Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Conférence de Carême à l’abbaye de Landévénec (29) le 7 avril 2019

“La création en attente aspire à la révélation des fils de Dieu” ou l’appel à la conversion écologique

Dimanche 7 avril 2019 – Abbaye de Landévennec

16H : Conférence de F. Jean-Michel Grimaud, abbé de Landévennec

18H15 : Vêpres

 

Articles #En France #NLH #NLQ

(Re)découvrez les ruines de l’abbaye bretonnes de Landévennec !

Un article proposé par Divine Box

Les ruines de l’ancienne abbaye de Landévennec sont, aujourd’hui encore, une référence pour les archéologues médiévaux, à cause des richesses qu’elles recouvrent. On a en effet retrouvé plus de cinquante mille objets sur le site ! Des fouilles furent effectuées entre 1978 et 2002, et le lieu fut classé aux monuments historiques le 26 mai 1992.

 

Que nous révèlent aujourd’hui ces ruines sur le passé de l’abbaye ? Qu’en réalité, ce sont trois abbayes successives qui se sont succédé sur le lieu : une abbaye de style carolingien, une abbaye romane et une abbaye mauriste. Petit retour en arrière avec Divine Box !

 

L’âge d’or de l’abbaye carolingienne et l’invasion viking

 

Les ruines de l’abbaye de Landévennec nous révèlent une première occupation des lieux par des moines, à l’époque mérovingienne, vers 485. Cette présence consistait en un oratoire rectangulaire de petite taille, placé à côté d’un bâtiment de type gallo-romain plus grand, entouré de tombes, dont sans doute celle de saint Guénolé, le fondateur.

 

Vers l’an 700, l’oratoire fut reconstruit, agrandi et transformé en église. Puis au IXe siècle, l’abbaye adopte la règle de saint Benoît, suivant le souhait du fils de Charlemagne, Louis le Pieux. Elle connaît alors pendant 100 ans un âge d’or : de plus grands travaux sont donc entrepris. Les différents bâtiments (réfectoire, couchettes, église) sont notamment rattachés les uns aux autres grâce à la création d’un cloître et de galeries couvertes. Les reliques de saint Guénolé sont alors déposées dans le chœur de l’église. Quelques vestiges témoignent de la puissance et de la richesse de l’abbaye à cette époque : notamment ceux d’un bas-fourneau, d’un puits, et d’un mur d’enceinte.

 

Malheureusement en 913, les vikings pillent et incendient l’abbaye de Landévennec. Un calendrier, aujourd’hui conservé à Copenhague, témoigne (en latin) de cet événement tragique : « Cette même année (913, ndlr) fut détruit le monastère de saint Gwennolé par les Normands ».

 

Les moines survivants réussissent à s’échapper avec les reliques et des manuscrits. Il reste, encore aujourd’hui sur le site, une couche épaisse de cendres. À côté du choeur de l’église, les archéologues ont retrouvé un tumulus, lequel cache des os calcinés et des cendres sous une couche de pierres. Cette pratique viking consistait à se faire pardonner la violation des sépultures, en incinérant puis en ré-enfouissant sous la terre les restes profanés.

 

Au milieu des ruines, on peut encore admirer l’ancien puits de l’abbaye, symbole de sa puissance lors de la période carolingienne Divine Box

L’abbaye romane et les guerres

 

Bien heureusement, les moines parviennent à revenir au milieu du Xe siècle. Ils rebâtissent alors le monastère et débute au milieu du XIe siècle la construction d’une nouvelle église de style roman. Pour ce faire, les moines conservent les restes du bâtiment carolingien, qu’ils agrandissent en prolongeant la nef. L’ancienne nef devient alors une sacristie. Ils ajoutent également un transept et un choeur composé d’un déambulatoire et de petites chapelles. Ils décorent les colonnes de chapiteaux avec des motifs bretons traditionnels : fougères, palmettes, etc…

Cependant, au XIVe et à la fin du XVIe siècle, l’abbaye est victime de plusieurs conflits : la guerre de Succession de Bretagne, la guerre de Cent Ans, mais aussi des guerres de Religion. Elle est plusieurs fois en partie détruite, notamment par les anglais et les membres catholiques de la Sainte Ligue, hostiles aux protestants. Porte en or massif, ornements, coffres, meubles… Tout fut emporté, et le reste des boiseries fut brûlé !

L’ancienne église carolingienne fut agrandie au XIe pour donner naissance à une nouvelle église romane beaucoup plus imposante. L’histoire de l’abbaye de Landévennec a été mouvementée !

L’abbaye mauriste et la Révolution

 

L’abbaye connaît alors à partir de 1628 un renouveau intellectuel et spirituel, grâce au Pape Urbain VIII qui rattache l’abbaye à le Congrégation de Saint-Maur. Entre 1650 et 1655, les bâtiments abbatiaux sont rebâtis par Le frère Robert Plouvier. Ce  jeune moine architecte reconstruit les différents bâtiments. Mais à la fin du XVIIe siècle, l’abbaye est de nouveau quasiment en ruine : très critiquée par les Jansénistes, son image en pâtit. Elle se retrouve à nouveau délaissée.

Si bien qu’à la Révolution en 1792, il ne reste sur place que 4 moines. La communauté de l’abbaye de Landévennec est dissoute et la bibliothèque dispersée. Les bâtiments, qui tombent alors petit à petit en ruines, sont vendus comme bien nationaux. À l’époque, l’église est encore cependant bien entière. Ce qui porta un dernier coup fatal aux ruines est l’acquéreur de l’abbaye. Vers les années 1810, il la détruit et se sert des pierres pour la construction d’un four à chaux sur place.

Ce sera 150 ans plus tard, en 1958, qu’une nouvelle communauté bénédictine se réapproprie les lieux et y construit à côté de nouveaux bâtiments. L’histoire monastique du lieu peut alors reprendre ! La règle « ora et labora », fidèle à la tradition bénédictine, habite alors à nouveaux les murs de ce lieu chargé d’histoire. Les moines y prieront, tout en travaillant de leurs mains.

En 1958, la nouvelle communauté bénédictine de l’abbaye de Landévennec s’est installée un peu plus loin, pour laisser les visiteurs admirer les ruines de l’ancienne abbaye. Un peu plus loin encore, caché dans l’angle en bas à droite de la photo, les ateliers d’artisanat monastique de l’abbaye.

Et les moines, aujourd’hui ?

 

Les moines bénédictins, soucieux de pouvoir partager la riche histoire de leur abbaye, ont ouvert un musée. Il retrace chaque année, dans une exposition temporaire, une époque particulière de la vie de l’abbaye.

 

Entre leurs sept offices quotidiens, les dix-huit frères bénédictins travaillent de leurs mains. Ils réalisent des produits monastiques, notamment le célèbre « caramel au beurre salé de Lanvévennec », et des pâtes de fruits. Ils font tout à la main de A à Z, dans les petits ateliers du monastère.

 

Pour les visiter et découvrir leurs délicieux produits, vous pouvez bien sûr vous rendre sur place en Bretagne : Rue Gorrequer, 29560 Landévennec. Sinon, vous pouvez retrouver les produits de l’abbaye de Landévennec sur la boutique en ligne Divine Box.

Source : Divine Box, pour Breizh-info

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Verbe Sacré 2018 • 9ème édition à Landévennec (29) du 13 au 16 septembre 2018

L’édition 2018 de Verbe Sacré se déroulera

du 13 au 16 septembre 2018
dans le cadre de l’ancienne abbaye de Landévennec.

818-2018 LANDÉVENNECTu gémis à pourfendre la pierre… Ici, on est comme devant un torrent qui s’apaise. Il devient un fleuve, majestueux ! Ici, retentit la voix singulière, rude et belle, tragique et tendre, de l’histoire. Ici, la civilisation naît, vit et passe. Tu sens ?

A l’occasion de cet événement, venez découvrir la pièce de théâtre “Les Pierres de Subiaco“, oratorio théâtral mis en scène par Antoine Juliens, d’après l’œuvre de Benoît de Nursie, Novalis et Gilles Baudry. Cette création sera jouée lors de trois représentations les 13, 14 et 15 septembre.

Programme détaillé

Jeudi 13, Vendredi 14, Samedi 15 septembre – 20h45
Site de l’ancienne abbaye

Prologue : « OBSCULTA O FILI »
Spectacle : « LES PIERRES DE SUBIACO »

Samedi 15 septembre – 15h
Auditorium de l’Abbaye Saint-Guénolé (« nouvelle abbaye »)

Table ronde : « Bâtir de Subiaco à Landévennec, une école au service du beau »
Intervenants : Marie-Josette Le Han, Yvon Tranvouez, Gilles Baudry, Jean-Michel Grimaud, Abbé de la communauté Saint-Guénolé de Landévennec, Equipe de Verbe Sacré

Dimanche 16 septembre – 15h
Site de l’ancienne abbaye

Lecture : Hommage à l’achitecte fondateur – Novalis et Gilles Baudry
Equipe de Verbe Sacré, Artistes du Finistère, Radio Evasion

Infos pratiques

  • Spectacle : plein tarif 15 € / tarif réduit 13€ (-18 ans, demandeurs d’emplois, groupes)
  • Réservation : 02 98 27 35 90 /
  • Table ronde & lecture : entrée libre
Télécharger les pièces jointes :

En France #NLH #NLQ

Abbaye de Landévennec : l’histoire des moines au fameux caramel au beurre salé !

Un article proposé par Divine Box

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’histoire de l’abbaye de Landévennec, en Bretagne, n’est pas de tout repos : incendie, pillage viking, révolution française… les moines n’ont pas été épargnés !
Cet été, Divine Box vous propose d’en apprendre un peu plus sur l’abbaye de Landévennec, qui réalise notamment son célèbre caramel au beurre salé !

L’abbaye de Landévennec en Bretagne – Divine Box

La Bretagne ça vous gagne !

L’abbaye de Landévennec a un passé millénaire ! Tout commence lorsque saint Guénolé, alors moine sur l’île Lavret en Bretagne, est envoyé avec onze compagnons fonder une abbaye. D’abord établis sur l’île de Tibidy, ils s’installent finalement à Landévennec en… 485 ! Ce n’est pourtant que bien plus tard, en 818, que Louis le Pieux (fils de Charlemagne) impose la règle de saint Benoît : la communauté, qui suivait alors les usages monastiques irlandais, devient officiellement bénédictine !

Au feu !

En 913, à peine cent ans après cette transition bénédictine, des vikings scandinaves pillent et détruisent l’abbaye, forçant les moines à s’exiler. Mais ces derniers ont gardé leur sang froid et ont eu le temps, juste avant de fuir, d’emporter les vieux manuscrits de l’abbaye et les reliques de saint Guénolé leur fondateur. Ensuite… sauve qui peut ! Ils trouvent alors refuge au nord de la France à Montreuil-sur-mer, et reviennent finalement à l’abbaye en 940. Tout est bien qui finit… pas trop mal !

Les ruines témoignent encore de l’histoire mouvementée de l’abbaye – Divine Box

Tout est à refaire !

Car en rentrant à Landévennec, le constat est sans appel pour les moines : il faut tout reconstruire. Petit à petit, ils bâtissent une superbe abbaye au style roman, qui amorce une période faste pendant plusieurs siècles : les moines reçoivent de grandes donations et se retrouvent même à la tête d’un seigneurie. Rien que ça ! Cependant, le climat marin est rude, et l’eau qui s’infiltre dans les terres oblige les moines à reconstruire les bâtiments en superposant les fondations tous les deux siècles !

Dehors !

Ensuite, sans surprise, la Révolution met à mal l’abbaye de Landévennec… Les bâtiments sont vendus comme biens nationaux et les moines sont contraints à l’exil. Heureusement, un petit siècle plus tard, en 1875, l’abbaye reprend doucement vie grâce au Comte de Chalus qui rachète les ruines et y installe un jardin exotique. Tiens donc ! Et en parallèle, en 1878 et à quelques kilomètres de là, le nouveau monastère bénédictin de Kerbénéat (“chez Benoît”) prend vie, avec l’espoir de restaurer Landévennec…

Les moines, le retour !

Mais ce projet n’est malheureusement que de courte durée car entre leur exil (1903-1922) et la Seconde Guerre mondiale, les moines de Kerbénéat n’ont pas la vie simple… Plus tard, la communauté reprend du poil de la bête, et songe vite à s’installer à Landévennec : pour restaurer la mythique abbaye bretonne, mais aussi pour soulager les moines nombreux, un peu à l’étroit à Kerbénéat… Terrains rachetés en 1950, première pierre posée en 1953, transfert de tous les moines en 1958, et le tour est joué : Landévennec renaît !

Aujourd’hui, l’entrée de l’abbaye reste impressionnante – Divine Box

 

Départ pour Haïti !

En 1981, forte de cette renaissance, la communauté se porte bien et peut envoyer un groupe de moines fonder un monastère en Haïti. Aujourd’hui, le monastère “Morne Saint-Benoît” compte six moines, assure un soutien spirituel précieux à la population environnante, et possède même une petite imprimerie ! De quoi fournir du travail aux moines et gagner quelques revenus indispensables à la communauté. Elle est pas belle la vie ?

Et aujourd’hui ?

La communauté de l’abbaye de Landévennec compte aujourd’hui dix-huit frères bénédictins qui continuent de suivre depuis le IXe siècle la règle de saint Benoît : « prie et travaille ». Le premier des sept offices quotidiens commence à 5h20 du matin et, entre les offices, les moines travaillent de leurs mains : fabrication de pâtes de fruits, confection de caramel au beurre salé, entretien du verger et même rédaction des “Chroniques de Landévennec”. Joli programme !

Les incroyables pâtes de fruits de l’abbaye de Landévennec – Divine Box

 

Un musée à ciel ouvert !

L’histoire millénaire de l’abbaye de Landévennec a (évidemment) suscité une grande curiosité de la part des historiens et des archéologues. Des fouilles sur l’emplacement de l’ancienne abbaye ont été effectuées entre 1978 et 2002, et plus de cinquante mille objets ont été retrouvés sur le site ! Incroyable non ? Les moines, voulant partager ces trésors, ont ainsi ouvert un musée où, chaque année, une exposition temporaire retrace une époque de la vie de l’abbaye. Jetez-y donc un oeil si vous passez sur place !

Découvrez les produits de l’abbaye de Landévennec

A l’abbaye de Landévennec, les moines bénédictins font d’incroyables produits, et sont notamment connus pour leurs pâtes de fruits et leur caramel au beurre salé. Tout est fait à la main de A à Z, dans les petits ateliers du monastère. Cliquez ici pour découvrir les produits de l’abbaye de Landévennec, ou bien jetez un oeil à la boutique monastique en ligne de Divine Box !

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Pèlerinage 2018 des Pères de famille du 29 juin au 1er juillet 2018, du Menez Hom à Rumengol (29)

Depuis 2010, chaque premier week-end de juillet, les pères et époux du diocèse du Finistère sont conviés à pérégriner ensemble vers le sanctuaire de Rumengol en union avec les autres pèlerinages de pères et époux de France, en lien avec Cotignac.

Cette année, le pèlerinage des pères et époux du Finistère aura lieu

du vendredi 29 juin au dimanche 1er juillet.

C’est un temps fort que nous vivons ensemble, à travers cette marche, où nous méditons les mystères du chapelet, où nous confions à Saint Joseph – ce grand saint discret qui a eu charge de famille – nos préoccupations matérielles, nos difficultés et nos actions de grâces. Accompagnement spirituel de prêtres.

Programme

Vendredi : 9h. départ de la chapelle Sainte Marie du Menez Hom, marche vers Landévennec et messe dans l’après-midi à la chapelle Notre-Dame du Folgoat (commune de Landévennec). Nuit à l’abbaye de Landévennec.
Samedi : 8h45 départ de l’abbaye de Landévennec. Messe à l’église Saint Sauveur du Faou, vers 16h. Nuit d’adoration à Rumengol.
Dimanche : les familles sont conviées à la messe de 10h30 à Rumengol. Prévoir un pique-nique à partager.

Infos pratiques

  • Participation souhaitée de 40 euros
  • Repas et logement sont fournis, sauf pique-nique à prévoir pour le vendredi midi
  • Renseignements (inscription/covoiturage) au 06.68.98.62.81 ou peleperes29@gmail.com

En France #NLQ

Une neuvaine de prière pour l’abbaye de Landévennec (29) organisée par le diocèse de Quimper du 10 au 18 mai 2018

Mgr Dognin invite les diocésains à une neuvaine de prière pour l’abbaye de Landévennec, de l’Ascension à la Pentecôte, à l’occasion des 1200 ans de vie bénédictine à Landévennec.

“Il y a 1 200 ans, l’abbaye de Landévennec adoptait la règle de saint Benoit. Des hommes s’y sont succédés durant des siècles pour vivre la vie monastique dans la prière, le travail et une vie commune. Le tout dans une charité fraternelle nourrie par le Christ et unifiée par son Esprit. Malgré les aléas de l’histoire, la vie monastique de Landévennec a marqué profondément la vie et la mission de l’Église dans le Finistère. Aujourd’hui encore cette abbaye est un lieu de ressourcement pour des milliers de personnes. Certains se retirent quelques jours pour prier avec le soutien des moines, d’autres sont en recherche et la vie monastique les interroge. Le silence et les offices monastiques sont une porte ouverte par laquelle le Seigneur vient toucher les cœurs. Les communautés contemplatives «  sont comme les poumons spirituels de l’Église diocésaine1 ».

Dans sa récente exhortation apostolique Gaudete et Exsultate, le Pape François évoque la nécessité pour tous les baptisés de se ressourcer dans le silence : «  Comment donc ne pas reconnaître que nous avons besoin d’arrêter cette course fébrile pour retrouver un espace personnel, parfois douloureux mais toujours fécond, où s’établit le dialogue sincère avec Dieu2 ».

Pendant des siècles, les moines de Landévennec ont prié pour le diocèse, nous pouvons à notre tour prier pour l’abbaye. Prions pour que de nombreuses personnes y trouvent toujours un lieu de silence et de prière, un lieu d’accueil et de réflexion. Un lieu qui rayonne de la miséricorde du Seigneur. Je vous invite aussi à prier spécialement pour que naissent des vocations monastiques à Landévennec. Que les jeunes scrutent le fond de leur cœur pour discerner l’appel du Seigneur à tout donner pour lui consacrer leur vie. Dans ce monde agité et en manque de repères, vivre selon la Règle de saint Benoit est un beau défi à relever, et c’est aussi une grâce extraordinaire car le Seigneur comble celui que se donne à Lui au-delà de ce que nous pouvons imaginer.

J’invite donc tous les fidèles du diocèse à prier pour l’abbaye de Landévennec durant une neuvaine3 qui aura lieu du jeudi 10 mai, en la fête de l’Ascension, jusqu’au vendredi 18 mai inclus. Priez seul ou en famille, dans votre maison de retraite ou sur votre lit d’hôpital, dans votre communauté religieuse ou votre communauté locale. Notre diocèse a besoin aujourd’hui d’un renouveau spirituel !”

† Laurent DOGNIN
Évêque de Quimper et Léon

Neuvaine de Prière pour l’abbaye de Landévennec – Prières jour après jour

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Pardon breton de saint Gwénolé pour les enfants à Landévennec (29) le 1er mai 2018

A l’initiative de la commission diocésaine Foi et culture bretonnes et du Père Abbé de Landévennec, comme chaque année les enfants des classes bilingues et de Diwan sont invités à participer au pardon de St Guénolé, le 1er mai 2018, à l’abbaye de Landévennec.

ProgrammeLandevennec

10h30 : Oferenn / Messe bilingue présidée par Monseigneur Robert Le Gall, archevêque de Toulouse, avec prise en charge des enfants pour la liturgie de la parole

12h00 : Pred / Pique-nique en famille

13h30 : C’hoariou evit ar vugale / Jeu de piste et ateliers pour les enfants de 3 à 11 ans (de la maternelle à la sixième) et les parents qui le souhaitent.

15h00 : Abadenn en iliz gant laz-kanañ Penn ar Bed / Concert de l’Ensemble choral du Bout du Monde (gratuit) Digoust

16h00 : Prosesion ha gousperoù / Procession et vêpres dans les ruines de l’ancienne Abbaye.

Cette invitation s’adresse aux enfants scolarisés en filières bilingue, mais les élèves des classes monolingues sont également les bienvenus les jeux et ateliers étant animés en breton et en français.

En France #NLQ

Divine Box – Plus que 7 jours pour commander la box des monastères d’avril !

Divine Box vous propose deux formules (pour chacune vous pouvez commander une seule box ou vous abonner pour plusieurs mois ou un an, avec des prix dégressifs).

Pour le mois d’avril, le thème est “Le caramel‘ting pommes”, Divine Box vous a déniché le meilleur autour du caramel et de la pomme dans les abbayes : caramel au beurre salé (Landévennec), biscuits aux pépites de caramel (Campénéac), gelée de pommes (Jassonneix), caramel à la chartreuse etc… De quoi réconcilier bretons et normands ;-)

  • La Divine Box des curieux  |  à partir de 29,90€/mois

Une découverte réussie : la formule idéale pour découvrir le savoir-faire monastique gourmet grâce à une nouvelle thématique mensuelle. Une sélection d’environ 5 produits avec en plus un petit livret explicatif pour vous guider dans votre découverte !

  • La Divine Box des gourmands |  à partir de 39,90€/mois

    Une expérience inoubliable : la formule parfaite pour les fans de produits monastiques ou pour les grands gourmands ! Plus de produits (environ 7) pour se régaler et toujours plus d’explications pour un voyage mensuel dans le monde fascinant des abbayes …

Je m’abonne

S’abonner à la box des monastères Divine Box, c’est recevoir ainsi chaque mois :

null

5 à 7 produits monastiques

null

1 livret sympa pour découvrir les abbayes et leurs produits

null

Des petites surprises !

LA « BOX DES MONASTÈRES », C’EST …

… avant tout un concept simple et sympa : chaque mois, vous recevez chez vous une « Divine Box » remplie de délicieux produits monastiques (majoritairement d’épicerie fine pour se régaler !), selon un thème particulier. Par exemple, nous pouvons vous faire découvrir l’artisanat monastique à travers le thème de la vigne, de la ruche ou encore de l’olive ! Chaque box des monastères est également accompagnée d’un petit livret pour vous guider dans votre découverte et vous donner plein d’infos sympas sur les produits sélectionnés et sur les abbayes qui les produisent. Des petites surprises (que l’on garde… surprises, vous suivez ?) accompagnent même les box de temps en temps ! Bien évidemment, tous les produits monastiques sont goûtés et sélectionnés par nos soins pour vous proposer vraiment le top du top dans chaque box des monastères.

ET LE NOM DE « BOX DES MONASTÈRES », ALORS ?

Tiens, en voilà une drôle de question ! Nos box ne sont pas préparées par les moines (ils sont déjà bien occupés…), mais bien par notre petite famille. En revanche, les produits que nous proposons dans nos box des monastères viennent directement des abbayes. Tous les produits monastiques que nous proposons dans nos box contribuent évidemment à soutenir les abbayes. C’est là notre but premier. L’immense majorité des produits sont bien sûr élaborés par les monastères eux-mêmes, mais il arrive parfois exceptionnellement que certains produits soient seulement « sélectionnés » ou « conditionnés » par les abbayes. Pourquoi les proposer quand même ? Car notre objectif est de soutenir les communautés, et si l’on estime que les abbayes tirent un bénéfice de ces activités là, alors elles ne sont pas à exclure de notre concept. Mais rassurez-vous, la majorité des produits de nos box des monastères est bien réalisée par les abbayes elles-mêmes 🙂

 

 

Divine Box vous propose aussi sa nouvelle box (dont nous avons parlé) spéciale bières trappistes !

Ne manquez pas de lire aussi notre interview de Côme, co-fondateur de cette belle initiative !

NLQ #Récollections/Retraites

30 avril au 4 mai 2018 : Retraite Soleil à l’Abbaye de Landevennec (29) organisée par la PPH

 

La Pastorale des Personnes Handicapées (PPH) organise une petite semaine (lundi 30 avril au vendredi 4 mai 2018) de Retraite Soleil à l’Abbaye de Landevennec (29).

Qui est invité ?

Tous ceux qui veulent davantage rencontrer Jésus dans la prière et l’amitié, de manière simple et joyeuse, en se laissant faire par la Parole de Dieu qui nous aidera à le rencontrer. Tout sera adapté aux personnes porteuses de handicap (mais nous ne pouvons malheureusement pas accueillir de personnes à mobilité réduite : escaliers…).

Qu’est-ce qu’on va faire ?

On va se rencontrer et partager, écouter ensemble Jésus qui nous parle, découvrir l’Évangile, goûter la belle nature, bricoler, chanter, manger ensemble, nous laisser aimer par Dieu. Tous, porteurs de handicap ou non, nous venons le rencontrer et vivre la retraite.

Où ?

Nous serons accueillis par les moines du monastère bénédictin de Landevennec, dans le cadre magnifique de la Presqu’Ile du Crozon (Finistère), à l’embouchure de l’Aulne Maritime.

Combien ça coûte ?

200 € par personne, auxquels il faudra ajouter le transport de-puis Nantes ou lieux de rendez-vous dans le diocèse de Nantes, fixés selon les inscrits (minibus ou voitures particulières. Compter entre 40 et 50 €)

Inscriptions et informations complémentaires

Télécharger (PDF, 1.08MB)

En savoir +

 

 

Téléphone : 06-82-45-37-08 ou 02-72-27-43-81

Mail : sejours.soleil.nantes@gmail.com

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Les pères de famille du Finistère marchent vers Notre-Dame de Rumengol

Depuis 2010, chaque premier week-end de juillet, les pères et époux du diocèse du Finistère sont conviés à pérégriner ensemble vers le sanctuaire de Rumengol en union avec les autres pélérinages de péres et époux des autres diocèses de France en lien avec Cotignac.
A travers la méditation du Rosaire, nous partageons notre expérience, nos soucis et nos joies d’époux et de pères. Accompagnement spirituel de prêtres du diocèse.
Cette année, le pélérinage des pères et époux du Finistère aura lieu du 30 juin au 2 juillet.

Programme
Vendredi (30/06) : 9h. départ de la chapelle Sainte Marie du Menez Hom, marche vers Landevennec  et messe dans l’après-midi à la chapelle Notre-Dame du Folgoat (commune de Landevennec). Nuit à l’abbaye de Landevennec. 
Samedi  (01/07) : 8h.45 départ de l’abbaye de Landevennec.  Messe à l’église Saint Sauveur du Faou, vers 16h., présidée par Monseigneur Dognin. Nuit d’adoration à Rumengol.
Dimanche (02/07) : les familles sont conviées à la messe de 11 heure à Rumengol. Prévoir un pique-nique  à partager.

Participation souhaitée : 40 euros (Les repas et le logement sont fournis, sauf pique nique à prévoir pour le vendredi midi). 

 Inscription (renseignements et  covoiturage) : 06.68.98.62.81 ou peleperes29@gmail.com

Témoignage : 

Source