Articles #NLQ #Points non négociables PNN

IVG en Irlande : une objection de conscience limitée

Les médecins généralistes irlandais auront le droit de ne pas pratiquer d’IVG s’ils ne le souhaitent pas, mais ils seront dans l’obligation de fournir toutes les informations nécessaires aux patientes pour qu’elles aient accès à l’IVG ailleurs, a déclaré Harris Simon, ministre irlandais de la santé. « Aucun médecin, aucune infirmière, aucune sage-femme n’est obligée de pratiquer cet avortement s’ils sont objecteurs de conscience », a-t-il expliqué.

 

Une assemblée générale extraordinaire de l’Irish College of General Practionners (ICGP) s’est tenue cette semaine, pour débattre des conditions pratiques de la mise en place de l’IVG dans le pays, prévue en janvier 2019. L’ICGP souhaite que les services d’avortement se fassent sur la base du volontariat des médecins.

 

Déçus de ne pas avoir été écoutés concernant le droit à objecter complètement, une trentaine de médecin a quitté la salle avant la fin de l’assemblée générale (cf. Avortement en Irlande : les médecins demandent à inscrire leur droit à l’objection de conscience dans le projet de loi ).

 

Source : genethique.org

Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Irlande : Moins de 130 000 personnes à la messe du Pape sur les 500 000 prévus

NLQ #Points non négociables PNN

Irlande : les trois facteurs qui ont précipité le vote pro-avortement

Voici bientôt trois mois que les Irlandais ont abrogé par leur vote pro-avortement le 8e amendement de la Constitution de l’Irlande. C’était le 25 mai et les défenseurs de la vie tentent toujours de comprendre pourquoi ce pays catholique en est arrivé là. Comment tant de citoyens opposés à l’avortement libre ont-ils rejeté le principe de protection de l’enfant à naître ? Pourquoi tant de gens ont-ils répondu aux militants d’un camp ou d’un autre qu’ils étaient pro-vie mais ont finalement voté oui à l’abrogation ? Qu’est-ce que les militants pro-vie ont pu oublier ou négliger pour que le corps électoral délivre une victoire aussi massive aux avorteurs ? Quelques réponses à ces questions commencent à se dessiner.

Lire la suite sur réinformation.tv

Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Photos du jour : le pape François, figurine touristique en Irlande…

Au pays qui vient d’autoriser l’avortement et à l’occasion des journées mondiales de la famille de Dublin… Que de paradoxes….

Souvenir “Lollipopes” on sale in Dublin as Ireland prepares to welcome Pope Francis next month, the first papal visit to Ireland since 1979. PRESS ASSOCIATION Photo. Picture date : Monday July 16, 2018. Photo credit should read : Niall Carson/PA Wire

Pope Francis novelty alarm clocks on sale in Dublin as Ireland prepares to welcome him next month, the first papal visit to Ireland since 1979. PRESS ASSOCIATION Photo. Picture date : Monday July 16, 2018. Photo credit should read : Niall Carson/PA Wire

 

Tribunes et entretiens

Le style du pape François a-t-il facilité le vote pour l’avortement en Irlande ?

On s’est beaucoup demandé pourquoi et comment l’Irlande si catholique a pu approuver la modification de sa constitution afin de rendre possible la légalisation de l’avortement. La première réponse, la plus facile, est que l’Irlande est de moins en moins catholique puisque la pratique religieuse se contracte au fil des générations, et ce même si près de 80 % de la population se dit catholique. La seconde, c’est que les évêques ont préféré faire profil bas, jugeant l’Eglise trop victime d’une mauvaise presse liée à divers scandales, réels ou supposés, pour pouvoir peser sur le débat. Mais il y a une troisième raison, mise en avant par une ex-religieuse dans un des quotidiens « mainstream » de l’Ile d’Emeraude : le style du pape François a eu une influence sur le vote, le « oui » à 66 % pour l’avortement n’est pas sans lien avec son refus de porter des jugements sur des comportements gravement peccamineux que le monde entier a retenu à travers ses célèbres paroles, « Qui suis-je pour juger ».

Lire la suite sur réinformation.tv

Brèves #NLH

Lettre à Guillaume Goubert sur l’affaire Gaulmyn – Ne restons pas sans agir

InfoCatho n’a pas réagi jusque là à l’affaire Gaulmyn, laissant la parole aux différentes tribunes relayées par nos rédacteurs. Mais nous nous associons à cette pétition pour donner à nos lecteurs la possibilité de faire entendre leur désaccord auprès d’un média revendiqué catholique et qui pourtant, sur ces sujets délicats, ne semble pas des plus clairs.

 

NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Irlande : tous les hôpitaux, même catholiques, seront obligés de pratiquer des avortements

Le Premier Ministre irlandais, Leo Varadkar, s’adressant au Parlement, a affirmé que tous les hôpitaux en Irlande, y compris ceux qui ont une éthique différente, et principalement les hôpitaux catholiques, seront obligés d’organiser les avortements en leurs murs, dès que la nouvelle loi autorisant l’avortement serait votée et en application. Ce médecin, ayant aussi été Ministre de la santé, n’y va pas par quatre chemins.

Leo Varadkar précise qu’autant les infirmières, les médecins ou sages-femmes ont la liberté de ne pas participer aux avortements sur base de la clause de conscience, autant les institutions n’auront pas le choix.

« Les hôpitaux financés par les fonds publics, ne pourront pas refuser d’offrir ces services qui seront bientôt légaux, et ce, quelque soit le patron ou le propriétaire de ces institutions. Je peux vous en assurer ! Par exemple, Holles Street, The Mater, St Vincent ‘s et d’autres qui sont catholiques, devront se plier à cette loi. »

 Source : BBC via Institut européen de bioéthique

Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Le vote sur l’avortement en Irlande entaché d’irrégularités ?

Les résultats du référendum irlandais qui vit la victoire du « oui » à l’avortement à 66,5 %, se trouvent contestés devant la Haute Cour du pays. Trois demandes distinctes d’autorisation de contestation ont été déposées, pointant des irrégularités : radiations inexpliquées, doubles votes et surtout désinformation de la campagne médiatique et étatique… Selon l’une des signataires, Joanna Jordan, la différence entre les deux parties n’était que de 2,6 % dans les sondages le 24 mai, soit la veille du referendum : l’écart final mérite d’autres explications.

Lire la suite sur reinformation.tv

NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Irlande : les médecins demandent l’inscription de l’objection de conscience à l’avortement

Dans l’actuel projet de loi avortement, refuser de transférer une patiente vers un médecin pratiquant l’IVG « constituerait une violation de la loi ». En effet, si la loi autorise l’objection de conscience et permet aux médecins de ne pas pratiquer d’IVG, elle les oblige toutefois à « prendre des dispositions pour le transfert des soins de la femme enceinte concernée afin de lui permettre de procéder à l’interruption de cette grossesse ».

Medical Alliance for the Eighth, représentant les professionnels de santé opposés à l’avortement, a demandé au gouvernement d’« étendre les protections des objecteurs de conscience aux généralistes qui refusent de transférer les femmes à d’autres médecins ». En effet, « si les médecins, les infirmières et les sages-femmes sont opposés à l’avortement, alors ils ne souhaitent pas être impliqués dans le processus » a expliqué le Dr O’Regan, de Killarney, considérant que l’IVG « va à l’encontre de toute [sa] conscience et (…) de tout ce qu’[il] comprend comme étant de bons soins ». Le médecin ajoute même : « Le grand mot à la mode pendant toute la campagne a été le choix. Qu’en est-il du choix des médecins qui disent ‘ce n’est pas ce que nous avons signé’ ? »

Médecins pour la Vie, un autre groupe de médecins ayant fait campagne en faveur du ‘non’, a déclaré que si le gouvernement acceptait d’élargir le droit à l’objection de conscience, ce serait « une voix claire pour ces professionnels de santé qui ne souhaitent pas faire usage de leurs compétences contre les membres les plus faibles de la société, quel que soit leur âge ». « Nous ne ferons aucune action permettant délibérément de mettre fin à la vie de l’un de nos patients » a communiqué le groupe

Source : genethique.org

A la une #NLH #Tribunes et entretiens

Après le référendum irlandais, inventer une nouvelle culture de la vie

de Gérard Leclerc dans France Catholique :

Est-il possible de tirer des leçons raisonnables à la suite du référendum qui vient d’approuver en Irlande, à une majorité des deux tiers, la fin de l’interdiction de l’avortement ? Face à un tel raz-de-marée, les défenseurs de la vie risquent de sombrer dans le découragement. Et cela d’autant plus que les mécanismes qui ont entraîné un vote aussi massif semblent, à vue humaine, irrépressibles. Comment résister à une tendance qui a déjà emporté toute l’Europe, conquis la plupart des moyens d’information avec des arguments qui portent, eu égard à leur charge affective très forte ? Toute la presse a également mentionné la baisse d’influence de l’Église dans ce pays de longue tradition catholique, à la suite d’une série de scandales, notamment en matière de pédophilie. On se souvient encore de la lettre adressée par Benoît XVI aux fidèles irlandais plongés, disait-il, dans la plus sombre des situations.

Il est incontestable aussi que, depuis les années soixante, une révolution s’est produite dans les mentalités, qui ne s’explique pas seulement par l’effondrement de la pratique religieuse. C’est la morale commune qui s’est trouvée dévalorisée, jusqu’à la déconstruction de la conscience éthique de la personne. Ce qui était, autrefois, objet d’interdit a été décrété archaïque, non seulement par les courants les plus extrêmes du gauchisme culturel mais aussi par des courants libéraux libertaires qui ont autorisé toutes les transgressions. Et nous savons que cela continue aujourd’hui, avec l’instrumentalisation technique de la reproduction et la justification du suicide assisté, avec des provocations qui vont jusqu’à l’obscénité. On l’a vu récemment en Suisse.

Les défenseurs de la vie sont donc face à un formidable défi. Ils n’ont aucune chance de gagner sur le terrain législatif, dès lors qu’ils ont perdu l’opinion. Or, toute évolution ne peut s’opérer que par la sensibilisation de l’opinion, qui, aujourd’hui, ne ressent que certains dommages, d’ailleurs non contestables, de l’interdiction de l’avortement. En France, au moment de l’élaboration de la loi Veil et de la bataille d’opinion qui l’avait précédée et accompagnée, nous avions déjà connu cette objection massive de la souffrance des femmes, des drames causés par la clandestinité des pratiques abortives. À l’époque, ces arguments avaient tout emporté, les défenseurs de la vie apparaissant comme des esprits rigides, bardés de principes cruels. Par la suite, les choses se sont aggravées, puisqu’on est passé d’une loi de tolérance et de compassion à un impératif rigoureux. L’exception est devenue la règle et l’opposition dénoncée comme attentatoire aux droits des femmes. C’est au point où même l’objection de conscience se trouve délégitimée, ce qui est gravissime dans un État de droit. Inventer une nouvelle culture de la vie, tel est le seul objectif raisonnable. Mais il faudra du temps pour rendre évidente à la conscience la réalité de la vie naissante. Une vie naissante qui, quoi qu’on en dise, se trouve cruellement interrompue par l’acte abortif.