Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #73 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – « Judas est-il un envoyé de Dieu ou de Satan ? »

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

Judas est-il un envoyé de Dieu ou de Satan ?

Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.

Articles #NLH #NLQ #Tribunes et entretiens

[VIDEO] Soutane et Gilets Jaunes – Le curé enragé

Que penser du mouvement des Gilets jaunes ? Que révèle-t-il ? Que peut proposer l’Eglise dans sa doctrine sociale ? Quelques éléments de réflexion.

A la une #NLQ

L’édito – Lutter contre l’épidémie de moustiques catholiques

Une question me taraude. Pourquoi les médias et toute une certaine idéologie s’en prend aussi farouchement et sans relâche à ce qu’ils considèrent comme une minorité moribonde ? Pourquoi toute la bien-bien-pensance s’acharne ainsi contre les catholiques ? Pourquoi vouloir les faire taire, s’ils sont si inoffensifs ? Pourquoi les diaboliser s’ils sont insignifiants ? Pourquoi les intimider s’ils n’intéressent personne ? Pourquoi vouloir les éradiquer de la place publique, pour ne pas dire plus, s’ils ne sont qu’un groupuscule ? Les positions de cette pensée unique seraient-elles donc si peu fiables qu’elles ne supportent pas ces vermisseaux ? Le problème est bien là. Les catholiques, dès lors qu’ils suivent le véritable message du Christ et non un succédané au goût du jour, mettent la vérité en pleine lumière. Or la vérité a toujours, dans le cœur des hommes, un écho attrayant. En d’autres termes, la vérité appelle, attire et comble, même si elle dérange et fait peur. La vérité fait toujours son chemin dans les cœurs et dans les âmes et il faut déployer bien des armées pour lui résister. Le mensonge, le déni, la haine, l’illusion ne sont que quelques-unes des divisions blindées que nous envoyons à la rescousse de notre peur face aux exigences de la vérité. Mais la vérité ne peut pas ne pas être et donc toucher tout être humain. Voilà le danger que représentent les catholiques. Ils distillent l’antidote de vérité à une société qui refuse le réel. Un antidote qui, chemin faisant, guérit et libère de l’esclavage de ce monde. Une seule piqûre de moustique porteur de ce germe de vérité et la propagation risquerait d’embraser l’humanité toute entière. Le moustique catholique, si infime soit-il, représentera toujours la menace d’extermination du système liberticide qui contrôle le plus intime de chaque être humain, par l’asphyxie de la vérité et le poison du mensonge.

A la une #NLQ

L’édito – La vérité, le martyre d’aujourd’hui

La vérité n’a pas bonne presse aujourd’hui. Fake news, manipulations, amalgames, désinformations, relativisme, sont une liste non exhaustive des prédateurs des reliques de la vérité qui subsiste encore, vaille que vaille, dans le cœur de l’Homme. La vérité dérange, déplait, inquiète, fait peur, désarçonne plus encore aujourd’hui qu’hier. Ce n’est pas qu’il y ait plus de menteurs qu’autrefois, mais le contenu de la vérité est tellement sorti du quotidien de notre société que lorsqu’elle y revient c’est comme par effraction et la vérité semble un crime agressant le virtuel acquis comme réel par un monde construit sur pilotis d’illusions. Ainsi, comme la vérité est devenue un épouvantail, celui qui la défend apparait comme un prophète de malheur contre lequel le monde bataille. Nous pourrions ici nous souvenir des nombreux prophètes de l’Ancien Testament pourchassés parce qu’ils rappelaient au monde d’alors la vérité du monde créé, pensé et voulu par Dieu.

La vérité n’est pas aimée parce qu’elle est, avant toute autre chose, un révélateur sur soi. La vérité passe sur notre vie un rayon x imparable, par lequel les béances et maladies de notre âme sont mises à nues. Face à ce scanner, il y a ceux qui le refusent et le combattent, préférant les sécurités illusoires de la jambe de bois et les béquilles improvisées, au scalpel, toujours douloureux, du médecin. Mais il y a ceux, aussi, de plus en plus nombreux, qui ne comprennent pas le diagnostic, parce que le monde réel, que présente la vérité, leur est, aujourd’hui, totalement étranger. Si la vérité nous révèle, elle se découvre et se reconnait. Quels outils nos contemporains ont-ils à leur disposition pour appréhender le réel quand, dès le plus jeune âge, ils sont armés pour la fuite dans le virtuel et le faux-semblant ? Comme le mensonge a déconstruit l’intelligence, il nous faut déconstruire le mensonge, mais pas seulement. Quand on a une idée du vrai, on peut débusquer le faux, mais quand on a aucune idée de ce à quoi ressemble la vérité, dénoncer le mensonge ne suffit pas. Il faut rééduquer au vrai, au bien. « Dénoncer ne suffit pas, il nous faut éduquer ». C’est bien pour cela que la réinformation qui s’oppose à la désinformation, l’éducation qui veut répondre aux intoxications des masses sont pourchassées par les censeurs du faux qui parfois, comme saint Paul du reste, persécute en toute bonne foi les hérauts de la vérité.

Pourtant, ne nous y trompons pas, le martyre de ce siècle n’est pas seulement le non reniement du Christ, il est assurément la défense de la vérité. Et ceux qui auront le courage et plus exactement l’amour de se « croiser » pour elle doivent s’attendre à de sanglantes couronnes. Face à la désorientation du monde et de nos contemporains, la vérité comme lumière est la seule boussole. Le Christ ne nous l’a-t-il pas dit ? « Je suis le chemin, la vérité, la vie », entendons, je suis le chemin parce que la vérité et la vie parce que la vérité. Une vérité qui comprend les lois naturelles comme le sacrifice salvifique du Christ. Du reste, tenir l’un sans l’autre est, lui aussi, une négation de la vérité.

Cyril Brun, rédacteur en chef.

Brèves

La pensée du jour – Entre la sagesse et l’idéologie, un gouffre de vérité

‪La sagesse c’est découvrir la vérité, l’idéologie c’est l’inventer. La sagesse c’est aimer la beauté de la vérité. L’idéologie c’est en avoir peur. ‬

A la une #Tribunes et entretiens

L’édito du jour – Le monde qui est n’est plus

La grâce et la culture, la beauté et l’harmonie, la courtoisie et l’élégance, la sobriété et l’excellence, tout cela n’est plus en cet âge que vieillerie raillée.

Le beau de cette génération est difforme quand le laid d’autrefois se veut d’aujourd’hui la norme.

A la paix de l’harmonie a succédé la rupture heurtée du non-sens qui d’absurdités toujours plus se nourrit. La simplicité du vrai est poussée au rebut par l’artifice du trompe-l’œil. La vie a déserté le monde, expulsée  au loin par l’illusion défigurant toujours plus le bien qui sans la vérité  toujours parait vêtu de deuil.

Cet âge, en refusant le réel et sa dureté, s’est interdit le vrai et le beau, fuyant avec les aspérités du monde la grandeur de sa sagesse qui dans les tribulations tenait droit envers et contre tout l’innombrable lignée de son antique aïeul.

Il y eut un âge où le monde était la vie, mais voici un âge où le monde fuit la vie.

Le monde qui est n’est plus quand ce monde qui semble pourtant n’est pas. L’illusion qui nourrit la fuite n’a jamais qu’asphyxié l’homme sans pour autant le dispenser des contingences du réel qu’il fuit.

Il y eut un monde qui n’est plus et qui pourtant seul est parce que la vérité se tient en lui.

Qui alors de l’ombre ou du théâtre est condamné au filigrane de la vie ? Du fugitif hagard du réel ou du captif assiégé de la pantomime, la confluence violente a vidé le premier de la vérité et étouffé le second du mensonge.

Il fut un monde qui dans la tourmente disparaît et qui pourtant seul est. Il est une illusion qui dans la tempête tonitrue et qui pourtant jamais ne fut. De l’ouragan du vent ne demeurent que les fondations solides du vrai qui ténues et affaiblies jamais ne sont anéanties, car seul le vrai est quand le faux lui ne présente à jamais que du non-être.

C’est pourquoi, contre la désespérance ou la fatalité qui parfois nous guettent, InfoCatho propose dans sa rubrique formation de quoi donner consistance à ce monde réel qui tend à devenir évanescent. Parallèlement, avec nos rubriques ” Eglise dans le monde” nous percevons que si l’Occident sombre dans une certaine opacité, l’Afrique ou l’Asie nous rappellent souvent où se trouve le chemin, la vérité et la vie.