Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Pèlerinage à la chapelle d’Otsantz près d’Ustaritz (64) et de Souraïde le 22 juillet 2018

Le dimanche 22 juillet 2018, jour de la sainte Marie-Madeleine, la Paroisse Saint Sauveur d’Errobi – Ustaritz organise, comme chaque année, un pèlerinage à la chapelle d’Otsanz.

Ce sanctuaire dédié à sainte Marie-Madeleine se situe à la limite des communes d’Ustaritz, Souraïde et Saint-Pée-sur-Nivelle. Son origine remonte au Moyen-Age et servait de halte pour les pèlerins en route pour Compostelle (la ferme attenante abritait autrefois un hospice pour les pèlerins). La chapelle faisait partie des seize lieux de l’Ordre Prémontrés dans les diocèses de Bayonne et d’Oloron et dépendait de l’Abbaye de Lahonce.
Départ de l’église Saint Vincent d’Ustaritz à 15h pour ceux qui veulent y aller à pied. (Soyez sur place pour 14h45 !).

Messe à la chapelle d’Otsanz à 18h.

NLQ #Sorties/Animations

Soirée-Théâtre : “La Fille de Magdala” le 10 juin 2018 à Quimper (29)

Plongez au cœur de la vie de Marie-Madeleine

En création depuis un an et demi, vous pourrez enfin découvrir sur scène le spectacle “La Fille de Magdala”

le dimanche 10 juin, à 17h30,
à la MPT du Moulin Vert (Quimper).

Cette œuvre retrace la vie extraordinaire de Marie-Madeleine, femme au destin exceptionnel, à travers un texte fort et poétique, accompagné par la musique de grands compositeurs tels Faure, Marin Marais ou Christoph Willibald Glück.

Comédienne : Solen de la Turmelière
Accompagnement (flûte-traversière) : Lucie Chatelus
Mise en scène : Céline Poli

Adaptation par l’assocation théâtrale Je Savoir Dire de la nouvelle « Marie, la passante » de Pierre-Marie Baude, La fille de Magdala est un spectacle musical adressé à tout public, conseillé à partir de 12ans.

Infos pratiques

  • réservation au 06 52 54 55 56
  • participation libre aux frais

 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Pèlerinage de Provence à la Sainte-Baume (83) les 20 et 21 mai 2018

Dimanche 20 mai :


 Deux marches de 30 et 20 kms vers l’hôtellerie de la Sainte-Baume :durée 7 h
8h30 : départ de la basilique de Saint-maximin
8h45 : Départ de Saint Jean-de-Garguier
18h00 : messe de Pentecôte (Hôtellerie)


Lundi 21 mai :


Journée apothéose à la Sainte Baume.
Départ des cars de Marseille (tél : 04 91 50 68 01), de Toulon (tél : 04 94 92 28 91)
10h00 : Temps de louange sur la prairie de l’Hôtellerie de la Ste Baume
10h30 : Messe solennelle en l’honneur des Saints de Provence, présidée par
Mgr Jean-Pierre CATTENOZ, archevêque d’Avignon. Chants provençaux
avec le concours des Trompes du Rallye Maure-Estérel
12h45 : Déjeuner au restaurant de l’Hôtellerie ou repas tiré du sac
14h15 : Conférence « Le Père VAYSSIERE ou la sainteté au quotidien » par Mgr
Jean-Pierre RAVOTTI
15h15 : Procession des reliques
16h30 : Vêpres à la Grotte
18h15 : Départ des cars

Renseignements
Hostellerie de la Sainte-Baume 83640 Plan d’Aups-Sainte Baume
04 42 04 54 84 – accueil@saintebaume.org – www.saintebaume.org
ASTSP : contact@saintsdeprovence.com – www.saintsdeprovence.com

Inscription (pdf)


Les pèlerins intéressés pour venir en car le Lundi de Pentecôte peuvent le remplir, joindre leur chèques et l’envoyer à Marseille ou à Toulon

En France #NLH #NLQ

Un nouveau site sur Marie-Madeleine par l’association Lights in the Dark et le sanctuaire de la Sainte Baume, à partager !

L’association Lights in the Dark, communauté missionnaire sur internet, avait annoncé en direct sur KTO le 6 mars dernier le lancement de l’opération Marie Madeleine , qui vient d’être lancée sur le web et les réseaux sociaux, à l’occasion de la sortie du film du même nom (bande-annonce), pour apporter un éclairage chrétien et répondre aux questions des internautes.

Le site a été réalisé en partenariat avec la Sainte Baume, dans le diocèse de Fréjus-Toulon, qui en a produit tous les contenus. Ainsi, le prieur du sanctuaire, le frère dominicain Joël-Marie, a réalisé une vidéo pour raconter l’histoire de Marie-Madeleine. Les e-missionnaires de Lights in the Dark sont aussi derrière le chat’ qui permet aux internautes de dialoguer en direct avec eux. A quelques jours de Pâques, ils sont nombreux, aux périphéries de l’Eglise, à poser des questions sur la Résurrection du Christ, thème que Lights in the Dark avait déjà abordé avec un précédent site. C’est donc aussi l’occasion d’une évangélisation online qui porte des fruits ! Le site sera enrichi de nouveaux contenus au fur et à mesure, en fonction des questions des internautes, bien au-delà de la durée du film au cinéma.

Vous aimez cette nouvelle initiative missionnaire de Lights in the Dark ?

Aidez-nous à poursuivre notre mission par un don !

Faire un don

Conférences/Formations #NLQ

Conférence d’Evelyne Frank sur sainte Marie-Madeleine au CEDIDOC Strasbourg (67) le 14 mars 2018

Le CEDIDOC Strasbourg vous propose un nouveau regard sur :

 

Marie-Madeleine

̎La femme au parfum, connue et méconnue  ̎

 

   Une conférence d’Evelyne Frank,

     Théologienne, Professeur de Lettres et Écrivain

                                                                                       

Le mercredi 14 mars à 14h30

 Lieu : CEDIDOC (Centre Diocésain de Documentation)

Maison Saint-Paul, 5 rue du Parchemin, 67000 Strasbourg

 

A travers Marie-Madeleine dans La Bible, Evelyne Frank abordera aussi la relation maître-disciple que Jésus instaure avec les femmes. Elle évoquera La Légende Dorée de Jacques de Voragine, puis la vie de Marie-Madeleine en ermite et son extase chrétienne. Elle lira et commentera un extrait de « Marie, la passante » de Pierre-Marie BEAUDE.

La promesse d’un beau moment de culture et de foi !

NLQ #Récollections/Retraites

Retraite dans la ville proposé par les dominicains – Lille le 20-22 octobre

20 octobre : La passion comme un abîme, Marie-Madeleine

Retraite dans la Ville vous invite au couvent !

Besoin de souffler plus que cinq minutes ?

Envie d’une pause ailleurs que derrière votre ordinateur ? Soif de découvrir le cœur de Retraite dans la Ville ? C’est désormais possible.

Les frères dominicains de Lille vous accueillent le temps d’un week-end. Une pause pour écouter et vivre la Parole de Dieu, dans l’esprit de Retraite dans la Ville. Un temps pour méditer et se reposer à l’écart, porté par notre communauté.

Les week-ends au couvent commencent le vendredi à 19 heures par les vêpres (accueil dans l’après-midi) et se terminent le dimanche à 15 heures.

Au programme : 4 enseignements, prière avec la communauté, repas en silence le samedi. Les participants auront la possibilité d’être accompagnés par un frère, d’avoir une visite commentée du couvent inscrit aux monuments historiques et de découvrir l’histoire et les locaux de Retraite dans la Ville.

Attention  : vous ne pouvez vous inscrire qu’à deux retraites par an maximum. Les inscriptions supplémentaires seront possibles en fonction des places restantes.

 

Programme de la retraite du 20-22 octobre

La passion comme un abîme, Marie-Madeleine

Du 20/10/2017 au 22/10/2017

Frères Jean-Pierre Brice Olivier et Benoît Ente Frères Jean-Pierre Brice Olivier et Benoît Ente

« L’amour est fort comme la Mort, la passion, implacable comme l’Abîme : ses flammes sont des ardeurs de feu, fournaise divine. » chante le chœur du Cantique des cantiques… En contemplant Marie-Madeleine, une femme, une prostituée, une sainte, la première des apôtres, nous-nous laisserons déplacer, bousculer. Avec elle, nous aimerons.

Inscription 

En savoir plus sur les autres retraites proposées

A la une #NLQ #Rome

Tout homme est une histoire d’amour que Dieu écrit sur cette terre – Catéchèse du pape

Retrouvez l’intégralité de la catéchèse du pape François du mercredi 17 mai 2017, autour de la figure de Marie Madeleine.

 

Chers frères et sœurs, bonjour !

En ces semaines, notre réflexion évolue, pour ainsi dire, dans l’orbite du mystère pascal. Aujourd’hui, nous rencontrons celle qui, selon les Évangiles, vit la première Jésus ressuscité : Marie-Madeleine. Le repos du sabbat était à peine terminé. Le jour de la passion, il n’y avait pas eu de temps pour compléter les rites funèbres ; c’est pourquoi, en cette aube remplie de tristesse, les femmes vont à la tombe de Jésus avec les onguents parfumés. La première à arriver, c’est elle : Marie de Magdala, une des disciples qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, se mettant au service de l’Église naissante. Dans son trajet vers le tombeau, se révèle la fidélité de tant de femmes qui sont dévouées pendant des années aux allées des cimetières, en souvenir de quelqu’un qui n’est plus là. Les liens les plus authentiques ne sont même pas détruits par la mort : il y a ceux qui continuent d’aimer même si la personne aimée s’en est allée pour toujours.

L’Évangile (cf. Jn 20,1-2. 11-18) décrit Madeleine en mettant tout de suite en évidence que ce n’était pas une femme aux enthousiasmes faciles. En effet, après sa première visite au tombeau, elle rentre déçue dans le lieu où les disciples se cachaient ; elle rapporte que la pierre a été déplacée de l’entrée du tombeau, et sa première hypothèse est la plus simple qui se puisse formuler : quelqu’un a dû enlever le corps de Jésus. Ainsi, la première annonce que porte Marie n’est pas celle de la résurrection, mais celle d’un vol perpétré par des inconnus pendant que tout Jérusalem dormait.

Ensuite les Évangiles racontent un second voyage de Madeleine vers le tombeau de Jésus. Elle était têtue, elle ! Elle y est allée, elle y est retournée… parce qu’elle n’était pas convaincue ! Cette fois-ci, son pas est lent, très lourd. Marie souffre doublement : avant tout de la mort de Jésus et puis de l’inexplicable disparition de son corps.

C’est pendant qu’elle se penche près de la tombe, les yeux pleins de larmes, que Dieu la surprend de la manière la plus inattendue. L’évangéliste Jean souligne combien sa cécité était persistante : elle ne s’aperçoit pas de la présence de deux anges qui l’interrogent, et elle n’a même pas de soupçon en voyant l’homme derrière elle, qu’elle prend pour le gardien du jardin. Et en fait, elle découvre l’événement le plus bouleversant de l’histoire humaine lorsqu’elle est finalement appelée par son nom : « Maria ! » (v.16).

Qu’il est beau de penser que la première apparition du Ressuscité – d’après les Évangiles – s’est produite de manière aussi personnelle ! Qu’il y a quelqu’un qui nous connaît, qui voit notre souffrance et notre déception et qui s’émeut pour nous, et qui nous appelle par notre nom. C’est une loi que nous trouvons sculptée dans de nombreuses pages de l’Évangile. Autour de Jésus, il y a beaucoup de personnes qui cherchent Dieu ; mais la réalité la plus prodigieuse est que, bien avant, il y a tout d’abord Dieu qui se préoccupe de notre vie, qui veut la soulager et, pour faire cela, il nous appelle par notre nom, reconnaissant le visage personnel de chacun. Tout homme est une histoire d’amour que Dieu écrit sur cette terre. Chacun de nous est une histoire d’amour de Dieu. Dieu appelle chacun de nous par son nom : il nous connaît par notre nom, il nous regarde, nous attend, nous pardonne, est patient envers nous. C’est vrai ou ce n’est pas vrai ? Chacun de nous fait cette expérience.

Et Jésus l’appelle : « Marie ! » : la révolution de sa vie, la révolution destinée à transformer l’existence de tous les hommes et toutes les femmes, commence par un nom qui résonne dans le jardin du tombeau vide. Les Évangiles nous décrivent le bonheur de Marie : la résurrection de Jésus n’est pas une joie donnée au compte-goutte, mais une cascade qui investit toute la vie. L’existence chrétienne n’est pas tissée de bonheurs douillets, mais de vagues qui emportent tout. Vous aussi, essayez de penser, en ce moment, avec le bagage de déceptions et d’échecs que chacun de nous porte dans son cœur, qu’il y a un Dieu proche de nous qui nous appelle par notre nom et nous dit : « Relève-toi, arrête de pleurer parce que je suis venu te libérer ». C’est beau, cela.

Jésus n’est pas quelqu’un qui s’adapte au monde, en tolérant qu’en lui perdurent la mort, la tristesse, la haine, la destruction morale des personnes… Notre Dieu n’est pas inerte, mais notre Dieu – je me permets ce terme – est un rêveur : il rêve de la transformation du monde et il l’a réalisée dans le mystère de la résurrection.

Marie voudrait embrasser son Seigneur, mais lui, il est désormais orienté vers son Père céleste, tandis qu’elle est envoyée apporter l’annonce à ses frères. Et ainsi cette femme qui, avant de rencontrer Jésus, était la proie du malin (cf. Lc 8,2), est maintenant devenue apôtre de la nouvelle et de la plus grande espérance. Que son intercession nous aide à vivre, nous aussi, cette expérience : à l’heure des larmes et à l’heure de l’abandon, écouter Jésus ressuscité qui nous appelle par notre nom et, le cœur plein de joie, aller annoncer : « J’ai vu le Seigneur ! » (v.18). J’ai changé de vie parce que j’ai vu le Seigneur ! Maintenant, je suis différent d’avant, je suis une autre personne. Je suis changé parce que j’ai vu le Seigneur. C’est cela notre force et c’est cela notre espérance. Merci.

©  Source et Traduction de Zenit, Constance Roques