Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Veillées de prière pour la Vie le 30 novembre 2019 dans le diocèse de Luçon (85)

Depuis 10 ans, suite à l’appel du pape Benoit XVI, des veillées pour la Vie sont organisées le premier samedi de l’Avent. Une belle manière de nous préparer à Noël.

 

Cette année Mgr Jacolin a proposé d’organiser ces veillées dans les paroisses.

Voici les informations que nous avons recueilli, vous pouvez aussi vous renseigner auprès votre paroisse.

 

 

Samedi 30 novembre 2019

  • Sainte Cécile
    18h – Eglise
  • Fontenay le Comte
    18h – Eglise St Jean Baptiste
  • La Roche sur Yon
    20h30 – 22h30 – Eglise Saint Louis
  • Luçon
    20h30 – Cathédrale
  • Saint Hilaire de Loulay
    20h30 – Eglise St Hilaire
  • Saint Florent des Bois
    20h30 – Eglise

 

Si vous organisez une veillée pour la Vie dans votre paroisse merci de nous communiquer les informations par mail communication@diocese85.org

Annonces #Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Veillée pour la vie à Luçon (85) le 1er décembre 2018

Veillée pour la vie

Samedi 1er décembre

20h30 à 22h
Cathédrale de Luçon

Sous la présidence de Mgr JACOLIN

 

Chaque année, à la veille de l’entrée en Avent, les chrétiens se rassemblent partout en France pour prier pour la cause de la Vie.

 

Mgr Jacolin nous invite cette année à prier Notre Père avec confiance parce que promouvoir la vie est une exigence et une urgence.

Par ce temps de louange et ce temps d’adoration qui nous est proposé, demandons à Dieu la protection de toutes les vies humaines.

En France #NLQ

Mgr François Jacolin : de Mende au diocèse de Luçon

Mgr François Jacolin a quitté le diocèse de Mende (Lozère) pour être solennellement installé comme évêque du diocèse de Luçon (Vendée) le 15 juillet.

Comment avez-vous réagi à l’annonce de votre nomination à Luçon ?

Quand le nonce m’a téléphoné, j’ai dit oui tout de suite ! Je fais confiance à l’Église, j’essaie d’accueillir ses demandes. Néanmoins plusieurs points m’ont fait un peu peur. Mon âge, tout d’abord, j’ai eu 68 ans en avril dernier. Ensuite, le diocèse de Luçon est beaucoup plus important que celui de Mende, la population y est neuf fois supérieure ! J’avais également connaissance de situations de conflit un peu compliquées. Ceci dit, la Vendée ne m’était pas complètement inconnue, j’avais déjà ici une certaine part de mon cœur, puisque je venais régulièrement à la communauté des Missionnaires de la plaine et de sainte Thérèse (mdp) à Chaillé-les-Marais (Sud-Vendée) lorsque j’étais prêtre du diocèse de Bourges. J’ai accepté cette nouvelle responsabilité en me donnant la mission de travailler à l’unité et la paix dans le diocèse.

Quelles sont les grandes rencontres, les figures qui ont marqué votre parcours ?

La rencontre avec Jésus vivant ! Celle avec les Missionnaires de la plaine pendant mon séminaire, j’avais 30 ans. Celle avec les Gens du voyage. Grâce aux Missionnaires de la plaine, j’ai rencontré sainte Thérèse de l’enfant Jésus, sa spiritualité, son sens de la mission portée ensemble, son regard sur la miséricorde de Dieu. À l’époque, le P. Ferdinand Prouteau, supérieur des Missionnaires de la plaine et originaire de Talmont-Saint-Hilaire, m’a beaucoup marqué. C’était un sage et un original, un homme d’écoute qui se méfiait des grands discours. Partout où il passait, il suscitait des petits groupes autour de la Parole de Dieu. Il avait une grande liberté intérieure : il reste un modèle pour moi. J’ai rencontré plus tard les Gens du voyage dans une paroisse rurale que je desservais. Je les ai accompagné lors de pèlerinages et suis devenu leur aumônier. Aujourd’hui je connais des familles de Voyageurs sur toute la France ! Et je suis depuis quatre ans, membre de la commission épiscopale pour la mission universelle de l’Église, en charge des Gens du voyage. La façon dont Dieu habite leur journée, leur relation très spontanée à Dieu est très touchante. La vie au jour le jour, le sens de la famille et des anciens sont des valeurs qu’ils portent particulièrement. Ils sont dépaysants et ils obligent le prêtre à revenir sans cesse au cœur de sa mission : annoncer l’Évangile et prier ! À leur contact, on apprend à faire moins de détours pour parler de et à Dieu. On va simplement à l’essentiel ! Antérieurement, mes parents, ma famille, la paroisse rurale où j’étais enfant à Étréchy-sur-le-Cher (18) ont beaucoup compté. J’ai un frère, quatre sœurs, vingt-huit neveux et plus de quarante petits-neveux : c’est important pour moi de vivre ces liens familiaux en les rencontrant régulièrement. Je passe l’essentiel de mon temps libre à aller les visiter, ainsi que les familles de Voyageurs. Je suis d’ailleurs très sensible à l’Église comme famille de Dieu. J’appréhende souvent les questions ecclésiales sous cet angle.

Qu’avez-vous observé depuis votre installation à Luçon ?

L’Église de Vendée a un riche passé et de nombreuses forces vives. Ces deux premiers mois confirment les grandes potentialités déjà entrevues. La Vendée bénéficie d’une belle vitalité : des initiatives se développent partout et dans tous les domaines économiques, touristiques, etc. Cet esprit est également présent au sein de l’Église de Luçon. C’est une dynamique encourageante ! J’ai reçu un accueil très chaleureux. Je sens une grande attente de la part des diocésains, c’est stimulant tout en donnant un peu le vertige ! J’observe une réelle inventivité pour la mission d’aujourd’hui, mais avec des clivages assez forts. Les énergies pourraient mieux être mises à profit. J’ai aussi découvert la maison des services du diocèse à La Roche-sur-Yon avec ses équipes de salariés et de bénévoles, qui m’a fait l’impression d’une formidable ruche ! Comme dans d’autres diocèses, je me demande comment faire en sorte pour que les paroisses et les services diocésains soient complémentaires, et non des mondes parallèles, afin que les démarches initiées correspondent vraiment aux aspirations de nos contemporains. Aujourd’hui tout évolue très vite, le risque est grand de répondre à côté des besoins.

Que retenez-vous particulièrement de vos expériences précédentes ?

Comme évêque pour le diocèse de Mende, j’ai eu à cœur, et je tenais ça de mon expérience des Missionnaires de la plaine et de sainte Thérèse, de développer la confiance fraternelle entre les prêtres d’abord. Je crois bien sûr, que les prêtres ne peuvent rien faire tout seul, mais s’ils vivent l’esprit de communion fraternelle entre eux, alors une meilleure collaboration avec les laïcs est possible. Ils deviennent aussi des exemples vivants. La notion de presbyterium est vraiment importante pour moi. Autre point : la formation des laïcs. Ceux à qui l’on confie des responsabilités pastorales n’ont pas seulement besoin d’une préparation technique, mais aussi d’un temps de réflexion dans une vision harmonique de la foi : biblique, théologique, spirituelle. Une démarche de conversion, d’approfondissement du mystère chrétien, du Christ et de l’Église doit être proposée en amont.

Est-ce également ce que vous souhaitez mettre en œuvre au sein du diocèse de Luçon ?

Ce sont les deux axes principaux que j’ai à cœur de développer, en insistant comme dit Jeanne d’Arc, sur le fait que « le Christ et l’Église, c’est tout un ». Je porte aussi le souci de mettre en valeur ce qui unit la famille Église. Avant ce qui peut nous opposer, apprenons à nous accueillir et à nous écouter entre générations différentes, sensibilités, façons de concevoir la mission auprès du monde et milieux différents. « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres, que l’on reconnaitra que vous êtes mes disciples » (Jn 13, 25). C’est l’unité entre nous qui témoigne de notre foi. Je crois en cette communion de tous au service de la mission. J’ai aussi la conviction que c’est en faisant d’abord de la place aux plus petits et aux plus faibles que chacun trouvera son rôle. Si on ne commence pas par eux, ils risquent de rester de côté. L’observation et l’écoute sont une dimension permanente de mon épiscopat !

Comment envisagez-vous de faire progresser ce travail de collaboration ?

En conseil épiscopal et en réunions de doyennés, j’appuie sur l’importance de travailler et vivre quelque chose ensemble, de se faire confiance. Il ne s’agit pas de créer de nouvelles structures, mais de mieux articuler les relations entre la paroisse, le doyenné, la zone pastorale et les services diocésains. Se parler davantage, se tenir ensemble les uns et les autres, c’est prioritaire pour le bien de la mission. Le doyenné est le niveau clé entre la paroisse, qui est la communauté fondamentale, et les services diocésains. Le diocèse en compte treize. Il faut revoir leur rôle, se rencontrer davantage et développer un travail de mutualisation pour une meilleure efficacité et mise en œuvre des compétences des prêtres et des laïcs. Je crois que le temps du curé seul et qui supervise tout demande à être relativiser. Le doyenné est le bon niveau pour partager des responsabilités transversales, comme cela existe déjà souvent pour la préparation au sacrement de confirmation par exemple. Sans faire de révolution, je souhaite intensifier ces démarches. Le diocèse de Luçon a la chance de compter dix séminaristes et sept propédeutes, mais dans les dix ans à venir, le nombre de prêtres en activité (moins de 75 ans) va diminuer. Soit on propose à ceux qui sont en exercice d’œuvrer dans un territoire plus grand. Soit on développe un travail en équipe à la taille du doyenné, tout en veillant à la proximité qui n’est pas que l’affaire du prêtre mais aussi d’une équipe locale. Ce défi de la communion fraternelle au service de la mission passionnant !

Qu’en est-il de votre devise épiscopale et des paroles qui vous ressourcent ?

« Par la confiance et l’amour » sont les derniers mots écrits par sainte Thérèse. Elle revient sur le sens de la miséricorde. Il faudrait citer tout le passage ! Elle prend l’exemple de Marie-Madeleine, dont elle admire l’immense audace, et termine en disant que même si elle avait commis tous les péchés du monde, cela ne l’empêcherait pas, « le cœur brisé de repentir »,de se jeter dans les bras du Seigneur ! Cette confiance en la miséricorde de Dieu suscite un élan de tout l’être, comme l’enfant prodigue dans les bras de son père, que Thérèse cite aussi. Cela rejoint mon expérience : ma seule force est de savoir que Dieu m’aime comme son enfant. Ce don de l’amour libère de toutes peurs et confère une liberté intérieure. L’amour miséricordieux rend confiant, attire vers Dieu, nous prend sous son regard, permet la liberté de l’amour. La liberté des enfants de Dieu qu’évoque saint Paul au chapitre 8 de la Lettre aux Romains : « Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions : Abba !, c’est-à-dire : Père ! » Également au chapitre 8 de l’évangile de saint Jean qui relie liberté et vérité. Le diocèse de Luçon est entré dans ma vie et j’espère entrer dans la sienne. Il fait désormais partie de moi, et ce pour l’éternité dans le projet de Dieu : c’est ce qui permet de donner plus grand que soi ! Nous avons tous besoin de redécouvrir ce que le Seigneur veut pour nous, ce vers quoi il nous appelle. Chaque instant de cette vie où il nous fait progresser a vocation à devenir éternel, en communion avec lui, seul Éternel. Alors que j’aurais du mal à ne compter que sur mes seules forces, les noces de l’agneau et de la Jérusalem céleste dans le final du livre de l’Apocalypse me parlent beaucoup et m’aident chaque jour à aller de l’avant !

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Messe d’adieu et d’action de grâce pour Mgr Garnier le 29 août 2018 à La Roche-sur-Yon (85)

Cette célébration eucharistique sera l’occasion de dire “adieu” à Mgr Garnier qui fût l’évêque de Luçon de 1991 à 2000 et de rendre grâce pour ce qu’il a fait pour le diocèse de Luçon et pour le diocèse de Cambrai où il fût archevêque de 2000 à 2018.

Mgr Garnier s’est éteint le jour de l’Assomption, victime d’une leucémie ; ses funérailles ont été célébrées le 24 août.

Prions pour lui et sa famille, et demandons son intercession en ces temps difficiles pour l’Eglise.

En France #NLQ

Diocèse de Luçon : la Vierge de Pontmain en visite aux Vendées

La statue de la Vierge pèlerine de Pontmain est accueillie depuis plusieurs semaines dans les paroisses et communautés chrétiennes du diocèse. Des moments de joies et de grâces auprès de la Vierge Marie, afin de préparer le jubilé des 150 ans de l’apparition de Marie à Pontmain, qui aura lieu en 2021.

Au cours de cette année 2018, les fidèles sont invités à méditer particulièrement sur l’appel à la prière comme le demande la Vierge. Avec Notre-Dame de Pontmain, chacun est invité à prier Jésus, à lui confier toutes ses intentions, à garder l’espérance. Depuis le mois de janvier, le diocèse de Luçon accueille une statue de la Vierge de Pontmain. Celle-ci a été accueillie dans plusieurs paroisses et communautés.

A Pouzauges, dans la paroisse Saint Antoine des Puys, au mois de mars, la statue de la Vierge a été conduite dans les différentes églises au moment des messes et pour un temps d’adoration et aussi emportée dans les maisons de retraite, où les personnes âgées ont pu prier auprès d’elle. Elle a aussi été accueillie dans plusieurs maisons. « Un mot revenait très souvent : peut-on la garder plusieurs jours ? Il y avait vraiment de la joie sur les visages », témoigne une paroissienne de Pouzauges. La Vierge a ensuite été conduite à la chapelle de Maison-Pré, un lieu de pèlerinage marial sur la commune de la Pommeraie-sur-Sèvre pour un temps de prière. « Par le passage de cette Vierge pèlerine, de nombreuses personnes ont découvert ce grand lieu de pèlerinage de Pontmain en Mayenne où Marie est apparue à quatre enfants en 1871, les invitant à prier son Fils Jésus ».

 

 

CEV-n°167-Cote-Paroisse-1

La Vierge de Pontmain a ensuite été accueillie début avril dans la paroisse Saint Benoit d’Aizenay. Un temps de prière dans une église particulièrement fleurie pour l’occasion a été proposé aux fidèles qui le souhaitaient. Puis la Vierge a pris la direction de l’île de Noirmoutier pour plusieurs jours dans la paroisse Saint Philbert. Prière dans les différentes églises, accueil dans le groupe de la Prière des Mères, mais aussi au collège des Sorbets auprès des jeunes. Début mai, en ce mois qui lui est consacré, la Vierge a été reçue dans la paroisse Notre-Dame de la Plaine à Luçon. Chapelet, procession, chants à Marie ont rythmé les journées, où la Vierge a aussi été accueillie dans des familles ; Une paroissienne témoigne ainsi des grâces reçues : « Marie, Notre Dame de Pontmain, visitant aussi les malades, a apporté réconfort et paix par sa douce présence maternelle, nous encourageant encore : “Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher” ».

Par ces visitations dans les paroisses, tous ceux et celles qui viendront peuvent témoigner des nombreuses grâces reçues car « Dieu aime passer par Marie pour en donner ».

Pour accueillir la Vierge de Pontmain, contacter le service

des pèlerinages au 02 51 44 15 56 ou par mail : pelerinages@catho85.org

Source : diocèse de Luçon

En France #NLQ

Mgr François Jacolin : nouvel évêque du diocèse de Luçon (85)

Le Pape François a nommé ce mardi 29 mai,
Mgr François Jacolin évêque du diocèse de Luçon,
il était jusqu’à présent évêque du diocèse de Mende.

Après sept mois et demi d’attente, le diocèse de Luçon connaît le nom de son nouvel évêque. Il s’agit de Mgr François Jacolin, 68 ans, qui était jusqu’à présent évêque de Mende depuis onze ans et qui devient le 47e évêque de Luçon.

___________________

Chers frères et sœurs de l’Eglise qui est en Vendée

Voici que je suis envoyé vers vous pour être évêque de Luçon.

Je connais encore peu le diocèse. Mais, étant entré chez les Missionnaires de la Plaine et de sainte Thérèse qui étaient implantés dans mon diocèse d’origine, le diocèse de Bourges, j’ai vécu là-bas en communauté avec des Vendéens pendant plus de vingt ans.

Je leur dois beaucoup et je désire rendre un peu au diocèse de Luçon ce que j’ai reçu d’eux : en particulier le sens de la mission qui nous appelle à nous rendre proches de tous ; et aussi le sens de la communion fraternelle qui nous apprend à assumer dans la confiance nos différences, comme les enfants d’une même famille. 

Chaque diocèse est unique. Je désire prendre le temps d’entrer dans votre Histoire Sainte avec le Seigneur, histoire généreuse et héroïque. Je désire me mettre à votre service pour que nous avancions ensemble aujourd’hui sur ce chemin qui vient de plus loin que nous et qui nous conduit bien au-delà de notre horizon naturel, le chemin de l’Evangile.

La parole du Christ qui a présidé à votre synode de 2006 résonne comme une puissante invitation à l’espérance : « Marchez, je suis avec vous ! »

J’ai une pensée fraternelle pour votre évêque émérite, Monseigneur Alain Castet et je lui demande de prier pour moi.

Je compte aussi sur votre prière et je fais appel à votre miséricordieuse bienveillance.

Je suis déjà de cœur avec vous et j’espère bientôt vous rejoindre pour commencer à marcher avec vous, dans la joie de l’Evangile.

+ François JACOLIN

A lire : Bienvenue à notre nouvel évêque : Mgr Jacolin

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Journée diocésaine (Luçon) Renouveau Charismatique : “Que ma joie soit en vous !” le 21 mai 2018 à St Laurent-sur-Sèvre (85)

NLQ #Sorties/Animations

Nuit des cathédrales 2018 le 12 mai à Luçon (85)

La nuit des cathédrales 2018 a lieu aussi à Luçon (85)

Programme

20 h 30 : Ouverture des portes

20 h 40 : Concert chant et orgue : “Les musiciens et la Grande Guerre”

21 h 30 : Deux ateliers tournants :

  • L’oeuvre de Joseph Joubert, organiste et éditeur
  • Présentation des plaques commémoratives des morts de la Grande Guerre

22 h 15 : Orgue

22 h 30 : Mémoires et prières de soldats – accompagnés par le duo “Flût’Harp”

23 h 15 : La prière de l’Eglise : office des Complies

Minuit : Fermeture des portes

 

 

www.nuit-des-cathedrales.org

 

www.paroissenotredamedelaplaine-lucon.fr

A la une #Brèves

Sans foi, pas de vocations : “prions pour plus de foi dans nos communautés”

A l’occasion de la 55ème journée mondiale de prière pour les vocations, le 22 avril dernier, RCF a évoqué la question vocationnelle dans l’Eglise avec l’abbé Jean Bondu, administrateur du diocèse de Luçon en Vendée.

Retrouvez l’émission à écouter sur le site de RCF

 

NLH #NLQ #Sorties/Animations

Sur le chemin du mariage : les « journées des fiancés » dans le diocèse de Luçon le 17 mars et le 7 avril à La Roche-sur-Yon (85)

Près de 800 mariages religieux sont célébrés chaque année en Vendée. Pour la première fois, le diocèse de Luçon invite tous les fiancés de l’année 2018 à se retrouver au cours d’une rencontre. Deux dates sont proposées : le 17 mars ou le 7 avril prochains. Des journées d’évangélisation, de partage et de témoignages afin de montrer que ceux qui s’engagent ne sont pas seuls, que le mariage peut durer grâce au Christ et qu’une vie de foi nourrit l’amour conjugal et familial.

Témoigner du mariage chrétien : un enjeu missionnaire

 

L’abbé Jean Bondu, notre administrateur diocésain, invite tous les couples qui recevront le sacrement de mariage durant l’année à vivre un temps fort diocésain, complémentaire du parcours de préparation vécu en paroisse ou en doyenné.

Lors de ces journées diocésaines d’évangélisation explicite, des couples mariés viendront témoigner combien leur vie a été transformée, leur amour dilaté, leur alliance renforcée, grâce à la rencontre et l’accueil du Christ vivant au cœur de leur amour. Ces journées se dérouleront dans une ambiance joyeuse et priante, à la façon JMJ, avec « Alive », un groupe vendéen de musique chrétienne. Des couples parrains accompagneront les futurs mariés tout au long de la journée, permettant ainsi un accueil fraternel et plus personnel. La journée s’achèvera par la bénédiction individuelle de chacun des couples par les prêtres.

Aujourd’hui la majorité des couples qui se préparent au mariage sont baptisés mais ont peu de lien avec la communauté chrétienne. Dans ce monde où les sociologues prédisent que près de 8 couples sur 10 ne finiront pas leur vie ensemble, le Pape François invite les chrétiens à témoigner que la foi est un chemin de Salut pour les couples qui aspirent tous, de façon profonde et quasi universelle, à construire un amour conjugal et familial pour la vie.

 

Au regard des enjeux que revêt, dans notre diocèse, l’engagement de près de 800 nouveaux couples dans le mariage, nous sommes tous invités à porter dans la prière ces futurs mariés ainsi que tous les acteurs pastoraux, prêtres et laïcs, engagés dans la préparation au mariage et l’évangélisation des fiancés.

 

Mariage_Anne-Vio_Fab_couple__IMG_8267_©Mapi - UNESous l’action du Saint-Esprit, susciter le désir de rencontrer Jésus.

 

L’objectif de cette journée est que se déclenche chez les couples qui se préparent au mariage un questionnement existentiel et spirituel. La Parole de Dieu, la louange et les différents témoignages doivent pouvoir offrir aux fiancés un contexte qui permette de faire l’expérience de la présence et de l’amour de Dieu. C’est aussi une journée de communion diocésaine pour annoncer et témoigner de la Bonne Nouvelle du mariage, complémentaire du travail réalisé par les prêtres et les équipes locales (117 couples engagés actuellement et répartis en 23 équipes paroissiales ou de doyenné selon les secteurs).

Le pape invite à recentrer chaque pastorale sur l’essentiel, sur le cœur de la foi, et à témoigner que le mariage est possible grâce à Dieu quand on l’accueille et le connait. Dans ces deux exhortations la joie de l’Evangile et la joie de l’amour il nous dit : « Face aux familles et au milieu d’elles, doit toujours et encore résonner la première annonce, Qui constitue ce qui « est plus beau, plus grand, plus attirant et en même temps plus nécessaire  » … Car « il n’y a rien de plus solide, de plus profond, de plus sûr, de plus consistant et de plus sage que cette annonce »[1]

Qu’est-ce que cette première annonce ou kérygme ? Le Pape nous dit : « Jésus-Christ t’aime, il a donné sa vie pour te sauver et maintenant il est vivant à tes côtés chaque jour pour t’éclairer, te fortifier, te libérer. »[2]

 

Le 17 mars ou le 7 avril 2018

De 9h30 à 17h au Collège Richelieu à La Roche-sur-Yon.

 

Inscriptions

Cette journée fait partie du parcours de préparation au sacrement de mariage.

Pour y participer, choisir l’une des deux dates proposées samedi 17 mars ou samedi 7 avril. Les places sont limitées.

 

L’inscription se fait en ligne ici : vendee.catholique.fr/journeedesfiances

 

 

La préparation mariage dans le diocèse

 

 

 

Pourquoi et comment devenir couple-parrain ? !

 

Vous avez le désir de transmettre aux jeunes le bonheur de s’engager dans le mariage chrétien, vous êtes prêts à vous rendre disponibles une journée dans votre année rien que pour eux ? Venez participer à l’une des « journées des fiancés » dans le diocèse, nous avons besoin de vous !

Cette journée est une opportunité pour nous rassembler autour de leur projet de mariage et de leur apporter d’autres témoignages de couples chrétiens, heureux de vivre leur foi au cœur de leur couple et de leur famille. C’est aussi l’occasion pour chacun de s’enrichir de leur parcours, de fêter votre engagement dans le mariage et de recevoir avec eux les grâces de cette journée ! Pour les accueillir, chaque couple-parrain accompagnera un petit groupe de 3 couples de ‘fiancés’ toute la journée.

Si vous souhaitez être couple-parrain, contactez la Pastorale familiale et il vous sera proposé une soirée au choix le jeudi 22 février ou le mardi 13 mars à la Maison du diocèse à La Roche-sur-Yon. Nous vous y préciserons ce que nous attendons de vous afin de vous préparer à cette responsabilité, répondre à vos questions, et prier ensemble pour ces journées des fiancés.

Les prêtres sont les bienvenus à cette rencontre pour comprendre comment sont conçues les JdF, comment elles sont animées, dans quel objectif et comment articuler ce moment spécifique avec le parcours de PSM de leur paroisse ou doyenné.

Inscription en ligne : vendee.catholique.fr/journeedesfiances-parrains

 

 

N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez de plus amples renseignements.

Service de pastorale familiale du diocèse de Luçon

famille@catho85.org – 02 51 44 15 16

 

 


[1] Pape François – La joie de l’amour n°58

[2] Pape François – La joie de l’Evangile n°164