En France #NLH #NLQ

Nuit des églises 2018 du 30 juin au 7 juillet

Fort du succès de ses précédentes éditions, la revue Narthex, dédiée aux arts sacrés, au patrimoine et à la création contemporaine, renouvelle l’expérience cette année avec une nouvelle édition de la « Nuit des églises » qui aura lieu du :

samedi 30 juin au samedi 7 juillet 2018



Il est vraiment très important que les églises qui participent à la Nuit des églises s’inscrivent sur le site de Narthex afin d’accroître la visibilité de ce jeune événement ! Les inscriptions seront possibles jusqu’au jour-J. Une fois votre église inscrite et validée par l’équipe de la Nuit des églises, vous la verrez apparaître sur la carte de France des églises participantes : http://www.narthex.fr/nuit-des-eglises/decouvrez-votre-eglise

La Nuit des églises, initiée par l’Église de France, est une manifestation cultuelle et culturelle inscrite dans le paysage estival des diocèses depuis 2011, bénéficiant d’une reconnaissance à l’échelle nationale et à laquelle participent aujourd’hui plus de 600 églises. Selon Mgr Jean Legrez, Archevêque d’Albi et initiateur du projet, « cet événement répond à une double mission : d’une part permettre aux communautés chrétiennes locales, même dans les plus petits villages, de faire vivre ou de se réapproprier leur église, lieu de leur histoire et de leur enracinement ; d’autre part ouvrir leurs portes et accueillir largement tous ceux qui se présentent : artistes, visiteurs, curieux, personnes qui s’interrogent etc … Partout sur le territoire de notre pays, cela constitue un signe fort d’unité et de manifestation vivante de l’Église rendue visible à travers nos églises ». Pendant une ou plusieurs soirées, chacun est invité à franchir le seuil d’une église afin de découvrir sous une nouvelle lumière, les richesses de son patrimoine de proximité grâce à des programmes variés : des visites aux chandelles ou guidées, des concerts, des chœurs, des expositions de création contemporaine et/ou d’ornements liturgiques, des lectures, des méditations …

Cette manifestation nocturne offre la possibilité de découvrir une église autrement, sous une lumière différente, suscitant des émotions nouvelles. Cette année, ouvrez largement les portes de votre église !

Voici quelques propositions artistiques très variées qui font la richesse de cet évènement :

 

IL N’EST PAS TROP TARD ! INSCRIVEZ VOTRE ÉGLISE !

(source)

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Colloque “Des chrétiens en Orient hier, aujourd’hui, demain” les 19 et 20 mai 2018 à Saint Mathieu de Tréviers (34)

Les dominicaines des tourelles (St Matthieu de Tréviers) vous proposent un colloque les 19 et 20 mai 2018 sur le thème : “Des chrétiens en Orient hier, aujourd’hui, demain”.

Programme et Inscription

Programme

Bulletin d’inscription

Exposition

Exposition de photos inédites tirées des archives de la Congrégation :
du 21 mai au 24 juin 2018 « Il y a 100 ans … Voyage au Proche Orient ».

 

 

En France #NLQ

Neuvaine au Coeur immaculé de Marie : la prière obtient tout ! – du 1er au 9 mai 2018 – Hozana.org

Une neuvaine au cœur immaculé de Marie pour apprendre avec elle à trouver le Père au fond de notre propre cœur.

Neuvaine au Coeur immaculé de Marie : la prière obtient tout ! sur Hozana

Le contenu de la neuvaine (environ 5 à 10 minutes par jour)

En ce début du mois de mai, l’Alliance Mariale vous propose de prier cette neuvaine pour (re)découvrir la Vierge Marie et chercher avec elle le Père qui se cache au fond de notre coeur.

A cet effet, nous vous recommandons particulièrement la méditation quotidienne des mystères du chapelet pendant la durée de cette neuvaine, que le Saint Esprit vous en donne la grâce et les fruits !

La communauté (déroulement et principes) :

Durant les 9 premiers jours du mois de Mai (du 1er au 9 mai), vous recevrez chaque jour :

  • Un court texte de méditation
  • Un extrait de l’Évangile
  • Un acte concret et précis à poser dans la journée, lié au thème de la journée
  • Une proposition de méditation pour nourrir le chapelet du jour

Programme :

  • Mardi 1er mai. Magnificat : Dieu est bon !
  • Mercredi 2 mai. La grâce du paradis dès aujourd’hui
  • Jeudi 3 mai. L’orgueil à l’assaut de notre coeur
  • Vendredi 4 mai. Les soucis du monde
  • Samedi 5 mai. Le coeur immaculé de Marie
  • Dimanche 6 mai. La garde du coeur
  • Lundi 7 mai. La charité surnaturelle
  • Mardi 8 mai. La consolation
  • Mercredi 9 mai. L’envoi

Plus d’informations

A la une #Doctrine / Formation

Carêméditation #40 : Vers les autres

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

Jésus ne demande pas la lune à l’âme humaine. Il demande l’amour, le vrai, le sincère, le dense, sur chacun de nos actes, et sur chacune de nos pensées. Et pour tous. Voilà ce qu’Il espère. Seulement voilà, pour aimer si profondément les êtres connus et inconnus, il faut absolument – c’est une loi interne à l’amour qui assure son déploiement – que l’on déplace notre centre d’intérêt qui souvent repose sur l’édification de notre petit bonheur personnel, vers celui celui du bonheur des autres. Autrement dit, que l’on s’oublie soi-même et que l’on mette à mort tout ce qui pourrait gêner la marche de l’amour : habitudes égoïstes, contemplation du nombril, avarice, replis sur soi-même, jugements sur les autres, duretés de cœur, paresses, et autres tares qui empêchent l’amour de décoller et bloquent au ras des pâquerettes la bonification de notre être.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, in Croire – Questions éternelles, réponses actuelles, p.75

Illustration : Le bon samaritain, 1960, par Boris Taslitzky, huile sur toile, 230 x 255 cm

A la une #Doctrine / Formation

Carêméditation #39 : La voie royale !

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

Xavier, dans Le Passeur de Dieu, s’étonne que le Christ soit allé jusqu’à donner sa vie sur la Croix, et le père Stanislas lui répond…

– Xavier ! Seul ce qui est extrême et démesuré, et allons-y, fou, prouve l’engagement de la personne dans la cause qu’elle défend. Et c’est pour ne pas assez le croire, que nous nageons tous dans l’apathie, dans le consensuel, dans le médiocre, telles des lames de couteau qui ne coupent pas.”

Là, le moine ferma les yeux et m’apparut envahi d’une tristesse empreinte de dégoût. Puis il ajouta sur un rythme très lent :

“Le Christ, lui, notre frère, s’est emparé de la démesure pour exprimer l’amour et contrebalancer la tiédeur accumulée des hommes de tous les temps, et pour ce faire – et il a bien fait ! (le père serra les dents en prononçant ces derniers mots) – il a choisi le supplice de la croix, à la fois dégradant et écrasant, au sens strict du terme. C’était donc la voie royale, et non seulement il l’a choisie, mais il l’a même embrassée, cette croix, pour mettre à mort le péché de l’homme que Barrès définit comme “la tiédeur, le gris, le manque de fièvre, c’est-à-dire tout ce qui contrarie l’amour”, parole cueillie dans ma jeunesse, jamais oubliée.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, in Le Passeur de Dieu, p. 126

George Desvallières (1861-1950). “L’Eglise douloureuse”. Peinture à l’huile sur papier marouflé sur toile. 1926. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. Dimensions : 255 x 151 cm

A la une #Doctrine / Formation

Carêméditation #38 : Aimer est un travail

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

Aimer est un travail, je le crois dur comme marbre, au sens où Rodin, l’un de mes démiurges, l’entendait : ” Le travail est mystérieux, répétait-il. Il accorde beaucoup aux patients et aux simples ; il refuse aux pressés et aux vaniteux ; il accorde à l’apprenti et refuse à l’élève : et un jour la merveille naît des mains du modeste travailleur.” Et cette merveille, c’est le résultat du bon geste ; et celui qui part d’une main pour rejoindre celle des autres est divin.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, in L’Amour – Une affaire sacrée, une sacrée affaire, p. 84

Illustration : La cathédrale, par Auguste Rodin, 1908

 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Fête de la Miséricorde Divine à Lille (59) le 8 avril 2018

Le Dimanche 8 Avril,de 15h à 16h30 :

15h : chapelet de La Divine Miséricorde-adoration,louange, méditation sur la confiance,confessions.

Paroisse Notre Dame de Pentecôte,
église St Michel,
place St Michel
59000 Lille

A la une #Doctrine / Formation

Carêméditation #37 : Qui veut imiter le Christ doit commencer par être délicat

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

Pour vous, ô Marie, l’évidence est criante : Jésus, sorti de votre corps, sort du Père. Et à le regarder vivre, ce dont vous ne vous lassez jamais, par là vous entrez dans la connaissance absolue de l’Incréé. Au jour le jour, la perfection de Dieu prendra pour vous le visage d’une simple vertu que vous repérez en tous les actes du Christ, si fine par nature qu’elle pourrait être jugée secondaire. Vous l’avez deviné, aux mots fléchés du Ciel : c’est la délicatesse. En effet, qu’il mange, qu’il serve, qu’il prie, qu’il dorme ou travaille, cette humble vertu sévit en continu par-dessous, éclusant des flots de pur amour sous les gestes anodins, rendant de sa subtilité unie à la justesse d’esprit, Dieu présent sous les espèces du quotidien. Qui veut donc imiter le Christ doit commencer par là, par cette volonté farouche d’être délicat.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, in Marie, mon secret, p.122

Illustration : L’enfant Jésus bénissant saint Jean – François Boucher, 1758, 90 x 44 cm

A la une #Doctrine / Formation

Carêméditation #36 : Sur l’accueil des vocations au sacerdoce

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

Mets-toi à genoux devant la jeune vie qui veut se donner à Dieu dans le sacerdoce au lieu de prendre le pied à coulisse pour mesurer ses aptitudes.

*

On fait la fine bouche devant les garçons qui se présentent pour devenir prêtres, on les jauge, on les mesure, on les analyse, on les triture, on les suspecte, on les inspecte, et pendant ce travail on crache sur Dieu qui les envoie.

*

De toute évidence, de nombreux formateurs de prêtres ont raté leur vocation de psychologues. On ne saurait que trop les encourager à se réorienter afin de sauver du nombrilisme ceux dont ils ont la charge. Qui sont les plus malades ?

*

Si nous avions sous nos yeux les têtes des apôtres, leur parcours, leur culture, leur allure, sans nul doute nous conviendrions ensemble que la majorité d’entre eux ne devrait pas être admise au séminaire.

*

Les apôtres, loin d’être armés de diplômes, l’étaient d’amour à donner. Et c’est ainsi que sous l’illettrisme de la plupart – allons jusque là – le christianisme, avant de s’écrire, s’est gravé dans les cœurs.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, in Au diable la tiédeur, p.99-101

Illustration : Jésus-Christ et les petits enfants, esquisse, par Hippolyte Flandrin, 1837, huile sur toile, 50 x 61 cm (source)

A la une #Doctrine / Formation

Carêméditation #35 : La foi traverse le témoignage de la personne

Comme promis dans notre édito du mercredi des cendres, chaque jour nous vous partageons à méditer un texte du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

JRC – Et sur le plan religieux, que receviez-vous ?

MMZS – Je dirais volontiers : en premier lieu, l’exemple. La foi traverse le témoignage de la personne. Jusqu’à ma mort, que cela plaise ou non, car aujourd’hui, je le constate amèrement sous le peu de fruits qui se ramassent et le peu de vocations qui germent, on s’imagine que la transmission de la foi repose en grande partie sur la connaissance, et l’on multiplie donc les instances réflexives, les groupes d’échanges, les sessions et autres communications ; on propose aux jeunes de venir réfléchir à la question de la foi. Je pense qu’il y a là une emphase réflexive qui, en faisant appel à l’intellect, ne convient pas à tous, notamment aux petits, aux humbles, aux manuels, et qui de plus laisse froide une grande partie des enfants de Dieu. Si la croissance de la foi dans un cœur suppose la réflexion, la naissance de la foi suppose une expérience de Dieu, ce qui revient à dire, une rencontre avec lui. D’où l’importance de la prière, de la sainte messe bien célébrée, des sacrements conférés avec beaucoup de soin ([…]), mais aussi du témoignage, donné tout d’abord – et cette préséance, je n’y renoncerai pour rien au monde – par le prêtre, car celui-ci est l’image de Dieu dans l’imaginaire des hommes.

Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, in Homme et prêtre, p. 58

Illustration : Don Bosco