A la une #NLQ

L’édito – Redonner une âme pro-vie à la culture

 

 

NLQ #USA

Merci à la Marche pour la vie, des gens vraiment, vraiment formidables. Nous somment avec vous, à fond – Discours de Donald Trump

 

 

Grand merci, c’est tellement gentil. Asseyez-vous, s’il vous plaît.

Il y a des dizaines de milliers de personnes qui regardent depuis la rue tout à côté, des dizaines de milliers. Et donc, je vous félicite ! Et au moins, nous avons choisi une journée magnifique, impossible d’avoir une journée plus magnifique. Je veux remercier notre vice-président Mike Pence pour cette superbe introduction. Je veux aussi vous remercier, vous et Karen, d’être de vrais champions pour la vie. Merci à vous, et merci à Karen.

Aujourd’hui, je suis honoré et vraiment fier d’être le premier président à me tenir avec vous ici à la Maison Blanche pour m’adresser à la 45e marche pour la vie – c’est extraordinaire, cela, la 45e Marche pour la vie – et ce groupe est véritablement remarquable. Aujourd’hui des  milliers de familles, d’étudiants et de patriotes, des citoyens extraordinaires, en fait, sont réunis ici au Capitole de notre nation. Vous êtes d’origines et de lieux très divers, mais vous êtes tout cela pour une seule cause, magnifique : pour construire une société où la vie est célébrée, protégée, chérie.

La Marche pour la vie est un mouvement né de l’amour : vous aimez vos familles ; vous aimez votre prochain ; vous aimez notre nation ; et vous aimez chaque enfant, né ou à naître, parce que vous croyez que chaque vie est sacrée, et que chaque enfant est un don précieux de Dieu.

Nous savons que la vie est le plus grand des miracles. Nous le voyons dans les yeux de chaque nouvelle mère qui tient son nouveau-né merveilleux, innocent et splendide dans ses bras aimants. je veux remercier chaque personne présente ici aujourd’hui, et tout ce qui à travers notre pays travail de si grand cœur et avec un dévouement inlassable afin d’assurer que les parents reçoivent le soutien bienveillant dont ils ont besoin pour choisir la vie.

A cause de vous, des dizaines de milliers d’Américains sont nés et ont pu réaliser tout ce potentiel que Dieu leur a donné, à cause de vous. Vous êtes des témoins vivants du thème de la Marche pour la vie de cette année, et ce thème c’est : « L’amour sauve les vies. »

Comme vous le savez tous, Roe versus Wade  a abouti à mettre en place des lois  sur l’avortement qui sont parmi les plus permissives au monde. Par exemple, les Etats-Unis est l’un des seuls sept pays à permettre l’avortement tardif choisi, ainsi que la Chine, la Corée du Nord et d’autres. A l’heure qu’il est, dans nombre d’Etats, la loi permet qu’un  bébé soit avorté du sein de sa mère au cours du neuvième mois.

 C’est mal. Cela doit changer.

Les Américains sont de plus en plus pro-vie. on voit cela tout le temps. En réalité, seuls 12 % des Américains sont favorables à l’avortement à la demande à n’importe quel moment de la grossesse.

Sous mon administration, nous défendrons toujours le tout premier droit de la déclaration d’indépendance, et c’est le « droit à la vie ».

Demain, cela fera exactement un an que j’ai prêté serment en tant que président. Et je dirais que notre pays se porte vraiment bien. Notre économie est peut-être dans le meilleur état qu’elle ait jamais connu. Regardez les chiffres de l’emploi, les entreprises qui reviennent en masse dans notre pays, voyez la Bourse qui a atteint un niveau record, le chômage est au plus bas depuis 17 ans, le chômage pour les travailleurs africains est à son plus bas dans l’histoire de notre pays, le chômage des Hispaniques a atteint un niveau historiquement bas, le chômage des femmes – pensez-y – est à son plus bas depuis 18 ans.

Nous sommes vraiment fiés de ce que nous sommes en train de faire.

Et au cours de ma première semaine de mandat, j’ai rétabli une politique qui avait été d’abord mise en place par le président Ronald Reagan, la politique de Mexico.

J’ai fortement soutenu la loi sur les enfants à naître capable de ressentir la douleur présentée à la Chambre des représentants, qui cherchait à mettre fin aux avortements tardifs douloureux dans l’ensemble du pays. Et j’appelle le Sénat à adopter cette loi importante et à l’envoyer à mon bureau pour que je la signe.

Lors de la Journée nationale de la prière, j’ai signé un ordre exécutif afin de protéger la liberté religieuse. Je suis vraiment très fier de cela. Aujourd’hui, j’annonce que nous venons de présenter une nouvelle proposition visant à protéger les droits de la conscience et les libertés religieuses des médecins, des infirmières et des autres professions médicales. C’est tellement important.

Je viens également  d’inverser la politique de l’administration précédente qui empêchait les Etats  de s’assurer que les fonds Medicaid ne soient pas versés aux avortoirs qui violent la loi.

Nous protégeons le caractère sacré de la vie et de la famille en tant que fondement de notre société. Mais ce mouvement ne peut réussir qu’avec le cœur et l’âme et la prière du peuple.

Aujourd’hui, nous avons avec nous Marianne Donadio de Greensboro, Caroline du Nord.  où est Marianne ? Bonjour, venez me rejoindre ici Marianne. Venez. C’est super de vous voir, au fait.

Marianne avait 17 ans lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte. Au début, elle avait l’impression de n’avoir nulle part où aller. Mais lorsqu’elle en a parlé à ses parents, ils ont répondu avec un amour total, une affection totale, un soutien total. Des parents géniaux ? Géniaux ? [Marianne acquiesce.] Oui, je pensais bien que vous alliez dire cela. Il fallait bien que je fasse attention…

Marianne a courageusement choisi la vie et peu après elle a donné naissance à son fils. Elle l’a appelé Benedict, ce qui veut dire bénédiction. Marianne avait tant de gratitude pour ses parents qui l’avaient aimée et soutenue qu’elle s’est sentie appelée à venir en aide à ceux qui n’avaient pas sa chance. Elle s’est réunie avec d’autres personnes de sa communauté pour fonder un foyer maternel afin de prendre soin des femmes enceintes sans domicile. C’est magnifique. Ils l’ont appelé : « De la place à l’auberge ». Aujourd’hui, Marianne et son mari, Don, sont parent de six magnifiques enfants. Et son fils aîné Benedict  et sa fille Maria nous rejoignent ici aujourd’hui. Où sont-ils ? Venez là. Magnifique.

Tout au long de ces 15 dernières années, « De la place à l’auberge » a offert un abri, des soins aux enfants, des conseils, de l’éducation et des formations à l’emploi à plus de 400 femmes. De manière plus importante encore, le foyer leur a donné l’espérance. Il a  prouvé à chaque femme qu’elle n’est pas oubliée, qu’elle n’est pas seule, et qu’elle a véritablement aujourd’hui toute une famille de gens qui vont l’aider à réussir.

Cette espérance est le véritable don de ce mouvement incroyable qui nous rassemble ici aujourd’hui.

C’est le don de l’amitié, le don du parrainage bienveillant, le don de l’encouragement, de l’amour et du soutien. Ce sont des mots magnifiques et ce sont des dons magnifiques.

Plus important encore, c’est le don de la vie elle-même. C’est pourquoi nous Marchons, c’est pourquoi nous prions, et c’est pourquoi nous déclarons que l’avenir de l’Amérique sera rempli de bonté, de paix, de joie, de dignité et de vie pour chaque enfant de Dieu.

Merci à la Marche pour la vie, des gens vraiment, vraiment formidables. Nous somment avec vous, à fond. Que Dieu vous bénisse et que Dieu bénisse l’Amérique. Merci. Merci.

 

Source Le blog de Jeanne Smith

Brèves

Marche pour la vie – 40 000 selon les organisateurs, 8500 pour la police 2000 pour La Croix 1000 pour l’AFP

Et revoilà la guerre des chiffres. Passons sur l’écart entre les chiffres des organisateurs et ceux de la police. Il est plus cocasse que les médias cherchent à minorer même les chiffres officiels. Si l’AFP a d’abord lancé le chiffre de 1000, une nouvelle dépêche a annoncé les estimations des organisateurs et de la police.

Plus ennuyeux est l’erreur remarquée de la Croix dont on se demande finalement, après son sondage orienté, quel est son jeu. Mgr Malle a rappelé à l’ordre dans plusieurs tweet le journal, officiellement, de ligne catholique. Un média avec lequel certains de ses journalistes semblent toutefois prendre des distances quant à la ligne éditoriale sur la bioéthique.

Il est heureux qu’enfin des évêques osent reprendre publiquement un média qui a tendance à reconstituer son propre credo.

 

Pour ce qui est des tendances 

On peut mettre en doute les chiffres annoncés par la Préfecture de police, mais, comme les sondages, ils ont l’avantage de donner une tendance.

Cette année, la Préfecture a annoncé la participation de 8500 personnes à la Marche pour la vie. Malgré les conditions climatiques désastreuses…

En 2017, la Préfecture annonçait 7000 participants.

Et en 2015, la même préfecture parlait de 2200 participants.

Nous sommes dans une bonne dynamique !

 

 

A la une #En France #NLQ

Marche pour la vie – Un bus retenu en otage 3h à Rennes

Parti de Vannes, le car des Associations Familiales Catholiques (AFC) du diocèse se rendant à Paris pour la Marche pour la vie a été pris en otage par des “manifestants” à Rennes… (lire l’article)

Marche pour la Vie : Des familles prises en embuscade et agressées à Rennes

En ce dimanche 21 janvier les AFC du Pays de Vannes et de Rennes ont affrété un car pour emmener près de 60 personnes à la Marche pour la Vie à Paris, depuis Vannes, Ploërmel et Rennes. Le car s’est trouvé pris dans une embuscade pendant 3 heures à l’entrée de Rennes, où il devait embarquer de nouvelles personnes de l’AFC de Rennes, par une contre manifestation visant à empêcher nos adhérents de se rendre à une manifestation pacifique.

Le fait d’entraver la libre circulation des personnes et d’empêcher de manifester est contraire à toutes les lois de la République Française. De plus, ces personnes ont agit avec le visage masqué à renfort de fumigènes et de tambourins ce qui montre le courage de ces manifestants.

Dans cet incident, un fumigène tombé dans le car a sérieusement endommagé un siège et brulé des vêtements. Les personnes ont été très choquées par le déferlement de violence.

« La Marche pour la Vie est un moment de joie où nous réaffirmons le respect inconditionnel de tout vie humaine de sa conception à sa fin naturelle et la dignité de la personne humaine, de toutes les personnes » dit Vincent Wallut, président de l’AFC du Pays de Vannes qui se réserve le droit de porter plainte contre ces manifestants ayant attaqués des personnes qui se rendaient à une manifestation pacifique.

Les personnes présentent dans le car sont arrivées à Paris à 16 h 15 soit 1 h 30 après le début de la manifestation.

Source : AFC page Facebook, 21 janvier

 

En France #NLQ

Scandale – Le Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne recadré par le secrétaire général adjoint de la CEF

Le 19 janvier, le MRJC a publié un communiqué scandaleux en faveur de l’avortement, se désolidarisant de la Marche pour la Vie qui s’est déroulée aujourd’hui, et qui malgré une météo difficile a rassemblé 40 000 personnes (selon les organisateurs et 8500 selon la police) depuis la Place Dauphine jusqu’à la Place du Trocadéro à Paris ( cf. notre suivi sur twitter) :

DT7bBijWkAAiKgv.jpg-largeHier, Vincent Neymon, directeur de la communication – secrétaire général adjoint et porte-parole adjoint de la Conference des évêques de France, a demandé le retrait de ce texte contraire à l’enseignement de l’Eglise :

 

Addendum :

Tout en diffament la Marche pour la vie, le MRJC corrige son communiqué :

DT_jkgGXkAA-UrZ.jpg-largeCe à quoi Vincent Neymon a répondu… :

 

Début janvier, le MRJC recevait le Planning familial et non pas des défenseurs de la vie à naître… Pour le dialogue du MRJC, on attendra.

Nous apprenons par ailleurs qu’un militant de ce mouvement représentera les jeunes catholiques français pour le pré-synode 2018 à Rome…

 

Source

En France

Infocatho assurera une couverture Twitter de la Marche pour la vie du 21 janvier à Paris

Nous vous avions annoncé La marche pour la vie, et nous y serons présent pour un suivi instantané sur twitter. Suivez-nous en tapant @InfoCathofr dans la barre de recherche twitter.

A la une #NLQ

L’édito – A quoi bon redescendre dans la rue ? – Les trompettes de Jéricho versus les sirènes des bobos

 

 

A quelques jours de la Marche pour la vie et dans le souvenir des marches antérieures,  ressurgit la question, lancinante… à quoi ça sert ? Les lois passent les unes derrières les autres, tous des pourris, le système ceci, le système cela, nous sommes des amateurs, il nous manque une tête… Oui ! Trois fois oui tout cela est vrai. Mais, il me vient à l’esprit cet extrait bien connu de Victor Hugo. « Dans cette diable de Vendée, il faut un général qui soit en même temps un procureur ; il faut ennuyer l’ennemi, lui disputer le moulin, le buisson (…) A cette heure, dans cette armée de paysans, il y a des héros, il n’y a pas de capitaine » Ennuyer l’ennemi, le tarauder, lui tourner autour, lui faire perdre la tête, l’encercler de toute part, tel est le résultat de la multiplicité et de la diversité des actions qui ont été menées depuis 2013 et que, m’est avis, il faut continuer et intensifier. Plus nous les agacerons de nos veillées, contre lesquelles ils ne peuvent rien, de nos sentinelles, qui les réduisent à l’impuissance, de nos marches paisibles, sur lesquelles ils n’ont aucune prise, plus nous gagnerons du terrain. Oh pas un terrain militaire, mais un terrain politique, parce que nous sommes en train, petit à petit, de reprendre la main en imposant notre tempo. Ce combat nous pouvons le gagner par KO et faire tomber la forteresse, comme le peuple juif tournant avec ses trompettes autour de Jéricho ! Voilà pourquoi qu’importe qu’il n’y ait pas de capitaines dans notre armée de va-nu-pieds, ce qui compte c’est de tourner autour de la citadelle, non pour être plus forts qu’elle, mais pour qu’elle s’effondre d’elle-même.

Ne cherchons pas en effet l’affrontement de face, nous ferions leur jeu en entrant dans ce principe marxiste du rapport de force. En nous mettant sur leur terrain, nous sommes forcément perdant, parce qu’ils jouent avec le renversement de ce rapport et ils reviendront plus forts dans quelques années. En utilisant leurs armes, ils gagneront parce qu’ils les manient mieux que nous. Mais visiblement, ils sont désarçonnés devant la forme inédite que prend notre armée. Nos trompettes de l’espérance, la cadence de nos marches ébranlent leurs constructions à peine posées sur le sable. Et pour ce faire, il nous suffit d’être nous-mêmes et de démontrer la beauté de la vérité que nous défendons. L’exemple des veilleurs, proposant à des milliers de jeunes l’édification de soi par la culture, celui des sentinelles, faisant de la patience et du silence, les vertus du héraut de la défense des libertés, celui des volontaires préparant la Marche pour la vie, témoignent sobrement d’une assurance et d’une espérance qui, à elles seules, sont autant de flèches décochées dans les cœurs avides de bonheur de nos contemporains.

Les trompettes de Jéricho couvriront sans mal les sirènes enrhumées des bobos. Déjà elles s’essoufflent. Mais perverses, elles cherchent assurément d’autres issues pour échapper à l’encerclement de la citadelle. Alors ne nous évanouissons pas dans la nature par impatience, regrettant le coup de force qui les écraserait ! Mais au contraire, partout, en tous lieux, tout temps, ici et maintenant, sans attendre demain, ni ce général providentiel (il viendra en son temps), labourons le terrain, ennuyons l’ennemi, sonnons très fort et sans trêve les trompettes de Jéricho. Mais attention, n’oublions pas que l’adversaire n’est pas « le reste de ceux qui ne pensent pas comme nous ». Bien au contraire, l’immense majorité de nos contemporains est emprisonnée dans cette cité de la pensée unique, captive des sirènes trompeuses d’une idéologie mortifère qui est notre véritable ennemi. C’est bien pour cela que la tactique biblique des trompettes de Jéricho vise bien à faire tomber les remparts et non à écraser la population. Car ce combat est un combat de liberté. Il ne s’agit pas d’imposer notre vérité, mais de faire s’effondrer le mensonge.

Nous pourrions avoir l’impatience du découragement ou de la colère, mais soyons au contraire convaincus que plus nous mettrons d’intensité dans nos trompettes, plus vite la victoire nous sera donnée.

 

Et une fois les murs tombés me direz-vous ?  Chaque chose en son temps ! Le temps qui est le nôtre est celui de la préparation. Comme dans les tranchées, que nous commémorons cette année, il va falloir nous installer pour durer, rivaliser d’imagination pour « disputer le moulin », sans jamais perdre notre âme, ni notre flamme. C’est le temps ardu du laboureur qui s’ouvre à nous. Un labour qui n’exclut pas cependant de préparer ceux qui seront les cadres de demain. Ce temps, en tout cas, requiert patience, tempérance et espérance, ce  que d’aucuns résument en quatre lettres : ONLR !

 

Cyril Brun, rédacteur en chef

 

A la une #NLQ #Points non négociables PNN

S’appuyant sur les propos du pape, Mgr Aillet explique pourquoi il souhaite participer à La Marche pour la vie

A la une #NLQ

L’édito – Faut-il aller marcher pour la vie le 21 janvier ?

Alors que la Marche pour la vie se prépare, quelques lassitudes, déceptions, désillusions sourdent çà et là.

Nous retrouvons le fameux « A quoi bon » des dernières manifs, la lassitude, l’eau qui coule sous les ponts, les nouvelles routes empruntées par ceux qui battaient jadis ensemble le pavé parisien, le coût engendré par les déplacements familiaux et le souvenir des sacrifices importants de 2013. Tout cela pour… rien !

Le véritable échec de La Manif pour tous, n’est pas tant dans le vote dramatique de la loi dite Taubira que dans l’incapacité d’avoir montré en quoi cette mobilisation fut une véritable victoire.  Tout le monde s’est focalisé sur le chiffre ! Il fallait faire du chiffre et s’en était même grisant que ce sentiment de puissance pacifique que nous représentions. Du chiffre et après ? Je l’ai dit à maintes reprises, nous nous sommes trompés de ligne de front, aveuglés par le chiffre dont l’impérieuse nécessité nous était dictée par une erreur de fond, toujours la même : nous cherchons à nous battre avec les armes et sur le terrain de nos adversaires : le rapport de force qui, par nature nous est contraire. Par nature, car le rapport de force induit le relativisme qui est aux antipodes de ce que nous défendons : une vérité transcendante.

L’union civique, le referendum, tout cela nous inscrit dans le relativisme et nous pousse à nous déchiqueter sur le dos de la vérité anthropologique qu’est la famille et la nature humaine. Alors en effet, ainsi vues, les manifs de 2013 furent un échec et, même si nous avions gagné la bataille, nous aurions perdu la guerre, puisque nous aurions, par ce relativisme du rapport de force, scié les fondements même de notre victoire. Il n’aurait fallu, aux apparents vaincus, qu’attendre un peu que le vent achève de faire tomber la branche.

Alors ces manifs, à la fois éprouvantes et exaltantes, étaient-elles inutiles ? Non, pas plus qu’il serait inutile de revenir témoigner de la vérité ce 21 janvier 2018. Les manifs et plus généralement les Marches pour la vie, ont été un formidable réveil de nos consciences endormies. Depuis, nombre de marcheurs se sont engagés, qui en politique, qui dans le social ou l’enseignement tandis que tant d’autres initiatives issues des Manifs ont vu le jour. Les Manifs ont révélé aux catholiques qu’ils n’étaient pas seuls et qu’ils savaient s’organiser de manière puissante et efficace. LMPT est devenu un signe de ralliement, un cas d’école et un opposant bien plus sérieux que les politiques et les medias ne l’avouent. Sans compter l’impulsion et le signal lancés à l’étranger, replaçant la France au cœur même de sa vocation mondiale. L’ampleur  grandissante des Marches pour la vie prend ce même chemin. Un chemin qu’il importe de renforcer et d’appuyer en ce début d’année 2018 où seront révisées les lois de bioéthique.

Indépendamment des avancées, petites ou grandes, une nouvelle génération (de tous âges) s’est levée et il n’en aurait pas été de même sans ces manifs ni la Marche pour la vie.

Les Manifs, les années de Marche pour la vie ont, en effet, d’abord été une victoire interne. Victoire qui a contribué à décloisonner le monde catholique et à le décomplexer. Décloisonné en son propre sein, mais aussi vis-à-vis de l’extérieur en l’ouvrant sur le monde. La véritable victoire des Manif et des Marches pour la vie est d’avoir sorti la lumière de sous le boisseau. Une sortie massive qui pour beaucoup ne s’est pas démentie depuis.

Les manifs, les marches sont une des expressions de cette invitation à être la lumière du monde. Nous pensons trop notre mouvement en termes d’efficacité politique là où il est d’abord une démarche prophétique. Dans le monde relativiste actuel, il faut, à l’image des prophètes de l’Ancien Testament, dire et redire, à temps et à contre temps, les paroles de vie dont Dieu nous a fait dépositaires par le truchement de la foi et de la Révélation. Aujourd’hui, le rythme de l’actualité politique fait passer la population d’un sujet à l’autre en très peu de temps. Et ce qui n’est plus de l’actualité est dépassé, voire acquis.  Pour beaucoup de nos contemporains, 2013, c’était aux temps anciens et depuis « tout le monde a évolué ». Or comme la conviction (acceptée volontairement ou non) est que les vérités changent avec le temps, l’IVG, le mariage gay et ses corollaires sont admis.

Nous avons le devoir de rappeler sans cesse qu’il n’en est rien. Au-delà du combat pour le retrait des lois iniques, pour éviter la GPA ou la PMA, se trouve un enjeu bien plus fondamental et que nous ne pouvons abandonner sans trahir la mission confiée par le Christ à ses disciples : les lois divines ne sont pas objet de débat parlementaire. Bien entendu il ne s’agit pas d’aller marcher Croix et bannières en tête. Il s’agit de rappeler que les vérités naturelles sont intangibles. Notre présence dans la rue est le rappel incessant d’une vérité éternelle. Avant d’être politiques voire religieuses, ces manifestations sont éducatives et prophétiques. En ce sens le nombre est le porte-voix d’une pédagogique à grande échelle.

Ne cherchons pas à mener le combat de Dieu avec les armes de Satan. Entrons dans le combat de Dieu avec les armes mêmes du Christ pour que, selon le rappel de saint Paul, ce soit bien Lui qui combatte à travers nous. Je ne dis pas qu’il faille déserter la scène politique, mais outre que je pense qu’il faille l’habiter de façon différente, je dis à ceux qui sont désenchantés par l’apparent échec politique, qu’il demeure encore et toujours une raison de venir à Paris ce 21 janvier 2018 et cette raison est ancrée dans notre vocation de baptisé, une vocation qui comprend intrinsèquement une dimension prophétique. Faire nombre à Paris, n’a en effet guère de sens face à des politiques girouettes qui bafouent leurs propres principes démocratiques. Mais venir grossir le halo de lumière appelé à rayonner depuis la montagne n’est pas une alternative parmi d’autres. C’est l’expression même de la goutte d’eau qui loin de se perdre dans l’immensité de l’océan participe de la force de cette marée humaine rayonnant en lumière sur le monde.

 

Cyril Brun, rédacteur en chef

 

Brèves #NLH

Mgr Malle – Marcher pour la vie est une cause magnifique