NLH #NLQ #Sorties/Animations

Femmes au Moyen-Âge – acte 1 – Exposition et conférences du 21 juillet au 15 octobre 2018 au Mont sainte Odile (67)

Exposition au Mont Sainte-Odile en lien avec la Seigneurie d’Andlau du samedi 21 juillet au lundi 15 octobre 2018

Deux conférences

  • Samedi 21 juillet 2018 – 15h00 : Conférence inaugurale de M.-Th. Fischer : « Les chanoinesses de Hohenbourg au Moyen-Âge »
  • Samedi 11 août 2018 – 15h00 : Conférence de soeur Élie Cails : « La vie à Hohenbourg au XIIIe s., à la lumière d’Unterlinden »

Vernissage

  • Samedi 21 juillet 2018 à 16h00

Lieu d’exposition

  • Chapelle Sainte-Attale et Salle Vatican

Femmes au Moyen-Âge

Du VIIe au XVe siècle, contrairement aux idées reçues, les femmes ont un rôle majeur au sein de la société du Moyen-Âge. Fondatrices de nombreux monastères, couvents et béguinages, elles sont aussi des auteures majeures de la littérature médiévale.

Femmes d’action, investies dans des oeuvres caritatives, elles s’engagent résolument dans les crises politiques de leur temps.

Dès l’âge roman, les femmes vivent et revendiquent un chemin d’émancipation dont témoigne une importante et étonnante production littéraire, théologique, poétique et mystique.

Ce sont d’ailleurs deux femmes qui, au XIIe siècle, écrivent les encyclopédies de l’âge roman, telles l’Hortus deliciarum de l’abbesse Herrade du monastère du Mont Sainte-Odile et les oeuvres de Hildegarde de Bingen, la sybille du Rhin.

Avec la révolution urbaine du XIIIe siècle, les femmes acquièrent une nouvelle place au sein de la cité, non seulement à la faveur de l’émancipation du laïcat, mais aussi grâce aux ordres mendiants.

Ce sont des femmes de modeste condition, et non seulement des abbesses, qui s’engagent alors dans une réforme de l’Église et la société, avec courage et autorité.

Ainsi, dans la vallée rhénane, depuis sainte Odile, impératrices, abbesses, moniales, béguines et laïques vivent une « culture de fraternité », suscitent une « culture de liberté » et prônent une culture de dialogue qui aujourd’hui encore façonnent un certain idéal européen.

Enrichie de précieux ouvrages médiévaux, manuscrits et incunables provenant de riches fonds patrimoniaux alsaciens, cette exposition propose au grand public de découvrir comment l’émancipation féminine est née au Moyen-Âge, avant que ne se déchaîne la chasse aux sorcières des sociétés modernes.

En lien avec la Seigneurie d’Andlau

L’exposition qui se tiendra au Mont Sainte-Odile est l’Acte 1 de celle qui se tiendra, du 20 juillet au 16 décembre, aux Ateliers de la Seigneurie d’Andlau, sous le titre : DAMES ILLUSTRES & FEMMES LIBRES AU MOYEN ÂGE, Du Jardin des délices au Marteau des sorcières. (Acte 2)

Les deux expositions, concoctées et pensées par le fr. Rémy Valléjo, dominicain, – Le Rhin mystique -, ont été conçues pour n’en faire qu’une sur ces deux lieux historiques et symboliques de la région.

Les oeuvres exposées

L’exposition permettra de retracer la vie de sainte Odile grâce à une collection de gravures des XVIIe et XVIIIe siècles, mais aussi grâce à des ouvrages du XVe siècle ainsi qu’une copie de planches de l’Hortusdeliciarum réalisée en 1818 avant que le célèbre ouvrage ne disparaisse dans l’incendie de la Bibliothèque de la Ville de Strasbourg en 1870.

Les fragments du tombeau de sainte Odile au XVIIe siècle seront aussi exposés alors que la figure de sainte Odile dans les arts sera illustrée grâce à des oeuvres de Charles Spindler, Martin von Feuerstein et Richard Brunck de Freundeck, artisan du renouveau des arts en Alsace entre 1880 et 1930.

Enfin, les visiteurs pourront admirer la reconstitution de la croix du monastère de Niedermunster, chef d’oeuvre d’orfèvrerie du XIIe siècle, fondu en 1790.

Conférences/Formations #NLQ

Conférence exceptionnelle du Père Najeeb à Alençon (61) le 17 janvier 2018

Né à Mossoul dans une famille de rite chaldéen, le père Michaeel Najeeb entre chez les Dominicains à 24 ans. Ordonné prêtre par Mgr Claverie en 1987, il vit aujourd’hui à Erbil, au Kurdistan irakien. Il a sauvé des manuscrits et des familles des mains de Daech en Irak.

« Lorsque Mossoul tombe aux mains de Daech, plusieurs dizaines de milliers de chrétiens fuient la plaine de Ninive, au nord de l’Irak. En quelques heures, des familles entières abandonnent leurs maisons, leurs églises et leurs cimetières, fuyant un assaut de cruauté. Elles quittent la terre de Noé, d’Abraham et de saint Thomas, la leur depuis deux millénaires. Au cours d’une incroyable épopée, le père Michaeel Najeeb sauve des centaines de manuscrits vieux de plusieurs siècles que les djihadistes ont juré de réduire en flammes, comme ils ont détruit Palmyre ou saccagé le tombeau de Jonas. Au péril de sa vie, ce dominicain de Mossoul nettoie, restaure et protège ces textes sacrés. Au cours de ce long exode, il construit aussi une arche pour sauver des familles de toutes confessions, chrétiens, Yézidis ou musulmans, tous enfants du désastre. Il les nourrit, les loge, les encourage. » (4ème de couverture de son livre Sauver les livres et les hommes).

Mercredi 17 janvier 2018
20h30
Halle aux Toiles

Affiche Najeeb

Agenda / Annonce #NLQ

Gap – Conférence du père Najeeb Michaeel : “Les chrétiens d’Orient entre racines et déracinement”

Le père Najeeb Michaeel sera présent à Gap pour une conférence au Centre diocésain pape François le jeudi 19 janvier 2017 à 20h00.

La conférence de 40 minutes sera suivie de réponses aux questions émanant de la salle.

Le thème de la conférence portera sur « Les chrétiens d’Orient entre racines et déracinement »

Qui est le père Najeeb MICHAEEL ?

  • Né à Mossoul (Irak) en 1955, originaire de Sanate, au nord du Kurdistan irakien, il est ordonné prêtre dominicain dans la Province de Paris en 1987, par Mgr Pierre Claverie, (évêque d’Oran, assassiné en Algérie en 1995).

Études

  • Entré en 1980 dans l’Ordre des prêcheurs en France pour démarrer ses études de philosophie de de théologie, il a une maîtrise en théologie catholique de l’Université des Sciences humaines de Strasbourg II, ayant rédigé une mémoire sur « Saint Jean Damascène, écrits sur l’islam ». Il a par ailleurs un Diplôme d’études supérieures universitaires (D.E.S.U.), (D.E.A.) en théologie pratique et communication, de l’Université de Strasbourg en 1986 et un Diplôme supérieur de théologie catholique (D.S.T.C.), de l’Université de Strasbourg en 1987.
  • Depuis 2014, il prépare une thèse de doctorat à l’Université de Fribourg en Suisse, sur « les Manuscrits et les Livres Saints des Yézidis ».


Fonctions

  • Membre de la Commission œcuménique des évêques du gouvernorat de Ninive, de 2001 à 2012, il est élu supérieur des dominicains à Mossoul et en Irak, avec plusieurs mandats entre 2000 et 2012.

  • Il est par ailleurs archiviste de l’Ordre dominicain de Mossoul depuis 1988, directeur et fondateur du Centre audiovisuel et catéchétique à Mossoul en 1989, directeur et fondateur de la première Galerie d’art -Al-SA’A à Mossoul en 2000 et directeur et fondateur du CNMO, Centre numérique des manuscrits orientaux, fondé à Mossoul en 1990, où il numérise plusieurs milliers de manuscrits et de documents de grandes importances des Églises en Irak et en Turquie.
  • Professeur de la théologie pastorale et communication à la faculté de théologie et de philosophie de Babel Collège et dans plusieurs séminaires et instituts des différentes Églises d’Irak, à Bagdadet à Ankawa (Erbil) depuis 1989, il est actuellement rattaché au couvent des pères dominicains à Erbil (Irak).

Source

Agenda / Annonce #NLQ

Toulouse – Exposition de manuscrits médiévaux des dominicains

Il y a 800 ans, en pleine croisade des Albigeois, était fondé à Toulouse l’un des plus importants ordres religieux du Moyen Âge, l’ordre dominicain. Ces religieux nous ont transmis une très belle bibliothèque qui constitue l’une des plus importantes collections dominicaines de France.

Depuis la Révolution, c’est la Bibliothèque de Toulouse qui conserve ces quelque 150 manuscrits médiévaux. Elle était donc toute indiquée pour célébrer le huitième centenaire de la fondation des dominicains, avec cette exposition qui s’accompagne de nombreuses animations.

Ces livres qui ont traversé les époques, les guerres, les périodes de confiscation et de destruction… nous délivrent aujourd’hui un témoignage historique exceptionnel.

Du 15 au 28 janvier, venez nombreux découvrir l’exposition sur

LES MANUSCRITS MÉDIEVAUX
DES DOMINICAINS DE TOULOUSE,

Mémoire d’une bibliothèque

à la bibliothèque d’Étude et du Patrimoine
1 rue de Périgord – 05 62 27 66 66

En prime, pendant le mois de janvier 2017, les animations continuent à la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine :

– Visites de l’exposition

– le jeudi 12 janvier  : Conférence sur “L’inquisition médiévale”

– le vendredi 20 janvier  : Visite de l’exposition à la bougie

– le samedi 21 janvier  : Visite couplée couvent des Jacobins/Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

Pour plus de détails consulter le programme, sur le site internet : http://www.bibliotheque.toulouse.fr

Agenda / Annonce

Gap – Conférence du père Najeeb Michaeel, témoin de Mossoul

Un témoin de Mossoul en conférence à Gap

 

En 2014, alors que l’État islamique entre à Mossoul, un frère dominicain s’enfuit avec de précieux manuscrits irakiens et fait monter en route des familles dans sa voiture. « Nous voulions sauver à la fois l’homme et la culture » dit-il.

Ce qu’il continue de faire. Car réfugié depuis à Erbil, il se partage entre l’assistance aux réfugiés chrétiens de la plaine de Ninive – dirigeant des centres pour les réfugiés chrétiens et yézidis à Erbil – et la numérisation des manuscrits – créant et dirigeant le Centre numérique des manuscrits orientaux (CNMO).

Le père Najeeb Michaeel sera présent à Gap pour une conférence au Centre diocésain pape François le jeudi 19 janvier 2017 à 20h00.

La conférence de 40 minutes sera suivie de réponses aux questions émanant de la salle.

Le thème de la conférence portera sur « Les chrétiens d’Orient entre racines et déracinement »

Qui est le père Najeeb MICHAEEL ?

  • Né à Mossoul (Irak) en 1955, originaire de Sanate, au nord du Kurdistan irakien, il est ordonné prêtre dominicain dans la Province de Paris en 1987, par Mgr Pierre Claverie, (évêque d’Oran, assassiné en Algérie en 1995).

Études

  • Entré en 1980 dans l’Ordre des prêcheurs en France pour démarrer ses études de philosophie de de théologie, il a une maîtrise en théologie catholique de l’Université des Sciences humaines de Strasbourg II, ayant rédigé une mémoire sur « Saint Jean Damascène, écrits sur l’islam ». Il a par ailleurs un Diplôme d’études supérieures universitaires (D.E.S.U.), (D.E.A.) en théologie pratique et communication, de l’Université de Strasbourg en 1986 et un Diplôme supérieur de théologie catholique (D.S.T.C.), de l’Université de Strasbourg en 1987.
  • Depuis 2014, il prépare une thèse de doctorat à l’Université de Fribourg en Suisse, sur « les Manuscrits et les Livres Saints des Yézidis ».


Fonctions

  • Membre de la Commission œcuménique des évêques du gouvernorat de Ninive, de 2001 à 2012, il est élu supérieur des dominicains à Mossoul et en Irak, avec plusieurs mandats entre 2000 et 2012.

  • Il est par ailleurs archiviste de l’Ordre dominicain de Mossoul depuis 1988, directeur et fondateur du Centre audiovisuel et catéchétique à Mossoul en 1989, directeur et fondateur de la première Galerie d’art -Al-SA’A à Mossoul en 2000 et directeur et fondateur du CNMO, Centre numérique des manuscrits orientaux, fondé à Mossoul en 1990, où il numérise plusieurs milliers de manuscrits et de documents de grandes importances des Églises en Irak et en Turquie.
  • Professeur de la théologie pastorale et communication à la faculté de théologie et de philosophie de Babel Collège et dans plusieurs séminaires et instituts des différentes Églises d’Irak, à Bagdadet à Ankawa (Erbil) depuis 1989, il est actuellement rattaché au couvent des pères dominicains à Erbil (Irak).

Source