A la une #Articles #Asie #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ

Chine : un ancien évêque clandestin reconnu par les autorités officielles

Mgr Pierre Li Huiyuan, ancien évêque “clandestin” du diocèse de Fengxiang (province du Shaanxi) a été installé comme évêque de ce diocèse lors d’une cérémonie supervisée par Mgr Anthony Dang Mingyan, évêque de Xi’an et secrétaire général adjoint de l’Association patriotique catholique chinoise, le 22 juin dernier. Âgé de 55 ans, Mgr Li est ainsi le quatrième évêque clandestin à être reconnu par les autorités officielles depuis la signature en septembre 2018 de l’accord signé entre Rome et Pékin concernant la nomination des évêques.

Environ 150 personnes, incluant les évêques de la région et des représentants des fidèles du diocèse, participaient à cette cérémonie officielle d’installation qui a eu lieu à la cathédrale Saint-Joseph de Fengxiang. Au cours de cette cérémonie, Mgr Dang a remis à Mgr Li la mitre, la crosse et l’anneau, qui représentent l’autorité et les charges d’un évêque catholique. Dans l’homélie qu’il a prononcée, Mgr Li a promis de respecter la Constitution chinoise et de soutenir l’unité de la patrie et l’harmonie sociale, mais aussi d’aimer le pays et la religion. Il a également insisté sur “l’indépendance de notre Église”, souhaitant contribuer au rêve d’une grande renaissance de la nation chinoise et de sa puissance.

Mgr Li avait été élu évêque coadjuteur de l’évêque de Fengxiang le 18 mai 2011, mais indépendamment des autorités chinoises, le diocèse de Fengxiang échappant en effet aux structures “officielles” contrôlées par Pékin tout en ayant pignon sur rue. Les évêques avaient ensuite élu Mgr Li dans le cadre d’un synode régional, conformément aux règles de l’Association patriotique catholique chinoise. Ordonné évêque seulement en 2014, Mgr Li avait succédé alors à Mgr Lucas Li Jingfeng, décédé le 17 novembre 2017 et qui avait été une grande figure du catholicisme chinois (il avait salué la lettre aux catholiques chinois de Benoît XVI) ; il n’avait pas été reconnu par les autorités chinoises, tout en continuant son oeuvre pastorale. Mgr Lucas Li Jinfeng avait ainsi participé à la renaissance de l’Église chinoise au début des années 1980. Jusqu’en mai 2019, le diocèse le Fengxiang n’était pas reconnu par l’Association patriotique. Une représentation locale de l’Association fut alors été créée à ce moment et Mgr Li en prit la présidence. Ce n’est qu’en juin 2020 que Mgr li est devenu, aux yeux des autorités chinoises, l’évêque légitime du diocèse de Fengxiang. On mesure tout le parcours pour qu’une décision romaine soit reconnue par Pékin. Le diocèse de Fengxiang est un diocèse de petite taille.

Une cérémonie similaire avait eu lieu le 9 juin dernier pour l’installation d’un autre ancien évêque “clandestin”, Mgr Pierre Lin Jiashan, comme archevêque de Fuzhou (province de Fujian). Ce dernier, âgé de 86 ans, a donc été installé comme pasteur de cet archidiocèse.

Deux autres évêques anciennement clandestins ont été reconnus depuis l’Accord entre Rome et Pékin de 2018 : Mgr Zhuang Jianjian, aujourd’hui évêque de Shantou, et Mgr Jin Lugang, évêque de Nanyang.

(Source : agence ucanews)

 

A la une #Articles #Brèves #Dans le Monde #En France #NLH #NLQ #Orient

François Fillon lance un appel à la mobilisation internationale pour les chrétiens d’Orient

Engagés depuis plusieurs mois pour la défense des chrétiens d’Orient, François Fillon, qui s’est aujourd’hui retiré de la vie politique, a appelé à « une mobilisation internationale immédiate ». Cet appel intervient notamment dans le cadre de la crise sanitaire actuelle qui a fragilisé les communautés chrétiennes du Proche-Orient.

A la une #Articles #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ #Orient

Homs : décès de l’archevêque syriaque-catholique

L’archevêque syriaque-catholique d’Homs (Syrie), Mgr Philipp Barakat, est décédé le samedi 13 juin 2020. Selon nos informations, il serait mort à la suite de problèmes cardiaques.

A la une #Afrique francophone #Articles #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ

Burkina-Faso : assemblée plénière ordinaire des évêques du Burkina-Niger

Les évêques du Burkina-Niger  tiennent leur assemblée plénière ordinaire depuis le 9 juin 2020. Cette année, l’assemblée a lieu dans un contexte particulier. Si cette réunion se déroule à Ouagadougou (Burkina-Faso), les évêques du Niger n’ont pas été en mesure de s’y rendre en raison de la fermeture des frontières imposée par l’actuelle pandémie. L’assemblée se tient dans l’amphithéâtre du Centre national Cardinal Paul Zoungrana afin de mieux respecter les consignes sanitaires (distanciation, etc.).

Le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou, a prononcé un mot d’accueil, tandis que Mgr Laurent Dabiré, évêque de Dori, a dit le discours d’ouverture en tant que président de la conférence épiscopale Burkina-Niger. Si le contexte était évidemment marqué par la pandémie, il l’était aussi par les récents actes terroristes qui ont frappé le Burkina-Faso. Le cardinal Ouédrago a souligné l’impact de l’épidémie sur le clergé et les fidèles, des prêtres et des séminaristes étant touchés. Il appelle à tirer profit de cette épreuve inédite. Au cours de cette assemblée plénière ordinaire, les évêques ont prévu d’aborder les commissions épiscopales ainsi que le fonctionnement de leurs diocèses.

(Source : Vatican News)

A la une #Asie #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ

Afghanistan : fermeture de la seule église catholique dans le pays

C’est une nouvelle qui est passée inaperçue. Le contexte sanitaire causé par le Covid-19 a eu  en effet certaines conséquences. Ainsi, en Afghanistan, la chapelle de l’ambassade d’Italie à Kaboul a fermé le 24 mars 2020. Elle accueillait notamment des expatriés, qui avaient cependant fini par partir quelques semaines avant en raison de la propagation du virus. Les célébrations ont été suspendues, même si le Père Giovanni Scalese, missionnaire barnabite, continue à dire la messe sans présence de fidèles. Le dernier office qui a eu lieu en présence d’autres personnes a été célébré le 23 mars dernier. Une reprise sera-t-elle alors envisageable après la fin du Covid-19 ?

(Sources : cath.ch/fides/bh)

A la une #Articles #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ #Orient

Irak : premières messes publiques dans le cadre du déconfinement

Dans certains pays, les fidèles ont pu assister à des messes sans aucune difficulté. C’est ainsi le cas en Irak, où plusieurs offices ont pu être célébrés sans aucune restriction quant à la présence des fidèles, ni consignes strictes particulières dans le cadre du déconfinement. C’est ainsi le cas à Erbil, ville située dans le Kurdistan irakien. Les chrétiens d’Orient retrouvent ainsi une véritable liberté spirituelle.

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

Journée des chrétiens d’Orient : message de Mgr Aupetit

Organisée sous l’égide de l’Œuvre d’Orient, la journée des Chrétiens d’Orient a eu lieu dans des conditions spéciales. Plusieurs messages ont pu été être entendus, dont celui de l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit :

Un autre évêque, Mgr Stepan Sus, évêque auxiliaire de l’archiéparchie majeure gréco-catholique de Kiev-Halyč, a également donné un message de soutien :

Articles #Brèves #Dans le Monde #En France #NLH #NLQ #Orient

Des documentaires pour (re)découvrir les chrétiens d’Orient

La chaîne Public Sénat a diffusé deux documentaires pour comprendre ou même découvrir la situation des chrétiens d’Orient. Chrétiens d’orient, 2000 ans d’Histoire se compose ainsi de deux épisodes. « Une lutte pour la survie », comme le résume un article de présentation de ces documentaires. L’occasion de rappeler, selon le Sénateur de Vendée Bruno Retailleau (LR), que « la paix du monde et la paix aussi ici en France dépend aussi de la paix qu’il peut y avoir sur cette grande zone du Proche et du Moyen-Orient ».

On peut ainsi voir le premier épisode de ce documentaire en cliquant sur la vidéo suivante :

 

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ

17 mai 2020 : une journée des chrétiens d’Orient particulière

Le 17 mai 2020 aura lieu la journée des chrétiens d’Orient. Organisée sous l’égide de L’Œuvre d’Orient, cette journée donne lieu à des conférences, à des prières et à une célébration selon l’un des rits orientaux. L’année dernière, le 12 mai 2019, une messe selon le rit byzantin avait été célébrée sous les voûtes de l’église Saint-Sulpice de Paris. Elle avait réuni un grand nombre de personnes dans ce lieu de culte parisien qui remplace la cathédrale Notre-Dame.

Cette fois-ci, en raison de l’épidémie de Covid-19, le rythme sera différent. Il n’y aura pas de rassemblements, même si les chrétiens sont appelés à prier et même à y associer leur paroisse.

Chacun pourra prier en disant cette prière :

Seigneur, en cette journée des chrétiens d’Orient, nous te prions pour la paix dans le monde. Donne à nos frères et sœurs d’Orient de garder l’espérance et de croire en un avenir possible sur leurs terres.

L’Œuvre d’Orient appelle ainsi à prier, mais propose quelques initiative que l’on peut découvrir sur cette page.

Une messe sera célébrée le dimanche 17 mai à 11h. Concélébrée par Mgr Pascal Gollnisch, elle sera diffusée sur la chaîne France 2.

On pourra aussi lire la prière rédigée par des étudiants réfugiés.

Sources : site de L’Œuvre d’Orient/Zenit

A la une #Articles #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ #Orient #Rome

Irak : Mgr Mitja Leskovar nommé nonce apostolique

L’Irak a un nouveau nonce apostolique. Mgr Mitja Leskovar a servi au Bangladesh, à la Secrétairie d’Etat au Vatican (section pour les Affaires générales), mais également en Allemagne.

Mgr Leskovar est d’origine slovène. Né le 3 janvier 1970, il a été ordonné prêtre le 29 juin 1995 pour le diocèse de Ljubljana (capitale de la Slovénie). C’est le 1er juillet 2001 qu’il intègre la diplomatie du Saint-Siège, comme le souligne l’agence Zenith.

Aujourd’hui, il est conseiller de nonciature en Inde. Mgr Leskovar arrive dans un pays qui a souffert de la guerre civile et du terrorisme et qui a surtout vu sa population chrétienne partir.

En prévision de sa consécration épiscopale, Mgr Leskovar a été nommé évêque in partibus de Beneventum, lieu situé dans l’actuelle Tunisie, non loin de la ville de Bizerte.