A la une #NLQ

Mgr Michel Aupetit élevé au cardinalat ?

Le pape François avait réservé une surprise à Emmanuel Macron pour sa visite de ce matin au Vatican, en présence de Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur (et donc des Cultes). Selon des informations en provenance de son entourage, il a annoncé au Chef de l’Etat que Monseigneur Michel Aupetit, archevêque de Paris depuis le 6 janvier dernier, devrait être « créé » cardinal ce mercredi 27 juin, comme treize autres évêques en poste dans différentes capitales mondiales. Dès le lendemain, un consistoire ordinaire sera présidé à Saint-Pierre de Rome avec les nouveaux cardinaux, au cours duquel le pape bénira le pallium de chaque nouveau prince de l’Eglise. Et comme le veut la tradition épiscopale, Monseigneur Aupetit prononcera le 29 juin un serment solennel de fidélité au souverain pontife, devant le tombeau de Saint-Pierre.

Source : Riposte-catholique

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Ordinations sacerdotales 2018 à Notre-Dame de Paris le 30 juin

Le 30 juin 2018 à 9h30 à Notre-Dame de Paris, Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, ordonnera de nouveaux prêtres.

Cet événement sera l’occasion d’un rassemblement des servants d’autel.

Une messe pour les jeunes et les vocations sera célébrée la veille, vendredi 29 juin à 19h à Saint-Sulpice, par Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris.

En savoir plus

Prions pour les vocations et ces futurs prêtres !

 

Conférences/Formations #NLQ

Soirée bioéthique à Saint-Laurent (Paris) le 12 juin 2018

Mgr Aupetit, archevêque de Paris, et Laetitia Calmeyn, consacrée, théologienne, aborderont le thème “La vie est-elle une bonne nouvelle ?”. Soirée ouverte à tous, paroisse Saint Laurent (68 boulevard Magenta, 75010 Paris) le 12 juin à 20h30.

Ouvertes à toutes et tous, catholiques ou non, ces soirées seront introduites et conclues par Mgr Aupetit et conduites par plusieurs intervenants.

- Voir le compte-rendu de la soirée bioéthique à Saint-François-de-Sales le 10 avril 2018.
- Voir le compte-rendu de la soirée bioéthique à Saint-Léon le 3 mai 2018.
- Voir le compte-rendu de la soirée bioéthique au Saint-Esprit le 23 mai 2018.

- Une dernière soirée bioéthique aura lieu le 13 juin 2018 à Saint-Sulpice.

En France #NLQ

L’archevêque de Paris inaugure la chapelle de la Sainte-Enfance à Notre-Dame de Paris

Le dimanche 27 mai 2018, Mgr Michel Aupetit a inauguré la chapelle de la Sainte Enfance à Notre-Dame de Paris et béni deux toiles, commandées par la cathédrale au peintre Yin Xin, originaire du Turkestan chinois et vivant aujourd’hui à Paris.

Une façon d’évangéliser les touristes ?

Le Saint Paul Chen fait partie d’une série de tableaux intitulée Métamorphoses. Le peintre y transforme par sinisation des toiles anciennes chinées çà et là, redonnant à l’image une signification encore plus dense et forte que celle que projetait l’objet originel, dans un processus de re-création mêlant avec soin et sans facilité l’Empire du Milieu et la Civilisation occidentale. Ainsi ce portrait peint au XIXe siècle – à l’origine un jeune religieux extatique – fut métamorphosé par Yin Xin en séminariste chinois pour évoquer la figure de saint Paul Chen.

Inspirée de cette même série Métamorphoses, cette Sainte Mère et son Fils s’inscrivent dans la lignée des représentations de “Notre Dame de Chine” instaurées depuis le début du XXe siècle dans les sanctuaires asiatiques. Dans ce grand classique de l’iconographie chrétienne, Yin Xin fait dialoguer l’Orient et l’Occident, du voile rouge de la Vierge aux chérubins du Céleste-Empire, dans un clair-obscur en hommage au peintre lorrain Georges de La Tour.

Source : diocèse de Paris

Tribunes et entretiens

Compte-rendu du colloque “l’Eglise au service de la santé aujourd’hui et demain” du 26 mai 2018

Le samedi 26 mai 2018, le service de la pastorale de la Santé du diocèse de Paris a organisé un Colloque sur le thème L’Église au service de la santé aujourd’hui et demain au Collège des bernardins.

Accueil et affirmation de la foi dans un contexte de laïcité

Comment l’Eglise va-t-elle se situer dans le XXIème siècle ?

Le programme était le suivant :

Programme

9h00 Accueil

Introduction
9h30 par Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris

• 1ère partie : État des lieux
9h45 – 10h15 Situation historique par Sr Catherine Fino, Professeur de
théologie, ICP
10h15 – 10h45 Situation juridique par le Pr Jean-Michel Lemoyne de Forges,
juriste, professeur émérite de Paris II
Questions/Réponses

• 2ème partie : Accueil et affirmation de la foi dans un contexte de laïcité
11h15 – 13h00 Table Ronde & débat
En présence du Père Brice de Malherbe, professeur, Faculté Notre-Dame, modérateur de la table ronde,
• du Père Alain Gambart, vicaire épiscopal pour la pastorale de la santé,
• de Marie-Astrid Barthélémy, bénévole de Jeanne Garnier,
• de Georges-Christian Chazot, président du GH Paris Saint Joseph,
• de Jean-Bernard Prim, directeur général – Association Chemins d’Espérance,
• de Mathieu Zuber, neurologue, GH Paris Saint-Joseph

• 3ème partie : Comment l’Église va-t-elle se situer dans le XXIe siècle ?
14h00 – 15h45 Table Ronde & débat
En présence
• de Benoît Pericard, associé, santé KPMG France
• de Antoine Perrin, directeur général de la FEHAP
• de Sœur Marie Jérémie, présidente de la maternité Sainte-Félicité
• du Pr Claire Le Jeune, GH Cochin-Port Royal
• de Clarisse Ménager, directrice de Saint-Jean de Dieu – Centre médico-social Lecourbe
• de François Genin, soins palliatifs à partir des paroisses – Visitatio

Conclusion – 16h00

Source : diocèse de Paris

Conférences/Formations #NLQ

Soirée bioéthique sur la PMA à la paroisse du Saint-Esprit à Paris le 23 mai 2018

En présence de Mgr Aupetit, archevêque de Paris, le 23 mai 2018 à 23h, à l’église du Saint-Esprit, 186 avenue Daumesnil, 75012 Paris.

Avec :

  • Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris
  • Blanche Streb, Docteur en pharmacie, auteur de Bébés sur mesure (Artège, 2018)

Procréation artificielle : l’inévitable basculement ? Entre sélection et conception sur mesure, allons-nous engendrer un monde meilleur ?

  • Questions / Réponses

Ouvertes à toutes et tous, catholiques ou non, ces soirées seront introduites et conclues par Mgr Aupetit et conduites par plusieurs intervenants. Si certaines thématiques domineront selon les intervenants -le programme est encore à définir-, les temps d’échanges qui suivront avec l’archevêque porteront sur l’ensemble des thématiques.

En France #NLQ

Attentat – Notre Seigneur Jésus-Christ a révélé le véritable visage de Dieu. Mgr Aupetit

Aujourd’hui nous portons tt spécialement dans notre cœur les victimes de l’attentat d’hier, victimes de la haine quand nous, nous prêchons un Dieu d’amour. Notre Seigneur Jésus-Christ a révélé le véritable visage de Dieu. Dieu est amour et celui qui n’aime pas ne connaît pas Dieu.

 

Source

NLQ #Points non négociables PNN

Ce que Mgr Aupetit disait du cas Vincent Lambert déjà en 2014

Réflexion de Mgr Michel Aupetit, évêque de Nanterre, médecin et membre du Conseil Famille et Société, sur la décision du Conseil d’Etat d’arrêter le traitement de Vincent Lambert. Décision suspendue par la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH).

M. Vincent Lambert est un homme de 38 ans victime d’un traumatisme crânien à la suite d’un accident. Son état correspond à ce que les médecins appellent l’état pauci-relationnel qu’on appelle aussi état de conscience minimale qui est à distinguer d’un état végétatif permanent. M. Lambert n’est pas en fin de vie. Il s’agit seulement de savoir si on arrête sa vie en supprimant l’alimentation et l’hydratation. La première question qui se pose est de savoir si le fait de nourrir et de faire boire constitue un traitement ou un soin.

Certains affirment que, s’il s’agit d’un traitement, l’alimentation et l’hydratation peuvent être considérées comme un acharnement thérapeutique si elles sont maintenues. En revanche, s’il s’agit d’un soin, le fait de lui donner à boire et à manger n’entre pas dans le cadre une obstination déraisonnable mais d’une attention à autrui qui est le propre de l’humanité.
Certes, M. Lambert ne peut pas boire et manger tout seul étant donné son état de conscience voilà pourquoi le médecin qui le suit avait décidé d’arrêter.

La deuxième question est de savoir si ce que l’on fait en donnant à manger et à boire est vraiment au bénéfice de la personne soignée. Par exemple, il arrive que certains patients puissent faire une fausse route à la suite d’une alimentation invasive. Dans ce cas, cette alimentation lui est plus nuisible qu’utile. Tant que la personne n’est pas en fin de vie et que son alimentation et son hydratation lui sont plus bénéfiques que nuisibles, le fait de l’arrêter devient alors un acte grave puisqu’il entrainera inéluctablement et délibérément sa mort.
Il est impossible actuellement de dire ce qu’un patient peut vivre encore de relations interpersonnelles dans un état de conscience minimale. Celles qui se tissent encore révèlent la profondeur de notre humanité qui est à l’origine de sa dignité.
L’Académie Nationale de Médecine a rappelé que le droit des patients d’avoir accès à l’alimentation ne peut être conditionné par leurs capacités relationnelles. Cette position rejoint celle de l’Église qui persiste à défendre la dignité immuable de l’homme. Cette dignité ne vient pas d’un droit octroyé par un tiers : la société, les médecins ou les juges.

Enfin, il faut savoir que le cas de M. Vincent Lambert est un cas particulier à partir duquel il est difficile de légiférer. Il y a plus de 1500 personnes qui sont dans le même état. Ce que l’on va décider pour lui va-t-il impacter sur les autres patients ? On a voulu donner aux juges la décision finale. Or, s’il appartient aux juges de dire le droit, ils n’ont pas autorité pour définir le bien ou le mal.
L’Église, protectrice de la vie et de la dignité, estime qu’« un patient en « état végétatif permanent » est une personne, avec sa dignité humaine fondamentale, à laquelle on doit donc procurer les soins ordinaires et proportionnés, qui comprennent, en règle générale, l’administration d’eau et de nourriture, même par voies artificielles ».

Mgr Michel Aupetit, évêque de Nanterre

 

Source CEF

A la une #En France #NLH #NLQ

Ils étaient 12. Ils ont révolutionné ce vieux monde Et nous ? Allons-nous mettre le feu ? Mgr Aupetit

Lourdes – Vendredi 20 avril 2018
Source 

Le premier signe que Jésus va donner de sa divinité se passe au cours d’une noce. Ce n’est pas seulement une circonstance anecdotique. Une noce, un mariage est le signe du don de sa vie par amour. Jésus nous a dit : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ». Donner sa vie par amour est le fondement de toute vie chrétienne. C’est vrai pour le mariage, c’est vrai pour la vie religieuse, c’est vrai pour tout engagement total de sa personne au service des autres. Cela s’appelle la vocation.

La scène se passe au début du ministère de Jésus. Il n’est pas encore très connu. Il a juste quelques disciples qui l’ont suivi depuis son baptême par Jean Baptiste.

Marie, sa mère, est celle qui connaît le mieux son Fils. Elle sait surtout qu’il vient de Dieu comme l’ange le lui a dit : « il sera appelé Fils du Très Haut ». La Vierge Marie a donné sa vie pour accueillir le Fils de Dieu quand elle dit : « voici la servante du Seigneur ». C’est ainsi qu’elle a accompli sa vocation : « qu’il me soit fait selon ta Parole ». Elle seule sait exactement ce dont elle parle quand elle nous dit : « faites tout ce qu’il vous dira » parce que c’est la source de notre joie et de la réalisation heureuse de notre vie.

Nous avons vu tous les personnages de cette scène de l’évangile : les jeunes mariés, Jésus et ses disciples, Marie, sa mère et le maître du repas qui est dépassé par les événements quand manque le vin.

On oublie toujours les acteurs principaux sans qui rien ne se serait passé de ce miracle : les serviteurs ! En effet, c’est à eux que Marie s’adresse. C’est bien eux qui écoutent Marie. C’est bien eux qui vont accomplir tout ce que Jésus demande. Et ce qu’il demande est pour le moins incongru : il s’agit de remplir six cuves contenant chacune 100 litres. Vous imaginez ? Mettre 600 litres d’eau alors qu’à l’époque il n’y a pas l’eau courante. C’est non seulement épuisant mais aussi aberrant. Ensuite, Jésus va leur demander de puiser l’eau et de la porter au maître du repas. Là aussi, il faut oser. On peut imaginer que le maître du repas est de très mauvaise humeur devant le défaut de vin. Alors, pour aller lui présenter de l’eau qu’ils viennent de verser dans les cruches, il faut une sacrée audace !

Eh bien, ces serviteurs, parce qu’ils ont cru à la parole de Marie et qu’ils font un acte de foi très grand envers Jésus et sa parole, accomplissent le miracle. C’est bien Jésus qui opère le miracle, mais celui-ci n’a lieu que parce que les serviteurs ont cru à sa parole et ont fait ce qu’il a demandé.

Mais aujourd’hui, qui sont ces serviteurs ?

C’est vous, c’est moi, c’est chacun de nous qui faisons confiance à la Vierge Marie et qui croyons vraiment à la parole de Jésus même quand elle paraît étonnante, qu’elle nous surprend, qu’elle nous dérange. Quand j’avais votre âge, j’avais imaginé une vie bien tranquille, un bon métier, une gentille famille, bref tout le contraire de ce que j’ai vécu. Tout ça parce qu’un jour, j’ai eu l’intuition de confier ma vie à la sainte Vierge. Et c’est ce jour-là que j’ai reçu l’appel à tout quitter pour Jésus. J’avais confiance en Marie, je croyais vraiment à l’évangile et à la Parole de Jésus mais de là à tout quitter pour lui, il y avait une sacrée marge.

Voilà. Chacun de nous doit apprendre à être ces fameux serviteurs qui font confiance à la Vierge Marie et donnent leurs mains, leur cœur et leur vie pour que l’amour puisse régner en ce monde. Et ceci quelle que soit notre vocation particulière. C’est formidable, non ?

Les apôtres étaient 12. Ils ont révolutionné ce vieux monde égoïste en prêchant l’évangile. Nous, nous sommes 10 000. Allons-nous mettre le feu, le feu d’amour, feu de l’Esprit-Saint à ce monde ?

+ Michel Aupetit, archevêque de Paris.

Messes/Prières/Pèlerinages #NLH #NLQ

Messe pour les victimes du génocide arménien à Notre-Dame de Paris le 22 avril 2018

Cette messe en rite catholique arménien, au cours de laquelle Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, prêchera, est célébrée pour les victimes du génocide arménien de 1915.

Le génocide de 1915 en Turquie a fait plus de 1 500 000 morts. Deux tiers des arméniens ont péri dans cette extermination organisée.

Chaque année, au mois d’avril, la communauté en France rend hommage et prie pour les victimes à Notre-Dame de Paris dans une messe en rite arménien.

Bienvenue sur

Toute une équipe de journalistes ou de contributeurs expérimentés vous proposent chaque jour une revue de presse du monde catholique français, francophone et universel.


Abonnez-vous à notre lettre d'actualité hebdomadaire


🎥 Découvrez le JT mensuel d'InfoCatho - 🌐 Découvrez notre carte des événements
📰 Découvrez nos archives - 🙏 Nous soutenir

Accès à notre page Facebook