Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Neuvaine de la Saint Siffrein – Carpentras (84) du 19 au 27 novembre

 

Neuvaine à Saint Siffrein – du 19 au 27 novembre 2017
«  Eglise de Carpentras toujours jeune après 15 siècles  ! Merci Saint Siffrein  !  »

Tous les jours Messe et Prédication

19 novembre à 16h Conférence sur les oeuvres de miséricorde au Moyen Age par Chantal de Saint-Priest d’Urgel
26 novembre à 10h30 Messe et procession des reliques de Saint Siffrein
– à 16h30, Vêpres solennelles avec le Choeur Elzear Genet et bénédiction solennelle du Saint Mors

Cathédrale de Saint Siffrein

3 Place Saint-Siffrein 84200 Carpentras

Conférences/Formations #NLQ

Sortir de prison : un défi ! Changer notre regard sur la prison – conférence à Evreux le 20 octobre

L’association ETINCELLE, dans la suite de l’année de la Miséricorde, organise à l’Espace Nétreville à Evreux une conférence débat donnée par Monsieur Alain CUGNO le 20 octobre à 20h30.

philosophe et rédacteur en chef de la revue de la FARAPEJ  (Fédération des Associations “Réfléxion ; Action ; Prison et Justice”). Cette association française, créée le 6 avril 1991, a pour but de fédérer des associations souhaitant contribuer à l’amélioration du fonctionnement de la justice et de la police et agir pour limiter les effets destructurants de la prison.
Pour télécharger le tract

Présentation de l’Association ETINCELLE

L’association ETINCELLE a été fondée à l’initiative de deux anciens aumôniers de prison :Sœur Yannique Fréhart et Père Jean-François Berjonneau.
Par la création de cette association, ils ont voulu apporter leur contribution à une situation souvent dramatique : la sortie de prison.
L’un et l’autre, sur un laps de temps qui couvre plusieurs dizaines d’années, ont été témoins de ces « sorties » où des personnes qui avaient purgé leur peine sortaient de prison sans relations, sans logement, sans emploi et se retrouvaient à la rue, dans un dénuement complet. Cette situation est souvent un tremplin pour la récidive !

En lien avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation, cette association a pour but d’accompagner et de soutenir ces personnes souvent jeunes dans leur projet de retrouver une juste place dans la société.

Elle s’est aussi fixé l’objectif d’informer et de sensibiliser l’opinion publique sur les exigences de la réinsertion et sur le changement de regard sur la prison que cela implique  pour prévenir les risques de récidive.

En France #NLQ

A la veille de la rentrée, découvrez Les petits ostensoirs : des enfants qui prient pour la confession… et qui y prennent goût !

En cette veille de la rentrée, entretien avec Ingrid d’Ussel, qui est à l’origine de ces cercles qui incitent les enfants à se confesser régulièrement, et à prier pour la confession de tous les chrétiens. De nombreux petits cercles en France (mais pas uniquement !), une initiative qui n’attend que vous pour se répandre davantage…

“Les petits ostensoirs”, qu’est-ce que c’est ?
Ce sont de petits cercles d’enfants de 4 à 14 ans, qui, localement, vont se réunir une fois par mois pour se confesser et prier pour la confession des autres. Les dates sont choisies pour l’année avec le curé de la paroisse, ce qui encourage à la régularité. Les mamans sont invitées à préparer leurs enfants (la veille ou le matin) et à les accompagner.
Les enfants peuvent lire de petits textes, lancer des chants, ou rester en silence, mais il est très important qu’ils prient pour la confession des autres. Cela dure environ une heure.

“Les petits ostensoirs”, pourquoi ce nom ?
J’ai choisi ce nom car l’absolution reçue lors du sacrement de Pénitence nous permet de repartir avec confiance dans la cité des hommes pour être des porte-Christ : le rayonnement du Christ à travers nous n’est ainsi plus atténué par un voile gris de noirceur intérieure. En veillant à être le plus bel ostensoir du Christ possible, nous servons au mieux la mission d’annoncer Jésus-Christ. Et les cercles de confession fréquente pour enfants ont bien pour but de les transformer en ostensoirs du Seigneur, les plus beaux possibles !

“Les petits ostensoirs” Pourquoi faire le pas ?
Le fait de fonder un de ces petits cercles localement va vous aider à tenir la résolution de la régularité puisque vous pourrez prendre les dates avec le prêtre pour l’année entière.

“Les petits ostensoirs” Comment s’y prendre ?
L’horaire et le jour sont à choisir en tenant compte de l’agenda du prêtre, mais aussi des activités et rythmes des enfants… Le mercredi en tout début d’après-midi et le vendredi soir juste après l’école sont des créneaux qui fonctionnent bien.
L’annonce peut en être faite dans le bulletin paroissial et aussi par courriel à tout votre réseau, FB, GDC…
Les mamans sont invitées à préparer leurs enfants (la veille ou le matin) et à les accompagner. Les enfants peuvent lire de petits textes, lancer des chants, ou rester en silence, mais il est très important qu’ils prient pour la confession des autres. Cela dure environ une heure.
Peu à peu, les enfants y prendront goût et ce rendez-vous deviendra vite inratable.

Il n’y a pas encore de groupe près de chez vous ? Parlez-en à votre curé, sur le site vous trouverez tous les conseils pour en monter un.

En France #NLQ

Notre histoire avec Marie : ND du Laus, terre de réconciliation pour les pécheurs

Notre-Dame du Laus, un bout de terre que la Vierge Marie a demandé à son fils : elle en a fait une terre de miséricorde. En effet, entre 1664 et 1718, la Vierge Marie apparaît à Benoîte Rencurel, bergère de la Vallée de l’Avance (Hautes-Alpes). Marie dit à sa messagère : « J’ai demandé le Laus à mon Fils et il me l’a accordé. Je demande que l’on fasse construire ici une église où beaucoup de pécheurs viendront se convertir. » Depuis 350 ans, cette bonté de la Vierge Marie pour ses enfants ne cesse de se déployer dans le cœur de ceux qui se laissent prendre par son appel à la réconciliation.

Benoîte est la deuxième enfant de Guillaume et Catherine Rencurel. Elle naît en 1647 à Saint-Étienne d’Avançon, dans un milieu modeste où elle grandit entourée de ses deux sœurs Madeleine et Marie. Elle reçoit de ses parents une éducation chrétienne et aime prier son chapelet, mais elle n’a que sept ans lorsque son père meurt. À l’âge de 12 ans, elle est donc placée comme bergère chez sa marraine pour aider à nourrir sa famille. 

Au début du mois de mai 1664, Benoîte fait paître ses brebis au Vallon des Fours lorsqu’elle voit une belle dame, tenant par la main un enfant d’une beauté extraordinaire. La bergère est saisie par tant de grâce. À partir de ce jour, la belle dame, visite quotidiennement la bergère et reste silencieuse pendant deux mois. Ce silence ancre Benoîte dans la contemplation et creuse en elle une disponibilité à accueillir le projet de Dieu.

Puis, la « belle dame » commence à parler à la bergère et l’éduque comme une vraie mère.  Elle lui« sert [à Benoîte] de maîtresse qui lui apprend, de directrice qui la conduit et de Mère qui la corrige. »
Le 29 août 1664, la belle dame révèle son nom : « Je suis dame Marie », et ajoute : « Vous ne me verrez plus pendant quelques temps. » Au total, les apparitions durent donc quatre mois au Vallon des Fours. Ce temps de rencontre prolongé et intime est nécessaire à Benoîte pour accueillir dans la foi et la joie sa future mission.

Marie se montre de nouveau à la bergère en un lieu nommé Pindreau, à la fin du mois de septembre 1664 : « Allez au Laus, vous y trouverez une chapelle d’où s’exhaleront de bonnes odeurs. Là, vous me verrez très souvent et très souvent vous me parlerez. » C’est l’envoi en mission. Benoîte se met en hâte à la recherche du lieu que Marie lui a indiqué. La Mère de Dieu l’attend en cette petite chapelle du hameau du Laus nommée « Bon Rencontre ». Elle lui révèle son projet : « Je demande que l’on fasse construire ici une église où beaucoup de pécheurs viendront se convertir. »

Très vite, les foules de pèlerins commencent à affluer  (130 000 personnes entre 1665 et 1667) et chacun contribue à sa mesure à la construction de l’église qui est édifiée entre 1666 et 1669, suite à une première enquête des autorités diocésaines. La Mère de Dieu demande à Benoîte « de prier continuellement pour les pécheurs qui ont besoin de se convertir ».

La jeune bergère reçoit le don de lire dans les consciences et aide les personnes à faire la vérité sur leur vie afin qu’ils accueillent la miséricorde de Dieu dans le sacrement de la confession.

Les premiers prêtres missionnés au Laus à partir de 1665 témoignent des grâces qui se vivent au confessionnal :  « Combien de personnes ont dit que le Laus est le refuge des pécheurs, là où Dieu leur inspire de faire de bonnes confessions, lève la honte de ceux qui ne les osent pas dire, assistés des avis de Benoîte qui leur découvre tout leur intérieur, leur donne courage, le temps de bien s’examiner, et de bons confesseurs qui les renvoient très contents » (Pierre Gaillard dans les Manuscrits du Laus).

Entre 1669 et 1684, le Christ se montre cinq fois à Benoîte sur la croix d’Avançon. Il lui fait comprendre l’amour infini qu’il a pour les pécheurs et l’invite à communier à ses souffrances pour les sauver.

Benoîte est réconfortée par Marie et les anges lors de grandes difficultés qu’elle traverse : persécution, calomnies de tous genres, attaques du démon. Malgré ces grandes épreuves, elle reste fidèle et ancrée dans l’espérance. Elle meurt joyeusement le 28 décembre 1718.

Lire la suite

A la une #NLQ #Rome

Catéchèse du pape sur la miséricorde attitude caractéristique du chrétien

« Jésus partage la douleur humaine et quand il la rencontre, du plus intime de lui-même déborde cette attitude qui caractérise le christianisme : la miséricorde », a affirmé le pape François dans sa catéchèse consacrée au pardon des péchés, source d’espérance, ce mercredi 9 août 2017, dans la Salle Paul VI du Vatican. « Le cœur du Christ, a-t-il poursuivi, incarne et révèle le cœur de Dieu qui, là où il y a un homme ou une femme qui souffre, veut sa guérison, sa libération, sa vie pleine. »

Regarder « avec le cœur de Dieu », c’est « regarder avec espérance », a développé le pape. En effet, Jésus « voit une possibilité de résurrection même chez celui qui a accumulé des choix erronés » ; il fait plus que libérer du sentiment de culpabilité : il « offre aux personnes qui se sont trompées l’espérance d’une vie nouvelle », une vie « marquée par l’amour ».

Enfin le pape exhorte ceux qui ont l’habitude de se confesser, « peut-être trop ‘à bon marché’ » : « nous devrions parfois nous rappeler combien nous avons coûté à l’amour de Dieu. Chacun de nous a coûté pas mal : la vie de Jésus ! » Or « le Fils de Dieu va sur la croix surtout parce qu’il pardonne les péchés, parce qu’il veut la libération totale, définitive, du cœur de l’homme ».
CR

Vous trouverez ici la traduction par Zenit de la catéchèse du 9 août 2017, prononcée par le pape François en italien.

 

NLQ #Récollections/Retraites

“Miséricordieux comme le Père” : Retraite à Saint-Pierre-de-Colombier avec la Famille Missionnaire de Notre-Dame

Retraite spirituelle à Saint-Pierre-de-Colmbier

Du dimanche 6 au vendredi 11 août

Miséricordieux comme le Père

 

Retraite de discernement, pour réfléchir et connaître sa vocation, prendre une décision sous le regard de Dieu, faire le point à une étape charnière de sa vie, prier et se ressourcer auprès de Notre-Dame des Neiges, se former à l’école de la Bible, du catéchisme, des grands spirituels et des enseignements des derniers papes.

Dans l’esprit de saint Ignace de Loyola

Pour une vie de prière, de cœur à cœur avec Dieu

En silence et dans le recueillement

Programme :

1ère journée : La miséricorde de Dieu révélée dans l’Ancien Testament.

2ème journée : La Miséricorde dans le mystère de l’Incarnation.

3ème journée : La divine Miséricorde révélée dans la vie publique de Jésus

4ème journée : L’Eucharistie et la Passion, sources de la divine Miséricorde

5ème journée : La Miséricorde, source de la Mission actuelle de l’Eglise.

Inscriptions en ligne

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Pour la fête du Sacré-Coeur, un nouveau cercle des Petits Ostensoirs a vu le jour… à Paray-le-Monial !

Un beau clin d’oeil providentiel !

Pour la fête du Sacré-Coeur, le 17° cercle des Petits Ostensoirs a donc vu le jour dans la cité du Coeur de Jésus, à Paray-le-Monial.

Nés pendant l’Année de la Miséricorde, voilà un an maintenant que les Petits Ostensoirs fleurissent un peu partout dans le monde (France, Espagne, Mexique, USA) : le concept s’est propagé, poussé par l’Esprit Saint … environ 160 enfants se confessent ainsi chaque mois, contribuant ainsi à réparer le Corps entier de l’Eglise et qui prient aussi pour toutes les personnes ayant du mal à aller se confesser, à se laisser entourer par les bras miséricordieux du Père.

Ingrid d’Ussel, auteur de S’il te plait Maman, emmène-moi me confesser, et initiatrice de ces cercles, profite de ce la naissance de ce nouveau cercle pour nous rappeler le fond de son projet.

“Les petits ostensoirs”, qu’est-ce que c’est ?

Ce sont de petits cercles d’enfants de 4 à 14 ans, qui, localement, vont se réunir une fois par mois pour se confesser et prier pour la confession des autres. Les dates sont choisies pour l’année avec le curé de la paroisse, ce qui encourage à la régularité. Les mamans sont invitées à préparer leurs enfants (la veille ou le matin) et à les accompagner.
Les enfants peuvent lire de petits textes, lancer des chants, ou rester en silence, mais il est très important qu’ils prient pour la confession des autres. Cela dure environ une heure.

“Les petits ostensoirs”, pourquoi ce nom ?

J’ai choisi ce nom car l’absolution reçue lors du sacrement de Pénitence nous permet de repartir avec confiance dans la cité des hommes pour être des porte-Christ : le rayonnement du Christ à travers nous n’est ainsi plus atténué par un voile gris de noirceur intérieure. En veillant à être le plus bel ostensoir du Christ possible, nous servons au mieux la mission d’annoncer Jésus-Christ. Et les cercles de confession fréquente pour enfants ont bien pour but de les transformer en ostensoirs du Seigneur, les plus beaux possibles !

Retrouvez un cercle près de chez vous sur www.lespetitsostensoirs.com … Et s’il n’y en a pas encore, Ingrid d’Ussel vous explique comment s’y prendre, elle se déplace ou met à votre disposition tous les supports et documents nécessaires.

Source

NLQ #Récollections/Retraites

“Miséricordieux comme le Père” : Retraite de discernement au Grand-Fougeray avec la Famille Missionnaire de Notre-Dame

Retraite spirituelle au Grand Fougeray

Du samedi 8 au jeudi 13 juillet 2017

Miséricordieux comme le Père

 

Retraite de discernement, pour réfléchir et connaître sa vocation, prendre une décision sous le regard de Dieu, faire le point à une étape charnière de sa vie, prier et se ressourcer auprès de Notre-Dame des Neiges, se former à l’école de la Bible, du catéchisme, des grands spirituels et des enseignements des derniers papes.

Dans l’esprit de saint Ignace de Loyola

Pour une vie de prière, de cœur à cœur avec Dieu

En silence et dans le recueillement

 

Programme :

1ère journée : La miséricorde de Dieu révélée dans l’Ancien Testament.

2ème journée : La Miséricorde dans le mystère de l’Incarnation.

3ème journée : La divine Miséricorde révélée dans la vie publique de Jésus

4ème journée : L’Eucharistie et la Passion, sources de la divine Miséricorde

5ème journée : La Miséricorde, source de la Mission actuelle de l’Eglise.

Inscriptions en ligne

Asie #NLQ

Corée du Sud – Un centre d’adoration eucharistique et de prière perpétuelle pour la paix

Lors de l’audience générale du 7 juin 2017, le pape François a béni un autel destiné au sanctuaire marial de Namyang, en Corée du Sud. Une initiative d’une communauté polonaise pour la paix, l’Association Communauté Reine de la Paix de Radom, « qui, s’inspirant des 12 étoiles de la couronne de Marie, Reine de la Paix, est en train de réaliser 12 centres d’adoration eucharistique et de prière perpétuelle pour la paix dans les lieux les plus enflammés du monde ».

« A leur demande, a ajouté le pape, j’ai béni aujourd’hui l’autel ‘Adoratio Domini in unitate et pace’, destiné au sanctuaire de Notre-Dame du Rosaire à Namyang en Corée du Sud  ». Le sanctuaire asiatique entretient un lien particulier avec le Sacré Cœur Miséricordieux de Jésus diffusé par la sainte polonaise sœur Faustine Kowalska.

On y trouve notamment un « Jardin de Jésus miséricordieux », un chapelet de la Divine Miséricorde géant ainsi qu’une statue de Jean-Paul II. Le site inauguré en 1991 est construit sur le lieu du martyre de nombreux catholiques durant la persécution Byungin (1866).

« En ce mois de juin dédié à la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, que la prière de chacun pour la paix ne fasse pas défaut  », a encouragé le pape avant d’être traduit par un collaborateur en polonais.

Un autre sanctuaire pour la paix a par exemple été créé à Bethléem, à la « grotte du lait », indique la Custodie de Terre Sainte.

La communauté Regina Pacis de Radom a aussi promu un sanctuaire à Jérusalem (IVème station du Chemin de Croix), au Kazakhstan (Oziornoje, en souvenir de l’ancien « Archipel du Goulag »), et en Bosnie-Herzégovine (Medjugorje).

Pour « Regina Pacis », créée en 2008, il s’agissait de répondre à un appel de Benoît XVI dans son message pour la Journée mondiale de la paix de 2007 : «  Je désire adresser un appel pressant au peuple de Dieu, pour que tout chrétien se sente engagé à être un infatigable ouvrier de paix et un vaillant défenseur de la dignité de la personne humaine et de ses droits inaliénables  »

Source : Zenit

En France #NLH #NLQ

Premier anniversaire pour Les Petits Ostensoirs : un an de miséricorde pour 16 cercles

Les Petits Ostensoirs ont 1 an !

«  Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde »

Voilà un an que les Petits Ostensoirs fleurissent un peu partout dans le monde (France, Espagne, Mexique, USA) ! Le concept s’est propagé, poussé par l’Esprit Saint et avec vous comme relais ! Grâce à vous tous, nous comptons aujourd’hui 16 petits cercles, soit environ 160 enfants qui se confessent chaque mois, contribuant ainsi à réparer le Corps entier de l’Eglise et qui prient aussi pour toutes les personnes ayant du mal à aller se confesser, à se laisser entourer par les bras miséricordieux du Père.

Ingrid d’Ussel, auteur de S’il te plait Maman, emmène-moi me confesser, et initiatrice de ces cercles, profite de cet anniversaire pour nous rappeler le fond de son projet.

“Les petits ostensoirs”, qu’est-ce que c’est ?

Ce sont de petits cercles d’enfants de 4 à 14 ans, qui, localement, vont se réunir une fois par mois pour se confesser et prier pour la confession des autres. Les dates sont choisies pour l’année avec le curé de la paroisse, ce qui encourage à la régularité. Les mamans sont invitées à préparer leurs enfants (la veille ou le matin) et à les accompagner.
Les enfants peuvent lire de petits textes, lancer des chants, ou rester en silence, mais il est très important qu’ils prient pour la confession des autres. Cela dure environ une heure.

“Les petits ostensoirs”, pourquoi ce nom ?

J’ai choisi ce nom car l’absolution reçue lors du sacrement de Pénitence nous permet de repartir avec confiance dans la cité des hommes pour être des porte-Christ : le rayonnement du Christ à travers nous n’est ainsi plus atténué par un voile gris de noirceur intérieure. En veillant à être le plus bel ostensoir du Christ possible, nous servons au mieux la mission d’annoncer Jésus-Christ. Et les cercles de confession fréquente pour enfants ont bien pour but de les transformer en ostensoirs du Seigneur, les plus beaux possibles !

Retrouvez un cercle près de chez vous sur www.lespetitsostensoirs.com … Et s’il n’y en a pas encore, Ingrid d’Ussel vous explique comment s’y prendre, elle se déplace ou met à votre disposition tous les supports et documents nécessaires.

Source