Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

Grande journée de mobilisation contre la PMA sans père et la GPA le 6 octobre 2019 à Paris

Un collectif d’associations, parmi lesquels La Manif Pour Tous, les AFC, Alliance Vita, les Veilleurs, etc., réunies sous le nom “Marchons Enfants”, donnent rendez-vous le dimanche 6 octobre 2019 à Paris à tous ceux qui souhaitent donner à chaque enfant la chance d’avoir un père et une mère, pour une grande journée de mobilisation contre la PMA sans père et la GPA.

Ce matin, le Conseil des ministres a pris connaissance du projet de révision de la loi bioéthique qui sera débattu à l’Assemblée Nationale fin septembre. Il prévoit l’extension de l’Assistance Médicale à la Procréation aux couples de femmes et aux femmes seules. L’autorisation de congélation des ovocytes et l’élargissement de la recherche sur l’embryon figurent également dans ce texte.

Aveuglés par le progrès technique, les promoteurs de la PMA n’en discernent aucune des lourdes conséquences qu’elle aura sur la filiation, la suppression de la figure paternelle, la famille, la construction psychique des enfants, la raréfaction des gamètes et donc de l’instauration d’un marché, avec les dérives eugéniques que l’on peut déjà prévoir.

Comment peut-on veiller aux équilibres délicats de la nature sur notre planète et, en même temps, ne pas voir que ces mêmes principes devraient aussi s’appliquer à l’humain ?

L’ensemble de ces évolutions laissent entrevoir un monde où le vivant et l’humain deviennent des enjeux technologiques et marchands. Nous sommes convaincus que l’altérité sexuelle est une chance, qu’un enfant aura toujours besoin d’un père, qu’un enfant n’est pas un droit mais un don. Nous avons le devoir de témoigner de ces convictions.

Chaque famille est invitée à se mobiliser.

A la une #NLQ

L’édito – A quoi bon redescendre dans la rue ? – Les trompettes de Jéricho versus les sirènes des bobos

 

 

A quelques jours de la Marche pour la vie et dans le souvenir des marches antérieures,  ressurgit la question, lancinante… à quoi ça sert ? Les lois passent les unes derrières les autres, tous des pourris, le système ceci, le système cela, nous sommes des amateurs, il nous manque une tête… Oui ! Trois fois oui tout cela est vrai. Mais, il me vient à l’esprit cet extrait bien connu de Victor Hugo. « Dans cette diable de Vendée, il faut un général qui soit en même temps un procureur ; il faut ennuyer l’ennemi, lui disputer le moulin, le buisson (…) A cette heure, dans cette armée de paysans, il y a des héros, il n’y a pas de capitaine » Ennuyer l’ennemi, le tarauder, lui tourner autour, lui faire perdre la tête, l’encercler de toute part, tel est le résultat de la multiplicité et de la diversité des actions qui ont été menées depuis 2013 et que, m’est avis, il faut continuer et intensifier. Plus nous les agacerons de nos veillées, contre lesquelles ils ne peuvent rien, de nos sentinelles, qui les réduisent à l’impuissance, de nos marches paisibles, sur lesquelles ils n’ont aucune prise, plus nous gagnerons du terrain. Oh pas un terrain militaire, mais un terrain politique, parce que nous sommes en train, petit à petit, de reprendre la main en imposant notre tempo. Ce combat nous pouvons le gagner par KO et faire tomber la forteresse, comme le peuple juif tournant avec ses trompettes autour de Jéricho ! Voilà pourquoi qu’importe qu’il n’y ait pas de capitaines dans notre armée de va-nu-pieds, ce qui compte c’est de tourner autour de la citadelle, non pour être plus forts qu’elle, mais pour qu’elle s’effondre d’elle-même.

Ne cherchons pas en effet l’affrontement de face, nous ferions leur jeu en entrant dans ce principe marxiste du rapport de force. En nous mettant sur leur terrain, nous sommes forcément perdant, parce qu’ils jouent avec le renversement de ce rapport et ils reviendront plus forts dans quelques années. En utilisant leurs armes, ils gagneront parce qu’ils les manient mieux que nous. Mais visiblement, ils sont désarçonnés devant la forme inédite que prend notre armée. Nos trompettes de l’espérance, la cadence de nos marches ébranlent leurs constructions à peine posées sur le sable. Et pour ce faire, il nous suffit d’être nous-mêmes et de démontrer la beauté de la vérité que nous défendons. L’exemple des veilleurs, proposant à des milliers de jeunes l’édification de soi par la culture, celui des sentinelles, faisant de la patience et du silence, les vertus du héraut de la défense des libertés, celui des volontaires préparant la Marche pour la vie, témoignent sobrement d’une assurance et d’une espérance qui, à elles seules, sont autant de flèches décochées dans les cœurs avides de bonheur de nos contemporains.

Les trompettes de Jéricho couvriront sans mal les sirènes enrhumées des bobos. Déjà elles s’essoufflent. Mais perverses, elles cherchent assurément d’autres issues pour échapper à l’encerclement de la citadelle. Alors ne nous évanouissons pas dans la nature par impatience, regrettant le coup de force qui les écraserait ! Mais au contraire, partout, en tous lieux, tout temps, ici et maintenant, sans attendre demain, ni ce général providentiel (il viendra en son temps), labourons le terrain, ennuyons l’ennemi, sonnons très fort et sans trêve les trompettes de Jéricho. Mais attention, n’oublions pas que l’adversaire n’est pas « le reste de ceux qui ne pensent pas comme nous ». Bien au contraire, l’immense majorité de nos contemporains est emprisonnée dans cette cité de la pensée unique, captive des sirènes trompeuses d’une idéologie mortifère qui est notre véritable ennemi. C’est bien pour cela que la tactique biblique des trompettes de Jéricho vise bien à faire tomber les remparts et non à écraser la population. Car ce combat est un combat de liberté. Il ne s’agit pas d’imposer notre vérité, mais de faire s’effondrer le mensonge.

Nous pourrions avoir l’impatience du découragement ou de la colère, mais soyons au contraire convaincus que plus nous mettrons d’intensité dans nos trompettes, plus vite la victoire nous sera donnée.

 

Et une fois les murs tombés me direz-vous ?  Chaque chose en son temps ! Le temps qui est le nôtre est celui de la préparation. Comme dans les tranchées, que nous commémorons cette année, il va falloir nous installer pour durer, rivaliser d’imagination pour « disputer le moulin », sans jamais perdre notre âme, ni notre flamme. C’est le temps ardu du laboureur qui s’ouvre à nous. Un labour qui n’exclut pas cependant de préparer ceux qui seront les cadres de demain. Ce temps, en tout cas, requiert patience, tempérance et espérance, ce  que d’aucuns résument en quatre lettres : ONLR !

 

Cyril Brun, rédacteur en chef

 

En France #NLQ

Ploërmel – Le maire veut déplacer la croix. Une solution que tous n’apprécient pas

Lundi 4 décembre, Patrick Le Diffon, maire de Ploërmel (Morbihan), confiait à l’AFP : « Ce qui se dessine, c’est le déplacement du monument vers un espace privé à proximité. L’évêché prend en charge l’acquisition et le déplacement de la statue […] Le monument quittera l’espace public, pour un espace privé, hors du champ d’application de la loi de 1905 ». Une décision qui n’est pas du goût du collectif #TouchePasMaCroix qui a immédiatement fait paraître le communiqué que voici :

Communiqué du 4 décembre 2017

La croix de Ploërmel : M. Le Diffon veut-il se laver les mains ?
Nous venons d’apprendre par voie de presse que M. Le Diffon envisage de déplacer la statue sur le terrain d’un établissement scolaire. Cette décision ne peut pas nous satisfaire.
Déplacer la croix, c’est déplacer le problème ! Cela ne le résout pas !
Plusieurs questions me viennent à l’esprit : Où va t-il déplacer la statue ? Pourrons-nous toujours accéder à la statue ? Pourrons-nous toujours voir la statue ?
Et que dire de la jurisprudence Ploërmel sur la question des croix ? Est-ce que Patrick Le Diffon abandonne l’idée de porter le dossier devant les cours de justice européenne ?
M. Le Diffon dit : « Il est grand temps que cela s’apaise rapidement, dans le respect de la loi de 1905 », nous savons d’ores et déjà que la Libre Pensée a de nouvelles croix dans son viseur et qu’elle va lancer des procédures pour retirer des croix partout en France.
Je suis pour l’ordre et la sécurité. Loin de la volonté naïve d’apaisement souhaitée par Patrick Le Diffon, l’attitude de la Libre Pensée est une attitude irresponsable ; avec sa victoire de Ploërmel, elle va diviser notre pays. Aujourd’hui, la présence de croix ne pose aucun problème d’ordre public. Par contre, le retrait des croix posera probablement de graves problèmes d’ordre public en France.
M. Le Diffon va t-il encore capituler sur un dossier si grave ?
Pressentant que M. le Maire cèderait devant cette attaque de la Libre Pensée, j’ai créé le collectif #TouchePasMaCroix et j’ai organisé le rassemblement le dimanche 26 novembre à Ploërmel.
Un maire responsable et respectueux des traditions et de la culture de ses administrés ne permettrait pas que sa commune devienne celle qui permettra demain, le retrait ou le déménagement des croix ! il n’aurait pas cherché à déplacer le problème, prendrait ses responsabilités en ne cédant pas au Conseil d’État et si les autorités demandaient aux forces de l’ordre de retirer la croix, il viendrait avec son écharpe en donnant Rendez-vous à tous les Ploërmelais et à toute la population française pour empêcher, sans violence, le retrait de celle-ci.
David Cabas
Initiateur et porte-parole du Collectif #TouchePasMaCroix [page Facebook]

 

Source Observatoire de la christianophobie

En France #NLH #NLQ

Revivez La Manif en photos !

200 000 ! Nous étions 200 000 dimanche à PARIS pour une nouvelle fois défendre la cause de la Famille, et démontrer que, non, vraiment, nous ne lâcherons. Merci ! ! !

(et merci J-L B pour ces belles photos)

Brèves

Emission spéciale “abrogation loi Taubira” le 15 octobre

Une émission spéciale Loi Taubira le 15 octobre à 20h

cliquez sur l’image pour la bande annonce

tvliberte