Asie #NLQ

Pakistan : une femme chrétienne brûlée vive pour avoir refusé d’épouser un musulman

La jeune Pakistanaise de 25 ans a succombé à ses brûlures le dimanche 22 avril. La victime de l’attaque à l’acide Asma Yaqoob recevait un traitement à l’hôpital Mayo de Lahore depuis quelques jours. Elle a été attaquée par un musulman éconduit qui voulait la forcer à se convertir à l’islam.

L’affaire Asma Yaqoob

Asma surnommée Maria a été demandée en mariage par un musulman, Rizwan Gujjar. Pour cette raison, âgé de 30 ans, Rizwan faisait pression sur Asma pour qu’elle se convertisse à l’islam. Asma a refusé sa proposition, refusant de renoncer au christianisme. Furieux du refus d’Asma, Rizwan Gujjar a répandu de l’essence sur Asma et y a mis le feu.

Asma était basée à Sialkot et travaillait comme esthéticienne depuis deux ans. Elle sera enterrée à Sialkot. L’incident odieux s’est déroulé le mardi 10 avril, quand Asma s’est rendue dans la ville de Pak Pura afin de préparer une épouse pour son mariage. Vers 23 heures, elle a été informée que son frère la recherchait.

Il s’est avéré que Rizwan, l’avait trompée en utilisant le nom de son frère. Dès qu’elle est arrivée, Rizwan lui a jeté de l’essence en grande quantité et y a immédiatement mis le feu. Alors qu’Asma hurlait, la famille de la mariée éteignit les flammes et la transporta à l’hôpital civil de Sialkot.

90 % du corps d’Asma a subi des brûlures, lui laissant peu de chances de survivre. La famille d’Asma a été informée plus tard de l’incident. Elle a été transportée à l’hôpital Mayo de Lahore, car l’hôpital civil ne dispose pas d’une unité spécialisée pour les brûlures. Après avoir lutté pour sa survie pendant 12 jours, Asma a succombé à ses brûlures. Les médecins craignaient que la moindre injection dans ses plaies ne soit fatale, car elle présentait peu de signes de guérison. La famille d’Asma a déposé une FIR (First Information Report) au poste de police de Haji Pura le 10 avril.

L’attaquant Rizwan Gujjar était l’ami du frère cadet d’Asm’a, Nabeel Yaqoob. Pour cette raison, Rizwan a visité la maison d’Asma. Pendant une telle visite, Rizwan a vu Asma et a été attirée vers elle et voulait l’épouser. Pour cette raison, il l’a proposé à Asma, il y a environ trois mois. Elle l’a refusé et a informé sa famille de la proposition de Rizwan. Le refus a incité Rizwan à mener cette attaque atroce.

 

Source : Belgicatho et Christians in Pakistan

Asie #Dans le Monde #NLQ

Au diocèse de Lahore, des cimetières catholiques expropriés et vendus à des constructeurs

Dans cette région proche de l’Inde, le gouvernement local pakistanais a déjà spolié et occupé illégalement trois cimetières qui sont propriété du diocèse. Plus de 100 chrétiens protestent actuellement dans la région contre la profanation de ces lieux de sépulture chrétienne.

Lire la suite sur reinformation.tv

Asie #NLQ

Pakistan – Ferveur religieuse malgré la peur et l’insécurité régnant parmi les chrétiens

 « La petite minorité des chrétiens au Pakistan a célébré Noël et le passage de la nouvelle année avec une ferveur religieuse. Malgré les risques pour la sécurité après l’attaque terroriste perpétré contre une église méthodiste de Quetta le 17 décembre, la dévotion, la prière, l’esprit de Noël n’a pas fait défaut, ni dans les maisons, ni dans les églises et a toujours été très vivant ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides Aftab Alexander Mughal, laïc catholique directeur de la revue Minority Concern, qui s’occupe de la protection des minorités religieuses, et par ailleurs ancien Secrétaire exécutif de la Commission épiscopale Justice et Paix du Pakistan.

« L’attentat a envoyé une onde de choc et un message sanglant aux chrétiens vulnérables qui coulaient seulement célébrer la naissance de Jésus Christ. Les fidèles ont célébré Noël dans tout le pays sous étroite surveillance et ils ont été prudents, notamment parce que, selon des rapports diffusés par les moyens de communication, les terroristes prévoyaient d’attaquer plusieurs églises » remarque Aftab Alexander Mughal. Le Département anti-terrorisme a arrêté trois terroristes à Muzaffargarh, au Pendjab méridional, le 22 décembre, tous membres du prétendu « Etat islamique », qui affirmaient vouloir conduire des attaques le jour de Noël.

« Jusqu’ici, le gouvernement a fait preuve de peu de protection ou de préoccupation. Actuellement, il existe une sensation irrésistible d’insécurité parmi les chrétiens pakistanais qui se sentent de plus en plus en danger. Les chrétiens constituent une petite minorité au sein de la population locale et gèrent différentes institutions éducatives et sanitaires servant les communautés locales indépendamment de leur foi et de leur ethnie » explique Aftab Alexander Mughal.

« L’Etat affirme que l’épine dorsale des organisations terroristes a été brisée au travers de différentes opérations antiterroristes. Cependant, une question demeure : comment se fait-il que les terroristes soient encore en mesure de mener des attaques dans de nombreuses grandes villes et zones considérées comme sûres ? Certes, cela démontre les défauts en matière de politique de sécurité malgré les opérations militaires en cours » indique Aftab Alexander Mughal. En outre, de nombreux représentants politiques continuent à nier la présence du prétendu « Etat islamique » dans le pays alors qu’au cours de ces dernières années, le groupe en question a revendiqué différentes attaques sanglantes.
Il ajoute : « La militance continuera à prospérer si sont tolérés les prédicateurs qui incitent à la violence et promeuvent l’incitation à la haine, ainsi que nous l’avons vu voici seulement quelques semaines au cours des manifestations de Faisalabad à Islamabad, capitale du Pakistan. La haine porte à la radicalisation, au terrorisme. Après avoir visité l’église et les blessés de l’attentat de Quitta, des membres chrétiens et musulmans de la Commission consultative interreligieuse ont demandé au gouvernement d’affronter les causes profondes de l’intolérance et de l’extrémisme.
« Le Pakistan souffre à cause des nombreuses attaques terroristes perpétrées depuis 2001, mais les autorités pakistanaises ont largement ignoré les activités de certains groupes confessionnels, militants et terroristes. Depuis 2001, ce sont au moins 60.000 personnes qui ont perdu la vie au Pakistan à la suite d’attaques terroristes » conclut-il.

Les chrétiens composent la deuxième minorité du pays, constituant 2 % de la population totale du pays. Près de 80 % des chrétiens pakistanais vivent dans la province du Pendjab et la majorité d’entre eux est marginalisée et dispose d’un travail peu qualifié.

 

Source Agence Fides

Asie #NLQ

Pakistan – Trois chrétiens tués dans l’attentat de Lahore

Selon les agences de presse, au moins trois chrétiens ont été tués – dont le jeune Saul Samuel âgé de 11 ans… – lors de l’attentat qui a été perpétré par les talibans pakistanais le 24 juillet dernier sur un marché des fruits et légumes situé à proximité de l’entrée du quartier (Colony) chrétien de Bahar à Lahore.

Source

Asie #NLH #NLQ

Pakistan – 26 morts dans un nouvel attentat à Lahore

Lundi 24 juillet, un jeune islamiste de 18 ans circulant à moto s’est fait exploser au marché des fruits et légumes situé à proximité de l’entrée du quartier (colony) chrétien de Bahar à Lahore, où vivent quelque 50 000 chrétiens et où se trouvent 200 lieux de culte. L’explosion a tué 26 personnes dont 9 policiers. L’attentat a été revendiqué par le groupe islamiste Tehreek-i-Taliban Pakistan. La police a immédiatement clôturé sur des kilomètres tout le périmètre, empêchant la circulation. Les chrétiens se sont donc retrouvés claquemurés dans leur quartier et contraints de trouver des voies détournées pour y entrer ou en sortir…

Au moment de la détonation, les évêques catholiques du pays étaient rassemblés à Youhanabad, au sud de Lahore, pour une rencontre de Caritas Pakistan. Roger Randhawa, qui gère les opérations sociales de l’Église à Lahore, rapporte : “Notre ville est une cible fréquente parce qu’elle est littéralement le « Coeur du Pakistan ». À la suite de la réunion des évêques, un plan immédiat pour les victimes sera formulé. Nous condamnons cet acte brutal.”

Hier, dans toutes les églises du pays, des prières étaient dites pour les victimes.

Source

Asie

Pakistan – Sept nouveaux prêtres pour l’archidiocèse de Lahore

« Nous aurons en 2017 sept nouvelles ordinations sacerdotales : une bonne nouvelle pour la communauté catholique de Lahore et pour l’ensemble de l’Eglise au Pakistan » indique Mgr Sebastian Shaw, archevêque de Lahore, « L’Eglise grandit en nombre. Cette année, nous célébrerons l’ordination de sept nouveaux prêtres, qui ont achevé leurs études de Théologie. L’an dernier, nous avons eu cinq ordinations. Elles sont un signe de bénédiction pour nous. Le Seigneur nous donne de nouvelles vocations et de nouveaux prêtres et accroît la foi de notre communauté » poursuit-il.
Mgr Shaw rappelle que, « durant l’année de la Miséricorde, au sein de l’archidiocèse, nous avons ouvert deux nouvelles Paroisses et de nouvelles écoles catholiques, signe de la miséricorde de Dieu envers Son peuple et signe de bénédiction pour nous. Tous les fidèles rendent grâce à Dieu pour ces dons et ont dans le cœur une espérance renouvelée ». L’Archevêque fait mention du grand pèlerinage qui se déroule chaque année dans son Archidiocèse au Sanctuaire marial de Mariamabad, le plus grand du Pakistan. « Le 8 septembre, des milliers de fidèles accomplissent un long voyage, y compris à pieds, pour atteindre le sanctuaire et implorer des grâces de la Vierge Marie. Il s’agit d’une manifestation de foi profonde (…) Les pèlerins arrivent de tout le pays, chrétiens ou non chrétiens ».
D’autre part, indique l’Archevêque, « les défis sont toujours nombreux. Les chrétiens connaissent des difficultés vue la présence au Pendjab de groupes militants islamiques. Notre réponse pour neutraliser la violence consiste à nous engager toujours davantage dans le dialogue interreligieux qui rapproche les croyants de fois différentes. Par le dialogue entre responsables religieux, nous apprenons les uns des autres, nous influençons de manière constructive l’homme de la rue et nous nous engageons ensemble afin de faire du Pakistan un pays meilleur ».

Source : Agence Fides

Asie

Pakistan – Arrestation de deux complices de l’attentat de Pâques 2016 à Lahore

Commis le jour de Pâques dans un parc de loisirs de Lahore, capitale de la province du Pendjab pakistanais, l’abominable attentat, faisant au moins 75 morts, avait été perpétré contre les chrétiens à l’instigation d’un groupe terroriste musulman sunnite pakistanais fondé en septembre 2014, dont les buts sont de renverser le gouvernement, d’imposer un État islamique, de contrôler l’arme nucléaire dont dispose le Pakistan et de mener le djihad au plan mondial…

Le département contre-terrorisme du gouvernement de la province pakistanaise du Pendjab affirme avoir arrêté deux personnes impliquées dans l’attentat suicide commis l’année dernière le jour de Pâques dans un parc de Lahore plein de monde. Un porte-parole de ce département que les personnes arrêtées avaient véhiculé l’auteur de l’attentat suicide qui avait été entraîné en Afghanistan avant d’être envoyé au Pakistan. Le père franciscain Jamil Albert, qui s’était au parc Gulshan-e-Iqbal dans les minutes qui suivirent l’explosion, se dit satisfait des arrestations et a félicité le gouvernement pour ses efforts dans la lutte contre le terrorisme. «  Punir les terroristes, ceux qui les ont aidés et entraînés est d’une importance cruciale pour décourager les jeunes de rejoindre de tels groupes », a-t-il déclaré. Un groupe taliban dissident, le Jamaat-ul-Ahrar, avait revendiqué l’attentat et précisé qu’il visait les chrétiens fêtant Pâques. Au moins 75 personnes furent tuées, et de nombreuses autres blessées, lorsque l’auteur de l’attentat suicide avait fait sauter sa veste d’explosifs au parc Gulshan-e-Iqbal le 27 mars de l’année dernière. Parmi les victimes décédées on compta au moins 24 chrétiens venus dans ce parc célébrer la fête religieuse, selon les chiffres fournis par Caritas Pakistan.

Source : UCANews, 9 janvier – © CH pour la traduction.