A la une #Afrique non francophone #Dans le Monde #NLQ

République Centrafricaine : Deux français recherchés pour le massacre d’une église

Des « preuves accablantes » existeraient concernant l’implication de deux mercenaires français présumés au massacre perpétré le 1er mai dans la Paroisse Notre-Dame de Fatima de Bangui, capitale de la République centrafricaine, selon le Procureur général Eric Didier Tambo.

Selon le haut magistrat centrafricain, le massacre a été perpétré par les hommes de Nimery Matar Djamous, alias « Force », chef de la principale milice contrôlant le quartier du PK5 où vit la majorité des musulmans de Bangui et qui se trouve non loin de l’église où a eu lieu le massacre dont le bilan est de 26 morts, dont le Père Albert Toungoumale-Baba, prêtre centrafricain particulièrement aimé des fidèles.

Le Procureur général a déclaré avoir émis un mandat d’arrêt contre Djamous et deux mandats d’arrêt internationaux contre les deux ressortissants français, accusés d’avoir « aidé, facilité et instruit Djamous dans des actes de terrorisme visant l’église Notre-Dame de Fatima ».

Les deux ressortissants français, Christophe Raineteau, alias Alpha, et Bernard Cousin, sont poursuivis pour les mêmes chefs d’accusations que Djamous, à savoir « acte de terrorisme, assassinats, rébellion, incitation à la haine ».

Parmi les « preuves accablantes » recueillies par la justice centrafricaine contre les deux hommes, le Procureur général a cité « documents, photos, enregistrements sonores »,

Entre temps, la Mission de l’ONU en Centrafrique (MINUSCA) a mis en garde contre « la propagande visant à déstabiliser les institutions démocratiques du pays en rallumant délibérément les tensions religieuses et communautaires au travers de déclarations privées de tout fondement ».

Source : Agence Fides 07/06/2018 – LM