Annonces #Conférences/Formations #NLQ

Arts et cloître : Vitraux contemporains et transcendance – Le 19 janvier 2019 à Molsheim (67)

Comment s’y reconnaître au milieu de la profusion de vitraux contemporains produits par notre époque ? Et quelle transcendance expriment-ils et par quels codes ?

Sujet vaste et compliqué qui requiert un spécialiste de ces questions. C’est l’objet et l’enjeu d’une conférence d’Arts et cloitre ce samedi 19 janvier.

La création de vitraux contemporains est très vigoureuse ces dernières années.

L’usage du verre permet une expérience immédiate de la transcendance puisque la lumière traverse un matériau sans perdre sa puissance de révélation.

Les créations récentes témoignent d’une énergie lumineuse renforcée par l’invention de nouveaux procédés.

C’est toujours le même émerveillement de recevoir dans un espace, religieux ou non, une lumière travaillée par des artistes inspirés qui provoquent des effets d’illumination spirituelle.

Encore faut-il prendre le temps de se laisser impressionner et de comprendre les codes et les messages utilisés pour convoquer la transcendance.

Et d’avoir affaire à un spécialiste du vitrail contemporain.

Pour cela, Jean-Paul Deremble, docteur  en histoire de l’art médiéval et maître de conférences à l’Université de Lille donnera une conférence pour Arts et cloître samedi 19 janvier 2019 à la chartreuse de Molsheim de 16h30 à 18h, intitulée : « le vitrail contemporain comme signe et expérience de la transcendance »

Entrée libre, places limitées.

Réservation conseillée au 03 88 47 24 85.

Plateau à la sortie.

www.arts-et-cloitre.com

vitrail d’Henri Guérin réalisé dans la crypte de la cathédrale de Chartres en 2010

Vitrail d’Henri Guérin réalisé dans la crypte de la cathédrale de Chartres en 2010

Conférences/Formations #NLQ

Deuxième conférence d’Arts et Cloître à Molsheim (67) le 18 novembre

 

Une conférence de Florian Métral, docteur en histoire de l’art à Paris 1, sur la chapelle Chigi à Rome célèbre la naissance et le passage du temps par un parallèle  constant  entre l’existence d’Agostino Chigi, banquier des papes et puissant personnage et l’histoire du monde. Un projet artistique d’une grande ambition qui n’a d’égal à l’époque que la chapelle Sixtine !  A découvrir !

Au début des années 1510, Agostino Chigi (1466-1520), le banquier des papes et un des plus puissants personnages de la Renaissance, confia à Raphaël (1483-1520) la conception de sa chapelle funéraire dans la basilique Santa Maria del Popolo, à Rome.

L’ambition artistique de cet ensemble décoratif, inspiré du modèle du Panthéon, et la richesse de ses références théologiques, philosophiques et cosmologiques en font un exemple phare de l’art romain du début du XVIe siècle ; exemple qui n’a d’égal, à l’époque de sa conception, que la voûte de la chapelle Sixtine récemment achevée par Michel-Ange en 1512.

Demeure d’éternité pour son commanditaire et sa famille, la chapelle Chigi célèbre la naissance et le passage du temps par la mise en correspondance de l’existence terrestre d’Agostino Chigi avec l’histoire du monde, depuis la création initiale du cosmos jusqu’à la recréation finale scellant la promesse de la résurrection de l’âme.

Florian Métral, docteur en histoire de l’art à Paris 1,Panthéon -Sorbonne donnera une conférence pour Arts et cloître au caveau de la chartreuse de Molsheim, samedi 18 novembre à 16h30. Elle est intitulée : « Au commencement était la fin. la chapelle Chigi( 1513-1555) de Raphaël dans l’église Santa Maria del Popolo à Rome. « 

Entrée libre, places limitées.

Réservations conseillée au 03 88 47 24 85.

Plateau à la sortie.