Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

225ème anniversaire du martyre des 11 Bienheureuses Ursulines de Valenciennes (59) le 23 octobre 2019

A cette occasion, une conférence et une célébration eucharistique sont organisées.

En 2019, nous célébrons le 225ème anniversaire du martyre des onze Bienheureuses Ursulines de Valenciennes.

Retrouvez leur histoire ici et le site des Ursulines en cliquant ici.

Le Mercredi 23 octobre,
date de la fête de nos Soeurs, en l’église Saint Géry de Valenciennes :

Programme

17h > inauguration expo « les 11 Ursulines martyres de Valenciennes » dans le chœur de l’église

17h15 > Conférence de Madame Marie-Christine Joassart, de la famille de Mère Clotilde Paillot (l’une des martyres)

18h30 > Eucharistie festive présidée par le Père Jean Marie Launay

Suivie du verre de l’amitié

Suite à l’acquisition du tableau représentant le martyre de Sainte Ursule par le musée de Valenciennes, n’hésitez pas à aller sur ce lien.

 

Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #37 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – “L’Église est-elle guidée par l’Esprit-Saint ?”

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

L’Église est-elle guidée par l’Esprit-Saint ?

Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.

 

A noter : le Père Michel-Marie sera en concert à Paris le 19 janvier 2019.

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

« Le diocèse de Gap (05) dans la Grande Guerre » s’expose à la cathédrale jusqu’au 30 novembre 2018

À l’occasion du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre le 11 novembre 1918, une exposition est présentée au public à la cathédrale. Elle évoque la manière dont l’Église catholique dans les Hautes-Alpes a vécu le premier conflit mondial. Elle est intitulée Le diocèse de Gap dans la Grande Guerre.

Photographies, objets (dont la croix pectorale de Mgr Gabriel de Llobet (1915-1925) prêtée par l’archidiocèse d’Avignon), bannière de la Ligue patriotique des Françaises, chasuble, sont présentés au public, certains pour la première fois. Ils sont tous témoins de la guerre ou de l’immédiat après-guerre et de l’histoire riche des Haut-Alpins.

Cette exposition sera visible durant tout le mois de novembre à la cathédrale de Gap. Elle sera également présentée dans d’autres paroisses du diocèse dans les semaines suivantes.

Visite de groupes possibles sur réservation : 06 33 60 88 14 et archives@diocesedegap.com

Pour découvrir le catalogue numérique.

Annonces #NLQ #Sorties/Animations

Une exposition évoque le diocèse de Rennes (35) dans la Grande Guerre – jusqu’au 30 novembre 2018

Durant le mois de novembre 2018 est visible à la Maison diocésaine de Rennes une exposition proposée par le Service des Archives historiques : « Lumière de mémoire : le diocèse de Rennes et la Grande Guerre ».

Elle présente des textes, des photos d’époque et des reproductions des documents qui retracent la vie du diocèse pendant la Grande Guerre. Trois thèmes sont successivement abordés : le clergé à la guerre, la vie du diocèse pendant le conflit, et la mémoire. Déjà exposée lors de l’ouverture du centenaire, en 2014, cette exposition a circulé dans le département et la revoilà sur Rennes.

Les vitraux patriotiques sont de formidables vecteurs de mémoire. Ils permettent de se souvenir des morts des conflits, de témoigner de la vie à l’arrière ou de célébrer une victoire. La Grande Guerre ne fait pas exception. En effet, bon nombre de nos églises conservent dans leurs murs ces témoignages de verre. Certains sont simplement porteurs des noms des disparus, d’autres utilisent de savantes allégories pour faire passer leurs messages.

En pratique :

29 octobre au 30 novembre 2018

Maison diocésaine, 45 rue de Brest à Rennes. Entrée libre.

  • 8h30-12h30 puis 13h30-19h15 en semaine
  • 8h30-12h puis 13h30-18h le samedi

A la une #NLQ #Rome

Estonie : A Tallinn, le Pape loue la mémoire et les racines

Pour sa troisième étape aux pays baltes, le Pape François s’est arrêté en Estonie où il a livré mardi 25 septembre son discours devant les autorités officielles du pays.

Dans la capitale la plus septentrionale qu’il ait visité, le Pape argentin  a une nouvelle fois fait allusion à « la capacité d’endurance » des peuples baltes face à l’adversité que l’Histoire leur a tant de fois opposé.

Mémoire et fécondité

Devant un parterre d’officiels, François a justement rappelé l’Histoire tourmentée de ce petit pays qui fête le centenaire de son indépendance cette année. Depuis des siècles ces terres estoniennes sont appelées « Terre de Marie », Maajamaa. « Penser à Marie évoque en moi deux mots : mémoire et fécondité. Elle est la femme de la mémoire, qui garde tout ce qu’elle vit, comme un trésor, dans son cœur ; et elle est la mère féconde qui donne la vie à son Fils », a-t-il affirmé.  

Cultiver la mémoire reconnaissante

Une « terre de mémoire » que François justifie tout d’abord par les nombreuses luttes pour la liberté et l’indépendance que le pays a connu. Il a reconnu ensuite « les pas de géant » accompli ces 25 dernières années, depuis la chute du communisme. « Même en étant petite, la société estonienne  se trouve parmi les premières, selon les indicateurs de développement, par sa capacité d’innovation, sans compter qu’elle révèle un niveau élevé de liberté de presse, de démocratie et de liberté politique », a-t-il ajouté.

Ce haut degré d’avancement, couplé au tissage de nombreux liens de coopération et d’amitié avec divers pays, donne au Saint-Père un exemple parfait d’espérance. « Être terre de mémoire signifie savoir se souvenir que le niveau auquel vous êtes parvenus aujourd’hui est dû à l’effort, au travail, à l’esprit et à la foi de vos ancêtres », leur a-t-il lancé, les enjoignant à cultiver « la mémoire reconnaissante ».

Conscience d’appartenance

Le Pape s’est ensuite livré à des développements sur le sens des sociétés, louant « la conscience d’appartenance », et rappelant avec insistance que « le bien-être n’est pas toujours synonyme de vivre bien ».

En effet, l’une des conséquences que nous pouvons observer dans nos sociétés technocratiques, c’est la perte du sens de la vie, de la joie de vivre et, donc, une extinction lente et silencieuse de la capacité d’émerveillement, qui plonge souvent les gens dans une lassitude existentielle, a déploré l’évêque de Rome. Selon lui, « la conscience d’appartenance et de lutte pour les autres, d’enracinement dans un peuple, dans une culture, dans une famille, peut se perdre peu à peu en privant les plus jeunes – en particulier – de racines à partir desquelles on construit son présent et son avenir, car on les prive de la capacité de rêver, de risquer, de créer ». Mettre toute sa confiance dans le progrès technologique « comme unique voie possible de développement » n’est donc pas envisageable et « peut causer la perte de la capacité de créer des liens interpersonnels, intergénérationnels et interculturels ».

Par conséquent, le Souverain pontife a estimé qu’il n’y avait pas pire aliénation que de faire « l’expérience de ne pas avoir de racines, de n’appartenir à personne ». La mémoire et les racines, elles seules, feront de la terre estonienne un modèle de fécondité.

Source : Vatican News

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Fête de la mer et bénédiction des bateaux le 2 septembre 2018 au Havre (76)

Le dimanche 2 septembre à 10h00 aura lieu la célébration des fêtes de la mer et bénédiction des bateaux (vers 11h30)

La messe sera présidée par Mgr Jean-Luc Brunin en l’église Saint Joseph, suivie de la mémoire des disparus et de la bénédiction de la mer. Les bateaux sont invités à pavoiser.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Neuvaine aux 32 Bienheureuses Martyres d’Orange (84) du 1er au 9 juillet 2018

Parmi les 32 Bienheureuses Martyres d’Orange, 29 étaient originaires de Bollène ou vivaient dans les monastères de cette ville.
L’association des amis de la chapelle du Gabet et la paroisse d’Orange font mémoire des Bienheureuses Martyres par une neuvaine incluant prière, célébrations, conférences et temps conviviaux.

Ces martyres, victimes du fanatisme révolutionnaire, furent accusées “d’avoir voulu détruire la République par le fanatisme et la superstition.” et sacrifiées sur l’autel sanglant de la République Française.

Prions les afin qu’elles intercèdent pour la France !

 

NLQ #Sorties/Animations

Nuit des cathédrales 2018 le 12 mai à Luçon (85)

La nuit des cathédrales 2018 a lieu aussi à Luçon (85)

Programme

20 h 30 : Ouverture des portes

20 h 40 : Concert chant et orgue : “Les musiciens et la Grande Guerre”

21 h 30 : Deux ateliers tournants :

  • L’oeuvre de Joseph Joubert, organiste et éditeur
  • Présentation des plaques commémoratives des morts de la Grande Guerre

22 h 15 : Orgue

22 h 30 : Mémoires et prières de soldats – accompagnés par le duo “Flût’Harp”

23 h 15 : La prière de l’Eglise : office des Complies

Minuit : Fermeture des portes

 

 

www.nuit-des-cathedrales.org

 

www.paroissenotredamedelaplaine-lucon.fr

NLQ #Sorties/Animations

Exposition “Tibhirine pour mémoire 1996” à Besançon (25) du 26 février au 2 avril 2018

Exposition

“Tibhirine pour mémoire 1996”

« La fin des moines de Tibhirine est demeurée obscure. Ce n’est pas l’horreur du massacre que j’ai tenté d’imaginer mais l’attitude de ces hommes donnant leur vie à son ultime moment. L’offrande dans la foi, l’acquiescement  au sacrifice, à l’exemple de l’Agneau, l’humilité de ce qui s’en remet au Père, m’ont paru seuls vraisemblables.
Le choix du matériau s’est imposé : le papier si léger, si dérisoire ; le fusain, un charbon ; accordé à la vie monastique, qui suscite, par la création de l’ombre, l’apparition de la lumière.
 »

L’artiste, Françoise Coulon, décédée en 2011, parlait ainsi de son œuvre dans le catalogue de l’exposition  (1996) de l’Abbaye de La Trappe à Soligny (61).

MERCREDI 28 FEVRIER : Soirée avec  MICHAEL LONSDALE

===>18H  RENCONTRE AUTOUR DE L’EXPOSITION

===>19H30 CONCERT « MUSIQUES AU JARDIN D’EDEN »

Du  26 février au 2 avril 2018| Chapelle du 20 rue Megevand à Besançon

Entrée libre du lundi au vendredi de 14h à 18h

Lieu : Chapelle du Centre diocésain – 20 rue Mégevand – Besançon
Contact : 03 81 25 17 17

 

Doctrine / Formation #Morale

Connais-toi toi-même – Et l’âme dans tout ça ?

Poursuivons notre rapide excursion anthropologique. Des quelques lignes qui vont suivre, nous ne prétendons pas épuiser tout ce que l’on peut dire de l’âme et particulièrement pas dans sa dimension d’ouverture à Dieu. Nous n’en brossons que les quelques aspects éclairant un certain pan de l’anthropologie.

Étymologiquement, l’âme est « ce qui anime ». C’est elle qui permet le double mouvement du corps : dans l’espace (se déplacer, cligner des paupières…) ou interne au corps (la croissance par exemple). En ce sens on dit que l’âme donne forme au corps. D’où ce lien insécable entre les deux, comme nous le verrons prochainement. Alors qu’est l’âme ? C’est un triptyque composé de l’intelligence, de la volonté et de la mémoire, l’un ne fonctionnant pas sans les deux autres.  L’intelligence puise dans la mémoire pour permettre à la volonté de nous mettre en mouvement. Car la volonté, par le binôme désir/répulsion, est ce qui nous fait vouloir, agir et donc bouger. Mais la volonté n’est pas capable de discerner. Pour cela elle se repose sur l’intelligence qui, elle, est conçue pour chercher, comprendre et au final éclairer sur le bon, le bien, le vrai, le faux, le mal, le mauvais. Mais l’intelligence ne peut travailler qu’à partir de ce qui est présent dans son disque dur, à savoir la mémoire.

Aussi, une mémoire vide ou remplie d’erreurs aura-t-elle plus de mal à poser une réflexion juste. Ce qui constitue un handicap pour la volonté qui devra choisir à partir d’une réflexion erronée. Or, c’est dans la volonté que siègent les « passions de l’âme », c’est-à-dire nos capacités à réagir : amour, peur, audace, tristesse, colère…. Passions qui ont besoin de l’intelligence pour les guider et que la mémoire peut conditionner par différents réflexes inconscients. Intelligence erronée, volonté non ordonnée, nous avons là les deux axes majeurs qui réduisent notre liberté.

 

Pour aller plus loin Connais-toi toi-même, les fondements de l’anthropologie chrétienne.