Asie #Dans le Monde #NLQ

Manille fête les 400 ans de l’arrivée des missionnaires de Notre-Dame du Mont Carmel

Le 4 mai 1618, des missionnaires de l’ordre des Augustins récollets arrivaient à Manille depuis le Mexique. Avec eux, ils amenaient une statue de Notre-Dame du Mont Carmel, offerte par des carmélites mexicaines. Vers la même époque, les Augustins ont aussi ramené du Mexique la statue du Nazaréen Noir, dont le festival rassemble en janvier, chaque année, des millions de fidèles. Depuis quatre cents ans, en mai, les fidèles célèbrent l’arrivée de la Vierge dans la capitale philippine.

Pour marquer le quatre centième anniversaire de l’arrivée de Notre-Dame du Mont Carmel dans le pays, des milliers de catholiques philippins marchent sous un soleil brûlant depuis quatre heures. Ce vendredi 4 mai, les fidèles ont commencé à se rassembler dès deux heures du matin. Ils sont venus revivre l’arrivée de la statue depuis Mexico en 1618, avec la troisième mission de l’ordre des Augustins récollets. Plusieurs rues de Manille ont été fermées pour laisser passer la « Salubong » et la « Traslacion » (littéralement la « rencontre » et le « transfert ») de la statue, c’est-à-dire la procession qui la mène depuis la baie de Manille jusque dans la basilique mineure de San-Sebastien de Manille, dans le district de Quiapo. À Quiapo, Notre-Dame du Mont Carmel a rencontré la statue du Nazaréen Noir. Un moment émouvant pour les fidèles, qui se sont mis à chanter en commémorant l’arrivée de la statue de la Vierge dans la ville. La rencontre de Notre-Dame du Mont Carmel et du Nazaréen Noir rappelle celle de Marie avec le Christ portant sa croix ; c’est aussi la rencontre de deux statues venues toutes deux du Mexique au début du XVIIe siècle.
Ysabel de Dios, guide touristique de la basilique San Sebastian, confie que les deux statues ont été amenées aux Philippines par les Augustins récollets depuis le Mexique, pour être toutes deux placées dans la même église, dans le district de Quiapo, où elles ont été enchâssées. La statue de Notre-Dame du Mont Carmel est un cadeau que les carmélites mexicaines ont fait aux missionnaires en 1618. Le Nazaréen Noir a été réalisé par un sculpteur mexicain et aurait été amené aux Philippines à la même époque. « Les deux statues font venir ici des foules de fidèles. Elles ont même transformé le quartier de Quiapo. En 1621, c’était un pauvre village de pêcheurs, et en 1891, c’est devenu un centre culturel et artistique », explique Ysabel de Dios.

Une dévotion toujours populaire

La statue de Notre-Dame du Mont Carmel est une figure centrale du festival annuel du Nazaréen Noir, qui a lieu en janvier et qui rassemble chaque année des millions de fidèles de tout le pays. Dans son homélie, tôt le matin, l’archevêque de Davao, Mgr Romulo Valles, président de la conférence épiscopale philippine, a invité les fidèles à suivre l’exemple de la Vierge Marie, en restant « joyeux dans notre foi, quoi qu’il arrive ». « Elle se tenait au pied de la Croix, en silence… Gardant la foi malgré la tragédie de la Croix », a soufflé l’archevêque. « Marie nous mène toujours à Jésus. Avec Marie, notre reconnaissance, notre confiance et notre foi en l’amour et la miséricorde du Seigneur sont toujours renforcés », ajoute Mgr Valles. Il se souvient d’une femme qu’il a vue en 2013 dans un centre de secours, après le siège de la ville de Zamboanga dans le sud des Philippines. « J’étais frappé par l’image de cette femme étreignant une statue de la Sainte Mère, avec beaucoup d’amour et d’affection », continue l’évêque. Quand il s’est approché de cette femme pour savoir comment elle se portait, il s’est aperçu que cette image de la Vierge était la seule chose qu’elle avait emportée de chez elle durant le conflit. « Vraiment, notre foi est toujours renforcée, encouragée par la présence de la Vierge Marie. »
L’arrivée de la statue de la Vierge en 1618 est devenue une dévotion très populaire, qui est toujours célébrée dans tout le pays. Le nombre de Philippins qui continuent de porter le scapulaire brun de Notre-Dame du Mont Carmel peut en témoigner, ainsi que le nombre croissant de paroisses et d’écoles qui se placent sous son patronage. L’image est également associée aux efforts contre la prolifération nucléaire. En 1990, le père Emmanuel Charles McCarthy – un prêtre américain de l’Église grecque melkite catholique – a inauguré une journée de prière « pour le pardon et pour la protection », depuis le site du Nouveau Mexique où fut réalisé le premier essai nucléaire américain, dont le nom de code était Trinity (Trinité), le 16 juillet 1945. Depuis 1990, chaque 16 juillet, le jour de la fête de Notre-Dame du Mont Carmel, est ainsi dédié à la prière pour la paix et pour l’abolition des armes nucléaires.

 

Photo : Angie de Silva

Source : Eglise d’Asie

A la une #Asie #NLH #NLQ

Philippines – Une foule considérable se réunit pour le « Nazaréen noir »

Mardi 9 janvier, plusieurs millions de chrétiens ont pris part à la procession du « Nazaréen noir », à Manille, mais aussi dans d’autres villes du pays. Et notamment à Cagayan de Oro, sur l’île méridionale de Mindanao où la loi martiale a été prolongée.

Mardi 9 janvier, plusieurs millions de chrétiens ont pris part à la procession du « Nazaréen noir »,  dans les rues Manille et dans celles d’autres villes de l’archipel. Cette procession est l’une des manifestations les plus caractéristiques de la piété populaire du catholicisme philippin.

Le « Nazaréen noir », statue qui représente le Christ portant sa croix, est habituellement exposé dans la basilique mineure de Quiapo, à Manille. Il n’est exposé à la vénération des fidèles que le vendredi saint et le 9 janvier. ce jour-là, l’administration et les écoles sont fermées. 7 000 agents de police ont encadré la procession, la vente et la consommation d’alcool ont été interdits sur le parcours de celle-ci.

L’intense dévotion populaire qui est attachée au « Nazaréen noir » remonte à près de quatre siècles, après qu’il eut, selon la tradition, échappé miraculeusement le 31 mai 1606 à l’incendie du navire qui l’acheminait à Manille depuis le Mexique. Son bois noirci par l’incendie – d’où sa dénomination de « Nazaréen noir » –, la statue est également sortie indemne des incendies qui ont ravagé la basilique de Quiapo en 1791 et 1929, des grands séismes de 1645 et 1863 et du bombardement de Manille en 1945.

Chaque 9 janvier, la statue du Christ parcourt sur un char les rues de Manille, drainant des foules considérables qui vont pieds nus en souvenir du calvaire du Christ et qui cherchent à la toucher.  Selon la tradition populaire, toucher la statue, son char ou un tissu les ayant effleurés, est l’assurance de voir ses prières exaucées.

Partie de Rizal Park, la statue a regagné la basilique mineure au terme d’un parcours où, selon les estimations diffusées par les autorités locales, six à sept millions de personnes étaient massées. Les Philippins qui vivent à l’étranger ont pu suivre l’évènement sur les réseaux sociaux, en direct.

La procession, qui a duré près de 22h, était cette année animée par des stations de prière, “ce qui a favorisé l’approfondissement de la foi des fidèles”, a notamment déclaré Mgr Hernando Coronel, recteur de la basilique.

Des célébrations en l’honneur du Nazaréen noir ont également été célébrées dans diverses parties du pays. À Cagayan de Oro, sur l’île méridionale de Mindanao, environ 200 000 personnes ont participé à une procession de deux heures en dépit des menaces d’attaques de groupes extrémistes.

Dans ce pays de 100 millions d’habitants, 79 % de la population est de confession catholique.

Source EDA

 

 

 

Et plus d’images ici