Articles #Dans le Monde #NLQ #Orient

Irak : Mgr Najeeb certain de la renaissance de l’Eglise

Mgr Najeeb certain de la renaissance de l’Église irakienne

Le nouvel archevêque de Mossoul souhaite être un pasteur proche de chacun, en relation avec les chrétiens comme les musulmans. Mgr Michael Najeeb, dominicain, s’est installé dans sa ville de naissance fin janvier. L’archidiocèse était vacant depuis l’arrivée du groupe État islamique à l’été 2014. Plus de quatre ans après l’exode des chrétiens, il espère que ces derniers se réinstalleront peu à peu dans la ville.

Entretien réalisé par Gabriella Ceraso – Cité du Vatican

La mission de Mgr Michael Najeeb est immense dans l’archidiocèse de Mossoul qui reste « dévasté » plus d’un an après sa libération. Le Patriarche chaldéen de Babylone est cependant confiant. Le nouvel archevêque natif de la grande ville du nord de l’Irak saura « approfondir la joie de la libération et faire grandir l’espérance du retour (pour les chrétiens) et construire confiance et coexistence entre les différentes composantes de la société ».

Lors de la cérémonie d’installation de Mgr Najeeb en l’Église de Saint-Paul, le 25 janvier dernier, le cardinal Louis Raphael Sako a invoqué une nouvelle naissance de Mossoul. « La fécondité de l’action d’un évêque dépend de l’unité de son diocèse, en ce que le pasteur est au service de tous ».

Mgr Najeeb promet de se mettre au service des chrétiens et des musulmans, « qui ont eux aussi souffert de la présence de Daesh » pour construire des ponts et un avenir de paix partagé par tous. Il espère une fois le calme revenu, quand les maisons auront été réhabilitées ou reconstruites et que le marché du travail repartira que les familles exilées au Kurdistan reviendront. Certains fonctionnaires et étudiants font déjà des aller-retours avec Erbil.

Mgr Najeeb demande à Dieu de bénir les Irakiens qui vivent désormais dans la diaspora. Ils seraient près d’un million à avoir quitté le pays ces dernières années selon le cardinal Sako ce 31 janvier. Mais le nouvel archevêque est « sûr » que l’Église irakienne connaîtra un « nouveau dynamisme ». Les chrétiens sauront faire entendre leur voix partout dans le pays, et non, espère-t-il, dans des « ghettos » qui leur seraient réservés.