A la une #Dans le Monde #Europe non francophone #NLH #NLQ

Irlande : “l’avortement est toujours un drame”

Le vote en Irlande en faveur de l’avortement doit “nous pousser à défendre et accompagner encore plus la vie“, a déclaré Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, à Vatican News en italien le 26 mai 2018.

Le prélat a déploré un vote en faveur de l’avortement qui “facilite d’une manière ou d’une autre le sale boulot de la mort“. En réaction, Mgr Paglia a appelé à créer les conditions pour ne pas avoir recours à l’avortement. Car pour lui, c’est “toujours un drame quand on décide de interrompre une vie, comme cela devrait toujours l’être chaque fois qu’une vie – même née – est détruite ou humiliée“. La victoire du vote le 25 mai légalisant l’avortement en Irlande, a estimé Mgr Paglia, doit « nous pousser encore plus, non seulement à défendre la vie, mais aussi à la promouvoir et à l’accompagner ».

“Nier le droit le plus basique“

“La vie humaine est sacrée et inviolable“, a quant à lui martelé Mgr Ivan Jurkovic, Observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies à Genève,  le 25 mai, a indiqué L’Osservatore Romano du 26 mai. Le Saint-Siège “ne peut donc pas accepter que l’avortement, soit disant sans risque », puisse être considéré comme un outil pour protéger les droits fondamentaux des femmes. Et ce alors que l’avortement “nie au bébé à naître le droit le plus basique : celui à la vie elle-même“.

Le nonce s’est exprimé lors de la 61e Assemblée mondiale de la Santé dédiée à l’examen de la nouvelle stratégie mondiale de santé des femmes, des enfants et des adolescents lancée en 2015.

Le 25 mai, près de 70 % des Irlandais ont voté en faveur de l’avortement à l’occasion d’un référendum demandant l’abolition du huitième amendement de la Constitution irlandaise, qui stipule le droit égal à la vie pour la mère et le fœtus. Le gouvernement prévoit désormais de créer une nouvelle loi permettant de mettre fin à la grossesse jusqu’à la douzième semaine (jusqu’à la vingt-quatrième pour les risques sérieux de santé pour la mère).

Source : cathobel