Articles #En France #NLH #NLQ

Un appel pour sauver l’église de l’abbaye de Sénanque – Concert le 21 décembre 2018 pour récolter des fonds

L’église de l’abbaye de Sénanque, dont la structure menace la nef, est actuellement fermée. Les autres bâtiments de l’abbaye restent ouverts au public, et les visites assurées.

En raison d’un péril imminent, l’église de l’abbaye de Sénanque a été fermée dans l’urgence.
Des désordres structurels importants menacent l’édifice : cette situation dramatique inquiète les spécialistes qui redoutent la perte de l’église.

Plusieurs éléments structurels de l’église présentent une vulnérabilité alarmante :

  • Les contraintes sur les fondations sont excessives au regard de la résistance du sol d’assise
  • Les murs pignons sont désolidarisés des murs gouttereaux
  • Des devers prononcés sont constatés sur les murs gouttereaux
  • La voûte de la nef est en limite de stabilité

Pourquoi en sommes-nous là ?

Le mur du bas-côté Est présente un problème de stabilité grave qui met tout l’édifice en situation de risques d’effondrement.
Historiquement, ce mur était contrebuté par le terrain naturel.
Au XIXème siècle, l’édification d’une chapelle a servi de contrefort.
Lors de la destruction de ce bâtiment en 1974, le mur Est s’est retrouvé libre, dépourvu de butée. Cela entraîne une bascule de l’édifice.

Existe-t’il des solutions pour sauver l’église ?

L’édification de contreforts permettrait de contrebuter le bas-côté Est.
Associées à un remaillage et à un coulinage des fissures, à une reconnexion des murs pignons aux murs gouttereaux, ces techniques permettraient de sauver l’église.
Cette solution a également l’intérêt de préserver l’harmonie de l’ensemble architectural

Quel est le coût pour sauver l’église ?

Le budget prévisionnel est estimé à 1 200 000 €.

La DRAC et le Conseil Départemental apportent leur contribution à ce programme, mais il faut impérativement réunir encore la somme de 800 000 € pour financer l’intégralité des travaux de sauvegarde de l’église.

Et maintenant ?

Décision a été prise d’étayer sans attendre le bas-côté Est de l’église afin de prévenir tout risque sismique qui s’avérerait destructeur même à faible intensité.
Cette solution ne répond que partiellement aux risques qui frappent l’église et ne peut être que transitoire.

Les services de l’Etat sont mobilisés et mettent tout en oeuvre afin de lancer au plus tôt la campagne de sauvegarde de l’église.

Comment aider ?

Le financement de cette campagne de sauvegarde est à la charge de l’abbaye, qui lance un appel à tous ceux qui refusent de perdre l’église de Sénanque.

L’Abbaye de Sénanque s’appuie sur la Fondation des Monastères, fondation reconnue d’utilité publique, dont l’un des buts est précisément d’aider les communautés à conserver le patrimoine culturel des monastères.

Les dons donnent droit à des réductions fiscales, et peuvent être effectués sur le site de la Fondation des Monastères : https://don.fondationdesmonasteres.org/soutenir

Les moines de l’abbaye remercient par avance tous les contributeurs pour leur soutien et leur générosité.

Source : page Facebook de l’abbaye de Sénanque

Un concert de soutien est organisé le 21 décembre 2018 pour aider l’abbaye :

Brèves #NLH

Pour François Fillon, il n’y a pas de communautarisme catholique qui menace la république.

François Fillon, jette bas les masques et après, comme il le souligne lui-même, avoir pratiqué la langue de bois en stigmatisant “des” communautarismes, l’ancien premier ministre dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas et que bien d’autres disent depuis longtemps, le problème c’est l’islam. Il insiste en soulignant que le catholicisme, pas plus que le protestantisme ou le judaïsme ne menacent la république.

Pour le candidat à la Primaire, ne pas dénoncer les problèmes que posent certains intégristes musulmans c’est entrer dans une logique de durcissement de la laïcité au détriments de religions qui ne sont pas concernées par l’extrémisme musulman.

C’est une ouverture dans le mur médiatique officiel, une ouverture d’autant plus intéressante qu’elle est portée par un homme du système considéré comme modéré.

Cependant, cette petite brèche ne voit le problème que par un petit bout de la lorgnette, celui de l’acceptable par le système. L’islam pose bien des problèmes, au-delà des extrémistes eux-mêmes, comme nous tentons de l’expliquer dans nos colonnes à l’occasion de diverses prises de positions.

Nous pouvons aussi nous poser des questions quant à la rhétorique qui consiste à voir la république menacée et non la France, même si François Fillon parle bien de civilisation.

 

Cliquez sur l’image pour écouter son discours

ff-islam