Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Ecclesia Cantic les 4 & 5 mai 2019 à Angers (49)

Après une édition à Grenoble et une à Paris, la troisième édition d’Ecclesia Cantic se tiendra à Angers les 4 et 5 mai 2019 ; 800 jeunes de toute la France sont attendus. Une trentaine d’intervenants proposeront conférences, enseignements et témoignages, dans le but de prodiguer une formation tant technique que spirituelle aux jeunes désireux de faire fructifier leurs talents de chanteurs dans une perspective pastorale et missionnaire.

Pour cette édition, sera mis à l’honneur le compositeur Jacques Berthier, nous aurons la chance de compter son parolier Daniel Hameline parmi nos intervenants.

L’évangélisation aura une place centrale durant ces deux jours : envoyées dans les rues d’Angers, de petites chorales iront porter la joie de l’Évangile aux angevins et un grand concert spirituel rassemblera l’ensemble des inscrits en la cathédrale Saint-Maurice le samedi soir.
Le désir des organisateurs est que, fortifiés par cette expérience de communion ecclésiale, les jeunes présents puissent trouver à Ecclesia Cantic un encouragement à s’engager au service de la liturgie et de la mission dans leur communauté paroissiale, leur diocèse ou un mouvement d’Église.

Programme complet

►Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 avril

Annonces #Conférences/Formations #NLQ

“Du chemin d’Emmaüs à l’Eucharistie : La liturgie comme chemin de conversion” le 30 mars 2019 à Myans (73)

“Du chemin d’Emmaüs à l’Eucharistie : La liturgie comme chemin de conversion”

Par le père Bruno Mary, recteur de la cathédrale de Lille, directeur (jusqu’en août 2018) du Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle.

Rendez-vous le samedi 30 mars de 9h  à 16h à la maison de rencontre de Myans (Sanctuaire Notre-Dame de Myans)

. Inscriptions : formperm@dioceses-savoie.org/ 04 79 33 63 66

Plus d’informations

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Les jeudis de Carême à l’abbaye de Frigolet (13) les 7, 21 & 28 mars et 4 & 11 avril 2019

L’abbaye Saint-Michel de Frigolet (Montée de Frigolet, 13150 Tarascon) située entre Avignon et Tarascon et habitée par les chanoines réguliers Prémontrés nous propose un parcours de réflexion et prière pour ce Carême 2019

 Deux interventions chaque jeudi sont proposées
– en matinée (14H30-16H)
– et en soirée (20H30-22H)

  •  le 7 mars, le Père Jean-Michel FIN, curé de St Chamas et Cornillon-Confoux (13) sur le thème « Donner sa vie ».
  •  le 21 mars, partage avec Axelle Mouret, de Six-Fours les Plages (83) : exhortation sur le thème « Garde confiance car Dieu t’aime ».
  •  le 28 mars, le Père Pierre Dumoulin, de Gémenos (83), relira avec nous la parabole du fils prodigue dans la lumière du tableau de Rembrandt.
  • le 4 avril, François Gineste, de Lyon (69), nous aidera avec la liturgie, sa flûte et sa voix à méditer sur le « Carême et la Semaine Sainte ».
  •  le 11 avril, le frère André, prémontré de la communauté de Frigolet nous partagera sa méditation des Evangiles du carême.

Attention, le jeudi 14 mars, il n’y aura pas de rencontre car l’abbaye sera inaccessible à cause de l’étape contre la montre de Paris-Nice.

N’hésitez pas à partager ces informations.

Contact/ 04 90 20 38 41. www.frigolet.com

 

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Fête diocésaine des chanteurs en liturgie le 3 mars 2019 à Quimper (29)

Elle aura lieu à la cathédrale Saint-Corentin le dimanche 3 mars 2019

Cette fête est ouverte à tous, qu’on soit « chanteurs » ou « simple » paroissien qui vient à la messe par exemple.
Venez nombreux !

Articles #En France #NLH #NLQ

Grand concours de musique liturgique pour les provinces ecclésiastiques de Toulouse (31) et de Montpellier (34) !

Un concours pour la composition d’un processionnal de communion est lancé pour les provinces ecclésiastiques de Toulouse et de Montpellier ! Avis aux amateurs…

Il s’agit pour lors de solliciter le travail créateur d’artistes compositeurs pour une pièce utilisable au cours d’une liturgie comme processionnal de communion. Les compositeurs devront avoir à cœur la mise en valeur du texte choisi et proposé par les Commissions diocésaines de Musique Liturgique de Toulouse et de Montpellier. La composition devra être au service de l’assemblée en permettant sa participation active.

Selon la Présentation Générale du Missel Romain n° 86, « le chant de communion exprime par l’unité des voix l’union spirituelle entre les communiants, montre la joie du cœur et met davantage en lumière le caractère « communautaire  » de la procession qui conduit à la réception de l’Eucharistie ».

Cela vous inspire ? Alors, à vos partitions !

 

Le règlement du concours, outre le cahier des charges et les modalités complètes du concours, décrit les deux prix qui seront attribués ainsi que leurs récompenses.

Un bulletin d’inscription est à remplir et à joindre à l’ensemble.

 

Attention !

La date limite pour faire parvenir sa copie le 25 avril 2019 !

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

11ème Rencontre des Chanteurs Liturgiques de la Mayenne le 2 mars 2019 à Château-Gontier (53)

La prochaine rencontre des chanteurs liturgiques de la Mayenne aura lieu le samedi 2 mars 2019 à Château-Gontier au collège lycée St Michel-Robert Schuman à partir de 9h15.

La journée se conclura par la célébration de l’Eucharistie avec les paroissiens de Saint Jean-Baptiste de Château-Gontier en l’église d’Azé à 18h30.

 

Après un accueil fraternel suivi d’un temps en ateliers (différents niveaux autour de la liturgie, de la voix, du chant ou de la préparation de la célébration du soir), le repas sera partagé (tiré au sac). Le café vous sera offert.

L’après-midi, différents temps offriront une Initiation à la polyphonie, un apprentissage tous ensemble des chants de la messe du soir ainsi qu’une catéchèse autour de la liturgie.

A 18h30, nous célèbrerons l’eucharistie, messe anticipée du dimanche avec les paroissiens.

 

Dès à présent, rejetons les idées reçues :

La rencontre des chanteurs liturgiques est réservée aux animateurs de chant ou aux membres des chorales :

FAUX, elle est ouverte à tous ceux qui aiment chanter à l’église, pratiquants réguliers ou non !

 

Il faut savoir lire la musique pour participer à cette journée :

FAUX, ce n’est pas indispensable. Les répétitions sont prévues pour permettre un apprentissage accessible à tous.

 

Cette journée est réservée aux laïcs :

FAUX, elle gagnerait en richesse par la présence de prêtres et de diacres prêts à partager un moment de joie, de convivialité et de chants, pour autant que leur agenda le leur permette !

 

Cette journée  est réservée aux adultes :

FAUX, les jeunes y sont attendus et peuvent y trouver leur place. Chaque année, ils sont quelques-uns à participer et à apprécier !

 

Venez et voyez !

Alors qu’on se le dise ! En paroisse, dans nos communautés, nos mouvements, nos équipes synodales… Osons inviter !

Ensemble, par le chant, ouvrons des chemins de joie !

 

Contact : Brigitte Hibou : 02 43 04 14 32

Service diocésain de pastorale liturgique et sacramentelle :
musique.liturgique@diocesedelaval.fr

Pour découvrir en image : diaporama

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #37 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – “L’Église est-elle guidée par l’Esprit-Saint ?”

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

L’Église est-elle guidée par l’Esprit-Saint ?

Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.

 

A noter : le Père Michel-Marie sera en concert à Paris le 19 janvier 2019.

A la une #Articles #NLQ

L’édito – Eucharistie œcuménique, communion ou sacrilège ?

En quinze jours, deux archevêques ont présidé une messe d’apparence œcuménique. Le premier, dans le sud de la France, a invité un pasteur à se joindre à la concélébration. Le second a invité le chœur anglican d’une cathédrale jumelée à chanter la messe qu’il présidait. Communion ou sacrilège ? Nous pâtissons aujourd’hui d’une incompréhension du geste liturgique, réduit à l’état de symbolique horizontal, il a peu à peu perdu le sens de la symbolique verticale. Nous avons tendance à multiplier les gestes d’ouverture fraternelle pour manifester une communion imparfaite. En faisant cela, nous voulons mettre en valeur ce qui nous rassemble et nous unit plus que ce qui nous divise et nous sépare. Louable intention, reposant sur les semina verbi, ces semences du Verbes présentes en toute erreur. Mais, en refusant de voir la vérité de ce qui blesse la communion, nous préférons parler de communion imparfaite, glissant peu à peu vers une communion à géométrie variable, elle-même glissant à un minimum suffisant pour parler de communion, là où, la vérité est, en réalité, absence de communion. Nous avons tellement peur de la différence que nous en venons à avoir peur de la vérité et entrons dans un relativisme symbolique dangereux pour la vérité et par là pour le salut. Saint Cyprien de Carthage, en prise avec les schismatiques, invitait à regarder la cohérence du symbole et du réel. La liturgie est symbolique si elle est cohérente avec ce qu’elle signifie. Or, si, comme le dit le pape d’Afrique, les fidèles sont unis dans le pain eucharistique, comme les grains de blé dans le pain quotidien, c’est parce qu’ils sont en communion avec le Christ, Fils et tête de l’Eglise qu’est l’évêque, ce sacrement d’unité visible. Il ne peut y avoir de communion entre fidèles si ceux-ci ne sont pas unis au Christ tête. Et comme le dit le même saint Cyprien, il ne peut y avoir deux autels de Dieu. Où les fidèles sont sacramentellement unis au Christ par l’Eglise et sont en Lui, par Lui et avec Lui à l’autel, où, même physiquement présents au cours d’une messe, ils ne sont pas présents à cet unique autel. Multiplier les passerelles, dialoguer sereinement, prier ensemble sont de bonnes choses évidemment. Mais célébrer l’eucharistie sans la communion est peut-être une volonté visible de rapprochement, mais ce n’est pas une réalité spirituelle. L’illusion de communion en surface n’est pas cohérente avec la vérité de rupture des Eglises. Ainsi, au moment le plus pur de notre relation intime avec Dieu, de notre communion dans et par l’Eucharistie, nous introduisons un élément impur s’il en est, le mensonge. L’acte liturgique de la messe pour être communion doit effectivement être communion et non symbolique de rapprochement. De multiples autres lieux et actes sont possibles et même souhaitables, mais la vérité, même refusée, reste la vérité. Si proches sommes-nous, nous ne sommes pas en communion. Outre le sacrilège de déchirer le lien entre acte liturgie et cohérence de la vérité, nous introduisons un relativisme dangereux, par lequel la vérité elle-même semble diffractée dans des communions aux contours flous et finalement sur mesure.

Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Entrer en célébration « Par la musique et par nos voix » le 10 novembre 2018 à Annecy (74)

Cette journée de formation permettra de (re)découvrir le sens du rite d’ouverture pour mieux le vivre. Elle associera un enseignement et des ateliers musicaux. Formation destinée à tous : paroissiens, acteurs de liturgie ou personnes désireuses de se lancer, musiciens, choristes, chefs de chœur… de tout niveau et de tout âge ! Venez avec votre instrument et votre plus belle voix !

Le samedi 10 novembre 2018 de 9h à 16h30 à La Maison diocésaine à Annecy (4 Avenue de la Visitation, 74000 Annecy)

►Formation animée par Dominique Pierre : théologien, historien de l’art, rédacteur en chef des “Cahiers de Prions en Église” et de “Chantons en Église » et du site  web de musique liturgique du même nom.

Programme prévisionnel

9h Accueil
9h30 Prière
10 h Topo sur le rite d’ouverture
Présentation et apprentissage de chants d’ouverture
11 h Pause
11h15 Topo sur le Kyrie
Présentation et apprentissage de Kyrie
12h15 Repas à la Puya
13h45 Reprise
14h15 Topo sur le Gloria
Présentation et apprentissage de Gloria
15h15 Echange en 6×6 pour remonter nos questions
Echange avec l’intervenant
16h15 Conclusion de la journée
Questionnaire (facultatif)

► S’inscrire en ligne ici

►Télécharger ici le dépliant avec le coupon d’inscription à retourner

Sur inscription au plus tôt (avant le 20 octobre)  : cml@diocese-annecy.fr
Libre participation à la journée – inscription repas (12 €)
Renseignements : Marie Brégnac 06 28 35 84 90 – mbregnac@outlook.fr

A la une #NLH #Tribunes et entretiens

Tolérer n’importe quelle musique ou chant, c’est démolir notre foi

Les 22 et 23 septembre, à l’occasion de l’Assemblée Générale de l’association Pro Liturgia (association fondée en 1988 qui milite pour l’application exactes des décisions du Concile Vatican II) dans l’Ain, Son Éminence le Cardinal Robert Sarah a développé un élément essentiel du chant grégorien et qui peut sembler paradoxal : le silence sacré.Extrait du texte diffusé par l’Homme nouveau :

Le chant liturgique est là pour nous faire prier et, à notre époque, il a pour premier objectif, avant même de nous conduire à la méditation et à l’adoration, d’apaiser le tumulte intérieur de nos passions, de nos violences et de nos divisions entre la chair et l’esprit. Le rythme est donc un élément très important, voire essentiel, de cet apaisement, de cette paix intérieure retrouvée ou acquise avec peine, dans les larmes de l’effort, car s’il brise le silence de l’âme humaine par ses intervalles syncopés, assortis d’une mélodie stridente, voire discordante, il se comporte comme un véritable agresseur qui vient à coup de hâches déchirer cette âme et la laisser dispersée, pantelante, en lambeaux. Telle est la souffrance qu’expriment tant de fidèles à la sortie de certaines Messes par ces mots : « scandale », « malaise », « souffrance », « désacralisation », « irrespect »… : oui, il s’agit d’une vraie agression, c’est-à-dire d’une intrusion violente, d’une effraction de l’âme où Dieu s’entretient avec sa créature, comme un ami avec son ami. Nos contemporains qui sont, à juste titre, si sensibles au thème des droits de l’homme, devraient réfléchir à cette violation d’un droit essentiel : celui de l’intimité de l’âme et de sa relation unique et ineffable avec son Créateur et Résempteur. Or, j’affirme que certaines formes de musique et de chant entendus dans nos églises vont à l’encontre de ce droit élémentaire de la rencontre de la personne humaine avec Dieu du fait de la rupture du silence intérieur, que l’on brise comme une digue cède sous la pression d’un torrent de boue. C’est pourquoi, je n’hésite pas à déclarer avec insistance et humilité : je vous en supplie, si le chant rompt le silence intérieur, celui de l’âme, qu’on y renonce pour le moment, et qu’on nous restitue d’abord le silence ! Dans ce domaine, la responsabilité des évêques, et celle des prêtres, leurs collaborateurs, en particulier dans les paroisses et les aumôneries, est immense et cruciale, tant du point de vue du choix et donc de la sélection des chants liturgiques à partir du critère que nous avons exposé, que de la formation des séminaristes, des novices et aussi, bien évidemment, des fidèles. Beaucoup d’entre eux ressentent, et de plus en plus, la nécessité d’une formation liturgique de qualité, en particulier des chefs de chœur, de même que les choristes et les musiciens, ainsi que les membres des équipes liturgiques qui sont souvent responsables du choix des chants liturgiques sous la conduite de leur curé. Tolérer n’importe quelle musique ou chant, continuer à abimer la liturgie, c’est démolir notre foi, comme je le rappelle souvent : « Lex orandi, lex credendi ».

Source : Riposte-catholique