Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Go 360 : 48h pour s’engager dans une ONG chrétienne – Les 19 & 20 octobre 2019 à Valence (26)

Go 360 : 48h pour découvrir la solidarité internationale, à Valence pour mettre ta foi en action au service de ton prochain et partir en mission humanitaire dans un contexte chrétien…

Du 19 octobre 2019 à 9h au 20 octobre à 15h30
à Valence

Go 360 ? 48h pour s’engager à court ou à long terme au sein d’une ONG chrétienne

Tu souhaites mettre ta foi en action au service de ton prochain ?
Tu voudrais donner de ton temps pour ceux qui sont dans le besoin ?
Tu aimerais partir en mission humanitaire dans un contexte chrétien ?
Tu te poses des questions sur ton avenir, ce que Dieu attend de toi et comment le servir ?
Tu te demandes si tu peux faire de l’humanitaire en restant « chez toi » ?

Si tu as répondu « oui » à l’une de ces questions, l’événement « GO 360 » est pour toi !

Plus d’infos sur https://go360.events/ 

Du samedi 09h au dimanche 15h30, Go 360 réunit 250 jeunes de 18 – 30 ans de toute la France qui veulent s’engager au sein d’une ONG chrétienne de solidarité internationale pour une courte ou longue durée. C’est pour eux, une occasion de rencontrer des professionnels de plus de 20 ONG chrétiennes, menant des interventions variés dans plus de 140 pays.

Au programme

Un engagement sportif au profit d’une cause de ton choix. Avec des milliers d’autres participants, tu participeras à l’événement Hope 360. Tu pourras choisir ton épreuve préférée et soutenir un projet humanitaire. Plus d’info sur le site  HOPE 360 .
48 heures de réflexion, de découvertes, de rencontres et d’échanges avec des personnes dans des organisations de solidarité internationale.
48 heures pour trouver le parcours de formation ou l’engagement bénévole, volontaire ou salarié qui te convient au siège d’une association ou sur le terrain.

Travailler en tant que chrétien dans l’humanitaire à quoi ça ressemble ? Quelle formation faut-il ? Avec quelle organisation partir ? Est-ce que je peux commencer à aider ici et maintenant ?  Si tu t’es déjà posé l’une de ces questions, alors tu ne peux pas louper cet événement ! !

Tarif unique : 60 € comprenant l’accès au programme GO 360,  les repas du samedi midi et soir, déjeuner du dimanche midi + la participation à HOPE 360.
Sans supplément pour ceux qui le souhaitent : hébergement 2 nuits + 2 petits déjeuners.

Attention, le nombre de place est limité à 250.
Pour des raisons logistiques, les inscriptions seront clôturées le 4 octobre à 23h59 !

Contact : ASAH 13/15 rue des Fontenelles 78920 Ecquevilly
hopego360@collectif-asah.org
+33 (0)7 69 91 85 15

Cette association de loi 1901, à but non lucratif, a été créée en 1996. C’est avant tout un réseau de trente ONG d’inspiration chrétienne, agissant dans l’urgence, le développement, le plaidoyer, l’environnement ou la solidarité au Nord et au Sud. Son objet est de favoriser la réflexion et la collaboration entre ses membres, de mutualiser les compétences et les ressources matérielles, de renforcer l’efficacité et la qualité des actions, et plus largement de faire travailler ensemble tous les acteurs de la solidarité, y compris les ONG non membres, les entreprises, les structures de formation et les organismes publics.

A.S.A.H est un lieu d’échange, de créativité et d’ouverture. Elle fournit des services aux acteurs travaillant dans le domaine de la solidarité nationale et internationale. A.S.A.H. pense que la solidarité doit s’appliquer aussi bien « au loin » qu’ « au près » et doit prendre en compte plus que jamais le facteur environnemental. L’association fonde sa démarche sur la collaboration et la synergie entre les différents acteurs afin de mutualiser les connaissances et l’expertise de chacun. Le soutien aux actions de solidarité trouve également ses racines dans l’information et la sensibilisation du grand public.

Plus d’informations sur cet événement…

Annonces #NLQ #Récollections/Retraites

1 et 2 décembre 2018 : Week-end « Être famille ensemble » avec les Focolari à la Pommeraye (49)

Le Mouvement des Focolari organise un week-end sur le thème «  Être famille ensemble ».

Quelques thèmes abordés durant le week-end :

♦ Se mettre d’accord : un défi pour le couple
♦ La souffrance fait partie de la vie, Comment la vivre ?
♦ Se mobiliser en famille pour un projet humanitaire
♦ Pédophilie : comprendre pour mieux protéger
♦ Vie de famille et spiritualité : est-ce compatible ?

Ce programme comportant des temps de jeux, de détente, de réflexion et d’échange s’adresse aux parents (en couple ou seuls), aux enfants et aux grands-parents. Les enfants bénéficieront d’un programme spécifique.

du samedi 1er décembre 14h au dimanche 2 décembre 2018 à 17h au Centre Spirituel Providence (40 rue de la Loire – 49620 La Pommeraye)

Renseignements : Bernard et Béatrice JANIN – Tél : 02 41 57 88 88 janinbernard@orange.fr

Asie #Dans le Monde #NLQ

Vietnam : l’Eglise soulage les victimes inondations du Nord

Plusieurs groupes d’Église ont obtenu l’accord des autorités locales pour pouvoir rendre visite aux minorités ethniques des régions reculées du nord vietnamien, afin d’y remettre des dons pour les blessés et les familles des victimes des graves inondations qui secouent la région. Le nord du pays connaît en effet les pluies les plus fortes depuis soixante-dix ans, qui ont déjà causé dix-neuf morts et onze disparus, et détruit près de 2 200 logements. Face au désastre, l’Église collabore avec le gouvernement et des organisations comme la Croix Rouge.

L’Église vietnamienne travaille aux côtés des autorités locales afin de fournir une aide humanitaire aux victimes des inondations historiques du nord du pays, qui connaît les pluies les pires depuis soixante-dix ans. Des inondations et des glissements de terrain ont été provoqués par des pluies torrentielles dans les quatre régions montagneuses de Dien Bien, Ha Giang, Lai Chau et Lao Cai du 23 au 26 juin. Elles ont également entraîné dix-neuf morts et onze disparus. Près de 2 200 maisons ont été détruites ou inondées, des centaines d’hectares de cultures ont été endommagées, des milliers de bêtes sont mortes et beaucoup de routes et d’établissements publics ont été détruits, selon l’agence vietnamienne de gestion des catastrophes naturelles (Vietnam Disaster Management Authority).
« Nous avons visité des familles de victimes ou de blessés, et nous leur avons offert des aides financières jusqu’à 3 millions de dongs [130 dollars] pour chaque vie perdue, et 2 millions de dongs pour les personnes blessées », explique le père Piere Khan Kim Huan, curé de la paroisse Lai Chau, dont la région a subi de plein fouet les inondations de ces derniers mois. Le père Huan explique avoir donné deux millions de dongs à une famille dont la maison avait été détruite, ajoutant que Caritas avait déjà donné 170 millions de dongs lors d’une intervention d’urgence. Le père Huan, 51 ans, confie s’être joint, les 3 et 4 juillet, à des religieuses, des responsables laïcs, des membres des autorités locales et des travailleurs de la Croix Rouge lors d’une visite à des victimes des deux districts de Tan Uyen et de Sin Ho.

2 220 logements détruits

Dans le passé, le gouvernement avait interdit aux prêtres de rendre ce genre de visites ou de venir en aide aux ethnies Hmong, Man ou Thai. Mais le père Huan explique que les autorités ont assoupli leur position depuis qu’il leur a montré l’aide que pouvait apporter Caritas. « Il est important que les deux parties coopèrent afin de s’occuper des victimes », ajoute-t-il. « Vu leurs origines, nous sommes heureux d’avoir pu rencontrer les minorités ethniques de ces régions reculées. » Pour rejoindre certaines victimes des inondations, les secours expliquent avoir dû emprunter des routes boueuses en voiture, en moto ou même à pied. Le prêtre confie que beaucoup d’agriculteurs de la région ont vu leurs cultures et leurs biens entièrement détruits par les inondations, les pires enregistrées dans cette région du monde depuis soixante-dix ans.
Dans certains lieux, des glissements de terrain ont enterré des maisons, des champs et des routes, en provoquant un véritable désastre sur plusieurs kilomètres. « Certaines de ces maisons sont toujours enfouies sous la terre et les blocs de pierre », ajoute le père Huan. « Les gens ont été très bienveillants en acceptant d’héberger ceux qui ont perdu leurs maisons, alors que les pluies continuent. Nous avons prié pour les victimes et nous avons essayé de consoler les familles en deuil. » Selon les coutumes locales, des villageois ont construit des mannequins de paille à l’image de leurs proches disparus, avant de les placer dans des cercueils pour les inhumer. Selon le prêtre, beaucoup de gens ont également reçu des ustensiles de cuisine, des vêtements, de la nourriture, et de l’argent pour pouvoir payer les soins médicaux ou les services funéraires. Les bienfaiteurs sont d’origines diverses, explique-t-il. « Les victimes avaient absolument besoin de trouver un abri », ajoute le prêtre, qui précise qu’il prévoit de visiter des victimes d’autres districts cette semaine.

Source : Eglises d’Asie

NLQ #Sorties/Animations

Soirée missions solidaires à l’étranger le 26 avril 2018 à Lyon (69)

Tu as entre 17 et 80 ans, et tu as envie de partir à l’aventure pour une mission de solidarité internationale ?
Cap mission t’informe et t’accompagne vers les organismes compétents pour vivre cette expérience unique.
Des anciens volontaires et bénévoles revenus de mission seront présents pour témoigner de leur expérience.

Les Petites Cantines s’occupent du dîner – Venez nous aider à cuisiner à partir de 17h30.

Repas à prix libre

Réservation au 04 26 64 79 24 ou sur vaise.lespetitescantines.org

Informations pratiques

37 rue Saint Pierre de Vaise – Lyon 9e
Le 26 avril
19h00 – 22h00

En savoir plus sur Facebook

NLQ #Sorties/Animations

Pour un sourire d’enfant – Projection du film Au Cambodge, de la misère… à un métier et rencontre avec Marie-France des Pallières le 16 avril 2018 à Amiens (80)

Bénévolats/Caritatifs #NLQ

Vente de Noël d'”Enfants du Mékong” les 24 et 25 novembre à Mouguerre (64)

Enfants du Mékong“, association humanitaire qui, depuis 1958, s’efforce de venir en aide aux enfants les plus démunis d’Asie du sud-est, organise, vendredi 24 novembre et samedi 25 novembre (de 10h à 19h) à Mouguerre-bourg, chez Mme Marie-Hélène Perret (186 place de l’église) sa traditionnelle vente d’artisanat et de produits gastronomiques du sud-est asiatique et du sud-ouest de la France.
Attention : certains produits (nems, tartes…) ne peuvent être achetés que sur commande avant le 16 novembre.
Contact : Marie-Hélène Perret, delegation64@enfantsdumekong Tel : 05 59 31 86 01
ou 06 17 79 50 84

Orient

La relance économique de la plaine de Ninive a commencé ! – Appel aux dons par Fraternité en Irak

Dans la plaine de Ninive libérée, Fraternité en Irak encourage la relance de l’activité économique pour soutenir le retour des réfugiés. Elle a ainsi créé un fonds dédié qui vise à permettre aux artisans et petits entrepreneurs de redémarrer leur activité et d’être acteur de la renaissance de leur ville. Elle a également missionné deux bénévoles qui se consacrent entièrement à ce projet. Près de 6 mois après son lancement, découvrez comment fonctionne ce programme !

LE PROJET EN DÉTAIL

Déjà une vingtaine d’artisans ont pu ré-ouvrir ou créer leur activité, et employer des salariés, faisant ainsi vivre plusieurs dizaines d’autres familles. Aujourd’hui, zoom sur deux d’entre eux : Adnan qui souhaite relancer sa menuiserie à Qaraqosh et Thamir qui s’apprête à ramasser les premiers légumes de l’après-Daech.

Adnan, menuisier à Qaraqosh
Thamir, agriculteur à Bartella

Vous pouvez, vous aussi, contribuer à la relance de la plaine de Ninive en faisant un don !

FAIRE UN DON !

 

Bénévolats/Caritatifs #NLH #NLQ

Fidesco – aide humanitaire en famille

Soline, Marin et leur petit garçon, Gaspard, vont quitter Tours le 5 septembre et partir en mission avec Fidesco. Direction Bogota, en Colombie, où ils vivront 2 ans. Pourquoi ? Comment ? Voici leurs réponses…

D’où vous est venue l’idée de partir ?

D’une rencontre avec d’anciens volontaires et d’un “besoin d’autre chose”.

Partir, oui, mais dans quel but ?

Pour plusieurs raisons :

  • Sortir de nos divans ! Comme nous l’a demandé le Pape François.
  • Pour être au service de l’autre et aller à sa rencontre.
  • Pour vivre une expérience forte tous les trois et prendre un temps pour construire notre foyer.

Avec qui partir ?

Il existe différents organismes. Pourquoi avez-vous choisi Fidesco ? Le fait d’être une famille réduisait beaucoup le nombre d’O.N.G. que nous pouvions solliciter. Nous avons également eu plusieurs bons retours de personnes parties avec FIDESCO. Et puis, surtout, le hasard des rencontres, des échanges… qui nous font prendre conscience que, non, ce n’est pas du tout le bon moment ( !) mais, qu’en même temps… c’est maintenant qu’il faut se lancer !

Direction Bogota. Une ville lointaine, pas spécialement réputée. Cela ne vous inquiète pas ?…

A partir du moment ou nos mamans ne sont pas inquiètes, tout va bien !

Honnêtement, nous faisons entièrement confiance à l’expérience de FIDESCO pour nous envoyer dans des endroits adaptés à une vie de famille, aussi chamboulée soit elle. De plus, le suivi reste constant sur place ; nous ne sommes pas lâchés en pleine nature sans contact ni possibilités de rapatriement (Koh Lanta ne prenait pas les familles !).

Qu’allez-vous faire sur place ?

Soline : Je travaillerai au sein du Centro de Capacitacion San Pedro Poveda. Ce centre accueille des enfants en situation de handicap venant de deux zones de Ciudad Bolivar (un quartier défavorisé de Bogota). Mon rôle sera de prendre soin d’eux, mais également d’accompagner, de former et de sensibiliser les familles au handicap. J’irai également au domicile de personnes ne pouvant pas se déplacer avec les sœurs de la communauté St Vincent de Paul. Je prends la suite d’une volontaire également ergothérapeute qui rentre cet été après 2 ans de missions.

Marin : Durant cette mission, je travaillerai au sein d’un foyer d’accueil créé il y a près de 30 ans pour répondre aux besoins des personnes âgées ayant de faibles ressources (et n’ayant plus de famille ou sans capacité de les prendre en charge), et serai chargé du développement de la communication de la fondation, et de l’organisation d’événements culturels pour collecter des fonds.

“Gaspard” : Je serai en charge de l’animation et de la répartition des doudous au sein d’une crèche locale et je préparerai également une grande fête pour mes 2 ans en novembre.

Est-ce une mission que vous avez “co-élaborée” avec Fidesco afin de tenir compte de votre profil ?

Nous avons eu un an de préparation avec FIDESCO :

  • 1 journée de découverte en octobre,
  • 5 jours de discernement en février,
  • 2 jours de préparation au départ en mai
  • 1 semaine d’envoi en août.

Nous avons eu un entretien en couple lors de la journée découverte pour présenter nos profils et nos motivations. Ensuite, nous avons eu un nouvel entretien en février, chacun de notre côté, pour mieux comprendre nos compétences (professionnelles et personnelles), nos contraintes (familiales, de santé, inquiétudes…). Suite à cette session, nous avons choisi de lâcher prise, de faire confiance, et avons donné notre “OUI” à FIDESCO. A partir de là, les membres de l’équipe ont pris un temps pour trouver une mission adaptée aux 75 volontaires de la promo 2017. C’est en mai que nous avons appris notre destination : “Soline, Marin nous vous proposons de partir à Bogota en tant qu’ergothérapeute et chargé de communication”.

Nos deux missions correspondent exactement à nos compétences professionnelles, mais ça n’est pas toujours le cas. Nous sommes appelés à une mission et ne la choisissons donc pas. En ce qui nous concerne, Soline aurait peut-être aimé tester ses compétences dans un autre milieu, mais le fait de travailler dans un pays étranger va forcément changer ses habitudes et sera de toute façon très enrichissant.

Durant ces deux années, partagerez-vous ce que vous allez vivre ?

A l’origine, nous avions le projet de couper un peu nos portables ultra connectés pour développer nos échanges et la rencontre… or nous nous retrouvons dans une capitale de 9 millions d’habitants avec eau courante, électricité et, bien évidement, internet. Cela va donc probablement changer nos plans.

Ceci dit, nous allons régulièrement envoyer des mails à nos proches, et si vous souhaitez faire partis de notre listing, envoyez nous un mail à : perrincastel@gmail.com

Vous pouvez également soutenir notre projet via notre lien internet : https://goo.gl/9g9J4O

L’heure du départ a sonné, mais avez-vous déjà songé à votre retour ?

Oh que oui ! Déjà de nombreux projets : restaurer une maison ancienne, peut-être agrandir notre famille et bien sûr rester en lien avec FIDESCO pour témoigner au maximum de notre expérience !

Qu’attendez-vous, enfin, de ce séjour, de cette mission, à la fois d’un point de vue humain, spirituel  et peut-être professionnel et familial ?…

En plus de créer une base solide pour notre foyer, nous ressentons le besoin d’une vie de foi et n’avons pas encore réussi à trouver notre équilibre. En mission, elle sera un pilier fort de notre quotidien et permettra ce cheminement que nous cherchons.

BV

A Noter :

En 2016, 187 volontaires Fidesco étaient sur le terrain.

Il est possible de partir avec Fidesco quels que soient sa formation professionnelle et son niveau d’études. Les prochaines rencontres Fidesco, pour découvrir, s’informer, postuler… auront lieu le 27 septembre, le 20 octobre et le 11 novembre 2017.

CONTACT :

Tél. 01 58 10 74 22

Courriel : contact@fidesco.fr

En France #NLH #NLQ

Ces KTO qui s’engagent – Blandine s’apprête à s’envoler pour le Brésil

Infocatho continue sa série de l’été “ces kto qui s’engagent” et est allé à la rencontre de Blandine, qui vous présente aujourd’hui le cheminement qui lui a permis de répondre à l’appel particulier de se mettre au service de jeunes filles-mères au Brésil, avec l’association Fidesco.

 

“Le Seigneur n’appelle pas les personnes qualifiées, mais Il qualifie les personnes qu’Il appelle !”

 

Blandine, présentez-nous votre projet.

Après treize ans d’enseignement auprès d’élèves de CM2 et de CP parisiens, j’ai choisi de me mettre en disponibilité humaine et professionnelle pour devenir coordinatrice de projet social. Il s’agit pour moi de répondre à cet appel en développant un maximum de compétences au service du projet de Sonho de mae (Rêve de maman !). Sonho de mae est un lieu d’écoute et d’accompagnement pour éviter la marginalisation ; c’est un lieu d’aide pour que les filles-mères assument leur responsabilité, par la participation à des formations et par la réalisation du trousseau de l’enfant.

Comment peu à peu cet appel a-t-il grandi en vous ?

Mes engagements fraternels et spirituels à travers le scoutisme, l’hospitalité de Lourdes, mes années à Foi et Lumière, mes participations aux JMJ … n’ont fait qu’accroître le désir de poser un regard particulier et aimant sur le plus petit, le plus fragile, la personne exclue ou blessée. Vaste programme, plus facile à évoquer qu’à réaliser 😊, mais pourquoi ne pas essayer !

En avril dernier, un voyage au Rwanda m’a permis de découvrir quelques missions Fidesco auprès des enfants de la rue au CECYDAR à Kigali, dans des écoles et un dispensaire, à Butare. De nombreux échanges enrichissants avec les volontaires, les correspondants pays et certains partenaires m’ont fait prendre conscience de l’importance et de la beauté de ces missions.

La simplicité et la joie de vivre, la sincérité et la charité, le partage, l’amitié et les émotions vécues lors des JMJ de Cracovie sur le campus Misericordiae avec L’Arche and Co invitaient à avoir le courage d’aller à contre-courant ; puis, il y a eu la demande du Pape François à quitter son canapé (le mien est rouge !) ; tout cela a fait écho à cette idée qui mûrissait déjà depuis un certain temps.

L’appel a donc grandi progressivement… Mais y a-t-il un déclic, un élément déclencheur ?

Ce fut un mail… un simple mail comme vous en recevez de nombreux…un mail rempli d’amitié qui vous invite simplement à vous lancer dans le discernement avec un : « pourquoi n’irais-tu pas à la journée de découverte ? » C’est vrai, pourquoi pas ? Et me voilà lancée dans l’aventure ! Une aventure qui n’applique aucun principe de notre société occidentale, ni la rentabilité, ni l’efficacité, ni la rapidité, mais qui permet simplement d’être et de prendre le temps de dire à CHACUN qu’il est digne d’être regardé, d’être aimé et « qu’il est plus beau que ce qu’il n’ose le croire » !

Je pars donc avec Fidesco qui, après une année de formation, m’envoie en mission pour deux ans. Fidesco a été fondée en 1981 et envoie des volontaires formés et compétents dans les pays en développement : 150 volontaires agissent aujourd’hui dans 24 pays dans le monde. Ils travaillent auprès des populations locales en partageant avec elles leur savoir-faire en éducation, agronomie, médecine, mécanique, enseignement, gestion… Sur place le volontaire reçoit une indemnité qui permet de vivre dans des conditions proches de celles des gens du pays. Des conditions modestes, mais justes.

Pouvons-nous nous associer à votre mission ?

Bien sûr ! Vous pouvez vivre cette aventure avec moi !  Comment ? En parrainant ces deux ans de mission.

– C’est très simple : soutenez Fidesco par un don par prélèvement de 15 € par mois (ou l’équivalent en seul don) et vous recevrez chaque trimestre mes rapports de mission. Vous pouvez souhaiter aussi plus simplement faire un don du montant de votre choix. Sachez qu’il n’y a pas de petit don et que votre aide est irremplaçable ! Si vous êtes imposable, notez que votre don mensuel de 15€ ne vous coûtera que 5,10€ (cf bulletin de soutien ci-joint à retourner à Fidesco). Pour soutenir ma mission directement sur internet : https://goo.gl/r8paso

– Priez pour moi mais aussi pour toutes ces jeunes filles et leurs enfants que je serai amenée à rencontrer !

 

Fidesco prend en charge les coûts de ma mission : formation avant le départ, billets d’avion, assurances, suivi administratif, indemnité de subsistance sur place … Une partie de ce budget est financée par le ministère des Affaires étrangères mais pour le reste (80 %) Fidesco vit de dons. Sans vous, Fidesco ne peut envoyer de volontaires. Sans vous, Fidesco ne peut pas répondre à l’appel des Eglises locales et de leurs évêques qui nous demandent notre aide.

Merci Blandine, bon vent… et comptez sur nos prières !

 

Bénévolats/Caritatifs #NLQ

Lyon – Cap’mission : dernière soirée d’information pour des missions humanitaires

Soirée échange – Départ solidaire à l’international

Mardi 13 Juin de 18h30 à 21h

 

Envie de partir à l’étranger au service des autres ?
Ne manquez pas la soirée d’échange autour d’un dîner pour en parler et échanger avec d’anciens volontaires qui reviennent de mission !

Cap’ Mission organise sa dernière soirée de l’année pour en découvrir plus sur les organismes qui font partir en mission de volontariat à l’étranger ; avec un zoom sur le projet de solidarité internationale des Scouts et Guides de France, qui envoient plus de 3 000 jeunes dans le monde chaque été !

Au programme :
- 18h30-20h : Présentation de différents projets et partenaires puis témoignages.
- 20h-21h : Repas

Rendez-vous :
Petites Cantines de Vaise, 37 rue Saint-Pierre de Vaise, Lyon 9e.
- Participation libre
- Inscription : Par mail à guillaume@lespetitescantines.org ou au téléphone : 04 26 64 79 24
- Rejoindre l’évènement Facebook ici

Source