A la une #Articles #Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Les chrétiens, une “secte juive”

 

Voilà une expression qui va faire grincer des dents… Et pourtant… Que signifie « secte », sinon le rameau coupé de sa branche, sectionné. Et en effet le christianisme est un rameau issu du judaïsme et considéré comme secte par les juifs eux-mêmes.

Reprenons les choses à leur origine.  Jésus et les apôtres ne font rien autre que suivre la liturgie du temple et aller à la synagogue lorsqu’ils ne sont pas à Jérusalem. Et après la mort de Jésus, les apôtres continuent, le plus naturellement du monde, à aller au Temple. Rien de plus normal, puisque le Christ est venu accomplir l’attente messianique, celle de tout ce peuple.

Et au début, les juifs ne les empêchent pas de venir au Temple. Ils leur interdisent d’y parler au nom de Jésus. Mais progressivement les choses vont se détériorer. Nous en voyons deux occurrences majeures. A Antioche, le nom de chrétien devient l’insulte moqueuse pour la secte de ceux qui suivent ce Christ crucifié. Mais historiquement, il se trouve que nombre de synagogues de par la Judée ont suivi le Christ et les apôtres, faisant de fait défection de la souche mère du judaïsme. Ce qui ne fut pas du goût des chefs des prêtres.

De là intervint un nouvel événement majeur dans l’histoire de cette rupture. Lorsque l’empereur demanda à tous les peuples de l’empire de sacrifier aux dieux de Rome, dans un appel à la cohésion civique qu’on ne peut comprendre aujourd’hui tant la laïcité a envahit la vie publique, les fidèles du Christ ont tout naturellement invoqué l’exemption juive. En effet dans l’empire, les juifs étaient les seuls à être dispensés de prier les dieux de Rome, en contrepartie d’une prière à leur Dieu.

Mais ce sont les juifs qui ont dénoncé cette « secte » comme n’étant pas juive, donc ne devant pas bénéficier de l’exemption, ouvrant la voie aux persécutions antichrétiennes des premiers temps du christianisme et à la rupture officielle entre juifs et chrétiens.

 

 

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #39 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – “Quelle attitude devons-nous adopter face à des amis qui sont racistes jusqu’au bout des ongles ?”

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

Quelle attitude devons-nous adopter face à des amis qui sont racistes jusqu’au bout des ongles ?

Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.

 

A noter : le Père Michel-Marie sera en concert à Paris le 19 janvier 2019.

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Prédication du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine du 17 décembre 2018 – “C’est ce que nous sommes chacun qui compte aux yeux de Dieu”

Suite à l’interview du père Michel-Marie sur la chaîne québécoise TVA dans l’émission La Victoire de l’Amour, le célèbre prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur revient régulièrement pour commenter l’évangile du jour.

Ici Mt I, 1-17

Version audio seule.

Le père Michel-Marie dédicacera son livre L’Evangile à coeur ouvert le 23 décembre 2018 à la Librairie La Procure à Paris (6e)

Par ailleurs, il donnera un récital inédit de ses chansons le 19 janvier 2019 au Théâtre de l’Athénée-Louis Juvet à Paris : les places partent vite !

Afrique non francophone #NLQ

Après 57 ans d’absence, Marie est à nouveau accueillie à La Goulette, en Tunisie

Au cours de la première moitié du XXe siècle, les fidèles chrétiens organisaient la procession de La Madone de Trapani (Sicile) dans plusieurs villes tunisiennes, notamment, Sfax, Tabarka et Hammam-Lif. La fête signifiait la fin de la saison de la baignade et annonçait l’arrivée prochaine de l’automne. Et même les musulmans et les juifs la célébraient avec la même ferveur que les chrétiens.

Cette fête religieuse a été observée à nouveau cette année, le mardi 15 août 2017, à l’église Saint-Augustin-et-Saint-Fidèle de La Goulette, banlieue nord de Tunis, au milieu des fidèles chrétiens de différentes nationalités et des Tunisiens de confessions musulmane et juive, sous les applaudissements, les youyous et les chants liturgiques.

La messe a été célébrée par l’achevêque de Tunis, en présence du maire de La Goulette. Notons que cette procession de La Madone, qui se tenait annuellement chaque 15 août, était observée, durant toute la période coloniale, par la communauté italienne de La Goulette durant les premières années de l’indépendance avant d’être brutalement interrompue vers les années 1961-1962.

Après 57 ans d’absence, le retour de la fête de la Madone sur cette terre de Tunisie est une joie !

Un texte proposé par l’association Marie de Nazareth : mariedenazareth.com

A la une #NLQ #Rome

Le pape François prend la défense de Pie XII

 

Au cours de sa messe matinale à Sainte-Marthe, François a rappelé lundi 5 juin les « risques » pris par Pie XII pour que les juifs soient cachés dans les couvents pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le pape François a pris, lundi matin 5 juin, la défense de son prédécesseur Pie XII, rappelant les « risques » que celui-ci avait pris pour cacher les juifs persécutés à Rome pendant la Seconde Guerre mondiale.

Prêchant, au cours de sa messe matinale dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, sur les œuvres de miséricorde, François a rappelé qu’«  une œuvre de miséricorde, ce n’est pas faire une chose pour décharger sa conscience » mais « aussi compatir à la douleur d’autrui ».

« Ceux qui ont pris des risques, en commençant par Pie XII »

« Partager et compatir, cela va ensemble », a expliqué le pape, « mais aussi risquer », a-t-il ajouté. « Et plusieurs fois, on prend des risques, a alors ajouté le pape. Pensons, ici, à Rome, au milieu de la Guerre, ceux qui ont pris des risques, en commençant par Pie XII, pour cacher les juifs, pour qu’ils ne soient pas tués, qu’ils ne soient pas déportés. Ils ont risqué leur peau. Ce fut une œuvre de miséricorde que de sauver la vie de ces gens ! »

Le procès en béatification de Pie XII, dont les vertus héroïques ont été reconnues en décembre 2009, est pour l’instant à l’arrêt, dans l’attente de la reconnaissance d’un miracle à son intercession, mais aussi à cause des conséquences politiques d’une éventuelle béatification, notamment en ce qui concerne les relations avec le judaïsme.

Message de Noël 1942

Le rôle du pape Pacelli pendant la Seconde Guerre mondiale reste en effet controversé, beaucoup d’historiens estimant qu’il aurait dû condamner plus fermement la Shoah, ce qu’il n’aurait pas fait par prudence diplomatique et pour ne pas mettre en péril les catholiques dans l’Europe occupée.

D’autres rappellent au contraire son message de Noël 1942 où il évoquait les « centaines de milliers de personnes, qui, sans aucune faute de leur part, et parfois pour le seul fait de leur nationalité ou de leur race, ont été vouées à la mort ou à une extermination progressive », bien compris à l’époque, y compris par les nazis, comme une condamnation de la persécution contre les juifs.

> DOCUMENT : Message de Noël de Pie XII du 24 décembre 1942

En outre, à Rome, beaucoup se souviennent aussi des instructions données pour que les couvents et institutions religieuses accueillent les juifs persécutés en Italie.

> DOCUMENT : Pie XII et les juifs

 

Source

A la une #NLQ #Rome

Le séminaire français de Rome distingué pour avoir caché des Juifs

La Fondation internationale Raoul Wallenberg  remettra le titre de « Maison de vie  » au Séminaire pontifical français de Rome pour avoir caché de nombreux réfugiés, en particulier des juifs, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Une plaque commémorative sera dévoilée le 9 mai 2017, à 18h, dans le hall d’entrée du Séminaire, annonce un communiqué de l’établissement. La cérémonie se déroulera en présence de nombreuses personnalités diplomatiques et ecclésiastiques et de représentants de la communauté juive de Rome.

Le Séminaire pontifical français de Rome a servi de refuge aux officiers anglais et américains, aux soldats italiens refusant de se battre aux côtés des Allemands et à 50 Juifs dont les noms sont conservés dans la « liste des réfugiés israélites au Séminaire pontifical français ».

Cette « liste » a été publiée dans l’ouvrage « 150 ans au cœur de Rome. Le Séminaire français 1853-2003 », en 2004. Elle compte quarante hommes (ou jeunes garçons) et dix femmes (ou jeunes filles) juifs cachés au Séminaire en 1943.

 

 Lire la suite

A la une #NLH #NLQ #Rome

La Torah, un amour fait de paroles et de gestes concrets, rappelle le pape

La Torah est un livre connu dans les grandes lignes, par les catholiques, comme on se rappelle une des histoires de nos enfances,  mais méconnus dans son détail. Trop souvent on en retient le déconcertant des batailles, d’un Dieu vengeur (sans savoir ce que veut dire vengeance) ou les roublardises des prophètes, quand on ne fuit pas leur rugosité considérée d’un autre âge.

Pourtant le pape François rappelle le sens de ce qui demeurent des histoires saintes :

La Torah « manifeste l’amour paternel et viscéral de Dieu, un amour fait de paroles et de gestes concrets, un amour qui devient alliance. Et justement cette parole alliance est riche de résonances qui nous rapprochent »

Le Pape François, rapporte radio Vatican, a reçu ce matin une délégation internationale d’intellectuels juifs, menée par son « frère et ami » argentin le rabbin Abraham Skorka, pour la présentation d’une nouvelle édition de la Torah. Se rencontrer autour de la Torah, « l’enseignement vivant du Dieu vivant », selon les termes de saint Jean-Paul II, revient à se rencontrer « autour du don du Seigneur, de Sa révélation, de Sa parole », a déclaré le Pape François.

La Torah « manifeste l’amour paternel et viscéral de Dieu, un amour fait de paroles et de gestes concrets, un amour qui devient alliance. Et justement cette parole alliance est riche de résonances qui nous rapprochent », a estimé le Pape. « Dieu, le plus grand et fidèle Allié », a appelé Abraham « pour former à partir de lui un peuple qui devienne une bénédiction pour tous les peuples de la terre, et rêve d’un monde dans lequel les hommes et les femmes soient alliés avec Lui et donc vivent en harmonie entre eux et avec la Création ».

Le pape François a rappelé que la volonté divine est celle de l’unité entre juifs et chrétiens : « Au milieu de tant de paroles humaines qui poussent malheureusement à la division et à la compétition, ces paroles divines d’alliance ouvrent à nous des voies de bien à parcourir ensemble », le Pape mettant en valeur un « dialogue fraternel et institutionnel » désormais « consolidé et efficace » entre juifs et chrétiens.

 

 Source

A la une #En France #NLQ

Infographie religieuse du vote de la Primaire

Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies d’entreprise de l’institut de sondages Ifop, revenait sur l’infographie du vote religieux lors des primaires de la droite et du centre, dans un article du Figaro du 7 décembre 2016.

Nous en extirpons quelques grandes lignes pour InfoCatho

François Fillon a obtenu 59 % des voix des catholiques pratiquants de droite au premier tour de la primaire et 83 % au second.

L’électorat catholique pratiquant de droite, qui représente environ 15 % de l’ensemble de l’électorat de droite, s’est nettement plus mobilisé que la moyenne des électeurs de droite. 36 % d’entre eux ont participé au premier tour de la primaire, contre 27 % pour l’ensemble des sympathisants Républicains. François Fillon s’est taillé la part du lion de cette composante, avec 59 % de ces catholiques pratiquants de droite, 10 points de plus qu’auprès de l’ensemble des électeurs LR.
Même s’ils n’ont pas voté de manière monolithique : 27 % optant pour Nicolas Sarkozy et 11 % pour Alain Juppé.

François Fillon, qui surclasse déjà très largement son rival dans l’électorat de droite en général avec un score de 75 %, atteint 83 % parmi les catholiques pratiquants de droite

L’analyse des bureaux de vote dans certains départements fait apparaître un vote de l’électorat juif en faveur de Nicolas Sarkozy. Dans le XVIIIe arrondissement de Paris, où il n’a obtenu en moyenne que 13,7 % des voix, Sarkozy atteint 28,2 % dans le bureau situé 40 bis rue Manin, au cœur d’un quartier juif et 28,1 % dans celui implanté 152 rue d’Aubervilliers. C’est dans ces deux bureaux de l’est parisien, et pas dans les XVIe ou VIIIe arrondissement, qu’il a enregistré ses meilleurs résultats à Paris

Dans des bureaux de vote correspondant à des quartiers ou des communes à forte population originaire de pays musulmans, on constate un vote massif en faveur d’Alain Juppé.