Articles #NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #45 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – “Que faut-il penser de la peine de mort ?”

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

Que faut-il penser de la peine de mort ?


Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.

Europe non francophone #NLQ

Meurtre de l’aumônier de la communauté catholique francophone de Berlin

Le Père Alain-Florent Gandoulou, prêtre congolais aumônier de la communauté catholique francophone de Berlin, a été tué au soir du 22 février. Selon les informations rendues publiques par les autorités, il semble qu’il ait eu une violente discussion dans son bureau. Quelqu’un a téléphoné à la police qui, à son arrivée sur place, a trouvé seulement le corps sans vie du prêtre. La police a arrêté une personne soupçonnée de l’homicide mais l’enquête doit encore mettre en évidence le mobile et la dynamique du crime.

La Direction des Communautés catholiques francophones dans le monde a informé que le Vicaire général de Berlin célébrera demain la Messe dominicale qui voit se réunir la communauté catholique francophone en suffrage du Père Gandoulou, dont les obsèques auront lieu à Brazzaville après le rapatriement de son corps. Le prêtre appartenait en effet à l’Archidiocèse de Brazzaville, où il avait été ordonné en 1991. Envoyé en Allemagne en 1997, il y était resté quelques années avant d’être transféré en France. Depuis quelques années, il était retourné en Allemagne en qualité d’aumônier de la communauté francophone.

« Catholiques francophones du diocèse de Berlin, Belges, Canadiens, Français, Insulaires des Océans, Suisses, venant de divers pays d’Afrique, ou même Allemands ou autres Européens de langue française, nous habitons depuis longtemps ou depuis peu en Allemagne, particulièrement dans cette région du Brandebourg ou à Berlin – avait écrit le Père Gandoulou sur le site de la Paroisse francophone. Ce qui nous unit, c’est notre foi en Jésus Christ et notre culture francophone. Communauté de langue française, une parmi d’autres partout dans le monde, nous nous entraidons pour vivre notre foi chrétienne. Nous savons que dans l’Eglise « il n’y a pas d’étrangers », nous sommes chez nous. Le diocèse de Berlin nous accueille et nous aide en soutenant notre communauté, notre paroisse, notre souci de l’Evangile ».

Source Agence Fides

Asie #NLQ

Pakistan – Un esclave chrétien tué par son maître musulman

Javed Masih avait 32 ans et vivait à Kamalpur dans le district d’Islamabad. Il s’était mis au service d’un propriétaire musulman pour rembourser une dette d’environ 2 900 € contractée par son père, aujourd’hui décédé, auprès de ce propriétaire. Javed Masih devait travailler comme un esclave à son service et gagnait, pour ce faire, 57 € par mois, qui lui était retenus pour rembourser la dette : autrement dit il aurait dû travailler gratuitement plus de quatre années pour l’apurer. Javed Masih devait entretenir la demeure de son maître, s’occuper du bétail, traire les vaches, livrer le lait… Quand son maître était mécontent de son service, il était battu comme plâtre. Une motocyclette fut, un jour, volée par des inconnus au propriétaire. Le maître imputa ce vol à Javed Mashid qu’il frappa jusqu’à ce qu’il devienne inconscient. On le transporta à l’hôpital où il décéda des mauvais traitements infligés. Tel est le sort des chrétiens pauvres en République islamique du Pakistan.

Le frère de Javed proteste : “Nous demandons justice. Nous sommes pauvres donc la police refuse d’enregistrer notre plainte. Les grands propriétaires fonciers menacent de conséquences graves car nous nous sommes opposés à tout compromis. Tout cela est parce que nous sommes chrétiens et pauvres.”

Source : Asia News et Observatoire de la christianophobie

Brèves

Soudan du Sud – Meurtre d’un catéchiste

Un catéchiste de la Paroisse du Sacré-Cœur de Kajo-Keji, au Soudan du Sud, a été tué Dimanche 22 janvier en la chapelle sise dans la localité de Lomin. C’est ce qu’indique le Père Jesus Aranda, Curé et missionnaire combonien. Selon le prêtre, le catéchiste, duquel est connu seulement le nom de baptême, Lin, a été tué en compagnie de cinq autres personnes par un groupe armé. Les fidèles ont abandonné la zone par crainte d’autres attaques.

 

Le Père Aranda a pris possession de la Paroisse le 3 décembre dernier et a immédiatement dû se confronter avec la situation dramatique de la zone. Plus de 50.000 habitants de Kajo-Keji se sont réfugiés en Ouganda à cause de l’insécurité et des attaques perpétrées par l’armée sud-soudanaise contre les villages de la zone, les populations locales étant considérées par cette dernière comme hostiles au gouvernement central de Juba. (L.M.)

Source Agence Fides

NLQ #Points non négociables PNN

Avortement un droit ou un meurtre ?

Décidément, cette primaire sera celle des thèmes catholiques. Le grand retour dans le débat publique des fondamentaux qu’on croyait intouchables. Sur quoi se déchirent les deux candidats toujours dans la course ? Sur l’avortement et le pape !

Mais si c’est clair du côté moderniste avec Alain Juppé qui considère l’IVG intouchable, l’équilibrisme de François Fillon devient risible, au-delà de ce qu’il y a de tragique.

Le désormais héraut des catholiques, si l’on en croit la presse éberluée de ce retour en force des sépulcres blanchis, se retrouve dans la délicate position  de devoir rassurer ceux-là même qu’il avait repoussé en cherchant d’autres soutiens plus médiatiques. Lachant du leste aux modernistes face aux moribonds catholiques, il affirmait que l’avortement est un droit fondamental. Courant derrière cette phrase inscrite noir sur blanc dans son livre, il explique à présent que c’est un droit acquis sur lequel on ne peut revenir, mais que cela n’a jamais été sa philosophie.

Par peu d’être stigmatisé, il rappelle n’avoir jamais rien voté contre l’avortement. Mais alors quel gage peut-il à présent donner à ce qui fait le corps de son électorat ? François Fillon va-t-il battre en retraite et décevoir ses propres soutiens ?

Rappelons que l’avortement n’est pas un droit, ni du point de vue anthropologique ni dans l’esprit de la loi Veil pour qui il est clair que c’est une dépénalisation, une exception au “tu ne tueras pas”. L’habitude et la propagande en ont fait un droit, dévoyant et la loi elle-même intrinsèquement perverse et la notion même de droit.