelier de l’Institut Jean-Paul II, a déclaré dans une interview accordée au journal de la Conférence épiscopale italienne, en faisant allusion à « Humanae vitae » qu’il convenait de faire « des approfondissement ultérieurs en ce qui concerne la paternité responsable » parce que « les normes sont faites pour faire vivre les êtres humains et pas pour faire fonctionner les robots » et que donc « elles demandent un processus d’évaluation qui doit prendre en compte l’ensemble concret des circonstances et des relations dans lesquelles la personne se trouve ».

Et déjà avant que Chiodi ne tienne sa conférence à la Grégorienne, même Mgr Luigi Bettazzi, 94 ans, l’un des rares évêques encore en vie ayant participé au Concile Vatican II, a déclaré à « Avvenire » le 29 octobre 2017 que cinquante ans après « Humanae vitae », le moment était désormais venu de « réexaminer cette question » parce que « ce ne sont pas les doctrines qui changement mais nous, au fil du passage des ans, qui parvenons à en comprendre toujours mieux le sens, à la lumière des signes des temps ».

En outre, la commission d’étude mise sur pied par le Vatican pour reconstruire la genèse de « Humanae vitae » du point de vue documentaire et historique est déjà au travail depuis le printemps dernier.

En font partie Mgr Gilfredo Marengo et Pierangelo Sequeri de l’Institut Jean-Paul II, Mgr Angelo Maffeis de l’Institut Paul VI de Brescia et l’historien Philippe Chenaux de l’Université pontificale du Latran.

Marengo et Paglia ont démenti que les travaux de cette commission concernaient le contenu de « Humanae vitae » et encore moins leur réinterprétation.

Mais il est désormais évident que le nouvel examen du parcours de préparation tourmenté de cette encyclique – dans laquelle déjà à l’époque les courants favorables à la contraception artificielle étaient beaucoup plus forts et plus pressants que le courant contraire, épousé par Paul VI – ne pourra que profiter au changement de paradigme qui est déjà en cours.

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

 

Source