Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messe des étudiants (louange, messe, veillée de prière) d’Île-de-France le 15 novembre 2018 à Paris

Comme chaque année, l’Archevêque de Paris invite les étudiants d’Île-de-France à se rassembler. Cette année, la messe des étudiants aura lieu le jeudi 15 novembre 2018 à 18h30, en la cathédrale Notre-Dame de Paris.

En ce début d’année universitaire, quoi de mieux que de se réunir à Notre-Dame de Paris pour un temps de louange, de célébration et de rencontre ?

Retrouvez la liste des chants sur le document ci-dessous !

PDF - 71 ko

Répétitions de chants

Répétition 1/3
Mardi 6 novembre, 19h30-22h30, à l’église Saint-Germain-des-Prés, entrée latérale
9 rue de l’Abbaye, 75006 Paris

Répétition 2/3

Dimanche 11 novembre, 14h-19h, à l’église Saint-Germain-des-Prés, entrée latérale
9 rue de l’Abbaye, 75006 Paris

Répétition 3/3
Jeudi 15 novembre, 17h, à la cathédrale Notre Dame de Paris, entrée par la grille
latérale à droite sur le parvis
Il est obligatoire de venir à toutes les répétitions, même si vous connaissez
déjà les chants, afin de porter le groupe et d’avancer plus rapidement. Les
horaires de fin de répétition sont donnés à titre indicatif, un travail efficace
garantira de terminer avant l’heure prévue.

Inscriptions bénévoles

Pour aider, servir, chanter ou jouer, un lien unique vers un formulaire en ligne
permet de s’inscrire : https://goo.gl/As7JG7

Au programme :


18h30 : Louange
19h15 : Messe présidée par Monseigneur Aupetit
20h30 : Veillée de prière

- À lire : « Que les jeunes prennent leur place dans l’Église », rencontre avec le Père Jean-Baptiste Arnaud, délégué de l’archevêque pour les jeunes adultes.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Veillée de prière pour la vie à Notre-Dame de Paris le 16 mai 2018 à Paris

À cette occasion, les évêques d’Île-de-France invitent les uns et les autres à la prière pour œuvrer toujours plus en faveur du respect de la vie humaine. Cette année, la Veillée de prière pour la vie prendra une dimension particulière en raison des débats liés aux États généraux de la bioéthique.

Comme chaque année, les diocèses d’Île-de-France organisent à Notre-Dame de Paris une grande Veillée de prière pour la vie. L’ensemble des évêques confient les uns et les autres dans la prière pour œuvrer toujours plus en faveur du respect de la vie humaine (début et fin de vie, handicap, exclusion des plus faibles, des plus âgés, des malades…).

Cette année, la 10e Veillée de prière pour la vie aura une dimension particulière, en raison des débats liés aux États généraux de la bioéthique et à la révision des lois qui suivra.

C’est la raison pour laquelle tous les évêques d’Île-de-France se mobilisent dans une courte vidéo. Ils nous interpellent :

« Les techniques médicales et les biotechnologies apportent des possibilités formidables, elles posent aussi des questions, que nous devons regarder en face.  »

« Comment encourager en toute circonstance le respect de l’être humain dans sa dignité et dans sa vulnérabilité, et comment éviter le risque de fabriquer des êtres humains selon nos désirs ? »

«  Accepterons-nous de rester présents aux personnes et de nous entraider dans les situations douloureuses ? »

«  Nous osons croire qu’un monde fraternel est possible  »

NLQ #Points non négociables PNN

Enquête Île de France – Ce qu’ils attendent de la loi de bioéthique 2018

En octobre 2017, l’Espace éthique d’Ile-de-France,  dirigé par Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale, a lancé un questionnaire « Loi de bioéthique, penser ensemble nos choix, anticiper notre futur » portant sur la loi de bioéthique de 2011 qui sera révisée en 2018.

 

Pour plus de 80 % des répondants, la bioéthique est un questionnement sur les limites de l’intervention humaine sur le vivant et, pour 50 % des répondants, elle est aussi une éthique de la recherche sur le vivant. Les soignants sont plus nombreux à considérer la médecine et la recherche médicale comme domaine constitutif de la bioéthique, ainsi que le soin et l’accompagnement, alors que les non-soignants insistent davantage sur la morale et le droit.

Les trois quarts des répondants estiment qu’il est important que les États généraux de la bioéthique contribuent à la fixation d’un « encadrement législatif soucieux de notre démocratie ».

Lire l’article complet

 

Les résultats de l’enquête

En France #NLQ

Institut catholique de Paris (ICP) : inauguration du campus restauré

Le mardi 3 octobre 2017, en présence du cardinal André Vingt-Trois, de Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, de nombreux prêtres et étudiants, le campus restauré de l’Institut catholique de Paris (ICP), situé au 74, rue de Vaugirard (6ème arrondissement de Paris) , a été inauguré.

Ce 3 octobre 2017 était également la journée inaugurale de l’Institut, marqué par différentes conférences et interventions. Cette journée historique a démontré l’importance de l’ICP dans Paris, mais aussi dans l’Île-de-France, ainsi que sa reconnaissance dans la vie publique. Comme le dit un commentateur, il s’agit d’ “un projet magnifique au cœur de Paris pour rendre toujours plus audible l’intelligence de la foi à nos contemporains !” Puisse-t-il être entendu !

Voici quelques photos :

 

 

En France #NLQ

Pour que l’école redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : la prochaine action de CitizenGO en France

Du 19 au 24 septembre, CitizenGO va voyager en bus à Paris et en Île de France pour que l’école redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : un lieu où l’on instruit les enfants.

Ils vont partir à la rencontre des parents d’élèves pour les inviter à la vigilance. Leur dire de surveiller de près ce qui se raconte à l’école. Au sein même des programmes scolaires officiels. Et ils vont demander au Président de la République et au Ministre de l’Education nationale de protéger les enfants.

C’est que le ministère de l’Education nationale (qui s’appelait autrefois le ministère de l’Instruction publique) a changé de rôle. Il a muté. Doucement, au fil des années. Sans que personne ne s’en rende vraiment compte. Désormais, instruire les enfants ne l’intéresse plus qu’à la marge. Son ambition, ce qu’il souhaite vraiment, fondamentalement, c’est de les éduquer. Autrement dit, de se substituer aux parents.

Pour soutenir cette action pour pouvez effectuer un don ici : https://donate.citizengo.org/fr/

Messes/Prières/Pèlerinages

“Que l’Esprit Saint nous renouvelle dans l’amour de la vie” : 9° veillée interdiocésaine pour la vie

Comme chaque année et pour la 9e année consécutive, une veillée pour la vie inter-diocésaine est proposée. Elle se déroule ce soir, mardi 30 mai à Notre-Dame de Paris de 19h30 à 21h30.

L’ensemble des évêques d’Île-de-France, tous présents, confieront les uns et les autres dans la prière pour œuvrer toujours plus en faveur du respect de la vie humaine, sous toute ses formes.

Source

NLQ #Points non négociables PNN

Avortement en Île-de-France : envers et contre tout

Après avoir publié son bilan, l’Agence régionale de Santé d’Île-de-France fixe ses objectifs en matière d’avortements et confirme son obstination en faveur du tout IVG.

Après la publication de son bilan (cf. Ile-de-France : l’IVG en 5 chiffres), l’ARS[1] d’Île de France a dévoilé son plan régional d’accès à l’IVG. Il s’inscrit dans le cadre de la préparation du Projet régional de santé 2018-2022 (PRS2). Ce plan pour Favoriser la Réduction des Inégalités D’accès à l’Avortement (FRIDA) procède d’une double ambition :

  • Amplifier les actions engagées pour améliorer le parcours des femmes et leur permettre un accès à une offre diversifiée. Des objectifs variés qui vont du développement de l’avortement par aspiration sous anesthésie locale pour assurer aux femmes « la liberté » du « choix de la méthode », à l’organisation d’initiatives locales pour permettre aux femmes de se saisir des questions de « santé reproductive » : contraception et grossesses non désirées.
  • Mettre en place les mesures nouvelles prévues dans le cadre de la loi de modernisation de notre système de santé. Elles concernent la réalisation des IVG médicamenteuses par les sages-femmes pour un déploiement de l’offre sur le territoire francilien et des IVG instrumentales en centres de santé sous anesthésie locale. Avec la reprise de la campagne de communication pour « permettre à tous les collaborateurs de l’Agence d’intégrer les orientations stratégiques nationales en matière d’IVG ».

Ces actions s’accompagnent chaque fois d’ « actions de formation et de sensibilisation des professionnels ». Un point important pour « positionner l’IVG en tant qu’activité médicale à part entière dans le système de soins, en tenant compte des spécificités requises pour son organisation ».

En effet, l’audit menée dans le cadre du programme FRIDA était accompagnée d’une « campagne de contractualisation des établissements de santé ». Celle-ci devait proposer « l’inscription d’un engagement relatif au développement de l’activité dans les établissements où le nombre d’IVG était jugé faible au regard de l’activité totale en obstétrique ». En d’autres termes, il s’agissait, comme le demande désormais la loi (cf. Avortement : l’Assemblée nationale veut imposer des quotas aux établissements de santé et Les députés votent définitivement le projet de loi santé), d’établir des quotas d’IVG proportionnels au nombre de naissance dans les services d’obstétrique. Mais le nombre Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens (CPOM) « concernés par un objectif IVG »s’est avéré faible. En cause, « des orientations visant à limiter le nombre d’objectifs négociés dans les établissements », mais aussi un axe de négociation qui n’a pas été évoqué ou encore le refus de certains établissements de s’engager sur ce thème.

Malgré « une approche incitative et pédagogique » pour sensibiliser les directions hospitalières et les équipes d’obstétrique, le rapport constate qu’il faut remobiliser des établissements (notamment l’AP-HP) sur les questions d’IVG. Il est nécessaire « de rester vigilant, en tant qu’ARS, quant au maintien d’une offre diversifiée et de proximité, dans le cadre de la constitution de Territoires (GHT) et de l’élaboration de leurs projets médicaux ».

La liste des actions engagées qui devront être poursuivies, développées ou mises en route dans le cadre de ce plan ne concerne que « l’égalité » d’accès à l’IVG. Tout est pensé pour que la femme puisse accéder aux « services de l’avortement » quelle que soit l’époque, le lieu ou la situation personnelle : dans les situations d’urgence, l’été, pour des femmes sans droits… La seule prévention à peine évoquée consiste à valoriser la contraception tous azimuts qui ne fait qu’entretenir les comportements à risques et ne permet pas une maîtrise responsable de la fécondité des femmes : « En 2007, d’après l’enquête sur les IVG de la DREES, deux femmes sur trois ayant eu une IVG utilisaient une méthode contraceptive qui n’avait pas fonctionné, en raison d’un oubli de pilule ou d’un accident de préservatif »[2] (cf. La contraception réduit le nombre d’avortement ? Réponse d’experts). A aucun moment, le rapport n’évoque l’accompagnement des femmes après l’IVG (Cf. Droit et prévention de l’avortement en Europe : un livre argumenté qui fait référence). Il confirme par-là l’obsession du gouvernement actuel de faire de l’IVG une cause à défendre. Envers et contre tout.

Pour aller plus loin :

IVG : Les ARS doivent élaborer un plan régional au plus vite

Ile-de-France : L’IVG en 5 chiffres

[1] Agence régionale de santé d’Île-de-France.

[2] DREES : Les interruptions volontaires de grossesse en 2015 (chiffres de 2013).

 

 Source

En France #NLQ

Il existait depuis 1936, le pèlerinage de Chartres des étudiants n’aura pas lieu cette année

Cette année, il n’y aura pas de pèlerinage des étudiants vers Chartres, il a semblé nécessaire aux évêques de changer la proposition. En concertation avec le cardinal Vingt Trois et les évêques d’Ile-de-France, un autre projet est proposé, celui d’une marche vers Montmartre dans la nuit du 28 au 29 avril 2017. Ce pèlerinage destiné aux 18-30 ans verra converger les différents groupes d’étudiants de Paris, et de certains diocèses d’Ile de France, après un enseignement donné par les aumôniers dans leurs lieux respectifs, vers ce sanctuaire consacré au Sacré-Cœur et à l’adoration eucharistique. Après une soirée de louange, adoration et confession, en cette année d’élection une messe pour la France y sera célébrée par Mgr Jérôme Beau.

Ce pèlerinage était profondément ancré dans les traditions estudiantines et remontait à la veille de la Seconde guerre mondiale. En 1935, une poignée d’étudiants de la Sorbonne décide en effet de marcher vers Chartres à la suite de Péguy. Ce dernier avait en effet accompli le pèlerinage de Chartres en 1912, accomplissant un vœu fait l’été précédent pour la guérison de son fils malade. Deux étudiants  portent l’initiative, Marie-Claude Pfenninger et Jean Aubonnet. L’année suivante, le pèlerinage étudiant est né : il dure trois jours et accueille une centaine de pèlerins.

Il continue à se développer et perdure malgré la guerre. Le Père Faidherbe, dominicain, donne au pèlerinage  des années 40 un dynamisme et une structure qui vont lui permettre de devenir le grand moment de l’année pour les groupes d’étudiants catholiques. En 1945, il rassemble déjà 4.000 marcheurs !

De la Libération au milieu des années 1960, le pèlerinage étudiant connaît un succès massif et régulier : la cathédrale de Chartres devenant trop petite pour accueillir tous les pèlerins, on en vient à dédoubler la messe de clôture, puis le pèlerinage en entier. On compte jusqu’à 12.000 pèlerins. Un étudiant parisien sur quatre y participe – facultés et grandes écoles.
Avec le milieu des années 1960 s’ouvre une période de difficultés. Au sein des universités, les chrétiens ont un mal croissant à se faire une place ainsi qu’à se retrouver. Le pèlerinage entame une phase de déclin relatif.

Vers 1990, l’archevêque de Paris, le Cardinal Lustiger (qui avait lui-même fait le pèlerinage quand il était étudiant en Sorbonne, et l’avait ensuite animé), charge deux aumôniers de relancer le pèlerinage. Avec les années 1990, la formule se renouvelle et l’ensemble de la ” génération étudiante ” de la région parisienne est invitée à y participer.
En 1996, la présence de la Croix des Journées Mondiales de la Jeunesse marque  les participants.

En 2000, le pèlerinage constitue la première des trois étapes proposées aux jeunes d’Ile de France pour leur démarche jubilaire. Rassemblant désormais un nombre régulier de pèlerins compris entre 2.500 et 3.500, à la date des Rameaux, il restait le rendez-vous fédérateur des différentes communautés étudiantes chrétiennes.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

9° veillée pour la vie – Lettre de Mgr Dubost

9° Veillée de prière pour la vie

Mardi 30 mai – de 19h30 à 21h30 – cathédrale Notre-Dame de Paris.

Dans sa lettre aux prêtres, Mgr Dubost présente le thème de la 9ème Veillée pour la vie : «  Que l’Esprit Saint nous renouvelle dans l’amour de la vie  ». Il invite à participer à cette veillée mais aussi vraiment à permettre à tous ceux qui le souhaitent mais qui ne pourront venir, de s’associer par l’intermédiaire de cartes-réponses disponibles dans les paroisses à partir du dimanche des Rameaux. Il s’agit d’exprimer le don, la force, la lumière qu’on demande à l’Esprit Saint ou le pas en avant qu’on veut faire pour être davantage au service du respect de la vie humaine et de se confier à l’intercession des évêques et de toute l’Église rassemblée. La carte est faite de telle manière que l’intention puisse rester confidentielle.

“Pour la 9° année, les évêques d’Ile-de-France se rassembleront le 30 mai prochain pour une veillée de prière pour la vie. Il s’agit d’être ensemble pour demander pour tous, et en particulier pour tous les baptisés, pasteurs et fidèles laïcs, la grâce d’un vrai respect de la vie, d’un vrai service de la vie humaine.

Le 30 mai étant quelques jours avant la Pentecôte, l’équipe de préparation a souhaité que la veillée 2017 appelle l’Esprit Saint et ses dons pour qu’il fortifie tout le peuple de Dieu dans le service de la vie humaine, dans ses débuts, dans sa fin, dans toutes les situations de vulnérabilité qu’un être humain peut connaître (drogue, chômage, réfugiés, migrants, enfants…).

Comme l’an passé, il serait bon de permettre à tous de s’associer à la veillée, même à ceux qui n’y pourront venir. L’idée est d’offrir la possibilité d’exprimer le don, la force, la lumière qu’il demande à l’Esprit Saint ou le pas en avant qu’il souhaite faire pour être davantage au service du respect de la vie humaine et de se confier à l’intercession des évêques et de toute l’Eglise rassemblée. Le service de la communication vous fera parvenir un paquet de cartes-réponses (…) Merci à vous de les diffuser le plus largement possible. (…)

D’avance, je vous remercie pour votre aide et, dans l’attente de vous retrouver pour la messe chrismale, je vous un souhaite un bon carême.”

Mgr M.Dubost

 

 

Agenda / Annonce

Messe de rentrée des étudiants d’Ile-de-France le 16 novembre

Comme chaque année, le Cardinal Vingt-Trois invite tous les étudiants des huit diocèses d’Ile-de-France à se rassembler pour une messe de rentrée, en la cathédrale Notre-Dame.

Ce rassemblement permettra de confier au Seigneur cette année universitaire qui commence afin qu’il bénisse et soutienne chacun dans les joies comme dans les épreuves de ses études. Ce sera aussi une occasion de rendre grâce à Dieu pour les Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie ainsi que pour le Jubilé de la Miséricorde qui s’achève.

Venez puiser à la source de l’eucharisstie la force et la joie d’accomplir la mission de l’Eglise, votre mission, dans les aumôneries, les groupes paroissiaux, les mouvements auxquels vous appartenez, au service de l’Evangile, et de tous les étudiants d’Ile-de-France.

PROGRAMME DE LA SOIREE :

– 18h30 : Temps de louange dans la cathédrale

– 19h15 : Messe présidée par le Cardinal André VINGT-TROIS avec les évêques d’Ile de France

– 20h30 : Temps d’adoration eucharistique à l’intérieur de la cathédrale, possibilité de se confesser et de confier des intentions de prière

Informations pratiques