A la une #Articles #Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Père François Jourdan : Le Christ est-il venu aussi pour les musulmans ?

Bizarrement, il semble que ce ne soit pas si évident. Mais tant d’autres questions se cachent derrière celle-ci

 

Annonces #NLH #NLQ #Sorties/Animations

Journées chrétiennes du cinéma à Sées (61) les 28 février, 1er & 2 mars 2019

Programmation 2019 (cinéma – Le Rex, place de la 2ème D.B., à Sées)

4 films et 4 débats au programme…

L’apôtre

JEUDI 28 FÉV.  À 20H30

Un jeune issu de famille musulmane fait la rencontre du Christ.

Suivi d’un débat avec le PÈRE HENRY FAUTRAD, auteur du livre “Musulmans : comprendre, rencontrer, aimer”

La Vierge, les coptes et moi

VEN. 1 MARS À 20H30

Un documentariste égyptien veut montrer la relation des coptes à la Vierge Marie (Documentaire plein d’humour)

Suivi d’un débat avec Mgr PASCAL GOLLNISCH, directeur de l’Oeuvre d’Orient

 

Le prophète

SAMEDI 2 MARS À 10H

Film d’animation à partir du roman “Le Prophète” de l’auteur libanais, Khalil Gibran

Suivi d’un débat avec JOSEPH ANTONIOS, libanais, et DOMINIQUE CHAPPÉE, professeur émérite de lettres

 

La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde

SAMEDI 2 MARS À 14H

Un documentaire sur la persécution des chrétiens dans le monde en présence du réalisateur.

Suivi d’un débat avec RAPHAËL DELPARD, réalisateur du film

 

 

Infos pratiques

Pour plus d’informations : Tél. 02 33 28 62 20 ou 06 76 66 14 83

Réservation conseillée par email : lerex.sees@wanadoo.fr (réservation effective après paiement )

Tarif Normal : 6.00€ ; – de 14 ans : 4.00€ ; réduit : 4.90€ (+ de 60 ans , – de 18 ans , étudiants, demandeurs d’emploi )

Contact

Père Pierre-Yves EMILE

Tel. 06 76 66 14 83

Afrique non francophone #Dans le Monde #NLQ

Ouganda : les temps sont mauvais pour les chrétiens

Bien que les musulmans ougandais ne constituent qu’environ 14 % d’une population à 84 % chrétienne, ces adeptes d’une religion dont on ne cesse marteler qu’elle est pacifique et tolérante, ne semblent pas être de l’avis de la doxa qui a cours sous nos latitudes. Les chrétiens en font de plus en plus les frais en Ouganda. La Constitution du pays proclame pourtant la liberté religieuse, la liberté de la répandre et le droit à changer de religion… Mais qu’est-ce que cela pèse face à la sharia d’Allah, toute entière sortie de l’inimitable coran ?

L es menaces des musulmans du village de Mazuba (district de Namutumba) ont entraîné l’arrêt du culte dans une église à moitié construite et poussé son pasteur à envoyer ses enfants dans une autre ville : « Les fidèles de l’église ont très peur pour leurs vies et ils ont cessé d’assister aux cultes », a déclaré le pasteur Maseruwa Budallah à Morning Star News. Ce pasteur, âgé de 55 ans, avait réinstallé sa famille à Mazuba voici cinq ans, après avoir fui la persécution des musulmans dans son village de Sironko à 70 km de là. En avril dernier, des musulmans de Mazuba avaient remarqué que quelques musulmans du village s’étaient convertis au christianisme et participaient aux cultes de l’église, et les écoliers musulmans avaient appris de leurs condisciples chrétiens que le pasteur avait quitté l’islam pour embrasser le christianisme. La rumeur qu’il était un converti de l’islam se répandit rapidement, et les écoliers musulmans commencèrent à harceler les huit enfants du pasteur, nous raconte Budallah. Comme les musulmans menaçaient de tuer leurs enfants, le pasteur et son épouse prirent la décision de les envoyer dans un pensionnat d’une autre ville. Au début de l’année, le pasteur avait fait don d’une partie de son terrain pour qu’on y construise une église. Toutefois, après la construction des murs, les musulmans ayant ISSN : 2426-3559 appris qu’il était un converti de l’islam, empêchèrent la poursuite des travaux. En plus de s’opposer au pasteur – en lui demandant de stopper la construction et de cesser le culte –, ils lui envoyèrent des messages de menace. « Nous connaissons tes manigances et ton intention de construire une église pour convertir nos fidèles au christianisme », lui écrivirent-ils dans une lettre du 8 mai. « Si tu continues à construire ton église, ce sera au péril de ta vie et de celle des fidèles de ton église. » Le Pasteur Budallah a également reçu des messages de menace de sa famille restée à Sironko. « Tu as refusé de revenir et nous avons entendu dire que tu construisais une église pour les infidèles », liton dans un SMS. « Sache qu’Allah va bientôt s’occuper de toi : tu ne la finiras pas et tu ne pourras pas y prier. »

Morning Star News, 13 juillet – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Fier d’être arabe et chrétien – témoignage de Saïd Oujibou le 2 juin 2018 à Lyon (69)

Le témoignage humoristique et percutant de Saïd, musulman, qui a découvert la personne de Jésus Christ.

Informations pratiques

Église Saint-Jacques 51 rue Jean Sarrazin Lyon 8e.
Le 02 juin
20h30 – 22h00
Libre participation aux frais

Conférences/Formations #NLH #NLQ

Prochain Forum Jésus Le Messie les 26 et 27 mai 2018 à Paris

Pourquoi le forum ?

Le Forum vise à appeler l’attention de l’Eglise, du monde politique et du monde musulman (voir les objectifs du forum) sur la situation des musulmans qui deviennent chrétiens.

Il réunit des convertis venus de l’islam et des groupes ou associations qui œuvrent pour l’accueil et l’évangélisation des musulmans.

Prochain forum

26 & 27 mai 2018

Du samedi 26 mai 2018 à 9h30 au dimanche 27 mai 2018 à 17h30

ND de Grâce de Passy
8 bis rue de l’Annonciation
75016 PARIS

Programme

Inscriptions

NLQ #Tribunes et entretiens

Deux minutes pour vous #14 – Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine – Pourquoi être chrétien plutôt que juif ou musulman ?

Nous vous avions annoncé le lancement d’une série de vidéos régulières où le père Michel-Marie Zanotti-Sorkine répond à vos questions sous un format très court :

Pourquoi être chrétien plutôt que juif ou musulman ?

Version Audio seule

C’est avec beaucoup de bonheur que le Père Michel-Marie répond désormais à vos questions les plus concrètes. C’est toujours une vraie joie de l’entendre traiter, à sa façon et dans sa lumière, les sujets les plus divers. Bonne écoute ! N’oubliez pas de faire suivre à tous vos amis ces petites vidéos qui peuvent faire tant de bien… et de prier pour le Père Michel-Marie dont le ministère est très prenant.

A la une #NLQ

L’édito du jour – La religion source de conflits en entreprise

Un article de l’express du 22 octobre 2017 révèle que la religion est source de conflits en entreprise. Une source de conflits croissants, même. Toutefois, si l’étude est factuelle quant aux faits et aux problèmes, elle passe sous silence que ces tensions viennent, pour une écrasante majorité des cas, des revendications musulmanes. Point contextuellement compréhensible dans la mesure où ces derniers croissent notablement dans la population active et que parallèlement les revendications identitaires musulmanes sont de plus en plus marquées dans la société dans son ensemble. Ce que François Billot de Lochner pointe du doigt dans son dernier ouvrage chronique de l’islamisation de la France. A cela nous pouvons ajouter que notre conception du travail et de son organisation sont nées progressivement en milieu catholique, même si la tendance à la déchristianisation a pu mettre à mal le repos dominical, la place de la famille ou encore les fêtes chômées. Les musulmans sont moins naturellement à l’aise dans nos cadres traditionnels. Mais alors que les autres religions, non chrétiennes, ne posent pratiquement aucun problème, la nature même de l’islam qui ne conçoit pas la laïcité ne conçoit pas non plus la neutralité qui est l’expression de la laïcité dans l’entreprise. Les entreprises ne sont pas des îlots coupés de la société dans laquelle elles s’insèrent. Elles sont perméables au climat ambiant.

Si le fait religieux, ainsi dénommé, pose problème dans sa version musulmane, on ne peut cependant pas dire qu’elle soit sans aspérité pour les juifs et les catholiques. D’une part les autres religions, comme les non croyants, sont de plein fouet confrontés aux problèmes posés par l’islam dans leur entreprise, d’autre part, il peut exister une tendance défensive à entrer soi-même dans la revendication, afin justement de ne pas laisser l’islam empiéter sur les autres revendications religieuses, ou sous prétexte de justice, afin d’avoir « comme les autres ».

L’institut Montalembert, met à jour presque chaque mois un Vademecum sur le fait religieux en entreprise. Vademecum que vous pourrez trouver dans notre rubrique formation. Avant que cette question n’exaspère les crispations, il est important de connaître le droit en la matière. Un droit qui, ici, est un vrai secours pour tout manager.

 

Cyril Brun, rédacteur en chef

NLH #Tribunes et entretiens

Islam des fils de servitude par Ismaël ?

 

Reprenant Genèse 16, saint Paul commente dans son épître aux Galates la servitude d’Agar, (en arabe Hagar) la servante d’Abraham qui enfanta au patriarche un premier enfant, connu sous le nom d’Ismaël.

Agar servante enfante pour un fils de servitude, représentant la première alliance, celle du Mont Sinaï qui met au monde des esclaves.

Nous connaissons l’histoire de cette servante qui se sent pousser des ailes parce qu’elle croit porter l’héritier du maître. Face à cette injuste attitude, Sarah crie vers Dieu et lui demande justice du mépris de la servante. Justice, c’est-à-dire de lui rendre ce qui lui est dû, à savoir sa juste place d’épouse et de maîtresse.

Chassée, Agar emmènera avec elle tout un peuple, celui qui descendra du fils de servitude, Ismaël. C’est de ce fils que se réclament les musulmans. Face à la descendance légitime du patriarche et de son épouse qu’est Israël, l’islam se pose comme la descendance d’Ismaël.

Il est troublant de mettre en parallèle cette branche du clan sémite, issue de  l’esclavage et rejetée par Abraham, à la demande de son Dieu, au profit d’une filiation légitime et conforme à la promesse faite au patriarche par Dieu Lui-même d’une part et le nom même que reçoivent les héritiers d’Ismaël, les muslims. Or musulman signifie le soumis.

Oui il s’agit bien du même peuple descendant du fils d’Agar. C’est bien de cette femme de servitude rejetée par Abraham à la demande de Dieu que se revendique l’islam.

Mystiquement parlant n’est-ce pas, par anticipation, le rejet de Dieu de la soumission servile de l’islam ?

En effet, Dieu ne reconnaît pas les fils de la servitude comme siens. Il reconnaît ceux qui, par son Fils, sont libérés de l’esclavage pour recevoir l’héritage d’Abraham, le véritable héritage, celui de la Promesse.

Or clairement, le fils de la servante n’est pas l’héritier de la promesse. C’est bien Isaac, fils légitime de l’épouse légitime, qui avait reçu la promesse de fécondité. Ismaël est une illusion d’héritier et comme tel il ne peut recevoir l’héritage du Père. Plus encore, en hébreux, langue sémantique, le fils est composé de deux lettres de l’alphabet, aleph et beth. Aleph représentant le père et beth la maison composent le mot fils, car le fils est celui qui reçoit du père la maison. Chasser Ismaël de la maison signifie bel et bien qu’il n’est pas reconnu comme fils.

La promesse est une promesse de liberté accomplie dans le Christ descendant d’Abraham par Isaac et David, non par le fils d’Agar. L’islam n’est pas héritier de la promesse, car il n’est pas l’héritier de la foi d’Abraham mais d’un faux semblant.

Cette double entrée, par la descendance de servitude exprimée dans la Bible à travers Agar et par le nom même de cette descendance aujourd’hui revendiquée, nous invite à un double positionnement.

D’un point de vue strictement temporel, Dieu a rejeté l’islam (en tant que descendance, non les personnes comme êtres humains), à travers Agar. Or qu’a fait Agar qui lui a valu cet exil, sinon de refuser de demeurer à sa place de servante. A la différence de Marie qui enfante le Verbe, parce qu’elle est l’humble servante, Agar tente de se mettre à la place de la maîtresse, refusant ainsi et sa condition et la volonté divine. Il y a chez Agar une rébellion qui l’exclut d’elle-même de la Promesse divine. Ce faisant, elle soustrait son propre fils et toute sa descendance de l’héritage abrahamique. Or cet héritage est celui de la foi, c’est-à-dire de l’adhésion amoureuse et confiante en la volonté divine. Par là, Ismaël est voué à une autre soumission, celle du péché. En ce sens, Agar engendre bien un fils de servitude et de rébellion. La soumission de la descendance ismaélite est une soumission de type servile au prince du désert, puisque c’est là qu’Agar est envoyée. Or nous pouvons voir là une image du bouc émissaire, portant sur lui les péchés d’Israël, envoyé au désert, lieu de Satan. Symboliquement et prophétiquement, l’attitude d’Agar représente le refus de la volonté divine et son exil au désert, la mort du pécheur coupé de Dieu.

Nous pouvons noter au passage que Dieu ne laisse pas Agar sans réponse, comme il ne laisse aucun pêcheur sans rien tenter pour l’aider à retrouver le chemin de la vie. Cependant, Ismaël demeure la descendance exilée, archétype de toute personne refusant la volonté divine. Par ce refus, il campe le type même de la servitude enfermant ses descendants dans la soumission à l’Adversaire.

Aussi, du point de vue historique, autant que spirituel, l’islam s’inscrit dans la descendance de l’esclavage et de la soumission en exil, car refusant Dieu.

Cette rencontre entre ce passage de la Genèse et le nom choisi des siècles plus tard par ceux qui se reconnaissent fils d’Ismaël n’est pas sas laisser pantois. Dieu aurait-il « prophétisé » en Agar, l’islam ?

Du point de vue mystique et spirituel, il va sans dire que nous sommes tous parfois des fils de servitude dans notre comportement. Même rachetés par le Christ et à ce titre, héritiers de la Promesse et libérés, nous sommes bien souvent esclaves dans nos faits et gestes. Quotidiennement ne nous jetons-nous pas dans un désert en préférant notre volonté, en refusant Dieu, par mille petits détails de notre vie ?

Bien entendu il n’y pas de commune mesure entre les fils de servitude qui n’ont pas été rachetés par l’eau baptismale, plongés dans le sang de la croix et nos esclavages d’enfants prodigues, mais la même mort au désert guette cependant celui qui refuse Dieu et se livre ainsi au pouvoir du démon.

 

 

 

Brèves #NLH

Déradicalisation et conversion par Internet

Si les radicalisations se font par Internet, la déradicalisation également. Nombre de musulmans et de musulmanes surtout n’ont de véritable contact avec le “monde extérieur” que par Internet. Si certains trouvent par ce biais une pente vers la radicalisation, d’autres au contraire y ont découvert un “autre monde” ou une autre vision de l’Islam.

Certains, comme Malik Oukacha, ont entrepris de faire et poster des vidéos sur Internet afin de montrer “le visage de l’Islam”, pour permettre aux musulmans pris dans l’engrenage d’y voir plus clair.

Voici un des témoignages qu’il publie sur le net.

malik

Mais il existe aussi, à côté de la “déradicalisation”, un processus similaire de conversion et pour les mêmes raisons. Un nombre important de musulmans (mais pas uniquement du reste) ne peuvent avoir accès aux données de la révélation chrétienne que sur la toile. Aussi de plus en plus d’initiatives voient le jour pour toucher par le Net les musulmans et les jeunes éloignées de la foi.

Et nous assistons à de nombreuses conversion par ce biais : une dizaine par semaine en France, 250000 en Iran.

 

Témoignage du pasteur Saïd Oujibou qui lui s’est converti par la Bible.

 

 

 

Agenda / Annonce

Lorient – Le chrétien et la mission face à l’islam et au musulman : formation avec Jean-Yves Nerriec

Samedi 3 décembre à l’église du Sacré Coeur du Moustoir à Lorient

Le chrétien et la mission face à l’islam et au musulman

Que faut-il en penser ? Quel dialogue possible ? Quelle action possible ?

Six séances de formation sont proposées par la paroisse Saint Christophe de Kérentrech (à raison d’une par mois) avec Jean-Yves Nerriec, fondateur de la Mission Angélus. Elles se déroulent à l’église du Sacré Coeur du Moustoir, salle Saint Phélan, 20 rue François Le Levé, à Lorient.

La première séance a déjà eu lieu, mais il est toujours possible de s’inscrire aux rencontres. Prochaines dates prévues : 3 décembre, 7 janvier, 4 février, 1er avril. Les dates des rencontres de mai et juin ne sont pas encore fixées.

Renseignements complémentaires : ici

Qui est Jean-Yves Nerriec ?

Jean-Yves Nerriec est né d’une “famille” musulmane algérienne, mais adopté à l’âge de 3 et demi par une famille française de culture catholique, il a été baptisé à l’âge de 7 ans mais s’est converti profondément à 16 ans. Sa famille d’origine l’a retrouvé à 17 ans ce qui l’a obligé à s’interroger sur l’Islam.

Très vite il a compris que cette croyance ne venait pas de Dieu. Il a donc fondé la Mission Angelus qui se donne le but de convertir les musulmans.

Les 4 actions menées par la Mission Angelus à cet effet sont : 

1/ Prière de l’Angelus de midi pour la conversion des musulmans

2/ Contact direct avec les personnes musulmanes pour leur annoncer le Christ

3/ Formation des chrétiens à la mission

4/ Accueil et suivi des personnes musulmanes pour aller jusqu’au baptême et l’après baptême.